Extension Factory Builder

Don Bigg

03/02/2009 à 14:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Don Bigg Don Bigg

De son vrai nom Taoufik Hazeb, il est la star montante du hip-hop marocain.

JEUNE AFRIQUE : La darija que vous employez dans vos textes choque. Beaucoup la considèrent comme vulgaire…

DON BIGG : J’utilise le seul langage qui existe au Maroc : celui de la rue. C’est une hypocrisie sociale que de trouver cette langue vulgaire. Je ne veux pas rentrer dans le jeu du formatage télé ou radiophonique, je laisse ça à d’autres qui font ça très bien. Si je faisais ça, je servirais moi aussi cette société schizophrène et hypocrite que je dénonce dans mes chansons.

Vos textes sont très politiques. Vous n’avez jamais de problèmes de censure ?

Ils ne sont pas uniquement politiques. Je chante ce que je vois, ce que je vis. Je peux rapper sur la corruption comme sur les grosses bagnoles, sur ce qui est bien au bled comme sur ce qui ne va pas… Pour ce qui est de la censure, bien sûr qu’elle existe encore, mais sous de nouvelles formes. Un exemple : quand j’ai voulu sortir mon premier CD, je suis allé voir la seule maison de disques marocaine. J’ai essuyé un refus catégorique sous prétexte que mes paroles ne correspondaient pas aux principes de la maison. Mais à présent que je suis connu et que j’ai quelques moyens, je peux dire ce que je veux. C’est d’une hypocrisie hallucinante.

Absence d’industrie du disque, piratage, faibles cachets… La plupart des rappeurs peinent encore à vivre de leur art. C’est aussi votre cas ?

Quand j’ai débarqué, la condition des artistes était misérable. Aujourd’hui, les choses commencent à changer. Quelques groupes arrivent à gagner décemment leur vie. Mais il faut encore professionnaliser les choses. Je viens d’ailleurs de créer ma propre maison de production pour aider les groupes locaux à s’en sortir. Quant au piratage, on peut s’en servir. Les vendeurs de CD piratés ne sont pas des voleurs, mais de pauvres gens qui gagnent 1 ou 2 dirhams par album vendu. Si on leur propose de vendre demain un disque officiel avec une plus grande marge, je suis sûr qu’ils le feront. C’est ce que je compte faire pour mon nouvel album. Qu’on le veuille ou non, le circuit de l’informel peut être un formidable outil de distribution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex