Extension Factory Builder
28/04/2008 à 11:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ancien représentant de l'Algérie auprès de l'ONU, il succède à son compatriote Saïd Djinnit au poste de commissaire Paix et Sécurité de l'Union africaine.

Quand le sommet de l'Union africaine (UA) tenu à Addis-Abeba le 1er février 2008 l'a élu avec une confortable majorité des deux tiers, le nouveau commissaire Paix et Sécurité, l'Algérien Ramtane Lamamra, a eu le triomphe modeste. « Quatre facteurs expliquent cette performance : le prestige dont jouit mon pays dans les instances panafricaines, l'implication personnelle du président Abdelaziz Bouteflika dans la campagne qui a précédé le sommet, la qualité du travail de mon prédécesseur et compatriote, Saïd Djinnit, et, enfin, l'expérience acquise durant ma carrière en Afrique et ailleurs. »
Ramtane Lamamra, 56 ans, natif d'Amizour, dans la région de Bejaïa, pur produit de l'École nationale d'administration (ENA) d'Alger, ancien représentant permanent de l'Algérie auprès de l'ONU (1993-1999) et ancien ambassadeur à Washington (1996-1999), est, selon le jargon diplomatique, un spécialiste du multilatéral. Auparavant, en 1992-1993, il a été gouverneur au Conseil de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), et a représenté l'Algérie auprès de l'Onudi. Il a entamé sa carrière d'ambassadeur en 1989, à Djibouti et en Éthiopie, où il était également accrédité auprès de l'OUA et de la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique (CEA).

Son atout maître : la polyvalence. Il maîtrise de nombreux dossiers liés à ses nouvelles fonctions : désarmement, mercenaires, réforme de l'ONU, terrorisme, bonne gouvernance, nucléaire… Autant de sujets qu'il a eu à prendre en charge dans le cadre de ses missions successives. Idem pour le règlement des conflits, qui est au cœur de ses nouvelles charges. « La première fois que j'ai participé à une médiation, se souvient-il, c'était lors de la crise entre le Mali et le Burkina Faso, en 1985. Depuis, j'ai eu à participer au règlement d'autres conflits, notamment le différend entre la Libye et le Tchad et la question du Liberia, où j'ai été envoyé spécial de l'UA entre 2003 et 2007. » Ramtane Lamamra maîtrise un autre dossier sensible : le Sahara occidental. C'est d'ailleurs lui qui a dirigé la délégation algérienne invitée au titre d'observateur lors des trois premiers rounds de négociations entre le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, à Manhasset, entre juin 2007 et janvier 2008.
Pour avoir longtemps sillonné le continent, Ramtane Lamamra dispose d'un carnet d'adresses fourni. Et, de l'aveu de ses anciens collaborateurs, a fait ses preuves en matière de travail en équipe. « Jean Ping, nouveau président de la Commission de l'UA, est un ami de vingt ans, se réjouit-il. Je l'ai connu à Vienne, quand il représentait son pays au sein de l'AIEA. » Une complicité qui ne sera pas de trop quand ils auront à se pencher, ensemble, sur les maux du continent.
Il y a près de deux décennies, en 1989, Ramtane Lamamra accueillait, à Addis-Abeba, où il était ambassadeur, un jeune diplomate algérien, Saïd Djinnit, fraîchement nommé directeur de cabinet de Salim Ahmed Salim, secrétaire général de l'OUA. Dix-neuf ans plus tard, le 28 avril 2008, Saïd Djinnit lui rendait la politesse en lui cédant le fauteuil qu'il occupait depuis 2003.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Access Bank s'empare d'Omnifinance

Article précédent :
Zuma rassure les Blancs

Continental

Diaporama : les lieux qui racontent l'Histoire de l'Afrique

Diaporama : les lieux qui racontent l'Histoire de l'Afrique

La mémoire de l’Afrique, ce sont des ouvrages et des mythes. Mais ce sont aussi des lieux qui invitent au recueillement et suscitent parfois l’émotion.[...]

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers