Extension Factory Builder
25/10/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avant sa disparition, le 16 avril dernier à Abidjan, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer était l'un des hommes les mieux informés de Côte d'Ivoire sur les circuits financiers du Plateau. Et, depuis le début 2004, il s'intéressait tout particulièrement aux transactions occultes entre Abidjan et Bissau. En mars, il avait même effectué un voyage en Guinée-Bissau.

Le 15 avril à Paris, le bimensuel La Lettre du Continent révèle que, « pour aider Bissau [...], Laurent Gbagbo a avancé 1,5 milliard de F CFA à ses alliés, à partir d'un compte de la BCEAO, pour payer les salaires des fonctionnaires ». De son côté, à Abidjan, Le Nouveau Réveil titre à la une « Des fonds transférés en Guinée-Bissau. La Banque mondiale révèle ». Objectif du président Gbagbo : disposer d'un appui supplémentaire en Afrique de l'Ouest. Problème : les bailleurs de fonds voient ce transfert d'un mauvais oeil. Il y a risque de brouille entre Abidjan et la Banque mondiale. Guy-André Kieffer est-il alors soupçonné d'être l'informateur de ces deux publications ? Le 16 avril, le journaliste disparaît. Et quelques jours plus tard, dans le fouillis de sa voiture, les enquêteurs retrouvent par terre un exemplaire du Nouveau Réveil.
Le dernier homme à avoir vu vivant le journaliste franco-canadien est l'homme d'affaires ivoirien Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo. Incarcéré à Abidjan depuis le 28 mai, Michel Legré est le suspect numéro un. Quel rôle a-t-il pu jouer dans la disparition de Guy-André Kieffer ? « Il a servi de chèvre pour appâter mon mari. Il lui a tendu un piège », dit aujourd'hui Osange Silou-Kieffer, partie civile dans la procédure. Si c'est le cas, pour qui a-t-il fait la « chèvre » ?
Au cours d'un premier interrogatoire au mois de mai dernier à Abidjan, Michel Legré a mis en cause plusieurs membres de l'entourage de Laurent Gbagbo. Après plusieurs mois d'atermoiements, cinq d'entre eux ont enfin accepté d'être interrogés début octobre à Abidjan par le juge français Patrick Ramaël et sa collègue Emmanuelle Ducos. À première vue, ces auditions n'ont pas beaucoup fait progresser l'enquête. Tous les témoins interrogés ont affirmé être totalement étrangers à l'affaire. De fait, aucune pièce du dossier n'accable Bertin Kadet, l'ancien ministre de la Défense devenu conseiller pour la sécurité à la présidence, ou Moïse Koré, le conseiller spirituel du couple présidentiel.

Mais Aubert Zohoré, le directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Paul Bohoun Bouabré, n'est pas un témoin comme les autres. Le jour de la disparition de Guy-André Kieffer, il a parlé à plusieurs reprises avec le suspect, Michel Legré. Le relevé des appels téléphoniques de ce dernier le prouve. Et aujourd'hui les magistrats enquêteurs disposent de deux éléments nouveaux. En avril dernier, le ministre Paul Bohoun Bouabré était lui-même en relation étroite avec Michel Legré. Et, à la même époque, le pouvoir ivoirien s'inquiétait beaucoup des révélations de la presse sur les transferts de fonds en Guinée-Bissau.

Au terme de son troisième séjour à Abidjan, le juge Ramaël veut être en mesure d'interroger en toute quiétude le suspect Michel Legré. Pas facile à la Maca, la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Aujourd'hui, il demande donc à la justice ivoirienne le transfert provisoire en France de Michel Legré. Laurent Gbagbo acceptera-t-il ? Les cinq personnalités ivoiriennes auditionnées par le magistrat français à Abidjan n'auraient pas accepté de subir une telle épreuve sans le feu vert de Laurent Gbagbo. Le pouvoir ivoirien entend donc collaborer avec la justice française. Jusqu'où ? La réponse est sans doute politique. Six mois après la disparition du journaliste franco- canadien, l'enquête progresse à petits pas. C'est mieux que l'enlisement.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdoulaye Singaré

Article précédent :
Un grand philosophe en crampons

AUTRES

Afrique du Sud : ce que la justice reproche à Julius Malema

Afrique du Sud : ce que la justice reproche à Julius Malema

Le 30 septembre, le tribunal de Polokwane, dans le nord de l'Afrique du Sud, a décidé de renvoyer au 3 août 2015 le procès pour corruption ouvert à l'encontre de Julius Malema. Que reproche la[...]

Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés, selon le ministre algérien de la Justice

Selon le ministre algérien de la Justice, des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité la semaine dernière en Algérie, ont été indenti[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de [...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par so[...]

Recalculé, le PIB du Kenya bondit de 25 %

Le PIB du Kenya a été revu à la hausse, il s'établit désormais à environ 53,3 milliards de dollars pour l'année 2013 contre 42,6 milliards auparavant, soit une progression de 25 %. [...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers