Extension Factory Builder
26/12/2011 à 10:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Quelle année ! Comment, malgré l’accoutumance à cette drogue que sont pour les journalistes les éruptions de l’actualité, ne pas être pris de vertige lorsque l’on déroule le film des événements de 2011 ? N’en déplaise aux Cassandre, affolés par l’arrivée au pouvoir des islamistes en Tunisie, en Égypte ou au Maroc et prédisant un véritable pandémonium aux protagonistes de cette extraordinaire aventure qui a bouleversé le Maghreb et le Moyen-Orient, le monde arabe est de facto en pleine renaissance. Malgré les incertitudes, les doutes et les erreurs qui ne manqueront pas de jalonner ce cheminement à tâtons en terra incognita, une certitude : le progrès n’est plus l’apanage d’un Occident aujourd’hui sclérosé, dévoré par ses excès et ses peurs. Le progrès, et la dynamique qu’il induit, est désormais arabe. Le pluralisme, la diversité, le débat, la culture du compromis, la quête de liberté, la prise de risques – y compris physiques –, la défense de valeurs morales (justice, égalité, droits de l’homme, lutte contre la corruption, etc.) aussi. Mieux, l’édification de projets de société inédits n’obéit plus aux diktats émanant d’autorités intérieures comme extérieures ou au « copier-coller » de supposées panacées venues d’ailleurs. Les Arabes construisent eux-mêmes leur propre avenir. Qui l’eût cru ?

Depuis Tunis, le vent du changement s’est mis à souffler sur l’Afrique. Ici, des ouragans ou des bourrasques, là, une imperceptible brise. Mais, partout, le sentiment que rien ne sera plus comme avant, que tout peut arriver, même ce qui était, il n’y a pas si longtemps, impensable.

De 2011, nous retiendrons aussi cette incroyable malédiction qui s’est abattue sur la caste des dictateurs. Ben Ali et Moubarak, évidemment. Ali Abdallah Saleh, aussi. Kim Jong-il et Kadhafi, caricatures ubuesques de ce que l’humanité peut produire de pire, surtout. Sans parler des Fidel Castro ou Hugo Chávez, versions caribéennes d’une espèce en voie d’extinction, rattrapées par l’âge ou la maladie.

Cette année ébouriffante s’achève, hélas ! sur le pire des scénarios : le bras de fer qui se déroule sous nos yeux, à Kinshasa, entre Joseph Kabila et Étienne Tshisekedi. Une élection catastrophique qui aboutit à un hold-up de la démocratie. Un pays pris en otage, une nouvelle fois. Une armée tribalisée qui protège son chef contesté et qui, elle, ne basculera pas dans le camp des partisans du Sphinx de Limete. Une communauté internationale, enfin, qui accepte, certes avec des pincettes, la victoire de Kabila parce qu’elle n’a guère confiance en son opposant : Tshisekedi n’est pas Ouattara. Après la crise postélectorale ivoirienne à la fin de 2010, voici la crise congolaise un an plus tard. Quand on connaît la suite des événements, ça promet pour 2012…
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Le Nigérian Akinwumi Adesina a obtenu près de 26% des voix, devançant la Cap-Verdienne Cristina Duarte, qui décroche 24,5% des voix grâce au soutien massif des électeurs non-continentaux.[...]

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers