Extension Factory Builder

Femi Kuti donne de la voix

14/12/2008 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Femi Kuti donne de la voix Femi Kuti donne de la voix

Alors que Seun, son talentueux jeune frère, brille sur la scène internationale, Femi Kuti revient en première ligne avec un album original et une colère qui ne faiblit pas.

La musique, juste « pour le fun », il ne connaît pas. Fela Anikulapo Kuti, son père, disait d’elle qu’elle était l’arme du futur. Femi, 46 ans, adhère à la proposition, sans hésitation. Coups de griffes et coups de gueule à travers les chansons, c’est quasi la seule attitude envisageable pour lui, même s’il s’autorise quelques digressions vers la légèreté.
Dans Day by Day, par exemple, son nouvel album, le titre « Do You Know », d’une couleur très swing, essentiellement instrumental, ne contient qu’une énumération des noms de quelques-uns de ses héros musiciens, rappelant son goût pour le jazz, souligné par des clins d’œil plus ou moins appuyés dans sa version de l’afro-beat : Miles Davis, Dizzy Gillespie, John Coltrane, Billie Holiday, Duke Ellington… Et puis aussi : Fela Anikulapo Kuti. Héros tout court. Le premier de tous et pour toujours. Le créateur de l’afro-beat (avec la complicité de la frappe généreuse du batteur Tony Allen), décédé le 2 août 1997 à Lagos, son père, sa fierté.
Beaucoup de gens veulent absolument comparer sa musique et ses mots à ceux de Fela, voir en quoi il se rapproche de lui, en quoi il s’en éloigne. Une attitude perceptible en Occident, mais également au Nigeria. « La presse nigériane a toujours été très agressive avec moi. Cette “presse”, qui a tenté de créer une polémique entre mon frère - Seun - et moi, a commencé à m’attaquer dès la mort de Fela. Ils disaient que je ne lui ressemblais pas, que ma mère, une métisse anglaise, était blanche, donc que je ne pouvais pas être son héritier… Puis ils se sont mis à écrire que Fela jouait du piano, de la trompette, et pas moi. Ils critiquaient mes capacités de musicien. En se focalisant sur ce point, cela leur permettait de nier mon côté politique. »
« Pour leur laisser moins d’espace », Femi s’est mis à ces instruments. Sur Day by Day, son cinquième album, enregistré à Paris et réalisé par Sodi, producteur français (Les Négresses vertes, IAM, Les Têtes Raides, Fela…) fidèle à Femi depuis Shoki Shoki (1998), outre le saxophone, il fait toutes les parties de clavier et joue de la trompette. L’idée de passer à d’autres instruments est plus qu’un pied de nez aux plumes acerbes de la presse nigériane. C’est surtout pour le musicien l’envie de se diversifier. « Je devais me mettre à d’autres instruments pour exprimer tout ce que j’avais à dire. C’était un nouveau challenge pour moi, car apprendre un instrument est plus facile quand on est jeune, ce qui n’est plus tout à fait mon cas. »
Si l’afro-beat est musicalement un « cocktail explosif né de la rencontre du jazz, du funk et de la musique traditionnelle africaine », comme le rappelle en raccourci dans son préambule un documentaire consacré à Femi, du jeune réalisateur français Raphaël Frydman (Live at the Shrine, sorti en 2005), Femi a toujours été partisan d’un afro-beat largement ouvert… D’un esprit très « soul » (présence marquée de l’orgue Hammond, voix souvent plus douce que rageuse), Day by Day est truffé de pépites.

Esprit de résistance

On y entend quelques notes d’un de ces minuscules pianos dont jouent les bambins, un gosse chantant une ritournelle (le fils de Femi, 13 ans), une guitare habile (le compatriote Keziah Jones). On y croise aussi des invités que l’on pourrait croire hors sujet : le guitariste Seb Martel, les chanteuses Julia Sarr et Camille. Mais au fait, est-ce encore un disque d’afro-beat ? Absolument, répond Femi. « J’ai fait suffisamment d’afro-beat traditionnel. Celui que je joue aujourd’hui se nourrit de toutes les influences dont je me suis imprégné au fil de mes voyages. »
Il fut une époque où les comparaisons incessantes avec son père avaient le don de l’irriter. Désormais, cela ne le perturbe plus le moins du monde. Comme tout un chacun sur le continent, Femi respecte profondément son géniteur et mesure ce qu’il lui doit. « L’histoire entre un père et son fils est toujours très importante, surtout en Afrique. » Le musicien se souvient avec émotion et fierté de l’époque où il a assuré la direction du groupe de Fela. C’était en 1985, lors d’une tournée aux États-Unis. Son père, au moment d’embarquer, s’était fait arrêter une nouvelle fois par la police nigériane. Le prétexte ? Exportation illégale de devises… Femi doit à Fela son engagement musical pour l’afro-beat et sa conscience aiguë, sa hargne, son indéfectible esprit de résistance. Tout va à vau-l’eau au Nigeria, et c’est de pire en pire, affirme le chanteur. « Jour après jour, c’est toujours la même galère. Il faut te battre pour gagner ta vie. Jour après jour, nuit après nuit, tu rêves de paix dans le monde, mais rien n’arrive. Tout ce que j’ai dénoncé et prédit il y a dix ans, à l’époque de mon disque Shoki Shoki, a empiré. L’Europe et les États-Unis étaient hypocrites lorsqu’ils promettaient d’investir en Afrique, pour aider au développement. »

Panafricanisme

Quant aux leaders en Afrique, ils ne sont que d’« éternels malentendus », lâche Femi dans un sourire désabusé. « Parmi les gens au pouvoir, il n’y a aucun visionnaire qui a l’inspiration de lutter contre la corruption, d’amener plus de justice. » Les raisons de la colère sont nombreuses, mais elles ne l’empêchent pas de vouloir croire encore et encore aux vertus du panafricanisme, auquel se référait également son père. « Quand l’homme africain pourra s’asseoir à l’ONU comme un seul peuple, alors là, le cours des choses pourra commencer à changer. »
À l’Afrika New Shrine, le complexe - à la fois centre social et salle de concerts - que Femi a ouvert à Lagos, non loin de l’ancien club de son père, détruit en 1999, le nom de Kwame Nkrumah est accroché en fond de scène. Courant octobre, 10 000 personnes ont participé là au Felabration, le festival annuel organisé par Femi pour célébrer la date de naissance de son père (15 octobre 1938). Sur scène, il y avait des célébrités, telles que : Damon Albarn, Amadou et Mariam, Ginger Baker, Flea (Red Hot Chili Pepers) et… Femi, qui, le lendemain, y a donné un show de plus de trois heures. Vers cet endroit bouillonnant, îlot à la fois de résistance et de lâcher-prise, la police vient parfois semer le désordre. En décembre 2007, un groupe a débarqué violemment, cassant le mobilier, blessant plusieurs personnes. La presse nigériane ne s’en est pas fait l’écho.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Chafik Gasmi

Parcours précédent :
Amine Bahnini

Nigeria

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Les élections de février, un test décisif pour l'unité du Nigeria

Comfort Ero dirige le programme Afrique à Nairobi depuis janvier 2011 au sein de Crisis Group. À moins d’un mois d’élections qui sont déjà l’objet de vives controverses, le[...]

Nigeria : la ville de Maiduguri doit-elle craindre une nouvelle attaque de Boko Haram ?

Boko Haram s'approche dangereusement de Maiduguri. Après la prise d'une nouvelle localité dimanche dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste, l'étau se resserre autour de la capitale de l'État[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Monguno, dernier verrou militaire avant Maiduguri

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Dimanche, le groupe terroriste a pris le contrôle de Monguno, une ville stratégique où se trouvait la dernière base militaire de[...]

Nigeria: Boko Haram s'empare de Monguno et attaque Maiduguri

De violents combats opposaient dimanche l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes dans le nord-est du Nigeria, ainsi qu'à Monguno,[...]

Nigeria : Boko Haram tue 15 villageois dans le nord-est

Des combattants du groupe islamiste armé Boko Haram ont abattu vendredi 15 personnes dans un village proche de leur fief historique de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris samedi auprès d'un [...]

Nigeria : les élections maintenues au 14 février

La Commission électorale du Nigeria a réaffirmé vendredi que les élections présidentielle et législatives prévues le 14 février auraient bien lieu à la date[...]

Nigeria : quatre points clés pour comprendre les enjeux d'un éventuel report des élections

C’est une petite phrase prononcée le 22 janvier par le conseiller national à la sécurité du Nigeria lors d’une conférence à Londres qui relance le débat sur un[...]

Terrorisme au Cameroun : Paris peut faire plus, Yaoundé en est persuadé

Le Cameroun se sent bien seul dans la guerre contre les jihadistes et attend de la France qu'elle s'implique davantage.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces