Extension Factory Builder

Adama Ly : "Le cancer va littéralement exploser en Afrique"

20/01/2012 à 16:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis 2002, le médecin a choisi la recherche, sans pour autant oublier les patients. Depuis 2002, le médecin a choisi la recherche, sans pour autant oublier les patients. © Vincent Fournier pour J.A.

Chercheur à l'Inserm, à Paris, le cancérologue sénégalais a mis ses compétences au service de l'Afrique. Son sacerdoce : faire connaître la maladie, étudier ses causes et trouver des traitements.

Après un internat à l'Institut Gustave-Roussy (IGR) et à l'hôpital Paul-Brousse (université Paris-XI) de Villejuif, Adama Ly a effectué un postdoctorat au Sidney Kimmel Cancer Center, aux États-Unis. Chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), à Paris, depuis 2002, il a créé l'association Afrocancer en 2005 et codirigé avec le Pr David Khayat un ouvrage collectif de référence : Le Cancer en Afrique, de l'épidémiologie aux applications et perspectives de la recherche biomédicale (éd. INCa, 2007). À 47 ans, son nouveau défi est l'ouverture en 2013 à Touba, au Sénégal, du Centre de prévention et de recherche sur le cancer (Ceprec), première infrastructure du genre en Afrique de l'Ouest.

Jeune Afrique : Comment expliquer la progression des cas de cancer en Afrique ?

Adama Ly : Cela tient à la croissance démographique, au vieillissement de la population et à des facteurs comportementaux comme le tabagisme, la consommation d'alcool et une mauvaise alimentation. Les cancers liés à des facteurs environnementaux, dont la pollution urbaine, et à des infections bactériennes ou virales sont également très importants, un quart des cas de cancer en Afrique découlant d'une infection chronique.

Y observe-t-on un profil épidémiologique particulier ?

L'origine infectieuse, justement, est très marquée, avec notamment les virus des hépatites B et C et les papillomavirus, qui peuvent respectivement entraîner des cancers du foie et du col de l'utérus. Certains cancers sont également associés au sida, le plus connu étant le sarcome de Kaposi. Autre spécificité continentale : l'origine parasitaire. La bilharziose peut être à l'origine d'un cancer de la vessie ; quant au paludisme, il est responsable du lymphome de Burkitt, qui touche en particulier les enfants. On remarque en outre que les hommes africains développent davantage de cancers de la prostate que la moyenne, ce qui a probablement une double explication, hormonale et génétique.

Comment la maladie va-t-elle évoluer à moyen terme ?

Le nombre de cas va littéralement exploser en Afrique. Selon l'OMS [Organisation mondiale de la santé, NDLR], en 2030, les chiffres de la maladie seront en très forte augmentation sur le continent, tant en termes d'incidence, avec 1,6 million de nouveaux cas de cancer contre 681000 en 2008, qu'en termes de mortalité, avec plus de 1 million de décès contre 512 000 en 2008. Le déséquilibre Nord-Sud est flagrant : alors que le taux de mortalité tend à diminuer dans les pays développés, il augmente dans les pays du Sud, où sont enregistrés 63 % des décès et 56 % des nouveaux cas de cancer aujourd'hui. Et ces pays paieront un tribut encore plus lourd en 2030, avec 70 % des décès et 60 % des nouveaux cas.

Y a-t-il une prise de conscience sur le continent ?

On ne parle pas beaucoup des maladies non transmissibles, car elles sont bien moins visibles que les pathologies de masse comme le paludisme et ont un impact économique moindre, notamment au niveau touristique. Même si l'OMS alerte régulièrement l'opinion, chiffres à l'appui, et que quelques associations commencent à tirer la sonnette d'alarme, sur le terrain, rien ne bouge. L'association Afrocancer travaille à mutualiser les travaux scientifiques, et l'ouvrage collectif Le Cancer en Afrique a contribué à lui donner plus de visibilité. Depuis, nous avons fait des émules dans certains pays au niveau associatif et auprès des sociologues. Mais il manque toujours les financements.

Par où commencer pour améliorer la situation ?

Il faut miser en priorité sur la prévention de masse, en particulier pour les cancers du foie et du col de l'utérus puisque des vaccins existent. L'OMS doit aussi faire en sorte que ces traitements soient rapidement disponibles et accessibles, en termes de coûts, dans les pays du Sud. C'est le nerf de la guerre.

___

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers