Extension Factory Builder

Elizabeth Tchoungui

24/02/2009 à 14:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Elizabeth Tchoungui Elizabeth Tchoungui

Présentatrice du Journal de la culture sur France 24, la journaliste franco-camerounaise est une pionnière de la « diversité » à la télévision.

À l’instar de ses confrères antillais Harry Roselmack, présentateur du magazine Sept à huit de TF1, et Audrey Pulvar, présentatrice du 19/20 sur France 3, la journaliste franco-camerounaise est une pionnière de la varappe médiatique. Sans mousqueton ni baudrier, elle a, depuis son premier plateau, en 1997, gravi pas à pas la montagne cathodique française.

Hier présentatrice vedette du journal de la chaîne francophone TV5, Elizabeth Tchoungui est aujourd’hui aux commandes de l’actualité des arts plastiques, de la musique et de la littérature sur France 24, la « CNN à la française » lancée en décembre 2006 par Jacques Chirac, dont elle présente quotidiennement le Journal de la culture. Parallèlement, elle fait partie des « sages » du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Membre, depuis 2007, de la commission « Images de la diversité » au sein du Centre National de la Cinématographie (CNC), elle est tout spécialement chargée de la promotion des minorités dites « visibles ». Un dossier qu’elle connaît bien : les jugements « au faciès », elle en a personnellement fait l’expérience... « Le problème me passait totalement au-dessus de la tête jusqu’à ce que des responsables de grandes chaînes m’expliquent qu’ils prenaient un gros risque en misant sur moi, à cause de ma couleur de peau », confie-t-elle. « Certains ne lui ont pas facilité la tâche, témoigne son ami Arnaud Ngatcha, conseiller à la direction des sports de Canal+. Mais elle a toujours refusé les compromis. »

 

Cette intransigeance explique sans doute qu’Elizabeth Tchoungui ait, aujourd’hui encore, du mal à s’imposer au plus haut niveau, alors qu’elle écume depuis huit ans les chaînes du groupe France Télévisions. « Elle est sous-employée », confirme un autre de ses proches, qui fustige les « pesanteurs » de la télé publique.

La journaliste a quand même été, en France, l’une des premières présentatrices noires, grâce au coup de pouce de quelques « bonnes fées » qui ont cru en elle, comme Marie-Christine Saragosse, la directrice de TV5 Monde, ou Patrick de Carolis, l’actuel président de France Télévisions. Reste, bien sûr, que rien n’aurait été possible sans son travail et sa persévérance...

Elizabeth Tchoungui a eu une enfance privilégiée. Née en 1974 à Washington, elle a grandi avec ses deux sœurs entre une mère (française) professeure de mathématiques et un père (camerounais) diplomate, tour à tour ambassadeur aux États-Unis, en Italie et en Belgique. Son éducation ? Classique, forcément classique. Ses livres de chevet ? Le Grand Meaulnes, d’Alain Fournier, et Les Fleurs du mal, de Charles Baudelaire.

À la maison, ses parents reçoivent fréquemment artistes et hommes politiques. Au dîner, on commente interminablement l’actualité du monde... Brillante élève, Elizabeth n’a que 16 ans quand elle obtient son bac C, en 1990, à Yaoundé, où ses parents ont fini par revenir se poser…

 

Passionnée d'urbanisme, la jeune fille s’oriente pourtant vers le journalisme. « J’avais besoin d’un travail où l’on manie les idées », explique-t-elle. Elle est fascinée par l’impact de la télévision en Afrique, mais, pour apprendre son métier, choisit de s’installer dans sa seconde patrie, la France, où vivent ses grands-parents maternels.

Après l’obtention d’un Deug au Celsa, l’école de communication de la Sorbonne, elle intègre en 1993 l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, la plus prestigieuse, où elle reste deux ans. Simultanément, elle collabore au magazine féminin Élite Madame, dirigé par Emmanuelle Pontié, puis au quotidien Nord-Éclair, où elle tient la chronique judiciaire.

Mais c’est à la télévision qu’Elizabeth trouve son premier job. En 1995, à 21 ans, elle est embauchée pour six mois au service politique de TF1. L’expérience n’est malheureusement pas très concluante. « J’étais confrontée aux poids lourds de l’information, mes sujets étaient régulièrement refusés, je n’ai pas pu m’imposer », se souvient-elle. De fait, son CDD n’est pas renouvelé. « Élevée dans la méritocratie, je pensais naïvement que seul le travail comptait », commente-t-elle, non sans une pointe d’amertume. Il est vrai que jeune, noire et femme, elle cumule les handicaps.

De nouveau « pigiste », Elizabeth vend, deux ans durant, ses reportages sur des faits de société à M6 et La Cinquième – la future France 5. En 1997, elle répond à une annonce de Canal J, une chaîne du câble pour les enfants, qui recherche une présentatrice pour son journal quotidien. Et là, miracle : Ève Baron, la directrice de Canal J, est convaincue qu’une peau colorée constitue un atout. Pour la première fois, Elizabeth Tchoungui va donc animer un plateau : « Il fallait vulgariser au maximum, c’était passionnant. »

 

Hélas, en juin 1999, le journal de Canal J s’arrête. La journaliste rejoint alors France 2, où elle coanime brièvement avec Jérôme Commandeur un magazine pour adolescents, Rince ta baignoire. C’est alors que la direction de France 3 lui propose de réfléchir au lancement d’un journal destiné au jeune public de la chaîne. Mais Elizabeth refuse, de peur, dit-elle, de « m’enfermer dans le rôle d’animatrice d’émissions pour enfants ».

Elle regrette d’autant moins sa décision que les offres affluent. C’est d’abord La Cinquième qui la convainc de présenter Les Écrans du savoir, un magazine hebdomadaire de culture générale et de vulgarisation scientifique. En 2000, TV5 l’approche à son tour et lui propose de présenter son JT.

« La dimension africaine de la chaîne m’a tout de suite attirée. Enfin, j’allais pouvoir donner une autre image du continent », commente-t-elle. L’aventure dure cinq ans. Parallèlement, la jeune femme présente le magazine culturel Ubik, sur France 5.

En août 2006, elle franchit un nouveau palier. La direction de France 24, qui, à l’époque, est en train de constituer sa rédaction, lui propose d’assurer la direction et la présentation du journal culturel de la chaîne. Patrick de Carolis, qui veut la garder sur le service public, la convainc également de participer à une autre émission culturelle, aujourd’hui disparue : Esprit libre, de Guillaume Durand.

La Franco-Camerounaise, qui défend farouchement sa vie privée, continue de revendiquer une « grande timidité » et le fait de cultiver peu de relations dans le milieu de l’audiovisuel. « Il n’est pas impossible qu’elle le paie un jour », s’inquiète un proche. Pour l’heure, Elizabeth Tchoungui ne s’en soucie guère. Toutes ses pensées sont accaparées par ses deux « bébés » : son premier enfant, né en décembre 2008, et son deuxième roman, qu’elle publiera au mois de septembre chez Plon, mais dont le titre est encore un secret…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Cameroun

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers