Extension Factory Builder
26/09/2005 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Votre collaborateur, Cheikh Yérim Seck, a fait une caractérisation erronée de mon parcours politique, dans son article intitulé « Sénégal : Wade veut jouer les prolongations », paru dans le numéro 2330. Voici le passage contenant les allégations que je conteste : « En l'espace de cinq ans, le chef de l'État a remplacé dans de nombreuses localités du pays les responsables de son propre parti par des "transhumants", ces transfuges passés avec armes et bagages du Parti socialiste (PS, anciennement aux affaires) au PDS. Ceux-là mêmes qui avaient été désavoués par les électeurs en 2000 et 2001 : Assane Diagne et Aïda Mbodj à Bambey ; Adame Sall et Soda Ndiaye à Matam ; Mbaye-Jacques Diop à Rufisque ; Abdourahmane Sow à Louga ; Salif Ba à Kaolack... Les Sénégalais rejettent ces figures usées de la vie politique, incarnation des griefs qui les ont conduits à voter pour l'alternance en 2000. »
Il est tout à fait faux de me qualifier de « transhumant ». N'importe quel observateur de la vie politique du Sénégal sait que je n'ai pas attendu la défaite du Parti socialiste pour intégrer le PDS.
Avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2000, j'ai adressé une lettre publique au président Abdou Diouf pour lui demander d'apporter des mesures radicales de rupture dans la gestion du PS, lui suggérant notamment d'en changer la direction. Je lui faisais remarquer que ce sont les méthodes alors en cours qui étaient condamnées par les Sénégalais. Ma demande étant restée vaine, j'ai démissionné entre les deux tours de l'élection, une démission qui a porté un rude coup politique, électoral et psychologique au PS et son candidat, Abdou Diouf.
J'ai ensuite intégré le FAL (Front pour l'alternance), l'alliance mise sur pied pour porter la candidature de Me Abdoulaye Wade au second tour.
Au lendemain de sa victoire, qui est aussi mienne, j'ai formé le PPC (Parti pour le progrès et la citoyenneté), formation politique qui est allée toute seule aux élections législatives en 2001, en dehors de toute coalition, et qui a obtenu un poste de député.
C'était après l'alternance.
Il est donc inexact de parler de moi en termes pour le moins irrespectueux de « figure usée de la vie politique ». Une phrase qui sonne plus comme celle d'un pamphlétaire que d'un journaliste, observateur supposé neutre.
Mes amis et partisans, à travers tout le Sénégal, sont aujourd'hui avec moi dans le PDS, après la fusion de nos deux partis intervenue le 20 mai 2002, suite à un appel dans ce sens de Me Abdoulaye Wade.
Une fusion entre deux partis souverains, comme le Sénégal en a toujours connu, à l'exemple de ce que Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye avaient fait, alors que je siégeais au bureau politique du BDS, au titre des jeunes, en février 1958.

NLDR : Sous l'appellation de « transhumant », on désigne aujourd'hui au Sénégal les militants et responsables du Parti socialiste qui ont quitté cette formation pour le Parti démocratique sénégalais (PDS), arrivé aux affaires en mars 2000.
Suivant cette définition, Me Mbaye-Jacques Diop est, dans l'ordre chronologique, le premier des transhumants. Membre historique du PS, à l'instar d'un Abdoulaye Diack ou d'une Arame Diène, il a, en effet, provoqué un séisme au sein du parti d'Abdou Diouf en le quittant avec fracas entre les deux tours de la présidentielle de 2000, après que Diouf eut été mis en ballottage.
Si l'on peut regretter l'usage de l'expression sans doute excessive de « figures usées de la vie politique » pour qualifier les « transhumants », il est donc difficile de ne pas citer parmi ces derniers l'actuel président du Haut Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bon point

Article précédent :
Zafiro s'épuise

AUTRES

Le 4 août 1984, Thomas Sankara rebaptisait la Haute-Volta en Burkina Faso

Le 4 août 1984, Thomas Sankara rebaptisait la Haute-Volta en Burkina Faso

Il y a trente ans, le 4 août 1984, Thomas Sankara renommait l'ancienne Haute-Volta en Burkina-Faso, le "Pays des hommes intègres". Un changement de nom officiel et très symbolique, destiné[...]

En direct : les premières images des débris du vol AH5017 diffusées

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Gaza : 15 Palestiniens tués dans le bombardement d'une école de l'ONU par Israël

Le bombardement par Tsahal d'une école gérée par l'ONU à Beit Hanoun, jeudi, a fait au moins 15 morts et 200 blessés, dont de nombreux enfants. On compte désormais 804 Palestiniens tu&eacu[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport condu[...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une prem[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9 affr&eac[...]

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le DC9 du vol Ouaga-Alger AH5017, affrété par la compagnie Air Algérie, a été retrouvé jeudi après son crash, la nuit précédente, dans la zone de Gossi, au nord du Mal[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes - e[...]

Nigeria : une femme décapitée et huit blessés dans un attentat à Kano

Selon des sources locales, au moins une personne a été tuée jeudi dans un attentat à la bombe contre une gare routière de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria. Le bilan provisoire fait &eacu[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais a[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers