Extension Factory Builder

El Mili : "Le Qatar fait tout pour que la Tunisie ne se tourne pas vers l'Algerie"

12/06/2013 à 14:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'émir du Qatar Hamad Ibn Khalifa Al Thani avec l'Algérien Abdelaziz Bouteflika. L'émir du Qatar Hamad Ibn Khalifa Al Thani avec l'Algérien Abdelaziz Bouteflika. © Farouk Batiche/AFP

Dans son ouvrage "Le Printemps arabe : une manipulation ?" (éd. Max Milo), paru fin 2012, Naoufel Brahimi El Mili, professeur à Sciences-Po Paris, envisage le Qatar comme un relais régional des États-Unis. L'émirat oeuvrerait pour concrétiser la vision américaine de "Grand Moyen-Orient" esquissée par George W. Bush et revisitée par Barack Obama. Le docteur en sciences politiques confie à "Jeune Afrique" son analyse des rapports entre l'émirat et la République algérienne, épargnée par les révolutions de 2011.

Jeune Afrique : Que pensent les décideurs algériens du Qatar ?

Naoufel Brahimi El Mili : Certains disent qu'il faut le ménager, d'autres préfèrent le négliger. Car l'Algérie est riche et n'a pas besoin de l'argent qatari : c'est la limite de l'émirat dans la République. Mais en haut lieu, on ne sous-estime pas son pouvoir de nuisance - pouvoir que les diplomates qataris ont rappelé à leurs homologues algériens en leur répétant, au Maroc puis en Égypte, alors qu'ils s'opposaient sur la question syrienne : « Votre tour viendra. » Cela peut inquiéter les Algériens, par ailleurs très anxieux de ce qui se passe à leurs frontières malienne et libyenne.

Comment cette menace se manifeste-t-elle ?

Pendant la prise d'otages de la raffinerie d'In Amenas, à qui Al-Jazira a donné la parole ? À Abassi Madani [l'un des fondateurs du Front islamique du salut (FIS) algérien, exilé à Doha], qui répétait à l'envi que le peuple était choqué de l'autorisation donnée à la France de survoler le territoire. De même, la chaîne avait été la seule à couvrir une manifestation d'Ali Belhadj [ancien numéro deux du FIS] qui n'a rassemblé qu'une quarantaine de personnes dont, selon moi, une bonne moitié d'indicateurs. Un non-événement. C'est le type de choses que les Qataris pratiquent en Algérie...

Quel est leur objectif ?

Le Qatar fait tout pour que Tunis ne se tourne pas vers Alger. L'Algérie, qui vient de prêter 5 milliards de dollars [3,9 milliards d'euros] au FMI [Fonds monétaire international], a les moyens d'aider la Tunisie voisine. Mais jusqu'à présent, le pouvoir tunisien ne lui a rien demandé. Le Qatar et Ennahdha sont en train d'installer un firewall. Pour moi, la seule façon pour qu'Alger - qui traverse un grand moment de solitude diplomatique - soit pris au sérieux au niveau régional, c'est de faire un plan Marshall pour la Tunisie. Et l'Algérie, qui reçoit 80 000 ouvriers chinois, pourrait très bien ouvrir sa porte à 50 000 travailleurs tunisiens. Cela signifierait le retour d'Alger sur les radars régionaux, ce dont les Qataris ne veulent en aucun cas.

________

Propos recueillis par Laurent de Saint Perier

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

L'avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté au 19 avril

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi 25 mars, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest au 19 avril. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces