Extension Factory Builder

Ahmed chez les Bataves

14/12/2008 à 12:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed chez les Bataves Ahmed chez les Bataves

Né au Maroc, le futur maire de Rotterdam, l’un des plus grands ports du monde, est musulman pratiquant.

C’est une grande nouvelle pour les Marocains des Pays-Bas et d’ailleurs : le prochain maire de Rotterdam s’appelle Ahmed Aboutaleb. L’événement est de taille. Rotterdam est l’un des plus grands ports du monde, sinon le plus grand (ça dépend du critère de classement) ; c’est le poumon économique du pays, qui vit essentiellement de l’import-export ; et c’est la principale voie d’accès vers la Ruhr allemande.
Et qui va, à partir du 1er janvier prochain, diriger Rotterdam ? Le fils d’un imam (ça ne s’invente pas), qui est musulman pratiquant et qui n’est arrivé aux Pays-Bas qu’à l’âge de 15 ans, dans le cadre du regroupement familial. C’est justement cela qui épate les Hollandais : qu’un adolescent débarque dans leur pays sans parler un seul mot de néerlandais ; que quelques années plus tard il décroche un diplôme d’électronicien ; qu’il se retrouve journaliste, puis directeur de Forum, une fondation ayant pour but la promotion du multiculturalisme ; et qu’il finisse par être élu échevin d’Amsterdam, puis, encore quadragénaire, désigné secrétaire d’État aux Affaires sociales. Et maintenant, c’est « à nous deux, Rotterdam ! »
Bien sûr, tout cela n’est pas seulement le résultat du talent, de l’ambition et du travail : le jeune Aboutaleb a eu le flair de s’inscrire très tôt au PVDA, le parti socialiste des Pays-Bas. Or, à la différence de certains de ses homologues européens, celui-ci accueille à bras ouverts les immigrés et leur donne une place de choix dans toutes les instances où il est majoritaire.
L’annonce de l’arrivée d’Aboutaleb à Rotterdam n’a pas fait que des heureux. Il faut dire que la ville portuaire fut le bastion de Pim Fortuyn, le leader populiste et xénophobe qui était sur le point de devenir Premier ministre quand il fut assassiné, le 6 mai 2002. Les inconsolables de Fortuyn crient aujourd’hui au scandale. Et ils rappellent que le nouveau maire, comme tous les Marocains, a la double nationalité : c’est donc un sujet de Mohammed VI qui prend les rênes d’un des points névralgiques de l’économie européenne. Ce à quoi leurs adversaires répondent en riant : « Et alors ? Il ne va quand même pas délocaliser le port à Marrakech ? »
Le plus comique, c’est que certains habitants de Rotterdam ronchonnent contre l’arrivée d’Aboutaleb non pas parce qu’il est marocain mais parce qu’il vient d’Amsterdam… La rivalité entre les deux villes est légendaire. Fils d’imam, musulman, marocain, passe encore. Mais un p’tit gars d’Amsterdam venant faire la loi chez nous ? Jamais !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
La fille de Kwame Nkrumah sur les traces de son père

Portrait précédent :
Leila Mhamdi

Maroc

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex