Extension Factory Builder

Gilbert Fossoun Houngbo

31/03/2009 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gilbert Fossoun Houngbo Gilbert Fossoun Houngbo

Nommé le 7 septembre 2008, le Premier ministre du Togo revient sur le durcissement du climat politique dans son pays.

Jeune Afrique : Comment analysez-vous la situation politique à un an de l’élection présidentielle de 2010 ?

Gilbert Fossoun Houngbo : Lorsque le jeu démocratique s’ouvre, chaque dirigeant estime avoir ses chances. Et quelle est la prochaine échéance ? La présidentielle. Les tactiques électorales ont donc commencé plus tôt que d’habitude. Dès octobre 2007, au sortir des législatives, la plupart pensaient déjà à 2010. Mais qu’une jeune démocratie vive une précampagne aussi longue est une bonne chose compte tenu des problèmes que nous avons connus. Même si dans ces postures électoralistes l’intérêt du pays ne coïncide pas souvent avec les intérêts partisans.

 

Le face-à-face entre le parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple togolais (RPT), et l’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio reprend de plus belle. On est loin de l’esprit de réconciliation nationale et de l’Accord signé à Ouagadougou en 2006…

En effet, le ton est monté d’un cran. Le RPT et l’UFC sont les deux formations dominantes. Est-ce qu’un duel est possible ? Mathématiquement, oui. Mais j’ai toujours pensé qu’un système bipolaire n’était pas forcément ce qu’il y avait de mieux. Surtout en Afrique subsaharienne où les démocraties sont jeunes. Les clivages nés des élections fragilisent souvent la cohésion sociale.

 

Vous qui êtes issu de la société civile, comment vous situez-vous dans ce face-à-face ?

Je n’appartiens à aucune formation politique. Mais lorsqu’on dirige un gouvernement et que le parti au pouvoir détient la majorité à l’Assemblée, il ne faut pas s’étonner d’être attaqué par l’opposition. Chacun est dans son rôle. Le mien implique de jouer les équilibristes.

 

Est-ce que vous rencontrez régulièrement et sans exclusive les principaux dirigeants politiques du pays ?

Oui. Et cela ne s’arrête pas aux partis représentés à l’Assemblée nationale.

 

Avez-vous rencontré Gilchrist Olympio ?

Non. Mais ce n’est pas un manque de volonté de ma part. J’ose croire qu’il en va de même pour lui. Mais on travaille avec ses partisans à Lomé.

 

À ceci près que le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC), issu de l’accord de Ouaga et créé le 6 février, n’a pas commencé ses travaux…

Ce Cadre politique de concertation ne doit pas devenir un Parlement bis. Il n’est pas non plus question d’intégrer la flopée de petits partis politiques. En fait, il doit se saisir de sujets d’intérêt national et permettre à la société togolaise de s’exprimer. Mais, encore une fois, comme nous sommes en précampagne, les considérations politiques l’emportent.

 

Avec en toile de fond, le code électoral…

Nous souhaitons commencer les inscriptions sur les listes électorales avec les lois existantes. Après tout, nous avons une Commission électorale nationale indépendante qui a organisé les législatives de 2007 en toute transparence.

 

Pour certains, Olympio ne peut pas se présenter, car il ne réside pas au Togo ?

Être résident, ce n’est pas forcément passer 100 % de son temps au Togo.

 

Face aux réformes engagées touchant à la gouvernance, des résistances apparaissent. Y compris au sein du RPT…

Barons du RPT ou pas, certains n’ont pas intérêt à ce que ces réformes aboutissent. Lorsque des intérêts sont en jeu, il n’y a plus de couleur politique. Mais cela ne nous empêche pas d’avancer. Le président Faure Gnassingbé est un vrai réformiste.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Togo

Togo : Dod-Zi, toujours en campagne

Togo : Dod-Zi, toujours en campagne

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleine dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de ce[...]

Togo : démission du Premier ministre et de son gouvernement

  Le Premier ministre togolais Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu a remis sa démission et celle de son gouvernement au président Faure Gnassingbé qui l'a acceptée, a annoncé la[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Togo : Fabre ne lâche rien

Obstiné, le candidat de l'ANC ne reconnaît toujours pas sa défaite. Et rêve secrètement du statut de chef de l'opposition.[...]

Togo : Faure Gnassingbé, que va-t-il faire de sa victoire ?

Ce n'est pas tout d'être réélu - fût-ce largement. Le président Faure Gnassingbé va devoir faire le ménage dans son parti et jusqu'au sein du gouvernement. L'efficacité[...]

Alberto Olympio : "Je ne suis pas payé pour siphonner les voix de l'opposition togolaise"

De passage à Paris le 14 mai, au lendemain de la présidentielle qui a vu la réélection de Faure Gnassingbé, Alberto Olympio, leader du parti des Togolais (opposition), a répondu sans[...]

Togo : manifestation de l'opposition pour contester les résultats de la présidentielle

Des milliers de partisans de l’opposition ont défilé samedi à Lomé pour protester contre les résultats de la présidentielle du 25 avril, remportée par le président[...]

Polémique : pourquoi le cas Adebayor divise les Togolais

Adulé par une majorité de ses compatriotes, le footballeur international togolais Emmanuel Adebayor se retrouve depuis fin avril en pleine polémique. Il a rendu publics tour à tour son soutien à[...]

Togo : Emmanuel Adebayor lave (encore) son linge sale sur Facebook

Le feuilleton des révélations familiales d’Emmanuel Adebayor s’est poursuivi ce dimanche avec une nouvelle publication du footballeur togolais sur sa page Facebook. Cette fois-ci, c’est Rotimi[...]

Togo : cartographie électorale de la présidentielle du 25 avril

Proclamé vainqueur par la Cour constitutionnelle le 3 mai, Faure Gnassingbé a prêté serment le lendemain pour un troisième quinquennat à la tête du pays. Il a obtenu près de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers