Extension Factory Builder

Karim Zéribi

07/04/2009 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Karim Zéribi Karim Zéribi

Ancien footballeur professionnel, cet autodidacte français d’origine algérienne est le nouveau patron de la Régie des transports de Marseille.

Dans le bureau de Karim Zéribi, la décoration est spartiate. Accroché au mur, un plan du métro et des lignes de bus… Plus loin, la photo du nouveau tramway… Aucun doute : ici travaille l’homme qui a pris la tête du réseau de transports en commun de la deuxième ville de France. Depuis le 30 juin 2008, Karim Zéribi préside en effet aux destinées de la Régie des transports de Marseille (RTM), l’une des plus grandes entreprises de la ville. Et l’une des plus complexes : 3 360 agents, 71 lignes de bus, 2 lignes de métro et autant de tramway, 550 000 voyages, en moyenne, chaque jour… Créée dans les années 1950, la RTM est une institution. Mais aussi un fief syndical, un haut lieu de la contestation sociale.

Au mur figurent aussi la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, un portrait de Martin Luther King et un calendrier de l’Olympique de Marseille, comme un rappel insistant de la première passion de Karim Zéribi : le football.

Avant de diriger des conseils d’administration, de négocier avec les syndicats et d’organiser des réunions, c’est sur les terrains de foot que ce Français d’origine algérienne s’est construit. « Je suis né avec un ballon dans les pieds, dit-il. À 15ans, j’ai quitté la maison pour en faire mon métier. » Hélas, sa carrière sera de courte durée. Alors qu’il est en contrat avec le Stade Lavallois, qui, à l’époque, joue en 1re division, Karim Zéribi se rompt les ligaments croisés antérieurs du genou. Il a 21 ans. Aujourd’hui encore, la nostalgie pointe au détour d’une phrase : « Je n’ai pas totalement assouvi mon rêve d’enfant, mais j’ai connu ce milieu. »

 

En 1990, Sans le moindre diplôme, Zéribi entre à la SNCF, comme son père, et devient « agent commercial train ». Son rôle ? Assister et renseigner les voyageurs. Il le restera huit ans. Parallèlement, il s’engage sur le terrain associatif, s’occupe beaucoup de prévention et d’accès à l’emploi dans les quartiers populaires de Marseille. C’est de ce côté qu’il va trouver son salut professionnel. « Karim possède un talent oratoire et un charisme rares. Il a une capacité incroyable à convaincre ceux qui l’entourent que sa cause est juste », raconte Jamil, son frère.

Le premier à être convaincu se nomme Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur. À la fin des années 1990, lors d’une réunion publique, il remarque Zéribi et lui demande de rejoindre son cabinet en tant que conseiller. Il lui confie la mission de l’épauler pour tout ce qui concerne la mise en place d’une police de proximité et la création de comités départementaux d’accès à la citoyenneté. L’objectif étant, bien sûr, de lutter contre les discriminations sociales et raciales.

Le deuxième à tomber sous le charme est Louis Gallois, le président de la SNCF, qui, à la fin de 2005, le nomme conseiller à l’égalité des chances. Zéribi est plus spécialement chargé d’élargir le recrutement de l’entreprise nationale aux habitants des cités défavorisées.

Au cours des trois années suivantes, les présidents de la SNCF se succèdent, mais le conseiller à l’égalité des chances reste en place. N’est-ce pas naturel pour un homme qui se définit comme « un humaniste républicain qui croit au service public, milite pour le “vivre ensemble”, est attaché au respect des autres et se montre très sensible aux problèmes des plus démunis » ?

 

Plus parlants que les mots, il y a les faits. En 2001, Zéribi fonde l’association Agir pour la citoyenneté, qui se donne pour ambition de promouvoir le sens civique dans les quartiers populaires. Dans cet objectif, un espace de rencontres et de réflexion baptisé « Parlement des banlieues » est créé. Quatre ans plus tard, Zéribi monte APC Recrutement, un cabinet associatif spécialisé dans la promotion de la diversité.

Le dernier à se laisser séduire n’est autre que Jean-Noël Guérini, le très influent patron du Parti socialiste marseillais, par ailleurs président du conseil général des Bouches-du-Rhône. En 2008, quand celui-ci décide de se lancer à la conquête de la mairie de Marseille, il choisit Zéribi (42 ans) comme porte-parole.

Le PS perd, mais Zéribi décroche un poste de conseiller municipal. Et la gauche soutient sa candidature à la présidence du conseil d’administration de la Régie des transports. Il est élu – à l’unanimité, prend-il soin de rappeler comme pour prévenir toute accusation de parachutage : « Seize administrateurs, y compris les élus de droite et les représentants des salariés, ont voté pour moi, ce qui n’est pas courant. »

L’enfant des quartiers nord de Marseille a désormais les moyens de favoriser l’accès de tous aux transports. Une mission qui lui tient à cœur. « Même si je me suis élevé socialement, explique-t-il, je n’ai jamais voulu quitter ces quartiers réputés difficiles. Il est important que les gens à l’aise tirent ces populations vers le haut. C’est la fin de la culture de l’échec, et je veux porter cet espoir. »

Animateur sur une grande radio française (RMC), élu politique et aujourd’hui président de la RTM, Zéribi reste un homme engagé. « Malgré un emploi du temps très, très chargé, il ne rate pas une occasion de participer à nos forums, de discuter avec les jeunes des banlieues et de leur raconter son parcours », souligne Driss Ait Ouesses, directeur d’APC Recrutement.

 

Opposé à la politique des quotas et à la discrimination positive, Zéribi refuse la victimisation. « Je n’ai jamais souffert du racisme et, bien qu’autodidacte, j’ai réussi à m’en sortir. En somme, je suis la parfaite incarnation du rêve français », explique-t-il.

Aîné de trois enfants, il est né d’un père algérien immigré et d’une mère marseillaise, elle-même issue d’un mariage mixte franco-algérien. Deux de ses trois grands-parents algériens sont originaires de Petite Kabylie. À l’en croire, il doit l’essentiel de sa réussite aux valeurs que lui ont transmises ses deux grands-mères, Fatima, la maman de son père, qui est musulmane, et Hélène, la mère de sa mère, catholique et française de souche. « Mon éducation, dit-il, a été laïque, empreinte de tolérance et de respect de l’autre. J’ai toujours été entouré d’amour, je n’ai jamais eu de difficultés matérielles dans mon enfance. Mes parents, et même mon grand-père algérien, étaient lettrés. Je n’ai jamais eu aucun problème d’identité. »

Zéribi retourne parfois, dans un cadre professionnel, sur la terre de ses ancêtres. Pour lui, il s’agit avant tout d’être utile en participant au développement des échanges franco-algériens en matière ferroviaire.

« Je suis français, fils et petit-fils d’Algériens. La France est le pays de mes quatre enfants. Pourquoi devrais-je choisir entre mes deux pays ? Est-ce que je choisis entre mon père et ma mère ? »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Rachida Azdouz

Parcours précédent :
Malika Bellaribi-Le Moal

Algérie

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui n[...]

Algérie - Maroc : 20 après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex