Extension Factory Builder
26/09/2005 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Votre collaborateur, Cheikh Yérim Seck, a fait une caractérisation erronée de mon parcours politique, dans son article intitulé « Sénégal : Wade veut jouer les prolongations », paru dans le numéro 2330. Voici le passage contenant les allégations que je conteste : « En l'espace de cinq ans, le chef de l'État a remplacé dans de nombreuses localités du pays les responsables de son propre parti par des "transhumants", ces transfuges passés avec armes et bagages du Parti socialiste (PS, anciennement aux affaires) au PDS. Ceux-là mêmes qui avaient été désavoués par les électeurs en 2000 et 2001 : Assane Diagne et Aïda Mbodj à Bambey ; Adame Sall et Soda Ndiaye à Matam ; Mbaye-Jacques Diop à Rufisque ; Abdourahmane Sow à Louga ; Salif Ba à Kaolack... Les Sénégalais rejettent ces figures usées de la vie politique, incarnation des griefs qui les ont conduits à voter pour l'alternance en 2000. »
Il est tout à fait faux de me qualifier de « transhumant ». N'importe quel observateur de la vie politique du Sénégal sait que je n'ai pas attendu la défaite du Parti socialiste pour intégrer le PDS.
Avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2000, j'ai adressé une lettre publique au président Abdou Diouf pour lui demander d'apporter des mesures radicales de rupture dans la gestion du PS, lui suggérant notamment d'en changer la direction. Je lui faisais remarquer que ce sont les méthodes alors en cours qui étaient condamnées par les Sénégalais. Ma demande étant restée vaine, j'ai démissionné entre les deux tours de l'élection, une démission qui a porté un rude coup politique, électoral et psychologique au PS et son candidat, Abdou Diouf.
J'ai ensuite intégré le FAL (Front pour l'alternance), l'alliance mise sur pied pour porter la candidature de Me Abdoulaye Wade au second tour.
Au lendemain de sa victoire, qui est aussi mienne, j'ai formé le PPC (Parti pour le progrès et la citoyenneté), formation politique qui est allée toute seule aux élections législatives en 2001, en dehors de toute coalition, et qui a obtenu un poste de député.
C'était après l'alternance.
Il est donc inexact de parler de moi en termes pour le moins irrespectueux de « figure usée de la vie politique ». Une phrase qui sonne plus comme celle d'un pamphlétaire que d'un journaliste, observateur supposé neutre.
Mes amis et partisans, à travers tout le Sénégal, sont aujourd'hui avec moi dans le PDS, après la fusion de nos deux partis intervenue le 20 mai 2002, suite à un appel dans ce sens de Me Abdoulaye Wade.
Une fusion entre deux partis souverains, comme le Sénégal en a toujours connu, à l'exemple de ce que Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye avaient fait, alors que je siégeais au bureau politique du BDS, au titre des jeunes, en février 1958.

NLDR : Sous l'appellation de « transhumant », on désigne aujourd'hui au Sénégal les militants et responsables du Parti socialiste qui ont quitté cette formation pour le Parti démocratique sénégalais (PDS), arrivé aux affaires en mars 2000.
Suivant cette définition, Me Mbaye-Jacques Diop est, dans l'ordre chronologique, le premier des transhumants. Membre historique du PS, à l'instar d'un Abdoulaye Diack ou d'une Arame Diène, il a, en effet, provoqué un séisme au sein du parti d'Abdou Diouf en le quittant avec fracas entre les deux tours de la présidentielle de 2000, après que Diouf eut été mis en ballottage.
Si l'on peut regretter l'usage de l'expression sans doute excessive de « figures usées de la vie politique » pour qualifier les « transhumants », il est donc difficile de ne pas citer parmi ces derniers l'actuel président du Haut Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bon point

Article précédent :
Zafiro s'épuise

AUTRES

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Hubert Velud, actuellement entraîneur de l’USM Alger, est aujourd’hui une des priorités du Togo, à la recherche d’un sélectionneur national. Le Français a déjà[...]

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

RDC : le déraillement d'un train fait au moins 37 morts au Katanga

Un train a déraillé mardi au Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC). Le bilan provisoire fait état d'au moins 37 morts.[...]

Photographie : Samuel Fosso, un dandy à Cotonou

La Fondation Zinsou présente, jusqu'à fin juillet, des autoportraits du photographe Samuel Fosso. À découvrir également, les clichés en noir et blanc - moins connus - de ses d&eacu[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent séduir[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces