Extension Factory Builder

Dileita Mohamed Dileita

12/01/2009 à 17:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Premier ministre de Djibouti

Jeune Afrique : L’occupation de l’île de Ras-Doumeira par l’armée érythréenne crée une situation de guerre. Quel en est le coût pour le Trésor public ?

Dileita Mohamed Dileita : Il est énorme. L’attitude belliqueuse d’Asmara nous oblige à mobiliser les deux tiers de nos forces de sécurité, armée, police et gendarmerie confondues. Nous avons dû rappeler des militaires à la retraite pour faire face à l’agression. L’effort logistique pour assurer l’ordinaire à nos soldats, les rotations aériennes et l’explosion des besoins en carburant nous coûtent, en moyenne, 5 millions de dollars par mois. Cela équivaut au double de ce que l’État consacre annuellement à la subvention des produits de première nécessité.

Où en êtes-vous sur le front diplomatique ?

Cette affaire montre à quel point la communauté internationale peut faire preuve de laxisme. Toutes les instances régionales, continentales ou internationales ont condamné l’occupation d’une partie de notre territoire par l’Érythrée, mais celle-ci dure depuis plus de six mois. Jusque-là, nous avons fait preuve de sagesse et de retenue. Djibouti, qui a fait le choix stratégique de la neutralité dans les différents conflits régionaux, n’est pas pour autant incapable de défendre son intégrité territoriale. Nos appels au dialogue direct avec les autorités d’Asmara n’ont pas trouvé d’écho et nous prenons à témoin l’Union africaine et les Nations unies : nous n’accepterons jamais le fait accompli.

Allez-vous revoir à la baisse vos ambitions de faire de Djibouti le Dubaï de la Corne de l’Afrique ?

En six mois, l’effort militaire nous a coûté 30 millions de dollars. C’est autant de ressources en moins pour nos opérations de développement. Fort heureusement, ni l’agression érythréenne ni la crise financière internationale n’ont eu d’impact sur notre programme d’investissement. Le terminal pétrolier de Doraleh est déjà entré en production. Celui dédié aux conteneurs devrait être inauguré à la mi-janvier. Quant à l’interconnexion électrique avec l’Éthiopie, qui devrait contribuer à alléger notre facture énergétique, les travaux sont en cours d’achèvement grâce à un financement de la coopération iranienne. La crise qui secoue les marchés financiers n’a pas eu de conséquence directe sur notre économie en raison de la prudence qui caractérise notre politique monétaire. Un seul projet a failli être menacé : celui de la production électrique par géodésie. Cette entreprise, qui doit être financée par une banque islandaise, elle-même en butte à des problèmes de liquidités, a connu une période de flottement. Mais les autorités de Reykjavik nous ont rassurés. Quant au phénomène de la piraterie au large des côtes somaliennes, il n’a eu aucun effet sur le volume de marchandises transitant par le port de Djibouti. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Djibouti

DP World en pleine tourmente sur le continent

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti, pour[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Djibouti : petit écran, jeunes talents

Pour ses 60 ans, la radio-télévision nationale djiboutienne bouscule sa grille. Place au divertissement et à la téléréalité. Avec, en vedette, des programmes[...]

À Djibouti, le français tire la langue

Depuis quinze ans, l'arabe prend de plus en plus d'importance. L'anglais, lui aussi, frappe à la porte. Un rééquilibrage culturel d'un côté, un virage commercial de l'autre. Et la fin[...]

Djibouti : l'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année

L'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année. Les principaux bénéficiaires ? Les catégories les plus vulnérables de la population. Mais gare à la dépense.[...]

Djibouti : entre l'opposition et le pouvoir, le dialogue est rompu

Des élus d'opposition qui refusent de siéger à l'Assemblée, un président qui leur tend la main, puis réprime leurs manifestations... Au secours, le dialogue est en panne ![...]

Terrorisme, piraterie : Djibouti, en première ligne

Sa position stratégique le met au centre de la lutte contre la piraterie et le terrorisme dans la Corne de l'Afrique. Résultat : le pays est courtisé par les Occidentaux, qui y déploient leurs[...]

Djibouti : les monts Goda, un monde à l'agonie

Rongée par un champignon et par la sécheresse, l'une des dernières forêts primaires du continent se meurt. Des habitants se mobilisent pour la sauver.[...]

Djibouti : carrefour dangereux

Comment peut-on être Djiboutien ? Lors de la proclamation de l'indépendance, il y a tout juste trente-sept ans, la question pouvait légitimement se poser : aux yeux de ses voisins éthiopien et[...]

Djibouti - Mahmoud Ali Youssouf : "Avec l'Éthiopie, nous sommes la locomotive de la région"

Présence militaire étrangère, émergence de la Chine, tiédeur des relations avec la France, refus de légaliser les partis islamistes, axe géostratégique avec[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex