Extension Factory Builder
31/07/2006 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
« La République ne peut tolérer de tels agissements. » C'est par ces mots que Nicolas Sarkozy, le ministre français de l'Intérieur, a justifié la dissolution de la Tribu KA décidée le 26 juillet par le Conseil des ministres. Une décision accueillie avec satisfaction par les associations de lutte contre le racisme et l'antisémitisme, qui avaient dénoncé la récente « descente » organisée à Paris par cette organisation noire extrémiste accusant les juifs d'être à l'origine de l'esclavage et de la colonisation. Le 28 mai, une trentaine de ses membres avaient arpenté la rue des Rosiers, au cœur du principal quartier juif de la capitale, à la recherche des leaders de la Ligue de défense juive (LDJ) et du Bétar, deux mouvements sionistes radicaux, insultants au passage passants et commerçants.
Le seul bémol est venu du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), qui estime que le gouvernement français « n'a fait le travail qu'à moitié ». Selon lui, la LDJ, « considérée comme un mouvement terroriste aux États-Unis » et « interdite en Israël », aurait dû être dissoute également.
En interdisant la Tribu KA, le gouvernement cherche surtout à neutraliser son leader, le « fara » Kémi Séba - Stellia Capo Chichi de son vrai nom. Âgé de 25 ans, ce Français né de parents ivoirien et haïtien multiplie depuis quelques mois les déclarations provocatrices. Au cœur de son discours : la volonté de « rendre au peuple kémite [noir] sa place de chef de famille » de l'humanité. Séba s'est notamment « distingué », au mois de février, en prenant la défense de Youssouf Fofana, le chef du « gang des barbares » qui avait torturé à mort un jeune juif, Ilan Halimi.
Avant de fonder la Tribu KA, en décembre 2004, il fut membre de la section française de Nation of Islam, le mouvement extrémiste africain-américain de Louis Farrakhan, avant de devenir le porte-parole du Parti kémite.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Wade, la Turquie et l'OCI

AUTRES

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Carderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses accusati[...]

Afrique du Sud : 1 Rwandais et 3 Tanzaniens jugés coupables de la tentative d'assassinat sur Nyamwasa

Quatre individus ont été jugés coupables vendredi de la tentative d'assassinat en 2010 de Faustin Kayumba Nyamwasa, l'ancien chef d'état-major du président rwandais Paul Kagamé avec qui il[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles techno[...]

Antoinette Nana Djimou Ida : le style et les jambes

La Franco-Camerounaise a conservé son titre de championne d'Europe d'heptathlon. Et prépare avec autant de concentration son avenir dans le stylisme.[...]

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Centrafrique : le vrai bilan de la bataille du PK5

Le bilan des affrontements dans le quartier PK5, qui se sont déroulés dans la nuit du 19 au 20 août à Bangui, serait plus lourd que les cinq morts évoqués.[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du cont[...]

Zimbabwe : Mick Pearce et l'observation des termites

Et si les termites avaient beaucoup à nous apprendre ? Ce n'est en tout cas pas Mick Pearce qui dira le contraire ! Cet architecte né à Harare en juin 1938 et diplômé de l'Architectur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex