Extension Factory Builder
26/03/2007 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après les sanglants affrontements de Kinshasa, la question de l'avenir politique du rival malheureux de Joseph Kabila à la présidentielle d'octobre 2006 est plus que jamais posée.

Les armes ont de nouveau parlé à Kinshasa. Les 22 et 23 mars, la Garde présidentielle et les miliciens de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba se sont très violemment affrontés dans les rues de la capitale congolaise. Motif : le refus obstiné du leader du Mouvement de libération du Congo (MLC) d'incorporer dans l'armée régulière la centaine d'hommes de son « détachement de protection personnelle » (sa milice privée). L'état-major général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a été formel : douze gardes, pas un de plus. Totalement insuffisant, a rétorqué Bemba, évoquant un accord conclu avec Joseph Kabila, en octobre 2006, qui prévoyait la mise à sa disposition d'une « garde rapprochée appropriée », dont les effectifs n'étaient toutefois pas précisés.
Des morts, des blessés, des scènes de pillage… Tel est le bilan de ces affrontements, dont des dommages collatéraux ont d'ores et déjà traversé le fleuve : plusieurs obus tirés depuis Kinshasa sont tombés sur Brazzaville. En août 2006, la contestation des résultats du premier tour de la présidentielle s'était déjà soldée dans le sang : vingt-deux morts, officiellement. Cette nouvelle crise pose un vrai problème : l'avenir de Jean-Pierre Bemba.
Kabila et lui peuvent-ils s'entendre ? En dehors de l'âge et de la notoriété de leurs pères respectifs, tout les sépare. L'un est calme, taciturne, volontiers secret. L'autre est fougueux et a le verbe haut. Leur désamour est apparu au grand jour avant, pendant et après les élections de 2006. Bemba a ainsi toujours considéré le choix de la communauté internationale en faveur de son rival à la fois comme une injustice et comme une erreur de casting. Au lendemain du deuxième tour de la présidentielle, le chef du MLC a reconnu sa défaite, mais avec de sérieuses réserves. Convaincu que les élections ont été truquées et téléguidées, il n'assiste pas à l'investiture du nouveau chef de l'État et annonce son intention de se lancer dans une « opposition républicaine » musclée.
Pour le camp présidentiel, Bemba demeure une menace permanente, au point que certains faucons de l'entourage de Kabila n'ont pas renoncé à le voir comparaître devant le Tribunal pénal international, pour, notamment, « crimes de guerre ». À l'occasion de l'élection des gouverneurs, en janvier-février 2007, la majorité l'emporte dans presque toutes les provinces et parachève ainsi sa prise de contrôle de l'administration. Aux yeux du président, le pouvoir issu des urnes est là pour gouverner et l'opposition pour s'opposer. Sauf à vouloir rééditer une transition qui fut calamiteuse en matière de gestion de l'État, il n'est pas question de partager les postes.
« D'un côté, il y a les partisans de Bemba, avec leur militarisme, leur radicalisme et leur évident manque de fair-play. De l'autre, ceux de Kabila, avec leur triomphalisme outrancier et leur volonté d'exclure l'opposition, analyse un observateur. Dans une situation comme celle-ci, avec une démocratie et des institutions fragiles, n'est-ce pas au vainqueur de tendre la main au vaincu pour préserver la paix sociale ? »
À l'automne 2006, un décret présidentiel a clarifié le statut des quatre anciens vice-présidents. Ils touchent les trois quarts de leur ancien salaire, se sont vu attribuer un logement par l'État et bénéficient d'une protection. Mais Bemba n'a peut-être pas besoin de tout cela. « De l'argent, il en a, commente l'un de ses collaborateurs. Ce qui compte pour lui, c'est sa sécurité. »
La victoire politique du chef de l'État, un homme de l'Est, sur son rival de l'Ouest serait-elle en passe de se transformer en défaite militaire pour le second ? Certes, Bemba reste très populaire dans son fief occidental. Sa possible disparition de la scène et la volonté d'« exclusion » dont son parti, le MLC, se dit la victime au niveau régional, ajoutées aux troubles au Bas-Congo, en janvier, et à la présence d'un détachement de l'armée angolaise à Kahemba, dans le Bandundu, risquent de retarder un apaisement postélectoral que tous les Congolais appellent de leurs vœux. Voire de dégénérer en une nouvelle guerre civile - un scénario cauchemar que chacun s'efforce de conjurer. Depuis le 23 mars, Jean-Pierre Bemba fait officiellement l'objet d'un mandat d'arrêt pour « haute trahison ». La métamorphose d'anciens chefs rebelles en adversaires politiques est décidément une opération très compliquée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article pr�c�dent :
Zimbabwe : l'or en chute libre

RD Congo

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant pro-démocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN25037bembarumuas0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN25037bembarumuas0 from 172.16.0.100