Extension Factory Builder

Gilbert Fossoun Houngbo

31/03/2009 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gilbert Fossoun Houngbo Gilbert Fossoun Houngbo

Nommé le 7 septembre 2008, le Premier ministre du Togo revient sur le durcissement du climat politique dans son pays.

Jeune Afrique : Comment analysez-vous la situation politique à un an de l’élection présidentielle de 2010 ?

Gilbert Fossoun Houngbo : Lorsque le jeu démocratique s’ouvre, chaque dirigeant estime avoir ses chances. Et quelle est la prochaine échéance ? La présidentielle. Les tactiques électorales ont donc commencé plus tôt que d’habitude. Dès octobre 2007, au sortir des législatives, la plupart pensaient déjà à 2010. Mais qu’une jeune démocratie vive une précampagne aussi longue est une bonne chose compte tenu des problèmes que nous avons connus. Même si dans ces postures électoralistes l’intérêt du pays ne coïncide pas souvent avec les intérêts partisans.

 

Le face-à-face entre le parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple togolais (RPT), et l’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio reprend de plus belle. On est loin de l’esprit de réconciliation nationale et de l’Accord signé à Ouagadougou en 2006…

En effet, le ton est monté d’un cran. Le RPT et l’UFC sont les deux formations dominantes. Est-ce qu’un duel est possible ? Mathématiquement, oui. Mais j’ai toujours pensé qu’un système bipolaire n’était pas forcément ce qu’il y avait de mieux. Surtout en Afrique subsaharienne où les démocraties sont jeunes. Les clivages nés des élections fragilisent souvent la cohésion sociale.

 

Vous qui êtes issu de la société civile, comment vous situez-vous dans ce face-à-face ?

Je n’appartiens à aucune formation politique. Mais lorsqu’on dirige un gouvernement et que le parti au pouvoir détient la majorité à l’Assemblée, il ne faut pas s’étonner d’être attaqué par l’opposition. Chacun est dans son rôle. Le mien implique de jouer les équilibristes.

 

Est-ce que vous rencontrez régulièrement et sans exclusive les principaux dirigeants politiques du pays ?

Oui. Et cela ne s’arrête pas aux partis représentés à l’Assemblée nationale.

 

Avez-vous rencontré Gilchrist Olympio ?

Non. Mais ce n’est pas un manque de volonté de ma part. J’ose croire qu’il en va de même pour lui. Mais on travaille avec ses partisans à Lomé.

 

À ceci près que le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC), issu de l’accord de Ouaga et créé le 6 février, n’a pas commencé ses travaux…

Ce Cadre politique de concertation ne doit pas devenir un Parlement bis. Il n’est pas non plus question d’intégrer la flopée de petits partis politiques. En fait, il doit se saisir de sujets d’intérêt national et permettre à la société togolaise de s’exprimer. Mais, encore une fois, comme nous sommes en précampagne, les considérations politiques l’emportent.

 

Avec en toile de fond, le code électoral…

Nous souhaitons commencer les inscriptions sur les listes électorales avec les lois existantes. Après tout, nous avons une Commission électorale nationale indépendante qui a organisé les législatives de 2007 en toute transparence.

 

Pour certains, Olympio ne peut pas se présenter, car il ne réside pas au Togo ?

Être résident, ce n’est pas forcément passer 100 % de son temps au Togo.

 

Face aux réformes engagées touchant à la gouvernance, des résistances apparaissent. Y compris au sein du RPT…

Barons du RPT ou pas, certains n’ont pas intérêt à ce que ces réformes aboutissent. Lorsque des intérêts sont en jeu, il n’y a plus de couleur politique. Mais cela ne nous empêche pas d’avancer. Le président Faure Gnassingbé est un vrai réformiste.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Togo

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique [...]

Bolloré à Lomé, "l'ami des bons et des mauvais jours"

 L'inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L'homme d'affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal[...]

Togo : le chef de l'opposition candidat à la présidentielle de 2015

Le chef de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, a été investi samedi soir par les militants de son parti pour la présidentielle de 2015, à l'issue d'un congrès à Lomé, a[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Nedbank acquiert 20 % d'Ecobank

 Le géant sud-africain Nedbank - 5e groupe bancaire africain - a acquis 20 % du capital d'Ecobank. Il y a moins d'un moins Qatar National Bank avait pris une participation de 23,5 % dans le capital du groupe bancaire[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Criminalité au Togo : série noire de braquages meurtriers à Lomé

En moins de deux mois, plusieurs braquages sanglants ont secoués Lomé. Ce qui relance la question de l’insécurité grandissante dans la capitale togolaise.[...]

SOS Racisme : Dominique Sopo, la sentinelle

À la tête de SOS racisme, cet engagé aux origines togolaises ne mâche pas ses mots quand il évoque le président Hollande... et ses homologues du continent.[...]

Ebola : le virus s'arrête-il vraiment aux frontières ?

Pour éviter la pénétration du virus Ebola sur leur territoire, les pays encore épargnés renforcent la surveillance au niveau de leurs frontières. Est-ce suffisant pour empêcher la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers