Extension Factory Builder
01/10/2007 à 18:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Historienne malienne, épouse du président de la Commission de l'Union africaine

Ancienne première dame du Mali, Adame Ba Konaré est historienne et femme de lettres, auteur d'une dizaine d'ouvrages consacrés à son pays. Sa proximité avec le pouvoir ne l'a jamais conduite à mettre une sourdine à son franc-parler. La récente controverse suscitée par le discours du président français Nicolas Sarkozy à Dakar l'a incitée à lancer un appel à ses collègues historiens dans le but de défendre et de réhabiliter la mémoire du continent.

Jeune Afrique : Qu'est-ce qui vous a choquée dans le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar, le 26 juillet ?
Adame Ba konaré : L'énoncé d'un certain nombre de poncifs empruntés à l'ethnologie coloniale, qui participent d'un déni de l'existence d'une histoire africaine. Je veux bien accorder au président français le bénéfice de la bonne foi, mais j'ai été à nouveau déçue par les déclarations de Jean-Marie Bockel, son ministre de la Francophonie, qui explique que « l'Afrique est enfin entrée dans le débat d'idées ». Cela m'a confortée dans ma conviction qu'ils n'ont pas fait l'effort de comprendre le continent.
Vous avez lancé un appel aux historiens africains pour qu'ils contribuent à « mettre à niveau » les connaissances des responsables français…
Cela va bien au-delà. Quand j'ai lu ce discours, l'Africaine et l'historienne que je suis s'est sentie interpellée. J'ai donc écrit cet appel et l'ai mis sur Internet à l'intention de mes collègues. Il s'agit de ne laisser personne écorcher la mémoire de l'Afrique.
Comment comptez-vous procéder ?
J'ai demandé à tous les historiens africains, chacun dans sa spécialité, d'écrire un article sur l'un des thèmes évoqués par le président Sarkozy. Les différentes contributions sont attendues au plus tard en décembre. Nous allons mettre en place un comité scientifique pour diriger l'ouvrage, dont la publication est prévue dans le courant de 2008. Ensuite, nous constituerons un comité de défense, afin de dénoncer les atteintes à la mémoire de l'Afrique.
Avez-vous déjà reçu des contributions ?
Énormément. Elles émanent tant de citoyens ordinaires que d'intellectuels africains et français. Parallèlement, j'ai sollicité des institutions telles que l'Association des historiens africains ou le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (Codesria)
Après le discours de Dakar, votre mari a déclaré que Sarkozy avait besoin de mieux connaître l'Afrique. Vous êtes-vous concertés ?
Pas du tout. Monsieur Konaré est un homme politique ; moi, je suis dans une posture strictement scientifique. Mon idée est de décrire et d'expliquer, pour les démentir, un certain nombre de contrevérités. Je lui en ai évidemment parlé, mais il n'a en aucune façon influé sur cette initiative ni ne l'a commanditée.
Cela ne va-t-il pas le gêner en tant que président de la Commission de l'Union africaine ?
Non, je ne le crois pas. Dans une telle situation, il n'y a plus de place pour des états d'âme ni pour les calculs. Bien sûr, je suis consciente du caractère délicat des tâches de mon conjoint, mais il n'est pas question de laisser passer sans rien faire une chose qui a heurté ma conscience.
Ses relations avec Sarkozy risquent d'en souffrir…
Je ne le crois pas. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy n'a pas arrêté d'appeler les gens à s'exprimer librement. Et il a promis de rompre avec l'ancienne politique africaine de la France. Nous allons l'aider à sortir de l'impasse dans laquelle il risque de se retrouver.
Thabo Mbeki a adressé une lettre de félicitations au président français…
Je pense qu'il n'a pas lu son discours, à moins que sa compréhension n'ait été altérée par des problèmes de traduction. Je ne vois pas d'autre explication.
Que pensez-vous de la nouvelle loi française sur l'immigration et de l'amendement qui autorise des tests ADN ?
J'ai appris que le Sénat avait rejeté l'article sur les tests ADN. Convoquer la biologie dans ce genre d'affaire me paraît une évolution préoccupante. La France ne doit pas cesser d'être la patrie des droits de l'homme. Elle doit assumer sa position d'ancien colonisateur, qui lui a permis de tisser toutes sortes de relations avec l'Afrique francophone.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abderrazak Cheraït, édile érudit

Article précédent :
Un Bantou en librairie

AUTRES

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce[...]

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers