Extension Factory Builder
09/01/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La campagne électorale française pour la présidentielle d'avril-mai 2012 s'annonce particulièrement dure, tranchante et même carrément trash. Au cœur de ce maelström, de phrases vachardes et de manips tordues destinées à briser l'adversaire, dont le zapping de Canal+ fera son miel au cours des mois à venir, l'Afrique, du nord au sud, ne tient aucune place, si ce n'est celle, habituelle, de repoussoir. Une fois de plus les thématiques de l'immigration, de l'islamisme et de l'insécurité – les trois étant liées – servent de fond de sauce ad nauseam au menu du Front national de Marine Le Pen, rejoint dans les arrière-cuisines par l'aile la plus droitière du parti au pouvoir et même par un ministre de l'Intérieur passeur de plats en service commandé.

Mais voici que l'auteure de l'ineffable « je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen », lunettes rouges et 5 % dans les sondages, vous avez reconnu Eva Joly, y va de son dérapage incontrôlé direction fosse à clichés. Pour mieux stigmatiser celui dont elle a « détesté la présidence », la candidate écologiste n'a rien trouvé de mieux que cette phrase choc qui à ses yeux, on l'imagine, vaut mille discours:« Sarkozy? C'est l'africanisation de la France! » Certes, l'ancienne juge d'instruction de l'affaire Elf voulait ainsi dénoncer divers scandales de corruption qui, de Karachi aux porteurs de valises, empoisonnent la République. Mais Mme Joly, bien que d'origine norvégienne, ne descend pas de son drakkar, puisqu'elle est française, vit en France depuis un demi-siècle et qu'elle a vu défiler dans son cabinet bon nombre de grands et petits filous. Elle doit donc savoir que, en matière d'honnêteté et de respect de l'autre, l'Afrique – qui par ailleurs est d'une extrême diversité – aurait au moins autant à s'inquiéter d'une « francisation » que de l'inverse. Et que ce type de comparaison conforte involontairement les préjugés de ceux qui voient dans le continent une calebasse d'eau stagnante dans laquelle il vaut mieux ne pas tremper ses doigts.

Rois nègres au Sud, barbus basanés au Nord: la fabrique à fantasmes fonctionne à plein régime dans la France malade de 2012, plus ignorante que jamais des réalités africaines. Un peu comme un antidote, le premier numéro de l'année de Jeune Afrique (n°2661, du 8 au 14 janvier) vous propose donc de découvrir comment, au Maroc, un roi intelligent et ouvert cohabite avec des islamistes modérés et monarchistes élus par le peuple. Comment, en Tunisie, un président d'Assemblée aux impeccables états de service démocratiques s'exprime à rebours du pessimisme ambiant quant à l'avenir du nouveau régime. Et comment, en Côte d'Ivoire, un chef d'État pointilleux remet peu à peu son pays sinistré sur les rails de la bonne gouvernance. À lire d'urgence par nos deux candidates blondes, qu'il ne viendrait à l'idée de personne de mettre dans le même panier, mais qui, par conviction pour l'une et par maladresse pour l'autre, barbotent pour une fois dans le même marigot…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Adieu 2011 : ça promet pour 2012...

Editorial précédent :
Pauvre Sénégal

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers