Extension Factory Builder
27/11/2007 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

30 novembre 1989

Ce jeudi 30 novembre 1989, Ahmadou Ahidjo passe une journée ordinaire dans sa maison située sur la corniche de Dakar, le long de l'océan Atlantique. Sa femme, Germaine, et Adam Maté, ancien étudiant en médecine et ami de la famille, sont à ses côtés. Ils veillent sur l'ancien président du Cameroun qui, depuis janvier, à la suite d'une chute dans sa salle de bains, souffre d'une paralysie partielle des membres inférieurs et ne peut plus se déplacer seul. L'ambiance est plutôt morne. À 15 heures, un repas lui est servi. Il s'allonge ensuite, en attendant qu'Adam Maté vienne lui prodiguer ses soins. Sa femme lui demande s'il souhaite qu'on lui redresse le lit. Ahidjo ne répondra jamais : il vient d'être foudroyé par une crise cardiaque. Il est 17 h 30. Quelques heures plus tard, à Yaoundé, un communiqué laconique annonce le décès de l'ancien chef de l'État sur les ondes de la radiotélévision.

Peul, né à Nassarao, près de Garoua (nord du Cameroun), en 1922, c'est en 1941 qu'Ahidjo, après deux ans de formation à l'École primaire supérieure de Yaoundé, est recruté à la Poste et affecté à Douala. Entré en politique en 1947, il est élu délégué de la Bénoué à l'Assemblée territoriale. Conseiller de l'Union française en 1953, il consolide sa position en accédant à la présidence de l'Assemblée territoriale en 1956, année où il crée le Mouvement pour l'évolution du Nord-Cameroun. En 1957, le Cameroun devient un État sous tutelle, avec André-Marie Mbida comme Premier ministre et Ahidjo comme vice-Premier ministre.
Pour la France, ce statut doit évoluer vers l'indépendance. Mais elle se trouve devant deux écueils : l'insurrection des nationalistes de l'Union des populations du Cameroun (UPC) depuis décembre 1956 et l'opposition de Mbida à toute idée d'indépendance. Paris ne tergiverse pas, qui décide de mater la rébellion de l'UPC et d'évincer Mbida, qu'il fait remplacer par Ahidjo, considéré comme plus souple. Ce dernier joue le jeu et transforme son groupe parlementaire en parti, l'Union camerounaise (UC), dont l'influence se limite au nord du pays. Le 1er janvier 1960, il proclame l'indépendance du Cameroun, dont il devient, cinq mois plus tard, le premier président.
Une fois au pouvoir, Ahidjo montre clairement sa volonté d'être le seul maître à bord, avec pour unique leitmotiv l'unité nationale. Réunification avec ce qui reste du Cameroun sous tutelle britannique, création d'un parti national grâce au ralliement des autres formations politiques à l'UC, rebaptisée Union nationale camerounaise (UNC), musellement de l'opposition… Tels sont ses grands chantiers. Et il les réalise avec une habileté et une fermeté inattendues. Si les libertés individuelles sont sacrifiées, il cherche en revanche à moderniser son pays.
Ahidjo entre dans l'Histoire le 4 novembre 1982, lorsqu'il renonce au pouvoir à l'instar du Sénégalais Léopold Sédar Senghor, deux ans auparavant. Et passe le flambeau à son Premier ministre Paul Biya. Mais il garde la présidence de l'UNC. Biya vit mal cette situation, qui le prive, en quelque sorte, du plein exercice du pouvoir. En mars 1983, Ahidjo propose l'institutionnalisation du parti, pour affirmer sa primauté sur l'État. Biya répond en limogeant du gouvernement des proches de ce dernier, qui quitte le pays en juillet et s'installe en France. Un mois plus tard, son successeur annonce la découverte d'un complot qu'aurait instigué Ahidjo. En février 1984, au terme du procès des putschistes, l'ancien président est condamné à mort par contumace.
Vivant désormais entre la France et le Sénégal, Ahidjo suit de près l'évolution de son pays. Et entre dans des colères récurrentes à chaque mauvaise nouvelle. Sa santé en pâtit, jusqu'au dénouement fatal. Son corps, inhumé à Dakar, n'a toujours pas été rapatrié au Cameroun, faute d'autorisation.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Accord France-Côte d'Ivoire

Article précédent :
Une visite entre chien et loup

AUTRES

Christopher Fomunyoh : 'Les Africains aspirent à une gouvernance moderne'

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9 affrété[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la short-list de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été écartés. Et selon [...]

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Les trois principaux mouvements palestiniens se sont dits favorables mardi à une trêve humanitaire de 24 heures.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

Libye : un avion des forces loyales à Khalifa Haftar s'écrase à Benghazi

Un avion militaire engagé au côté du général dissident Khalifa Haftar s'est écrasé mardi à Benghazi, où des combats font rage depuis samedi.[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants parai[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la solidar[...]

Burundi : Amnesty dénonce la "hausse de la violence politique" contre l'opposition

L’élection présidentielle de juin 2015 approche alors que les "actes d’intimidation, de harcèlement et de violence" contre l’opposition se multiplient au Burundi, dénonce Amn[...]

Guinée : première condamnation dans l'affaire de corruption autour du gisement de fer du Simandou

La cour fédérale de New York a condamné le Français Frédéric Cilins, ancien collaborateur de la société BSGR, à deux ans de prison ferme pour obstruction à la j[...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas Sark[...]

Ebola : le Liberia ferme partiellement ses frontières, le Nigeria en alerte

Une partie des frontières du Liberia vont être fermées afin d'essayer de juguler l'épidémie d'Ebola, la plus meurtrière depuis la découverte du virus. La présidente Ellen John[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers