Extension Factory Builder
26/09/2005 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Votre collaborateur, Cheikh Yérim Seck, a fait une caractérisation erronée de mon parcours politique, dans son article intitulé « Sénégal : Wade veut jouer les prolongations », paru dans le numéro 2330. Voici le passage contenant les allégations que je conteste : « En l'espace de cinq ans, le chef de l'État a remplacé dans de nombreuses localités du pays les responsables de son propre parti par des "transhumants", ces transfuges passés avec armes et bagages du Parti socialiste (PS, anciennement aux affaires) au PDS. Ceux-là mêmes qui avaient été désavoués par les électeurs en 2000 et 2001 : Assane Diagne et Aïda Mbodj à Bambey ; Adame Sall et Soda Ndiaye à Matam ; Mbaye-Jacques Diop à Rufisque ; Abdourahmane Sow à Louga ; Salif Ba à Kaolack... Les Sénégalais rejettent ces figures usées de la vie politique, incarnation des griefs qui les ont conduits à voter pour l'alternance en 2000. »
Il est tout à fait faux de me qualifier de « transhumant ». N'importe quel observateur de la vie politique du Sénégal sait que je n'ai pas attendu la défaite du Parti socialiste pour intégrer le PDS.
Avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2000, j'ai adressé une lettre publique au président Abdou Diouf pour lui demander d'apporter des mesures radicales de rupture dans la gestion du PS, lui suggérant notamment d'en changer la direction. Je lui faisais remarquer que ce sont les méthodes alors en cours qui étaient condamnées par les Sénégalais. Ma demande étant restée vaine, j'ai démissionné entre les deux tours de l'élection, une démission qui a porté un rude coup politique, électoral et psychologique au PS et son candidat, Abdou Diouf.
J'ai ensuite intégré le FAL (Front pour l'alternance), l'alliance mise sur pied pour porter la candidature de Me Abdoulaye Wade au second tour.
Au lendemain de sa victoire, qui est aussi mienne, j'ai formé le PPC (Parti pour le progrès et la citoyenneté), formation politique qui est allée toute seule aux élections législatives en 2001, en dehors de toute coalition, et qui a obtenu un poste de député.
C'était après l'alternance.
Il est donc inexact de parler de moi en termes pour le moins irrespectueux de « figure usée de la vie politique ». Une phrase qui sonne plus comme celle d'un pamphlétaire que d'un journaliste, observateur supposé neutre.
Mes amis et partisans, à travers tout le Sénégal, sont aujourd'hui avec moi dans le PDS, après la fusion de nos deux partis intervenue le 20 mai 2002, suite à un appel dans ce sens de Me Abdoulaye Wade.
Une fusion entre deux partis souverains, comme le Sénégal en a toujours connu, à l'exemple de ce que Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye avaient fait, alors que je siégeais au bureau politique du BDS, au titre des jeunes, en février 1958.

NLDR : Sous l'appellation de « transhumant », on désigne aujourd'hui au Sénégal les militants et responsables du Parti socialiste qui ont quitté cette formation pour le Parti démocratique sénégalais (PDS), arrivé aux affaires en mars 2000.
Suivant cette définition, Me Mbaye-Jacques Diop est, dans l'ordre chronologique, le premier des transhumants. Membre historique du PS, à l'instar d'un Abdoulaye Diack ou d'une Arame Diène, il a, en effet, provoqué un séisme au sein du parti d'Abdou Diouf en le quittant avec fracas entre les deux tours de la présidentielle de 2000, après que Diouf eut été mis en ballottage.
Si l'on peut regretter l'usage de l'expression sans doute excessive de « figures usées de la vie politique » pour qualifier les « transhumants », il est donc difficile de ne pas citer parmi ces derniers l'actuel président du Haut Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bon point

Article précédent :
Zafiro s'épuise

AUTRES

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce[...]

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers