Extension Factory Builder

Leila Mhamdi

14/12/2008 à 12:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Son projet d’entreprise de sous-traitance pour un investisseur étranger a été financé. Et la jeune promotrice vient d’inaugurer son usine de confection.

Jeune, femme, Leila Mhamdi est aussi, à 32 ans, chef d’entreprise. Pour le moment, elle préfère que l’on dise « promotrice ». Son usine de confection, à Kasserine (centre-ouest du pays), a été inaugurée le 3 septembre 2008 et elle sait qu’elle doit faire ses preuves sur le long cours. Mais, déjà, son cas est un exemple du parcours du combattant auquel les porteurs de projets sont confrontés s’ils veulent réussir à devenir sous-traitants pour un investisseur étranger.
Après un diplôme de technicien supérieur en administration et communication, décroché dans un Institut supérieur d’études techniques (Iset, cycle universitaire court), Leila a cherché activement du travail. « Je cherchais un emploi ou un projet à réaliser moi-même, mais je n’avais pas d’idée précise », explique-t-elle. Elle épluche chaque jour les petites annonces et répond à des dizaines d’offres d’emploi. Sans résultat.

Dans sa quête, elle fréquente « Les mercredis de la création d’entreprises » et la « Criée des start-up », deux rendez-vous en un, lancés par le ministère de l’Industrie en 2005, qui se tiennent chaque mercredi dans tous les gouvernorats du pays. Les jeunes qui ont un projet y viennent pour rencontrer, dans une atmosphère bon enfant, des représentants de banques, de fonds de capital-risque, de structures publiques d’appui aux entreprises et, parfois, des ministres s’invitant à l’occasion.
C’est au cours de l’un de ces mercredis que Leila a appris que le gouvernement avait convaincu le groupe Benetton - déjà solidement implanté, depuis plusieurs années, sur le littoral, dans la région de Sousse et de Monastir - de faire de l’essaimage dans la région de Kasserine, à l’intérieur du pays. C’est là que Leila est née et qu’elle habite. Pourquoi ne pas profiter de cette aubaine pour lancer, au pays, un atelier de confection et ne pas avoir à se séparer des siens pour aller travailler ailleurs ?
Le groupe de prêt-à-porter italien exige que les candidats qui souhaitent devenir ses sous-traitants soient des gestionnaires ou des techniciens expérimentés dans le secteur. Pas de problème. Leila répond au premier critère et trouve un technicien du textile prêt à l’accompagner pour former de jeunes ouvrières. Elle complète elle-même sa formation en effectuant des stages dans des usines de confection.
L’étude de faisabilité montre que le projet nécessite 200 000 dinars (près de 118 000 euros) pour sa mise en œuvre. Leila mobilise alors en fonds propres 20 % de la somme. Les 80 % restants viendront des banques ainsi que de divers mécanismes de financement et de dotations mis en place par le gouvernement pour aider les jeunes promoteurs. Aujourd’hui, elle dirige une entreprise qui emploie 53 jeunes filles. Et, déjà, elle pense extension. « Bientôt, dit-elle, j’aurai une deuxième chaîne et j’embaucherai plus de jeunes. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Ahmed chez les Bataves

Portrait précédent :
Carthage au féminin

Tunisie

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex