Extension Factory Builder

Ali Lamine Zeine : « Tous les revenus miniers sont réinvestis »

14/05/2009 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Parmi les pays les plus dynamiques d’Afrique en 2008, avec 9,5 % de croissance, le Niger est rattrapé par la crise. Il mise sur l’investissement pour soutenir l’activité.

Propos recueillis par Marianne Meunier et Jean-Michel Meyer

Jeune Afrique : La crise mondiale a été le sujet central des assemblées du FMI et de la Banque mondiale, auxquelles vous venez d’assister. Comment le Niger y réagit-il ?

Ali Lamine Zeine : Tout a commencé en 2008, avec la crise alimentaire. À l’époque, nous avons pris un ensemble de mesures budgétaires. Des produits de consommation courante ont été défiscalisés, ce qui a maintenu un niveau de prix compatible avec les revenus des citoyens. Au total, plus de 22 milliards de F CFA [34 millions d’euros, NDLR] ont été dépensés en 2008 pour faire face à la flambée des prix. Ensuite, il y a eu la crise financière. Elle n’affecte pas directement les pays de l’UEMOA mais, sur le plan économique, c’est autre chose. L’aide représente environ 40 % du budget de l’État, et nous savons bien que les bailleurs s’emploieront à régler leurs propres problèmes plutôt que d’envoyer de l’aide à l’extérieur. 

Le FMI table sur une croissance du PIB de 3 % pour le Niger en 2009, loin des 9,5 % de 2008. Comment maintiendrez-vous le budget à l’équilibre tout en stimulant l’économie ?

Le budget 2009 est bouclé. Il sera à l’équilibre. Nous ne ressentirons les effets de la crise qu’en 2010. Pour cette année, nous avons versé dans le budget l’intégralité des revenus miniers, soit 300 millions de dollars. Sur un budget de 735 milliards de F CFA, nous investirons 475 milliards, notamment dans les mines et les infrastructures. Tous les revenus des mines sont réinvestis. 

En 2007, le gouvernement a annoncé les premiers barils de pétrole pour 2009-2010. Le calendrier sera-t-il respecté ?

Le contrat que nous avons signé avec notre partenaire chinois [China National Oil and Gas Exploration and Development Corporation, NDLR] est en cours d’exécution. Je suis confiant, le délai sera tenu. Les premiers barils seront remplis avant fin 2010, au rythme de 20 000 par jour pour commencer. 

Début 2008, Areva a accepté le doublement du prix de l’uranium. Comment en êtes-vous arrivés là ?

Le Niger a fait entendre la nécessité de revoir l’accord. Nous mesurons l’importance de l’uranium pour un pays comme la France. Nous savons aussi très bien ce que représentent les ressources financières qui en sont tirées pour un pays qui se bat comme le Niger. Nous avons donc voulu poser les jalons d’une coopération bâtie sur le concept « gagnant-gagnant ». La visite du président français Nicolas Sarkozy à Niamey [fin mars dernier, NDLR] a sanctionné ces efforts. 

Le nouveau tarif s’appliquera-t-il aussi à l’uranium extrait d’Imouraren, l’exploitation inaugurée le 4 mai ?

Oui, ce contrat a aussi permis de revoir le prix du kilo. On l’estime aujourd’hui à 55 000 F CFA. Mais l’exploitation d’Imouraren, qui représente un investissement de 1,6 milliard d’euros, est également pourvoyeuse d’emplois puisqu’elle permettra le recrutement de 3 000 personnes. Mais il faut néanmoins préciser que l’élevage et l’agriculture sont les principales richesses du Niger, assurant 25 % des revenus de l’État. 

Allez-vous diversifier vos partenaires, notamment dans le pétrole ?

Plus qu’une volonté, c’est un fait avéré. Mettre en compétition plusieurs partenaires présente des avantages pour un pays qui veut sortir de sa situation de faiblesse. Quand le Niger a voulu réviser les contrats d’exploitation des mines d’uranium, certains ont dit que le pays défiait la France. Mais c’est moins une attitude de défiance qu’une nécessité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Niger : Mahamadou Issoufou 'optimiste' quant à la libération de Serge Lazarevic, dernier otage français

Niger : Mahamadou Issoufou "optimiste" quant à la libération de Serge Lazarevic, dernier otage français

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, s'est déclaré dimanche "optimiste" quant à la libération prochaine de Serge Lazarevic, à la veille du 3e anniversaire de l'enl&e[...]

Manuel Valls au Niger pour la lutte anti-terroriste et les mines d'Areva

Le Premier ministre français Manuel Valls est arrivé dimanche matin à Niamey, pour une visite consacrée à la lutte anti-terroriste et aux mines d'uranium exploitées par Areva au Niger.[...]

Niger : au moins un soldat tué à l'ouest dans une attaque revendiquée par le Mujao

Au moins un militaire nigérien est mort mercredi soir lors d'une attaque jihadiste dans l'ouest du Niger, près de la frontière malienne.[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Niger : l'ancien président Mamadou Tandja va mal

Renversé en 2010, Mamadou Tandja a été évacué d'urgence vers Rabat le 13 novembre en raison de son état de santé.[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare d'une ville proche du Niger

Le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram s'est emparé d'une localité proche de la frontière du Niger, après de violents combats avec l'armée nigériane, a appris l'AFP[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Pourquoi le Niger a acheté un avion de renseignement à 10 millions d'euros

Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi avoir fait l'acquisition d'un avion de renseignement pour lutter contre les groupes armés islamistes le long de ses frontières avec le Mali et la Libye. Quelles en[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers