Extension Factory Builder
24/12/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Référendum, désarmement, présidentielle... l'épouse du chef de l'Etat ivoirien monte au créneau. Comme à son habitude.

Y aura-t-il un référendum sur l'article 35 de la Constitution, des sanctions onusiennes, une élection présidentielle, le désarmement... en 2005 ? Simone Gbagbo sera présente sur tous ces sujets au cours de l'année cruciale qui s'annonce. À la différence de ses homologues africaines, la première dame de Côte d'Ivoire n'a pas attendu l'arrivée de son mari au pouvoir pour naître à la politique. Députée d'Abobo (une agglomération de la banlieue d'Abidjan), vice-présidente du Front populaire ivoirien (FPI, au pouvoir) et présidente du groupe parlementaire du FPI à l'Assemblée nationale, l'épouse de Laurent Gbagbo est une figure politique de premier plan. Son nom reviendra dans les discussions de l'ONU, vers le 10 janvier. Le Conseil de sécurité devrait, dans les jours qui précèdent ou qui suivent cette date butoir, finaliser la liste des personnalités ivoiriennes passibles de sanctions (interdiction de voyage et gel des avoirs) pour obstruction au retour de la paix dans leur pays. « Le Conseil se penchera inévitablement sur le "cas'' de la première dame, indique un diplomate africain membre de l'organe onusien. S'il y avait une seule personnalité à sanctionner, ce serait Simone Ehivet Gbagbo perçue aujourd'hui aux Nations unies comme l'un des principaux obstacles à la paix. »
Pour le couple Gbagbo, 2005 est l'année de tous les défis, mais aussi celle de tous les dangers. C'est le 22 octobre prochain qu'expire le mandat de Laurent Gbagbo, et rien, en l'état actuel des choses, ne laisse présager l'organisation d'élections à cette date. Comment les Gbagbo géreront-ils cette échéance cruciale ? Comment feront-ils face à la réaction d'une communauté internationale tout ou partie braquée contre eux ?
Ces perspectives incertaines ne semblent guère inquiéter Simone Gbagbo, restée imperméable aux mises en garde et menaces de poursuites judiciaires depuis l'éclatement de l'insurrection armée, le 19 septembre 2002. Car Simone, comme l'appellent ses compatriotes, incarne « l'aile dure » du camp présidentiel. Si son époux a quelquefois transigé sous la pression de la communauté internationale, elle a toujours opposé, elle, un niet catégorique aux accords de Marcoussis, « une impasse absolue ». Elle aurait même violemment tancé l'ex-Premier ministre et président du FPI, Pascal Affi Nguessan, coupable à ses yeux d'avoir signé en janvier 2003 « ce document qui consacre de facto un coup d'État constitutionnel ». Après l'adoption par le Parlement, le 17 décembre, de la révision de l'article 35 de la Constitution (relatif aux conditions d'éligibilité à la présidence de la République), nul doute que Mme Gbagbo militera en 2005 pour le « non » au cas où la modification de la Loi fondamentale serait soumise à référendum.
Forte d'une légitimité acquise depuis les années de clandestinité, Simone a une influence à nulle autre pareille auprès de son président de mari, auquel elle n'hésite pas à s'opposer. Une journaliste de l'Agence France-Presse l'a appris à ses dépens. « Vous avez bien de la chance d'être là. Moi, je ne vous aurais jamais reçu », lui a-t-elle lancé, alors qu'elle était en entretien avec le chef de l'État.
Ainsi est Simone Gbagbo, curiosité politique contemporaine, première dame atypique, réputée autoritaire, cassante, rugueuse, « dure »... Dénommée "Xena la guerrière'' (l'héroïne d'une série télévisée) par les uns, lady Macbeth ou Catherine de Médicis, deux femmes au caractère bien trempé, par les autres, elle inspire respect, crainte, voire terreur.
Visage plutôt lourd, menton volontaire, regard tranchant, voix forte et imposante, elle n'a rien ou presque à voir avec les premières dames abonnées chez les grands couturiers et les bijoutiers de luxe. Habillée toute l'année en tissus traditionnels ivoiriens, elle préfère consommer local. Et tout dans sa façon d'être est à lier à son parcours - pas toujours balisé, loin s'en faut. Simone n'a pas été épargnée par la vie, partagée depuis son adolescence entre le féminisme, la lutte politique clandestine, la prison... Elle a perdu sa mère en venant au monde, le 20 juin 1949. Fille d'un gendarme, elle a été ballottée d'une localité à une autre de la Côte d'Ivoire avec ses dix-huit frères et soeurs, au gré des affectations de leur père. Piquée dès le collège par le virus du militantisme, elle adhère à la section féminine de la Jeunesse estudiantine catholique (JEC-F), qu'elle dirigera de 1967 à 1971.
Alors qu'elle prépare un doctorat de 3e cycle en littérature orale à l'université d'Abidjan (sujet de sa thèse : « Le langage tambouriné chez les Abourés »), elle inonde le campus des idées de Patrice Lumumba et de Nkwame Nkrumah, chantres du marxisme corrigé au goût du continent.
À partir de 1972, sous le nom d'emprunt d'« Adèle », elle est la seule femme à participer aux réunions de « l'Organisation », un mouvement clandestin, embryon du futur FPI. L'année suivante, alors qu'elle a trois filles (Patricia, Marthe et Antoinette), elle rencontre « Petit Frère », nom de code de Laurent Gbagbo, divorce et épouse ce jeune professeur d'histoire. Le couple donnera naissance à des jumelles : Gado et Popo.
Accusé d'activités subversives par le régime de Félix Houphouët-Boigny, Laurent est contraint de s'exiler en France, de 1982 à 1988. « Adèle » prend la direction du FPI, toujours clandestin, qu'elle cumule avec sa fonction de secrétaire générale adjointe du Syndicat national de la recherche et de l'enseignement supérieur (Synares) et son combat de féministe contre la polygamie et pour les droits de la femme.
Après l'ouverture démocratique décidée par Houphouët-Boigny en 1990, elle est élue députée d'Abobo en 1996, puis réélue en 2001.
Simone Gbagbo est une femme de tête, mais aussi de foi. Catholique de naissance, elle est passée à l'évangélisme de type anglo-saxon, après un grave accident de voiture qui a failli leur ôter la vie à elle et à son mari, en 1996. Elle s'est tirée de ce drame avec la conviction que leur couple est « élu » de Dieu. « Depuis le 19 septembre 2002, indique un ami français du couple, elle se croit investie d'une mission : défendre les chrétiens de son pays contre l'agression des musulmans du Nord. » Elle n'a ainsi pas hésité à déclarer le 21 décembre 2002 devant la Congrégation des femmes musulmanes de Côte d'Ivoire que les musulmans et les Nordistes sont les soutiens de la rébellion. Soupçonnée de distiller « l'ivoirité », cette idéologie raciste et violente dirigée contre les Ivoiriens du Nord et les étrangers vivant dans le pays, Simone enfonce le clou. « L'ivoirité ne me dérange pas. Chacun a son origine. La revendiquer n'est pas pécher », affirmait-elle en juillet 2001.
En fait, Simone s'encombre peu de précautions oratoires et masque mal le fait d'être très économe de son estime pour ses compatriotes originaires du nord du pays, les Dioulas. Elle ne porte pas non plus dans son coeur l'ancienne puissance coloniale, qu'elle accuse d'avoir sinon fomenté, du moins soutenu la rébellion. « La France n'a qu'à rester tranquille et se mêler de ses affaires, devait-elle asséner. Elle nous a causé assez de problèmes comme ça. »
Simone a d'ailleurs soigneusement évité l'Hexagone depuis le début de la crise, préférant se rendre en Israël dont elle soutient la lutte, convaincue en bonne évangéliste que le messie viendra le jour où le peuple juif vivra en paix sur la Terre promise. Plus par option que par commodité, elle a également tenu à inscrire ses jumelles Gado et Popo dans des écoles américaines et non françaises.
L'épouse de Laurent a le courroux tenace et la vengeance implacable. On la soupçonne de nombreuses atteintes aux droits de l'homme, depuis l'éclatement de la rébellion en septembre 2002. Son ancien aide de camp Anselme Séka Yapo, alias Séka Séka, serait le chef des escadrons de la mort qui ont sévi à Abidjan au début de la crise. Son beau-frère, Michel Legré, a été mis en examen dans l'affaire de la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, enlevé à Abidjan le 16 avril 2004.
Mais on ne prête qu'aux riches, et Simone l'est de ses engagements politiques et de ses convictions religieuses. Ils ne seront pas de trop pour affronter 2005 et ses périls.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abouyoub à Abidjan ?

Article précédent :
Youssou Ndour contre le paludisme

AUTRES

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Infographie : le Burkina des coups d'État

Avec l'arrivée au pouvoir du président de transition Michel Kafando, le Burkina Faso retrouve un chef d'État civil après quasiment un demi-siècle de pouvoir militaire. Retour, en infographie, sur[...]

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Documentaire : "I Am Ali", l'album de famille

Quarante ans après le combat opposant le boxeur à Foreman, à Kinshasa, un documentaire intimiste brosse un portrait sensible de l'homme qu'il fut, vu par les siens.[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale hypertrophi&eacut[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le présiden[...]

Triple explosion meurtrière à la mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria

Trois bombes ont explosé vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria. Au moins 64 personnes ont été tuées et 126 blessées.[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de [...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite mi[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-quatre ans plus tard, il quitta l[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais déc&[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces