Extension Factory Builder

Leila Mhamdi

14/12/2008 à 12:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Son projet d’entreprise de sous-traitance pour un investisseur étranger a été financé. Et la jeune promotrice vient d’inaugurer son usine de confection.

Jeune, femme, Leila Mhamdi est aussi, à 32 ans, chef d’entreprise. Pour le moment, elle préfère que l’on dise « promotrice ». Son usine de confection, à Kasserine (centre-ouest du pays), a été inaugurée le 3 septembre 2008 et elle sait qu’elle doit faire ses preuves sur le long cours. Mais, déjà, son cas est un exemple du parcours du combattant auquel les porteurs de projets sont confrontés s’ils veulent réussir à devenir sous-traitants pour un investisseur étranger.
Après un diplôme de technicien supérieur en administration et communication, décroché dans un Institut supérieur d’études techniques (Iset, cycle universitaire court), Leila a cherché activement du travail. « Je cherchais un emploi ou un projet à réaliser moi-même, mais je n’avais pas d’idée précise », explique-t-elle. Elle épluche chaque jour les petites annonces et répond à des dizaines d’offres d’emploi. Sans résultat.

Dans sa quête, elle fréquente « Les mercredis de la création d’entreprises » et la « Criée des start-up », deux rendez-vous en un, lancés par le ministère de l’Industrie en 2005, qui se tiennent chaque mercredi dans tous les gouvernorats du pays. Les jeunes qui ont un projet y viennent pour rencontrer, dans une atmosphère bon enfant, des représentants de banques, de fonds de capital-risque, de structures publiques d’appui aux entreprises et, parfois, des ministres s’invitant à l’occasion.
C’est au cours de l’un de ces mercredis que Leila a appris que le gouvernement avait convaincu le groupe Benetton - déjà solidement implanté, depuis plusieurs années, sur le littoral, dans la région de Sousse et de Monastir - de faire de l’essaimage dans la région de Kasserine, à l’intérieur du pays. C’est là que Leila est née et qu’elle habite. Pourquoi ne pas profiter de cette aubaine pour lancer, au pays, un atelier de confection et ne pas avoir à se séparer des siens pour aller travailler ailleurs ?
Le groupe de prêt-à-porter italien exige que les candidats qui souhaitent devenir ses sous-traitants soient des gestionnaires ou des techniciens expérimentés dans le secteur. Pas de problème. Leila répond au premier critère et trouve un technicien du textile prêt à l’accompagner pour former de jeunes ouvrières. Elle complète elle-même sa formation en effectuant des stages dans des usines de confection.
L’étude de faisabilité montre que le projet nécessite 200 000 dinars (près de 118 000 euros) pour sa mise en œuvre. Leila mobilise alors en fonds propres 20 % de la somme. Les 80 % restants viendront des banques ainsi que de divers mécanismes de financement et de dotations mis en place par le gouvernement pour aider les jeunes promoteurs. Aujourd’hui, elle dirige une entreprise qui emploie 53 jeunes filles. Et, déjà, elle pense extension. « Bientôt, dit-elle, j’aurai une deuxième chaîne et j’embaucherai plus de jeunes. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Ahmed chez les Bataves

Portrait précédent :
Carthage au féminin

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers