Extension Factory Builder
27/09/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le marché africain, même considéré dans son ensemble, est trop peu important pour qu'un constructeur développe une gamme de véhicules qui lui soit spécifiquement adaptée, d'autant que les besoins ne sont pas partout les mêmes. Et pourtant, avec la Logan, Renault a franchi un pas : considérant que ce qui est bon pour l'Afrique peut l'être aussi pour d'autres régions du monde aux structures, aux besoins, aux conditions économiques comparables, le constructeur français lance la Logan, une voiture qu'il a conçue pour les pays émergents, même si celle-ci sera aussi proposée en France.
On peut distinguer trois marchés sur le continent africain : le Maghreb (au sens large : du Maroc à l'Égypte), avec des infrastructures et des carburants proches de ceux des pays développés ; l'Afrique subsaharienne (hors Afrique du Sud), avec moins d'asphalte et des produits pétroliers souvent de moins bonne qualité ; et l'Afrique du Sud, qui tient un peu des deux. Le point commun à ces trois zones est que, d'une part, les conditions climatiques sont difficiles et que, d'autre part, hormis quelques minorités, le pouvoir d'achat des populations est faible.

Pour les constructeurs, cela pose des problèmes. Soucieux d'y être présents, parce que, même peu importantes, des ventes supplémentaires sont toujours bonnes à prendre et qu'ils pensent qu'un jour l'économie y décollera vraiment, ils sont confrontés au fait qu'il faut adapter leurs voitures aux spécificités du marché. Cela passe par une meilleure protection du dessous de la voiture, la mise en place de filtres à air surdimensionnés, le renforcement de la climatisation, la modification des règles d'allumage (avec réduction de la puissance du moteur) accompagnée d'une obligation faite à l'utilisateur de révisions plus fréquentes. Tout cela a un coût, et même les petites voitures voient leurs prix s'envoler. Si elles sont importées, ce qui est presque toujours le cas, s'ajoutent à cela les coûts de transport et les taxes d'importation parfois très élevées. Résultat : les véhicules proposés en Afrique sont souvent hors de prix, ce qui ne contribue pas à développer le marché.
Certains constructeurs utilisent des usines de montage situées sur le continent. Cela leur permet de gagner sur les frais de transport et les taxes du pays où se trouve l'usine ; mais cela ne change rien au reste. Avec la Logan, la démarche est différente. La voiture est conçue pour les pays émergents. Ses concepteurs ont tenu compte des conditions d'utilisation plus exigeantes qu'on y trouve. Afin d'obtenir un coût final réduit, ils ont choisi, pour tous les éléments, des solutions éprouvées, ce qui ne veut pas dire dépassées. La plate-forme de la Logan est celle de la Clio (c'est-à-dire également celle de la Modus et de la Nissan Micra). Sa mécanique est celle d'une Clio. Et si tout ce qui est vraiment utile est disponible, de série ou en option, certains équipements ne figurent pas sur la liste. Il n'y a qu'un seul coussin gonflable, pas de toit ouvrant ni de système de navigation par satellite. De même, la structure n'a pas été renforcée : la Logan n'aura pas, comme la Modus, cinq étoiles aux tests anticollision, ni même, probablement, quatre, comme la Clio, mais sans doute trois, ce qui, malgré tout, la placera dans la bonne moyenne. En ce qui concerne les prix sur les différents marchés, cela dépendra des accords douaniers qui peuvent exister entre les pays où la voiture sera fabriquée ou montée (en l'occurrence la Roumanie et le Maroc) et les différents pays où elle sera commercialisée, ainsi que les frais de transport correspondants.

Quel peut être le succès commercial de la Logan ? Si l'on regarde ce qui se passe pour la Solenza, une voiture semblable dans sa conception, que Dacia a lancée il y a un an et demi et qui est commercialisée depuis le premier semestre 2004 en Algérie, tout devrait bien se passer pour le nouveau modèle : Renault Algérie ne parvient pas à satisfaire la demande pour la Solenza, à peine moins chère que la Logan et surtout techniquement moins évoluée, puisque reposant sur un châssis de... Renault 11 !
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bédié et Ouattara à l'unisson

Article précédent :
Rita Marley à Addis

AUTRES

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne. H&eacu[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de l'&Eacut[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un troi[...]

Namibie : Pohamba, deux mandats et puis s'en va

Si dans certains pays africains, les chefs d'État, une fois arrivés en fin mandat, tentent de toucher à la Constitution pour s'accrocher au pouvoir, Hifikepunye Pohamba, le président namibien, a choisi [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Une Nigériane devient la première femme à présider l'Opep

La ministre nigériane des Ressources pétrolières, Diezani Alison-Madueke, est devenue jeudi la première femme nommée à la présidence tournante de l'Organisation des pays exportateur[...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye, pr[...]

Marathon du Gabon : une deuxième édition dédiée à la lutte contre le cancer

Ce n'est que la deuxième édition mais le marathon du Gabon s'est déjà fait un nom. L'épreuve reine de dimanche n'est que l'une des sept courses prévues au programme, et environ 15 000 cou[...]

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire ![...]

Football : Malabo CAN do it !

La Guinée équatoriale organisera la Coupe d'Afrique des nations, du 17 janvier au 8 février 2015. Quels sont ses atouts et ses faiblesses ?[...]

Côte d'Ivoire - FPI : duel Affi-Gbagbo, qui soutient qui ?

Tous deux candidats à la présidence du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan et Laurent Gbagbo seront départagés lors du 4e congrès du parti, début décembre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces