Extension Factory Builder
09/01/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La campagne électorale française pour la présidentielle d'avril-mai 2012 s'annonce particulièrement dure, tranchante et même carrément trash. Au cœur de ce maelström, de phrases vachardes et de manips tordues destinées à briser l'adversaire, dont le zapping de Canal+ fera son miel au cours des mois à venir, l'Afrique, du nord au sud, ne tient aucune place, si ce n'est celle, habituelle, de repoussoir. Une fois de plus les thématiques de l'immigration, de l'islamisme et de l'insécurité – les trois étant liées – servent de fond de sauce ad nauseam au menu du Front national de Marine Le Pen, rejoint dans les arrière-cuisines par l'aile la plus droitière du parti au pouvoir et même par un ministre de l'Intérieur passeur de plats en service commandé.

Mais voici que l'auteure de l'ineffable « je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen », lunettes rouges et 5 % dans les sondages, vous avez reconnu Eva Joly, y va de son dérapage incontrôlé direction fosse à clichés. Pour mieux stigmatiser celui dont elle a « détesté la présidence », la candidate écologiste n'a rien trouvé de mieux que cette phrase choc qui à ses yeux, on l'imagine, vaut mille discours:« Sarkozy? C'est l'africanisation de la France! » Certes, l'ancienne juge d'instruction de l'affaire Elf voulait ainsi dénoncer divers scandales de corruption qui, de Karachi aux porteurs de valises, empoisonnent la République. Mais Mme Joly, bien que d'origine norvégienne, ne descend pas de son drakkar, puisqu'elle est française, vit en France depuis un demi-siècle et qu'elle a vu défiler dans son cabinet bon nombre de grands et petits filous. Elle doit donc savoir que, en matière d'honnêteté et de respect de l'autre, l'Afrique – qui par ailleurs est d'une extrême diversité – aurait au moins autant à s'inquiéter d'une « francisation » que de l'inverse. Et que ce type de comparaison conforte involontairement les préjugés de ceux qui voient dans le continent une calebasse d'eau stagnante dans laquelle il vaut mieux ne pas tremper ses doigts.

Rois nègres au Sud, barbus basanés au Nord: la fabrique à fantasmes fonctionne à plein régime dans la France malade de 2012, plus ignorante que jamais des réalités africaines. Un peu comme un antidote, le premier numéro de l'année de Jeune Afrique (n°2661, du 8 au 14 janvier) vous propose donc de découvrir comment, au Maroc, un roi intelligent et ouvert cohabite avec des islamistes modérés et monarchistes élus par le peuple. Comment, en Tunisie, un président d'Assemblée aux impeccables états de service démocratiques s'exprime à rebours du pessimisme ambiant quant à l'avenir du nouveau régime. Et comment, en Côte d'Ivoire, un chef d'État pointilleux remet peu à peu son pays sinistré sur les rails de la bonne gouvernance. À lire d'urgence par nos deux candidates blondes, qu'il ne viendrait à l'idée de personne de mettre dans le même panier, mais qui, par conviction pour l'une et par maladresse pour l'autre, barbotent pour une fois dans le même marigot…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Adieu 2011 : ça promet pour 2012...

Editorial précédent :
Pauvre Sénégal

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers