Extension Factory Builder

Patrice Fonlladosa

31/03/2009 à 10:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

PDG de Veolia Water AMI

Jeune Afrique : Quels sont les enjeux de ­l’assainissement de l’eau en Afrique ?

Patrice Fonlladosa : L’assainissement est le parent pauvre du développement, délaissé trop longtemps au profit de l’eau potable. Or les bénéfices de l’assainissement sont fondamentaux pour le développement socio-économique et humain des populations et pour la qualité du milieu naturel. Cet enjeu crucial dépend de la volonté politique de chaque pays. Au Maroc, la collecte et la dépollution des eaux usées sont devenues une priorité nationale. C’est d’ailleurs la volonté politique des pays d’Afrique du Nord qui tire les investissements dans le domaine. En revanche, en Afrique subsaharienne, la prise de conscience des autorités est plus timide et peut parfois passer pour un désintérêt politique en matière de protection de l’environnement et d’amélioration de la santé publique par la dépollution des eaux usées.

 

Comment s’articulent les contrats et projets d’assainissement au Maroc ?

En 2002, nous avons remporté auprès du ministère de l’Intérieur trois contrats de délégation de service public sur la gestion de l’eau et de l’énergie sur Tanger, Rabat et Tétouan intégrant l’assainissement. Ces types de concession, d’une durée de vingt-cinq ans, s’inspirent fortement de la délégation de service public à la française. Nous prenons en charge les projets d’infrastructures, que nous préfinançons avant de nous rembourser progressivement sur la facturation des services d’eau aux usagers dont les tarifs sont fixés par l’État. Celui-ci procède à un contrôle encore plus strict qu’en Europe du bon déroulement des projets. Et il préfère en général renoncer à l’aide financière des bailleurs de fonds sur de grands programmes d’assainissement.

 

Pourquoi les États se détournent-ils des aides des bailleurs de fonds ?

Dans chaque projet, leur proposition de subventions est suspendue à la décision souveraine des États. Les plus riches d’Afrique souhaitent ne pas se voir imposer les contingences de gouvernance que ces organismes imposent souvent lorsqu’ils sont partie prenante d’un projet. Notre politique en la matière est un peu novatrice, nous avons fait entrer en 2007 l’AFD et la Banque mondiale à hauteur de 20 % dans le capital de Veolia Water AMI, pour nous conforter dans notre modèle de bonne gouvernance dans la gestion de nos contrats et donner une vraie vision à long terme à notre développement en Afrique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
"La Côte d'ivoire doit voter, et vite!"

Interview précédente :
Gilbert Fossoun Houngbo

Continental

Immigration : un naufrage africain

Immigration : un naufrage africain

Mohammed Ali Malek a 27 ans, il est tunisien, et, pour les quelque 800 victimes du naufrage de son chalutier, le 19 avril, ce commandant qui les regardait sombrer avec un sourire narquois avait le visage du diable[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Cour de justice de l'Uemoa : y a-t-il un pilote à la barre ?

Que se passe-t-il à la Cour de justice de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA) ?[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Xénophobies africaines

Je donne ma main à couper si je me trompe. Chaque fois que rien ne marche sur notre continent, chaque fois que ceux qui rêvent debout voient leurs desseins contrariés, une phrase, une seule, revient[...]

Dr Fatoumata Nafo-Traoré : "Nous sommes à un tournant de la lutte contre le paludisme"

Samedi 25 avril a lieu la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. L'occasion pour le Dr Fatoumata Nafo-Traoré, directrice exécutive de l'organisme Roll Back Malaria, de faire le point sur la situation[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Immigration : l'ONU appelle l'Europe à sortir de sa stratégie "minimaliste" et à "sauver des vies"

Alors que l'Union européenne se réunit jeudi en sommet extraordinaire après les multiples naufrages de ces derniers jours en Méditerranée, l'ONU l'a exhortée à sortir de sa[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers