Extension Factory Builder

Ahmed chez les Bataves

14/12/2008 à 12:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed chez les Bataves Ahmed chez les Bataves

Né au Maroc, le futur maire de Rotterdam, l’un des plus grands ports du monde, est musulman pratiquant.

C’est une grande nouvelle pour les Marocains des Pays-Bas et d’ailleurs : le prochain maire de Rotterdam s’appelle Ahmed Aboutaleb. L’événement est de taille. Rotterdam est l’un des plus grands ports du monde, sinon le plus grand (ça dépend du critère de classement) ; c’est le poumon économique du pays, qui vit essentiellement de l’import-export ; et c’est la principale voie d’accès vers la Ruhr allemande.
Et qui va, à partir du 1er janvier prochain, diriger Rotterdam ? Le fils d’un imam (ça ne s’invente pas), qui est musulman pratiquant et qui n’est arrivé aux Pays-Bas qu’à l’âge de 15 ans, dans le cadre du regroupement familial. C’est justement cela qui épate les Hollandais : qu’un adolescent débarque dans leur pays sans parler un seul mot de néerlandais ; que quelques années plus tard il décroche un diplôme d’électronicien ; qu’il se retrouve journaliste, puis directeur de Forum, une fondation ayant pour but la promotion du multiculturalisme ; et qu’il finisse par être élu échevin d’Amsterdam, puis, encore quadragénaire, désigné secrétaire d’État aux Affaires sociales. Et maintenant, c’est « à nous deux, Rotterdam ! »
Bien sûr, tout cela n’est pas seulement le résultat du talent, de l’ambition et du travail : le jeune Aboutaleb a eu le flair de s’inscrire très tôt au PVDA, le parti socialiste des Pays-Bas. Or, à la différence de certains de ses homologues européens, celui-ci accueille à bras ouverts les immigrés et leur donne une place de choix dans toutes les instances où il est majoritaire.
L’annonce de l’arrivée d’Aboutaleb à Rotterdam n’a pas fait que des heureux. Il faut dire que la ville portuaire fut le bastion de Pim Fortuyn, le leader populiste et xénophobe qui était sur le point de devenir Premier ministre quand il fut assassiné, le 6 mai 2002. Les inconsolables de Fortuyn crient aujourd’hui au scandale. Et ils rappellent que le nouveau maire, comme tous les Marocains, a la double nationalité : c’est donc un sujet de Mohammed VI qui prend les rênes d’un des points névralgiques de l’économie européenne. Ce à quoi leurs adversaires répondent en riant : « Et alors ? Il ne va quand même pas délocaliser le port à Marrakech ? »
Le plus comique, c’est que certains habitants de Rotterdam ronchonnent contre l’arrivée d’Aboutaleb non pas parce qu’il est marocain mais parce qu’il vient d’Amsterdam… La rivalité entre les deux villes est légendaire. Fils d’imam, musulman, marocain, passe encore. Mais un p’tit gars d’Amsterdam venant faire la loi chez nous ? Jamais !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
La fille de Kwame Nkrumah sur les traces de son père

Portrait précédent :
Leila Mhamdi

Maroc

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus important[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Le Maroc boude le blé français

La France, qui a fourni en 2013 près de 70 % des importations de blé du Maroc en blé devrait voir sa part de marché descendre cette année à 20 %. Explications.[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers