Extension Factory Builder

Ali Triki

09/02/2009 à 17:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Triki Ali Triki

Secrétaire libyen aux affaires de l’Union africaine

Jeune afrique : Sur les documents du protocole libyen, Mouammar Kadhafi se fait appeler désormais « roi des rois traditionnels ». N’est-ce pas surprenant de la part d’un homme qui a renversé la monarchie en Libye ?

Ali Triki  : Vous savez, si le Guide a pris contact avec les rois traditionnels, c’est pour mobiliser les masses populaires du continent en faveur de l’Union. « Roi des rois », c’est une expression symbolique. Et en Libye, la monarchie est bien abolie !

N’est-ce pas de la mégalomanie de sa part ?

Non, non. (Rires)

L’élection de Mouammar Kadhafi à la présidence de l’UA ne ravit pas tout le monde. Yoweri Museveni demande au Tanzanien Kikwete et à l’Éthiopien Zenawi de l’accompagner à Londres au prochain G20. N’est-ce pas un signe de défiance ?

Je crois au contraire que le Guide est capable de défendre l’Afrique avec plus d’enthousiasme que d’autres chefs d’État. Et je ne suis pas le seul à le penser, car la proposition de Museveni a été rejetée par les délégués. Vous savez, si le Guide s’est présenté à cette élection, c’est parce que plusieurs chefs d’État africains le lui ont demandé. À commencer par ceux d’Afrique du Nord, messieurs Bouteflika, Ben Ali et Moubarak. Lui-même ne voulait pas de cette présidence, car il pense qu’elle n’est que symbolique. Il a même demandé à Jakaya Kikwete s’il ne voulait pas conserver ce mandat une année de plus, mais celui-ci lui a répondu qu’il avait des élections à préparer en Tanzanie.

Vous avez obtenu la création d’une autorité supranationale, mais ce ne sera pas le gouvernement que vous souhaitiez. N’êtes-vous pas déçu ?

Non, je crois qu’on fait des progrès, car l’Autorité aura un réel pouvoir avec ses quatorze secrétaires, qui seront en charge notamment de la Défense, des Affaires étrangères et du Commerce extérieur. Certains pays veulent aller plus lentement, c’est vrai, mais nous sommes tous d’accord sur l’objectif.

L’Ougandais Yoweri Museveni dit que la souveraineté de son pays est à Kampala et pas à Addis-Abeba…

Je crois que certains font la confusion entre le projet d’un gouvernement d’union et celui des États-Unis d’Afrique. La création d’un gouvernement est un acte purement administratif. Les États-Unis d’Afrique, ce n’est pas pour demain. Et puis, dites-moi, quelle est aujourd’hui la véritable souveraineté d’un pays africain ? En Europe, de petits pays comme le Luxembourg, Chypre ou Malte ont renforcé leur souveraineté grâce à l’Union européenne. Désormais, ils sont mieux protégés. Les pays africains devraient s’en inspirer…

Mais, tout de même, ne faut-il pas procéder par étapes et construire d’abord les sous-régions ?

Regardez les pays maghrébins et tout l’argent qu’ils perdent parce qu’ils ne sont pas parvenus à s’unir ! Regardez les pays d’Afrique australe qui se disputent sur le cas du Zimbabwe. Le Botswana est presque en guerre avec ce pays ! Regardez le conflit entre l’Éthiopie et l’Érythrée dans la Corne de l’Afrique. Cela dit, on peut très bien construire les régions et travailler en même temps à l’échelle continentale. Les ressources de l’Afrique sont immenses. Pensez au fleuve Congo ou aux chutes Victoria… Nous ne les exploitons pas ! Et notre commerce extérieur est totalement désorganisé face aux quatre grands, les États-Unis, l’Europe, la Chine et l’Inde.

Le dernier sommet n’a-t-il pas renforcé le clivage entre vous et les souverainistes comme l’Ouganda et l’Éthiopie ?

Non. Je crois que petit à petit ces « souverainistes », comme vous dites, vont venir à l’Union. Parmi eux, il y a aussi l’Afrique du Sud, qui est une puissance économique, et l’Angola, qui est devenu très riche. Mais ils commencent à bouger.

Franchement, dix ans après le sommet de Syrte, les choses n’avancent-elles pas beaucoup plus lentement que vous le souhaitiez ?

Au contraire, à Syrte, on ne pensait pas qu’on ferait tant de chemin en dix ans ! C’est un miracle ! Et on est très optimistes, je vous assure.

Si votre projet ne marche pas, le président Abdoulaye Wade propose un plan alternatif qui regrouperait une vingtaine de pays, pour la plupart d’Afrique du Nord et de l’Ouest…

Oui, je suis au courant. Je crois que le président Wade est un vrai fédéraliste et qu’il a raison de presser le pas, mais il y a le risque de diviser le continent. Alors, parfois, il vaut mieux attendre les retardataires pour préserver l’unité de l’Afrique. La division, ce serait trop grave. On ne peut pas prendre cette responsabilité.

Les chefs d’État d’Afrique centrale ont brillé par leur absence à ce sommet. Ne boudent-ils pas votre projet ?

Non, je ne crois pas. Je ne sais pas pourquoi le président Bongo Ondimba a renoncé à venir, mais le Gabon a apporté une contribution très intéressante au projet d’union. Il est même à l’avant-garde. Le Tchad et la Centrafrique sont aussi dans le mouvement. Le Cameroun hésite un peu, mais récemment il a adopté une attitude plus favorable à l’Union. Son président n’est pas venu à Addis, mais ce n’est pas la première fois…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès gé[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces