Extension Factory Builder
01/10/2007 à 18:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Historienne malienne, épouse du président de la Commission de l'Union africaine

Ancienne première dame du Mali, Adame Ba Konaré est historienne et femme de lettres, auteur d'une dizaine d'ouvrages consacrés à son pays. Sa proximité avec le pouvoir ne l'a jamais conduite à mettre une sourdine à son franc-parler. La récente controverse suscitée par le discours du président français Nicolas Sarkozy à Dakar l'a incitée à lancer un appel à ses collègues historiens dans le but de défendre et de réhabiliter la mémoire du continent.

Jeune Afrique : Qu'est-ce qui vous a choquée dans le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar, le 26 juillet ?
Adame Ba konaré : L'énoncé d'un certain nombre de poncifs empruntés à l'ethnologie coloniale, qui participent d'un déni de l'existence d'une histoire africaine. Je veux bien accorder au président français le bénéfice de la bonne foi, mais j'ai été à nouveau déçue par les déclarations de Jean-Marie Bockel, son ministre de la Francophonie, qui explique que « l'Afrique est enfin entrée dans le débat d'idées ». Cela m'a confortée dans ma conviction qu'ils n'ont pas fait l'effort de comprendre le continent.
Vous avez lancé un appel aux historiens africains pour qu'ils contribuent à « mettre à niveau » les connaissances des responsables français…
Cela va bien au-delà. Quand j'ai lu ce discours, l'Africaine et l'historienne que je suis s'est sentie interpellée. J'ai donc écrit cet appel et l'ai mis sur Internet à l'intention de mes collègues. Il s'agit de ne laisser personne écorcher la mémoire de l'Afrique.
Comment comptez-vous procéder ?
J'ai demandé à tous les historiens africains, chacun dans sa spécialité, d'écrire un article sur l'un des thèmes évoqués par le président Sarkozy. Les différentes contributions sont attendues au plus tard en décembre. Nous allons mettre en place un comité scientifique pour diriger l'ouvrage, dont la publication est prévue dans le courant de 2008. Ensuite, nous constituerons un comité de défense, afin de dénoncer les atteintes à la mémoire de l'Afrique.
Avez-vous déjà reçu des contributions ?
Énormément. Elles émanent tant de citoyens ordinaires que d'intellectuels africains et français. Parallèlement, j'ai sollicité des institutions telles que l'Association des historiens africains ou le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (Codesria)
Après le discours de Dakar, votre mari a déclaré que Sarkozy avait besoin de mieux connaître l'Afrique. Vous êtes-vous concertés ?
Pas du tout. Monsieur Konaré est un homme politique ; moi, je suis dans une posture strictement scientifique. Mon idée est de décrire et d'expliquer, pour les démentir, un certain nombre de contrevérités. Je lui en ai évidemment parlé, mais il n'a en aucune façon influé sur cette initiative ni ne l'a commanditée.
Cela ne va-t-il pas le gêner en tant que président de la Commission de l'Union africaine ?
Non, je ne le crois pas. Dans une telle situation, il n'y a plus de place pour des états d'âme ni pour les calculs. Bien sûr, je suis consciente du caractère délicat des tâches de mon conjoint, mais il n'est pas question de laisser passer sans rien faire une chose qui a heurté ma conscience.
Ses relations avec Sarkozy risquent d'en souffrir…
Je ne le crois pas. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy n'a pas arrêté d'appeler les gens à s'exprimer librement. Et il a promis de rompre avec l'ancienne politique africaine de la France. Nous allons l'aider à sortir de l'impasse dans laquelle il risque de se retrouver.
Thabo Mbeki a adressé une lettre de félicitations au président français…
Je pense qu'il n'a pas lu son discours, à moins que sa compréhension n'ait été altérée par des problèmes de traduction. Je ne vois pas d'autre explication.
Que pensez-vous de la nouvelle loi française sur l'immigration et de l'amendement qui autorise des tests ADN ?
J'ai appris que le Sénat avait rejeté l'article sur les tests ADN. Convoquer la biologie dans ce genre d'affaire me paraît une évolution préoccupante. La France ne doit pas cesser d'être la patrie des droits de l'homme. Elle doit assumer sa position d'ancien colonisateur, qui lui a permis de tisser toutes sortes de relations avec l'Afrique francophone.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abderrazak Cheraït, édile érudit

Article pr�c�dent :
Un Bantou en librairie

AUTRES

CAN 2015 : La Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

CAN 2015 : La Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Mali : une dizaine de morts dans une attaque contre des rebelles de l'Azawad

Dernier incident en date dans la région de Tabankort, une attaque faisant une dizaine de mort a été lancée dans la nuit de mardi à mercredi par un groupe armé progouvernemental contre de[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour déclencher la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

César : le film "Timbuktu" nommé dans huit catégories

Le drame franco-mauritanien Timbuktu a été nommé dans huit catégories pour la 40è cérémonie des César qui se tiendra le 20 février à Paris.[...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcé en faveur d'une solution politique au détriment [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque d'"i[...]

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui glac[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur situation. [...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

Afrique du Sud : le striptease annoncé de Julius Malema

Pour le leader populiste sud-africain Julius Malema, c’est "tenue d'ouvrier ou tenue d’Adam". Puisque le parlement lui interdit le port d’un vêtement d’ouvrier au sein de l’hé[...]

RDC : et maintenant, le recensement ?

Compter les habitants du pays avant de les appeler aux urnes ? Le projet, titanesque, menaçait le respect du calendrier électoral. Les autorités ont fait machine arrière, mais un recensement demeure[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de l'un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN30097adameranoka0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN30097adameranoka0 from 172.16.0.100