Extension Factory Builder
25/10/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avant sa disparition, le 16 avril dernier à Abidjan, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer était l'un des hommes les mieux informés de Côte d'Ivoire sur les circuits financiers du Plateau. Et, depuis le début 2004, il s'intéressait tout particulièrement aux transactions occultes entre Abidjan et Bissau. En mars, il avait même effectué un voyage en Guinée-Bissau.

Le 15 avril à Paris, le bimensuel La Lettre du Continent révèle que, « pour aider Bissau [...], Laurent Gbagbo a avancé 1,5 milliard de F CFA à ses alliés, à partir d'un compte de la BCEAO, pour payer les salaires des fonctionnaires ». De son côté, à Abidjan, Le Nouveau Réveil titre à la une « Des fonds transférés en Guinée-Bissau. La Banque mondiale révèle ». Objectif du président Gbagbo : disposer d'un appui supplémentaire en Afrique de l'Ouest. Problème : les bailleurs de fonds voient ce transfert d'un mauvais oeil. Il y a risque de brouille entre Abidjan et la Banque mondiale. Guy-André Kieffer est-il alors soupçonné d'être l'informateur de ces deux publications ? Le 16 avril, le journaliste disparaît. Et quelques jours plus tard, dans le fouillis de sa voiture, les enquêteurs retrouvent par terre un exemplaire du Nouveau Réveil.
Le dernier homme à avoir vu vivant le journaliste franco-canadien est l'homme d'affaires ivoirien Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo. Incarcéré à Abidjan depuis le 28 mai, Michel Legré est le suspect numéro un. Quel rôle a-t-il pu jouer dans la disparition de Guy-André Kieffer ? « Il a servi de chèvre pour appâter mon mari. Il lui a tendu un piège », dit aujourd'hui Osange Silou-Kieffer, partie civile dans la procédure. Si c'est le cas, pour qui a-t-il fait la « chèvre » ?
Au cours d'un premier interrogatoire au mois de mai dernier à Abidjan, Michel Legré a mis en cause plusieurs membres de l'entourage de Laurent Gbagbo. Après plusieurs mois d'atermoiements, cinq d'entre eux ont enfin accepté d'être interrogés début octobre à Abidjan par le juge français Patrick Ramaël et sa collègue Emmanuelle Ducos. À première vue, ces auditions n'ont pas beaucoup fait progresser l'enquête. Tous les témoins interrogés ont affirmé être totalement étrangers à l'affaire. De fait, aucune pièce du dossier n'accable Bertin Kadet, l'ancien ministre de la Défense devenu conseiller pour la sécurité à la présidence, ou Moïse Koré, le conseiller spirituel du couple présidentiel.

Mais Aubert Zohoré, le directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Paul Bohoun Bouabré, n'est pas un témoin comme les autres. Le jour de la disparition de Guy-André Kieffer, il a parlé à plusieurs reprises avec le suspect, Michel Legré. Le relevé des appels téléphoniques de ce dernier le prouve. Et aujourd'hui les magistrats enquêteurs disposent de deux éléments nouveaux. En avril dernier, le ministre Paul Bohoun Bouabré était lui-même en relation étroite avec Michel Legré. Et, à la même époque, le pouvoir ivoirien s'inquiétait beaucoup des révélations de la presse sur les transferts de fonds en Guinée-Bissau.

Au terme de son troisième séjour à Abidjan, le juge Ramaël veut être en mesure d'interroger en toute quiétude le suspect Michel Legré. Pas facile à la Maca, la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Aujourd'hui, il demande donc à la justice ivoirienne le transfert provisoire en France de Michel Legré. Laurent Gbagbo acceptera-t-il ? Les cinq personnalités ivoiriennes auditionnées par le magistrat français à Abidjan n'auraient pas accepté de subir une telle épreuve sans le feu vert de Laurent Gbagbo. Le pouvoir ivoirien entend donc collaborer avec la justice française. Jusqu'où ? La réponse est sans doute politique. Six mois après la disparition du journaliste franco- canadien, l'enquête progresse à petits pas. C'est mieux que l'enlisement.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdoulaye Singaré

Article précédent :
Un grand philosophe en crampons

AUTRES

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Football : le Camerounais Samuel Eto'o élu "Boulard d'or" 2014

C'est une distinction qui manquait encore à Samuel Eto'o. Mardi, le Camerounais a été élu "Boulard d'or" par les lecteurs du quotidien "L'Équipe", devant Zlatan Ibrahimovic [...]

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ado dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à c[...]

Comores : le juge et les putschistes présumés

Aux Comores, la justice prend son temps pour traiter les dossiers des auteurs présumés de la tentative de coup d'État du 19 avril 2013.[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de l'&Ea[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a déclar&e[...]

Soudan : Omar el-Béchir candidat à sa réélection en 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est candidat à sa réélection pour la présidentielle prévue pour avril 2015. Il a été réélu mardi chef du Parti du C[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français. [...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers