Extension Factory Builder
27/09/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le marché africain, même considéré dans son ensemble, est trop peu important pour qu'un constructeur développe une gamme de véhicules qui lui soit spécifiquement adaptée, d'autant que les besoins ne sont pas partout les mêmes. Et pourtant, avec la Logan, Renault a franchi un pas : considérant que ce qui est bon pour l'Afrique peut l'être aussi pour d'autres régions du monde aux structures, aux besoins, aux conditions économiques comparables, le constructeur français lance la Logan, une voiture qu'il a conçue pour les pays émergents, même si celle-ci sera aussi proposée en France.
On peut distinguer trois marchés sur le continent africain : le Maghreb (au sens large : du Maroc à l'Égypte), avec des infrastructures et des carburants proches de ceux des pays développés ; l'Afrique subsaharienne (hors Afrique du Sud), avec moins d'asphalte et des produits pétroliers souvent de moins bonne qualité ; et l'Afrique du Sud, qui tient un peu des deux. Le point commun à ces trois zones est que, d'une part, les conditions climatiques sont difficiles et que, d'autre part, hormis quelques minorités, le pouvoir d'achat des populations est faible.

Pour les constructeurs, cela pose des problèmes. Soucieux d'y être présents, parce que, même peu importantes, des ventes supplémentaires sont toujours bonnes à prendre et qu'ils pensent qu'un jour l'économie y décollera vraiment, ils sont confrontés au fait qu'il faut adapter leurs voitures aux spécificités du marché. Cela passe par une meilleure protection du dessous de la voiture, la mise en place de filtres à air surdimensionnés, le renforcement de la climatisation, la modification des règles d'allumage (avec réduction de la puissance du moteur) accompagnée d'une obligation faite à l'utilisateur de révisions plus fréquentes. Tout cela a un coût, et même les petites voitures voient leurs prix s'envoler. Si elles sont importées, ce qui est presque toujours le cas, s'ajoutent à cela les coûts de transport et les taxes d'importation parfois très élevées. Résultat : les véhicules proposés en Afrique sont souvent hors de prix, ce qui ne contribue pas à développer le marché.
Certains constructeurs utilisent des usines de montage situées sur le continent. Cela leur permet de gagner sur les frais de transport et les taxes du pays où se trouve l'usine ; mais cela ne change rien au reste. Avec la Logan, la démarche est différente. La voiture est conçue pour les pays émergents. Ses concepteurs ont tenu compte des conditions d'utilisation plus exigeantes qu'on y trouve. Afin d'obtenir un coût final réduit, ils ont choisi, pour tous les éléments, des solutions éprouvées, ce qui ne veut pas dire dépassées. La plate-forme de la Logan est celle de la Clio (c'est-à-dire également celle de la Modus et de la Nissan Micra). Sa mécanique est celle d'une Clio. Et si tout ce qui est vraiment utile est disponible, de série ou en option, certains équipements ne figurent pas sur la liste. Il n'y a qu'un seul coussin gonflable, pas de toit ouvrant ni de système de navigation par satellite. De même, la structure n'a pas été renforcée : la Logan n'aura pas, comme la Modus, cinq étoiles aux tests anticollision, ni même, probablement, quatre, comme la Clio, mais sans doute trois, ce qui, malgré tout, la placera dans la bonne moyenne. En ce qui concerne les prix sur les différents marchés, cela dépendra des accords douaniers qui peuvent exister entre les pays où la voiture sera fabriquée ou montée (en l'occurrence la Roumanie et le Maroc) et les différents pays où elle sera commercialisée, ainsi que les frais de transport correspondants.

Quel peut être le succès commercial de la Logan ? Si l'on regarde ce qui se passe pour la Solenza, une voiture semblable dans sa conception, que Dacia a lancée il y a un an et demi et qui est commercialisée depuis le premier semestre 2004 en Algérie, tout devrait bien se passer pour le nouveau modèle : Renault Algérie ne parvient pas à satisfaire la demande pour la Solenza, à peine moins chère que la Logan et surtout techniquement moins évoluée, puisque reposant sur un châssis de... Renault 11 !
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bédié et Ouattara à l'unisson

Article pr�c�dent :
Rita Marley à Addis

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au p&eacut[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement [...]

Arabie saoudite : attentat suicide dans une mosquée chiite à l'est du pays

Un kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée chiite de Koudeih, à l'est de l'Arabie saoudite, au cours de la prière du vendredi, faisant de nombreuses victimes.    [...]

Burundi : la galaxie Nkurunziza, ces hommes qui ont fait échec au coup d'État

Alors qu'il séjournait à Dar es-Salaam, Pierre Nkurunziza a été "destitué", le 13 mai, par une frange de l'armée burundaise, avant de reprendre le contrôle de la situation [...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le sta[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la c[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers