Extension Factory Builder
27/11/2007 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

30 novembre 1989

Ce jeudi 30 novembre 1989, Ahmadou Ahidjo passe une journée ordinaire dans sa maison située sur la corniche de Dakar, le long de l'océan Atlantique. Sa femme, Germaine, et Adam Maté, ancien étudiant en médecine et ami de la famille, sont à ses côtés. Ils veillent sur l'ancien président du Cameroun qui, depuis janvier, à la suite d'une chute dans sa salle de bains, souffre d'une paralysie partielle des membres inférieurs et ne peut plus se déplacer seul. L'ambiance est plutôt morne. À 15 heures, un repas lui est servi. Il s'allonge ensuite, en attendant qu'Adam Maté vienne lui prodiguer ses soins. Sa femme lui demande s'il souhaite qu'on lui redresse le lit. Ahidjo ne répondra jamais : il vient d'être foudroyé par une crise cardiaque. Il est 17 h 30. Quelques heures plus tard, à Yaoundé, un communiqué laconique annonce le décès de l'ancien chef de l'État sur les ondes de la radiotélévision.

Peul, né à Nassarao, près de Garoua (nord du Cameroun), en 1922, c'est en 1941 qu'Ahidjo, après deux ans de formation à l'École primaire supérieure de Yaoundé, est recruté à la Poste et affecté à Douala. Entré en politique en 1947, il est élu délégué de la Bénoué à l'Assemblée territoriale. Conseiller de l'Union française en 1953, il consolide sa position en accédant à la présidence de l'Assemblée territoriale en 1956, année où il crée le Mouvement pour l'évolution du Nord-Cameroun. En 1957, le Cameroun devient un État sous tutelle, avec André-Marie Mbida comme Premier ministre et Ahidjo comme vice-Premier ministre.
Pour la France, ce statut doit évoluer vers l'indépendance. Mais elle se trouve devant deux écueils : l'insurrection des nationalistes de l'Union des populations du Cameroun (UPC) depuis décembre 1956 et l'opposition de Mbida à toute idée d'indépendance. Paris ne tergiverse pas, qui décide de mater la rébellion de l'UPC et d'évincer Mbida, qu'il fait remplacer par Ahidjo, considéré comme plus souple. Ce dernier joue le jeu et transforme son groupe parlementaire en parti, l'Union camerounaise (UC), dont l'influence se limite au nord du pays. Le 1er janvier 1960, il proclame l'indépendance du Cameroun, dont il devient, cinq mois plus tard, le premier président.
Une fois au pouvoir, Ahidjo montre clairement sa volonté d'être le seul maître à bord, avec pour unique leitmotiv l'unité nationale. Réunification avec ce qui reste du Cameroun sous tutelle britannique, création d'un parti national grâce au ralliement des autres formations politiques à l'UC, rebaptisée Union nationale camerounaise (UNC), musellement de l'opposition… Tels sont ses grands chantiers. Et il les réalise avec une habileté et une fermeté inattendues. Si les libertés individuelles sont sacrifiées, il cherche en revanche à moderniser son pays.
Ahidjo entre dans l'Histoire le 4 novembre 1982, lorsqu'il renonce au pouvoir à l'instar du Sénégalais Léopold Sédar Senghor, deux ans auparavant. Et passe le flambeau à son Premier ministre Paul Biya. Mais il garde la présidence de l'UNC. Biya vit mal cette situation, qui le prive, en quelque sorte, du plein exercice du pouvoir. En mars 1983, Ahidjo propose l'institutionnalisation du parti, pour affirmer sa primauté sur l'État. Biya répond en limogeant du gouvernement des proches de ce dernier, qui quitte le pays en juillet et s'installe en France. Un mois plus tard, son successeur annonce la découverte d'un complot qu'aurait instigué Ahidjo. En février 1984, au terme du procès des putschistes, l'ancien président est condamné à mort par contumace.
Vivant désormais entre la France et le Sénégal, Ahidjo suit de près l'évolution de son pays. Et entre dans des colères récurrentes à chaque mauvaise nouvelle. Sa santé en pâtit, jusqu'au dénouement fatal. Son corps, inhumé à Dakar, n'a toujours pas été rapatrié au Cameroun, faute d'autorisation.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Accord France-Côte d'Ivoire

Article précédent :
Une visite entre chien et loup

AUTRES

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

Indonésie : l'avenir, c'est Jokowi

Il y a le réformateur populaire, Joko Widodo, et le militaire conservateur, Prabowo Subianto. Tous deux clament leur victoire à l'élection présidentielle du 9 juillet. Deux visages, deux pr[...]

Gambie : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?

Les homosexuels ? Des vermines. Le sida ? Guérissable par ses soins. Les journalistes ? Des opposants à museler. Les frasques du président gambien provoquent souvent des levées de bouclier de la part de[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui vou[...]

Conflit israélo-palestinien : le nid de guêpes

Le conflit israélo--palestinien est monté d'un cran avec l'invasion de Gaza par Tsahal. Alors que les extrémistes de chaque bord soufflent sur les braises, le risque est grand, pour le Hamas et le Fata[...]

Côte d'Ivoire - FPI : Michel Gbagbo, profession médiateur

Michel Gbagbo tente d'éteindre le feu au sein du FPI. Sans grand succès pour le moment.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "Bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel procè[...]

Littérature turque : "L'Homme désoeuvré" enfin traduit en français !

C'est l'un des classiques du roman turc contemporain. "L'Homme désoeuvré", de Yusuf Atilgan, est enfin traduit en français.[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OM[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers