Extension Factory Builder

Ahmed chez les Bataves

14/12/2008 à 12:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed chez les Bataves Ahmed chez les Bataves

Né au Maroc, le futur maire de Rotterdam, l’un des plus grands ports du monde, est musulman pratiquant.

C’est une grande nouvelle pour les Marocains des Pays-Bas et d’ailleurs : le prochain maire de Rotterdam s’appelle Ahmed Aboutaleb. L’événement est de taille. Rotterdam est l’un des plus grands ports du monde, sinon le plus grand (ça dépend du critère de classement) ; c’est le poumon économique du pays, qui vit essentiellement de l’import-export ; et c’est la principale voie d’accès vers la Ruhr allemande.
Et qui va, à partir du 1er janvier prochain, diriger Rotterdam ? Le fils d’un imam (ça ne s’invente pas), qui est musulman pratiquant et qui n’est arrivé aux Pays-Bas qu’à l’âge de 15 ans, dans le cadre du regroupement familial. C’est justement cela qui épate les Hollandais : qu’un adolescent débarque dans leur pays sans parler un seul mot de néerlandais ; que quelques années plus tard il décroche un diplôme d’électronicien ; qu’il se retrouve journaliste, puis directeur de Forum, une fondation ayant pour but la promotion du multiculturalisme ; et qu’il finisse par être élu échevin d’Amsterdam, puis, encore quadragénaire, désigné secrétaire d’État aux Affaires sociales. Et maintenant, c’est « à nous deux, Rotterdam ! »
Bien sûr, tout cela n’est pas seulement le résultat du talent, de l’ambition et du travail : le jeune Aboutaleb a eu le flair de s’inscrire très tôt au PVDA, le parti socialiste des Pays-Bas. Or, à la différence de certains de ses homologues européens, celui-ci accueille à bras ouverts les immigrés et leur donne une place de choix dans toutes les instances où il est majoritaire.
L’annonce de l’arrivée d’Aboutaleb à Rotterdam n’a pas fait que des heureux. Il faut dire que la ville portuaire fut le bastion de Pim Fortuyn, le leader populiste et xénophobe qui était sur le point de devenir Premier ministre quand il fut assassiné, le 6 mai 2002. Les inconsolables de Fortuyn crient aujourd’hui au scandale. Et ils rappellent que le nouveau maire, comme tous les Marocains, a la double nationalité : c’est donc un sujet de Mohammed VI qui prend les rênes d’un des points névralgiques de l’économie européenne. Ce à quoi leurs adversaires répondent en riant : « Et alors ? Il ne va quand même pas délocaliser le port à Marrakech ? »
Le plus comique, c’est que certains habitants de Rotterdam ronchonnent contre l’arrivée d’Aboutaleb non pas parce qu’il est marocain mais parce qu’il vient d’Amsterdam… La rivalité entre les deux villes est légendaire. Fils d’imam, musulman, marocain, passe encore. Mais un p’tit gars d’Amsterdam venant faire la loi chez nous ? Jamais !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
La fille de Kwame Nkrumah sur les traces de son père

Portrait précédent :
Leila Mhamdi

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces