Extension Factory Builder
26/09/2005 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Votre collaborateur, Cheikh Yérim Seck, a fait une caractérisation erronée de mon parcours politique, dans son article intitulé « Sénégal : Wade veut jouer les prolongations », paru dans le numéro 2330. Voici le passage contenant les allégations que je conteste : « En l'espace de cinq ans, le chef de l'État a remplacé dans de nombreuses localités du pays les responsables de son propre parti par des "transhumants", ces transfuges passés avec armes et bagages du Parti socialiste (PS, anciennement aux affaires) au PDS. Ceux-là mêmes qui avaient été désavoués par les électeurs en 2000 et 2001 : Assane Diagne et Aïda Mbodj à Bambey ; Adame Sall et Soda Ndiaye à Matam ; Mbaye-Jacques Diop à Rufisque ; Abdourahmane Sow à Louga ; Salif Ba à Kaolack... Les Sénégalais rejettent ces figures usées de la vie politique, incarnation des griefs qui les ont conduits à voter pour l'alternance en 2000. »
Il est tout à fait faux de me qualifier de « transhumant ». N'importe quel observateur de la vie politique du Sénégal sait que je n'ai pas attendu la défaite du Parti socialiste pour intégrer le PDS.
Avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2000, j'ai adressé une lettre publique au président Abdou Diouf pour lui demander d'apporter des mesures radicales de rupture dans la gestion du PS, lui suggérant notamment d'en changer la direction. Je lui faisais remarquer que ce sont les méthodes alors en cours qui étaient condamnées par les Sénégalais. Ma demande étant restée vaine, j'ai démissionné entre les deux tours de l'élection, une démission qui a porté un rude coup politique, électoral et psychologique au PS et son candidat, Abdou Diouf.
J'ai ensuite intégré le FAL (Front pour l'alternance), l'alliance mise sur pied pour porter la candidature de Me Abdoulaye Wade au second tour.
Au lendemain de sa victoire, qui est aussi mienne, j'ai formé le PPC (Parti pour le progrès et la citoyenneté), formation politique qui est allée toute seule aux élections législatives en 2001, en dehors de toute coalition, et qui a obtenu un poste de député.
C'était après l'alternance.
Il est donc inexact de parler de moi en termes pour le moins irrespectueux de « figure usée de la vie politique ». Une phrase qui sonne plus comme celle d'un pamphlétaire que d'un journaliste, observateur supposé neutre.
Mes amis et partisans, à travers tout le Sénégal, sont aujourd'hui avec moi dans le PDS, après la fusion de nos deux partis intervenue le 20 mai 2002, suite à un appel dans ce sens de Me Abdoulaye Wade.
Une fusion entre deux partis souverains, comme le Sénégal en a toujours connu, à l'exemple de ce que Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye avaient fait, alors que je siégeais au bureau politique du BDS, au titre des jeunes, en février 1958.

NLDR : Sous l'appellation de « transhumant », on désigne aujourd'hui au Sénégal les militants et responsables du Parti socialiste qui ont quitté cette formation pour le Parti démocratique sénégalais (PDS), arrivé aux affaires en mars 2000.
Suivant cette définition, Me Mbaye-Jacques Diop est, dans l'ordre chronologique, le premier des transhumants. Membre historique du PS, à l'instar d'un Abdoulaye Diack ou d'une Arame Diène, il a, en effet, provoqué un séisme au sein du parti d'Abdou Diouf en le quittant avec fracas entre les deux tours de la présidentielle de 2000, après que Diouf eut été mis en ballottage.
Si l'on peut regretter l'usage de l'expression sans doute excessive de « figures usées de la vie politique » pour qualifier les « transhumants », il est donc difficile de ne pas citer parmi ces derniers l'actuel président du Haut Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bon point

Article précédent :
Zafiro s'épuise

AUTRES

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, ministre de la Commun[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Côte d'Ivoire - Christian Bouquet : "Certains n'ont pas tiré de leçons du passé"

Selon Christian Bouquet, spécialiste français de la Côte d'Ivoire et auteur du "Désespoir de Kourouma", des symptômes inquiétants pour la démocratie subsistent.[...]

Cameroun : Samuel Eto'o peut-il revenir jouer avec les Lions indomptables ?

Samuel Eto’o a annoncé la fin de sa carrière internationale, le 29 août, alors qu’il venait de s’engager avec Everton FC (Angleterre, Premier League). L’épilogue d’une his[...]

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Centrafrique : la Séléka exclut ses membres entrés au gouvernement

L'ex-rébellion Séléka a annoncé lundi qu'elle excluait les ministres du nouveau gouvernement issus de ses rangs. Les leaders de l'ex-coalition qui contestent la composition du gouvernement formé [...]

Libye : le gouvernement admet avoir perdu le contrôle de Tripoli

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l’Est, a reconnu dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi ne plus contrôler les ministères et services de l&[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Niger : un nouvel avion présidentiel à 30 millions d'euros

Niamey a acheté un nouvel avion présidentiel pour la somme de 30 millions d'euros. Cette aquisition onéreuse a provoqué la levée de boucliers de l'opposition qui critique une "dépense[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex