Extension Factory Builder

Don Bigg

03/02/2009 à 14:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Don Bigg Don Bigg

De son vrai nom Taoufik Hazeb, il est la star montante du hip-hop marocain.

JEUNE AFRIQUE : La darija que vous employez dans vos textes choque. Beaucoup la considèrent comme vulgaire…

DON BIGG : J’utilise le seul langage qui existe au Maroc : celui de la rue. C’est une hypocrisie sociale que de trouver cette langue vulgaire. Je ne veux pas rentrer dans le jeu du formatage télé ou radiophonique, je laisse ça à d’autres qui font ça très bien. Si je faisais ça, je servirais moi aussi cette société schizophrène et hypocrite que je dénonce dans mes chansons.

Vos textes sont très politiques. Vous n’avez jamais de problèmes de censure ?

Ils ne sont pas uniquement politiques. Je chante ce que je vois, ce que je vis. Je peux rapper sur la corruption comme sur les grosses bagnoles, sur ce qui est bien au bled comme sur ce qui ne va pas… Pour ce qui est de la censure, bien sûr qu’elle existe encore, mais sous de nouvelles formes. Un exemple : quand j’ai voulu sortir mon premier CD, je suis allé voir la seule maison de disques marocaine. J’ai essuyé un refus catégorique sous prétexte que mes paroles ne correspondaient pas aux principes de la maison. Mais à présent que je suis connu et que j’ai quelques moyens, je peux dire ce que je veux. C’est d’une hypocrisie hallucinante.

Absence d’industrie du disque, piratage, faibles cachets… La plupart des rappeurs peinent encore à vivre de leur art. C’est aussi votre cas ?

Quand j’ai débarqué, la condition des artistes était misérable. Aujourd’hui, les choses commencent à changer. Quelques groupes arrivent à gagner décemment leur vie. Mais il faut encore professionnaliser les choses. Je viens d’ailleurs de créer ma propre maison de production pour aider les groupes locaux à s’en sortir. Quant au piratage, on peut s’en servir. Les vendeurs de CD piratés ne sont pas des voleurs, mais de pauvres gens qui gagnent 1 ou 2 dirhams par album vendu. Si on leur propose de vendre demain un disque officiel avec une plus grande marge, je suis sûr qu’ils le feront. C’est ce que je compte faire pour mon nouvel album. Qu’on le veuille ou non, le circuit de l’informel peut être un formidable outil de distribution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra l'[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Le Maroc face à la "Daesh connection"

Plus d'un millier de Marocains ont décidé de rejoindre les rangs de l'État islamique. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment sont-ils recrutés ? Comment les autorités[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Le marocain Saham s'implante au Nigeria

Saham a acquis 40% de la société nigériane d'assurance non-vie Unitrust Insurance. Pénétrant sur le troisième marché du continent et l'un des plus prometteurs.[...]

Un ressortissant français et sa fille retrouvés mort dans le centre du Maroc

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce double homicide remonte à une semaine et aurait été motivé par le vol. Trois suspects ont été arrêtés,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers