Extension Factory Builder
01/10/2007 à 18:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Historienne malienne, épouse du président de la Commission de l'Union africaine

Ancienne première dame du Mali, Adame Ba Konaré est historienne et femme de lettres, auteur d'une dizaine d'ouvrages consacrés à son pays. Sa proximité avec le pouvoir ne l'a jamais conduite à mettre une sourdine à son franc-parler. La récente controverse suscitée par le discours du président français Nicolas Sarkozy à Dakar l'a incitée à lancer un appel à ses collègues historiens dans le but de défendre et de réhabiliter la mémoire du continent.

Jeune Afrique : Qu'est-ce qui vous a choquée dans le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar, le 26 juillet ?
Adame Ba konaré : L'énoncé d'un certain nombre de poncifs empruntés à l'ethnologie coloniale, qui participent d'un déni de l'existence d'une histoire africaine. Je veux bien accorder au président français le bénéfice de la bonne foi, mais j'ai été à nouveau déçue par les déclarations de Jean-Marie Bockel, son ministre de la Francophonie, qui explique que « l'Afrique est enfin entrée dans le débat d'idées ». Cela m'a confortée dans ma conviction qu'ils n'ont pas fait l'effort de comprendre le continent.
Vous avez lancé un appel aux historiens africains pour qu'ils contribuent à « mettre à niveau » les connaissances des responsables français…
Cela va bien au-delà. Quand j'ai lu ce discours, l'Africaine et l'historienne que je suis s'est sentie interpellée. J'ai donc écrit cet appel et l'ai mis sur Internet à l'intention de mes collègues. Il s'agit de ne laisser personne écorcher la mémoire de l'Afrique.
Comment comptez-vous procéder ?
J'ai demandé à tous les historiens africains, chacun dans sa spécialité, d'écrire un article sur l'un des thèmes évoqués par le président Sarkozy. Les différentes contributions sont attendues au plus tard en décembre. Nous allons mettre en place un comité scientifique pour diriger l'ouvrage, dont la publication est prévue dans le courant de 2008. Ensuite, nous constituerons un comité de défense, afin de dénoncer les atteintes à la mémoire de l'Afrique.
Avez-vous déjà reçu des contributions ?
Énormément. Elles émanent tant de citoyens ordinaires que d'intellectuels africains et français. Parallèlement, j'ai sollicité des institutions telles que l'Association des historiens africains ou le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (Codesria)
Après le discours de Dakar, votre mari a déclaré que Sarkozy avait besoin de mieux connaître l'Afrique. Vous êtes-vous concertés ?
Pas du tout. Monsieur Konaré est un homme politique ; moi, je suis dans une posture strictement scientifique. Mon idée est de décrire et d'expliquer, pour les démentir, un certain nombre de contrevérités. Je lui en ai évidemment parlé, mais il n'a en aucune façon influé sur cette initiative ni ne l'a commanditée.
Cela ne va-t-il pas le gêner en tant que président de la Commission de l'Union africaine ?
Non, je ne le crois pas. Dans une telle situation, il n'y a plus de place pour des états d'âme ni pour les calculs. Bien sûr, je suis consciente du caractère délicat des tâches de mon conjoint, mais il n'est pas question de laisser passer sans rien faire une chose qui a heurté ma conscience.
Ses relations avec Sarkozy risquent d'en souffrir…
Je ne le crois pas. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy n'a pas arrêté d'appeler les gens à s'exprimer librement. Et il a promis de rompre avec l'ancienne politique africaine de la France. Nous allons l'aider à sortir de l'impasse dans laquelle il risque de se retrouver.
Thabo Mbeki a adressé une lettre de félicitations au président français…
Je pense qu'il n'a pas lu son discours, à moins que sa compréhension n'ait été altérée par des problèmes de traduction. Je ne vois pas d'autre explication.
Que pensez-vous de la nouvelle loi française sur l'immigration et de l'amendement qui autorise des tests ADN ?
J'ai appris que le Sénat avait rejeté l'article sur les tests ADN. Convoquer la biologie dans ce genre d'affaire me paraît une évolution préoccupante. La France ne doit pas cesser d'être la patrie des droits de l'homme. Elle doit assumer sa position d'ancien colonisateur, qui lui a permis de tisser toutes sortes de relations avec l'Afrique francophone.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abderrazak Cheraït, édile érudit

Article précédent :
Un Bantou en librairie

AUTRES

Présidentielle burkinabè : tout sauf Blaise Compaoré

Présidentielle burkinabè : tout sauf Blaise Compaoré

Plus nombreux et soudés face au projet de référendum visant à réformer la Constitution, les opposants au président burkinabè, Blaise Compaoré, maintiendront-ils longtemps[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Opposition mauritanienne : Ould Daddah et Ould Boulkheir ne raccrochent pas

Même s'ils ont dû renoncer à leurs ambitions présidentielles en boycottant le scrutin de juin, les opposants Ahmed Ould Daddah et Messaoud Ould Boulkheir ne raccrochent pas les gants.[...]

Côte d'Ivoire : Hollande et Affi N'Guessan, tête-à-tête entre socialistes

François Hollande et Pascal Affi N'Guessan se connaissent depuis dix ans. Que se sont-ils dit à Abidjan, le 17 juillet, en marge de la minitournée du président français en Afrique ?[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très sé[...]

Le Nigeria toujours sans nouvelles des lycéennes de Chibok malgré l'aide étrangère

La communauté internationale est à pied d'oeuvre pour aider le Nigeria à retrouver les 230 lycéennes enlevées à Chibok par Boko Haram le 14 avril. Jusque là sans résultat.[...]

Sida : les lois homophobes accusées de favoriser la propagation du virus

Les lois qui interdisent et stigmatisent l’homosexualité ont été pointées du doigt lors de la conférence internationale sur le sida à Melbourne en Australie. Elles favoriseraient l[...]

Italie : près de 800 migrants sauvés par la marine en une nuit

La marine italienne à annoncé avoir secouru près de 800 migrants dans la nuit de dimanche à lundi. En cette saison estivale les candidats à la traversée de la Méditerranée, q[...]

Le sport : un acteur de paix et du vivre ensemble

La Voix des jeunes, site fondé par l'Unicef, et Jeune Afrique ont lancé un concours d'écriture ouvert aux jeunes. Dans un article ne dépassant pas 4 000 signes, ces derniers étaient appelé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers