Extension Factory Builder

Carthage au féminin

14/12/2008 à 13:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Pour la seconde fois, les Journées cinématographiques (25 octobre-1er novembre) étaient dirigées par une femme, Dora Bouchoucha. Portrait.

Dora Bouchoucha n’est pas ce qu’on appellerait une « figure publique », mais cette bosseuse hors norme est un nom respecté dans les milieux du cinéma. Ses années passées à sillonner l’Afrique et l’Europe pour défendre la production cinématographique des pays du Sud, son sérieux et sa capacité à rallier les grandes pointures du métier lui ont valu d’être nommée à la direction de la 22e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), qui s’est tenue à Tunis du 25 octobre au 1er novembre. C’est la seconde fois qu’une femme se voit confier cette charge depuis la naissance des JCC en 1966.
Cette Tunisienne de 50 ans à l’apparence hautaine et froide est en réalité un écrin d’émotions cachées. Et d’étranges paradoxes : derrière sa silhouette frêle se révèle un caractère obstiné, et la dureté de son visage est vite effacée par un franc sourire. Faut-il chercher cette ambivalence dans une enfance passée entre un père tunisien, spécialiste des problèmes du comportement, et une mère algérienne, assistante sociale pour jeunes orphelins ? « Je suis née dans un hôpital de fous, raconte-t-elle. Mes premiers camarades ont été des enfants laissés à l’abandon et des malades mentaux. »

Réflexe masochiste

Mais Dora s’en veut « de se sentir bien » au milieu de cette misère morale. Surtout, elle a du mal à rentrer dans l’univers des gens « normaux ». D’autant que ses parents l’envoient étudier au collège Sadiki de Tunis, un établissement fréquenté par des garçons. À 11 ans, Dora se retrouve seule au milieu de 3 500 camarades de sexe masculin. Mais lorsque, quelques mois plus tard, son père lui propose de l’inscrire ailleurs, elle refuse catégoriquement. Non pas parce qu’elle a fini par aimer son calvaire, mais parce qu’elle ne veut pas être encore « la nouvelle élève qui débarque en cours d’année et que tout le monde remarque ». De là vient sans doute la tendance de cette femme à vouloir être discrète et fuir le clinquant et le vedettariat. Mais en même temps, dans un réflexe presque masochiste, elle choisit le milieu des paillettes et du cinéma.
Alors qu’elle enseigne l’anglais à la faculté, le producteur Ahmed Attia la sollicite pour traduire quelques scénarios. C’est sa première rencontre avec le cinéma. En 1992, elle crée l’Atelier des projets des JCC. Trois années plus tard, elle lance sa propre société de production, Nomadis Images. Certains des films qu’elle finance sont promis à une belle carrière internationale, comme La Saison des hommes, de Moufida Tlatli, ou Satin rouge, de Raja Amari. Là où elle frappe, les portes s’ouvrent. Et elle parvient à se faire connaître à l’étranger.
Elle est nommée responsable pédagogique du projet Meda films développement, financé par l’Union européenne et destiné aux producteurs et scénaristes du Sud. En 2008, elle est appelée à sélectionner les films africains pour la Mostra de Venise.
On pourrait mettre cette activité sans répit sur le compte de l’ambition. Dora corrige : « C’est le syndrome du premier de la classe hérité de mon collège où il fallait en faire plus que les garçons. » De quoi, effectivement, forger un caractère.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Tunisie : un ex-ministre de Ben Ali à Carthage ?

Tunisie : un ex-ministre de Ben Ali à Carthage ?

Caciques de l'ancien régime ou membres éphémères de l'équipe gouvernementale du président déchu, ils ont décidé de briguer la magistrature suprême le 23&[...]

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers