Extension Factory Builder
31/07/2006 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
« La République ne peut tolérer de tels agissements. » C'est par ces mots que Nicolas Sarkozy, le ministre français de l'Intérieur, a justifié la dissolution de la Tribu KA décidée le 26 juillet par le Conseil des ministres. Une décision accueillie avec satisfaction par les associations de lutte contre le racisme et l'antisémitisme, qui avaient dénoncé la récente « descente » organisée à Paris par cette organisation noire extrémiste accusant les juifs d'être à l'origine de l'esclavage et de la colonisation. Le 28 mai, une trentaine de ses membres avaient arpenté la rue des Rosiers, au cœur du principal quartier juif de la capitale, à la recherche des leaders de la Ligue de défense juive (LDJ) et du Bétar, deux mouvements sionistes radicaux, insultants au passage passants et commerçants.
Le seul bémol est venu du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), qui estime que le gouvernement français « n'a fait le travail qu'à moitié ». Selon lui, la LDJ, « considérée comme un mouvement terroriste aux États-Unis » et « interdite en Israël », aurait dû être dissoute également.
En interdisant la Tribu KA, le gouvernement cherche surtout à neutraliser son leader, le « fara » Kémi Séba - Stellia Capo Chichi de son vrai nom. Âgé de 25 ans, ce Français né de parents ivoirien et haïtien multiplie depuis quelques mois les déclarations provocatrices. Au cœur de son discours : la volonté de « rendre au peuple kémite [noir] sa place de chef de famille » de l'humanité. Séba s'est notamment « distingué », au mois de février, en prenant la défense de Youssouf Fofana, le chef du « gang des barbares » qui avait torturé à mort un jeune juif, Ilan Halimi.
Avant de fonder la Tribu KA, en décembre 2004, il fut membre de la section française de Nation of Islam, le mouvement extrémiste africain-américain de Louis Farrakhan, avant de devenir le porte-parole du Parti kémite.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Wade, la Turquie et l'OCI

AUTRES

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Le vendredi 21 novembre a été choisi par une partie de l’opposition togolaise réunie au sein du CAP 2015  (Combat pour l’alternance pacifique en 2015) pour exiger des réformes avant[...]

Zambie : Guy Scott suspendu de ses fonctions de président par intérim du parti au pouvoir

La guerre de succession ouverte en Zambie depuis la mort du président Michael Sata s'étend au parti au pouvoir, le Front patriotique. Guy Scott en a été suspendu vendredi de sa fonction de prés[...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque j[...]

Élections au Nigeria : ICG tire la sonnette d'alarme au sujet des violences politiques

À l'approche des élections générales de février 2015, l'ambiance est délétère au Nigeria. Publié vendredi, un rapport de International Crisis Group s'inquiète d[...]

Togo : à Lomé, la police disperse une manifestation d'opposants à Faure Gnassingbé

Des milliers d'opposants ont manifesté vendredi près de l'Assemblée nationale, à Lomé. Ils ont été dispersé par les tirs de gaz lacrymogène de la police.[...]

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste "Do they know it's Christmas ?"

Après le désastreux "Do they know it’s Christmas ?" du collectif Band Aid (Bob Geldof, Bono), Carla Bruni, Joey Starr et d'autres artistes français s'apprêtent à leur emboît[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa, pou[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Royaume-Uni : Ed Miliband, étoile montante

Ed Miliband, fils d'un historien marxiste d'origine juive, le chef du Labour deviendra-t-il l'an prochain Premier ministre de Sa Majesté ? Ce serait une première depuis Disraeli, il y a plus d'un siècl[...]

Nigeria : Goodluck Jonathan sur les chapeaux de roue

Le président nigérian briguera un second mandat en février 2015. Les affaires de corruption qui entachent son bilan et son impuissance face aux islamistes de Boko Haram le feront-elles chavirer ?[...]

Une pêche durable est essentielle pour la sécurité alimentaire en Afrique

Catherine Novelli est sous-secrétaire d'État américaine pour la Croissance économique, l'Énergie et l'Environnement.[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui s&eacu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers