Extension Factory Builder
28/06/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ce n'est pas une star comme Jean-Louis Bruguière ou Renaud Van Ruymbeke. C'est un « petit
juge ». Mais au tribunal de grande instance de Paris, Patrick Ramaël fait partie de ces magistrats accrocheurs et tenaces qui ne lâchent jamais une affaire. L'entourage de
Laurent Gbagbo en sait quelque chose !
Le 16 avril dernier, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer disparaît à Abidjan. Les deux téléphones portables de l'ancien reporter de La Tribune, qui continuait d'enquêter sur les trafics en tout genre (armes, devises, cacao), sont coupés. Aussitôt,
sa famille et ses amis se mobilisent. Les premiers jours, l'ambassade de France à Abidjan traîne des pieds, mais, le 26 avril, Jacques Chirac s'émeut publiquement et, le lendemain, l'épouse du disparu, Osange, et Reporters sans frontières (RSF) déposent une plainte auprès du parquet de Paris.
Le juge français chargé de l'enquête, Patrick Ramaël, n'est pas le premier venu. Fin 2003, il avait déjà instruit à Abidjan un autre dossier franco-ivoirien très sensible : l'assassinat de Jean Hélène, le correspondant de Radio France internationale en Côte d'Ivoire. Muni d'une commission rogatoire internationale, le magistrat débarque à Abidjan et y auditionne longuement, les 18 et 19 mai, un homme d'affaires ivoirien, Michel Legré. Très vite, il se rend compte que c'est le témoin clé. Michel Legré est en effet le dernier
homme à avoir vu vivant Guy-André Kieffer. Or Michel Legré a des relations haut placées. Il est le beau-frère de Simone Gbagbo, l'épouse du président. Et le relevé de ses appels téléphoniques indique que, chaque fois qu'il terminait une conversation avec Kieffer, il
entrait en contact avec Aubert Zohoré, le directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Paul Bohoun Bouabré.
Michel Legré craque-t-il ? Ou essaie-t- il au contraire de brouiller les pistes ? En tout cas, il livre au juge les noms de huit personnes qui seraient impliquées, selon lui, dans l'enlèvement du journaliste qui en savait trop. Outre Aubert Zohoré, il cite notamment le
pasteur Moïse Koré, conseiller spirituel du couple présidentiel, le capitaine Seka Yapo, chef de la sécurité de Simone Gbagbo, et Bertin Kadet, l'ancien ministre de la Défense devenu conseiller très influent à la présidence. Le magistrat français croit progresser.
Mais au moment où il ouvre une porte, deux autres se referment. D'abord les huit responsables ivoiriens mis en cause se dérobent. « Si vous voulez me voir, venez me chercher », dit l'un d'eux au juge sur un ton menaçant. Et puis le témoin clé est mis à l'ombre. Le 28 mai, Michel Legré est inculpé par la justice ivoirienne de complicités
d'enlèvement et d'assassinat. Il est incarcéré à la Maison d'arrêt et de correction
d'Abidjan (Maca). Pour la famille du disparu, il s'agit ni plus ni moins de soustraire le témoin à la curiosité du juge fouineur.
Celui-ci ne se décourage pas. Rentré à Paris, il écrit au procureur de la République d'Abidjan : « Je constate un blocage total dans mes investigations. Mes demandes d'auditions comme témoins de personnes citées par M. Legré n'aboutissent pas. Cette
attitude nouvelle ne peut s'expliquer que parce que M. Legré met en cause des personnalités importantes en Côte d'Ivoire. » Le coup porte. Le front des huit commence à se fissurer. Bertin Kadet affirme qu'il ne connaît pas le disparu – « pour tuer quelqu'un, il faut le connaître », dit-il – mais se dit prêt à répondre aux questions du juge Ramaël. Aubert Zohoré se dit « totalement étranger aux circonstances de la disparition de M. Kieffer », mais se tient lui aussi à la disposition du magistrat français.
Le 22 juin, Patrick Ramaël revient à Abidjan avec un expert des réseaux téléphoniques et deux enquêteurs de la police judiciaire de Paris. Outre les auditions, il espère alors pouvoir organiser des confrontations entre les huit et celui qui les met en cause – le détenu de la Maca. Il compte aussi « faire parler » l'ordinateur portable du disparu, qui aurait été retrouvé au domicile de Michel Legré. Le petit juge ne néglige pas la piste crapuleuse – le règlement de comptes à la suite d'un différend avec l'homme d'affaires français Jean-Michel Aaron-Brunetière. Mais il privilégie la piste politique – l'élimination du journaliste qui dérange. Comment expliquer sinon la « mise au vert » du
témoin clé ? Après la mort de Jean Hélène, il y avait un coupable désigné. Donc pas d'autres suspects. Là, il n'y a personne. Donc beaucoup de suspects en puissance. Vue de la présidence ivoirienne, l'affaire Kieffer doit ressembler à une savonnette qui glisse entre les doigts.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A la recherche d'un consensus

Article pr�c�dent :
Vaccins brésiliens pour l'Afrique ?

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout, [...]

Burundi : au 3e jour de manifestations, le pouvoir de Nkurunziza parle d'"insurrection"

Au troisième jour des manifestations anti-3e mandat de Nkurunziza à Bujumbura, la situation demeure tendue ce mercredi dans la capitale burundaise où des heurts ont été signalés entre des [...]

Daesh égorge cinq journalistes en Libye

Les corps de cinq journalistes libyens et égyptien ont été retrouvés égorgés à l'est de Benghazi, a annoncé lundi un responsable militaire du pays.[...]

Veolia prend en main Électricité de Guinée

Le contrat de gestion de la société publique Électricité de Guinée (EDG) doit être signé dans les prochaines semaines par Veolia.[...]

Libye : trois migrants "livrés" à Daesh

Trois clandestins, contraints de partir d'Israël l'an passé pour éviter la prison, font partie du groupe de vingt-huit chrétiens d'Éthiopie assassinés par Daesh - notamment par d&eac[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle esp&[...]

France - Rwanda : beaucoup de bruit pour rien ?

Trois semaines après la décision symbolique de la présidence de la République française de déclassifier une partie de ses archives sur le Rwanda entre 1990 et 1995, l'exa[...]

Immigration : l'auteure franco-sénégalaise Fatou Diome dénonce "l'hypocrisie" de l'Union européenne

Invitée vendredi sur le plateau de la chaîne de télévision publique France2, Fatou Diome, femme de lettres franco-sénégalaise, a livré un puissant réquisitoire contre les poli[...]

Lettre à mon frère sud-africain

Akere Muna est avocat camerounais, militant de la lutte pour les droits de l'homme.[...]

États-Unis : état d'urgence et couvre-feu déclarés à Baltimore

Quelques heures après l'instauration de l'état d'urgence à Baltimore par le gouverneur du Maryland, Lary Hogan, la maire a décrété lundi soir un "couvre-feu général"[...]

Mali : le Gatia prend le contrôle de Ménaka

Le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) - proche du pouvoir malien - a pris lundi le contrôle de Ménaka, dans le nord du Mali, selon l'AFP. Une localité jusqu'ici partiellement entr[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN27074inconreffei0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN27074inconreffei0 from 172.16.0.100