Extension Factory Builder

Adama Ly : "Le cancer va littéralement exploser en Afrique"

20/01/2012 à 16:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis 2002, le médecin a choisi la recherche, sans pour autant oublier les patients. Depuis 2002, le médecin a choisi la recherche, sans pour autant oublier les patients. © Vincent Fournier pour J.A.

Chercheur à l'Inserm, à Paris, le cancérologue sénégalais a mis ses compétences au service de l'Afrique. Son sacerdoce : faire connaître la maladie, étudier ses causes et trouver des traitements.

Après un internat à l'Institut Gustave-Roussy (IGR) et à l'hôpital Paul-Brousse (université Paris-XI) de Villejuif, Adama Ly a effectué un postdoctorat au Sidney Kimmel Cancer Center, aux États-Unis. Chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), à Paris, depuis 2002, il a créé l'association Afrocancer en 2005 et codirigé avec le Pr David Khayat un ouvrage collectif de référence : Le Cancer en Afrique, de l'épidémiologie aux applications et perspectives de la recherche biomédicale (éd. INCa, 2007). À 47 ans, son nouveau défi est l'ouverture en 2013 à Touba, au Sénégal, du Centre de prévention et de recherche sur le cancer (Ceprec), première infrastructure du genre en Afrique de l'Ouest.

Jeune Afrique : Comment expliquer la progression des cas de cancer en Afrique ?

Adama Ly : Cela tient à la croissance démographique, au vieillissement de la population et à des facteurs comportementaux comme le tabagisme, la consommation d'alcool et une mauvaise alimentation. Les cancers liés à des facteurs environnementaux, dont la pollution urbaine, et à des infections bactériennes ou virales sont également très importants, un quart des cas de cancer en Afrique découlant d'une infection chronique.

Y observe-t-on un profil épidémiologique particulier ?

L'origine infectieuse, justement, est très marquée, avec notamment les virus des hépatites B et C et les papillomavirus, qui peuvent respectivement entraîner des cancers du foie et du col de l'utérus. Certains cancers sont également associés au sida, le plus connu étant le sarcome de Kaposi. Autre spécificité continentale : l'origine parasitaire. La bilharziose peut être à l'origine d'un cancer de la vessie ; quant au paludisme, il est responsable du lymphome de Burkitt, qui touche en particulier les enfants. On remarque en outre que les hommes africains développent davantage de cancers de la prostate que la moyenne, ce qui a probablement une double explication, hormonale et génétique.

Comment la maladie va-t-elle évoluer à moyen terme ?

Le nombre de cas va littéralement exploser en Afrique. Selon l'OMS [Organisation mondiale de la santé, NDLR], en 2030, les chiffres de la maladie seront en très forte augmentation sur le continent, tant en termes d'incidence, avec 1,6 million de nouveaux cas de cancer contre 681000 en 2008, qu'en termes de mortalité, avec plus de 1 million de décès contre 512 000 en 2008. Le déséquilibre Nord-Sud est flagrant : alors que le taux de mortalité tend à diminuer dans les pays développés, il augmente dans les pays du Sud, où sont enregistrés 63 % des décès et 56 % des nouveaux cas de cancer aujourd'hui. Et ces pays paieront un tribut encore plus lourd en 2030, avec 70 % des décès et 60 % des nouveaux cas.

Y a-t-il une prise de conscience sur le continent ?

On ne parle pas beaucoup des maladies non transmissibles, car elles sont bien moins visibles que les pathologies de masse comme le paludisme et ont un impact économique moindre, notamment au niveau touristique. Même si l'OMS alerte régulièrement l'opinion, chiffres à l'appui, et que quelques associations commencent à tirer la sonnette d'alarme, sur le terrain, rien ne bouge. L'association Afrocancer travaille à mutualiser les travaux scientifiques, et l'ouvrage collectif Le Cancer en Afrique a contribué à lui donner plus de visibilité. Depuis, nous avons fait des émules dans certains pays au niveau associatif et auprès des sociologues. Mais il manque toujours les financements.

Par où commencer pour améliorer la situation ?

Il faut miser en priorité sur la prévention de masse, en particulier pour les cancers du foie et du col de l'utérus puisque des vaccins existent. L'OMS doit aussi faire en sorte que ces traitements soient rapidement disponibles et accessibles, en termes de coûts, dans les pays du Sud. C'est le nerf de la guerre.

___

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers