Extension Factory Builder
25/10/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avant sa disparition, le 16 avril dernier à Abidjan, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer était l'un des hommes les mieux informés de Côte d'Ivoire sur les circuits financiers du Plateau. Et, depuis le début 2004, il s'intéressait tout particulièrement aux transactions occultes entre Abidjan et Bissau. En mars, il avait même effectué un voyage en Guinée-Bissau.

Le 15 avril à Paris, le bimensuel La Lettre du Continent révèle que, « pour aider Bissau [...], Laurent Gbagbo a avancé 1,5 milliard de F CFA à ses alliés, à partir d'un compte de la BCEAO, pour payer les salaires des fonctionnaires ». De son côté, à Abidjan, Le Nouveau Réveil titre à la une « Des fonds transférés en Guinée-Bissau. La Banque mondiale révèle ». Objectif du président Gbagbo : disposer d'un appui supplémentaire en Afrique de l'Ouest. Problème : les bailleurs de fonds voient ce transfert d'un mauvais oeil. Il y a risque de brouille entre Abidjan et la Banque mondiale. Guy-André Kieffer est-il alors soupçonné d'être l'informateur de ces deux publications ? Le 16 avril, le journaliste disparaît. Et quelques jours plus tard, dans le fouillis de sa voiture, les enquêteurs retrouvent par terre un exemplaire du Nouveau Réveil.
Le dernier homme à avoir vu vivant le journaliste franco-canadien est l'homme d'affaires ivoirien Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo. Incarcéré à Abidjan depuis le 28 mai, Michel Legré est le suspect numéro un. Quel rôle a-t-il pu jouer dans la disparition de Guy-André Kieffer ? « Il a servi de chèvre pour appâter mon mari. Il lui a tendu un piège », dit aujourd'hui Osange Silou-Kieffer, partie civile dans la procédure. Si c'est le cas, pour qui a-t-il fait la « chèvre » ?
Au cours d'un premier interrogatoire au mois de mai dernier à Abidjan, Michel Legré a mis en cause plusieurs membres de l'entourage de Laurent Gbagbo. Après plusieurs mois d'atermoiements, cinq d'entre eux ont enfin accepté d'être interrogés début octobre à Abidjan par le juge français Patrick Ramaël et sa collègue Emmanuelle Ducos. À première vue, ces auditions n'ont pas beaucoup fait progresser l'enquête. Tous les témoins interrogés ont affirmé être totalement étrangers à l'affaire. De fait, aucune pièce du dossier n'accable Bertin Kadet, l'ancien ministre de la Défense devenu conseiller pour la sécurité à la présidence, ou Moïse Koré, le conseiller spirituel du couple présidentiel.

Mais Aubert Zohoré, le directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Paul Bohoun Bouabré, n'est pas un témoin comme les autres. Le jour de la disparition de Guy-André Kieffer, il a parlé à plusieurs reprises avec le suspect, Michel Legré. Le relevé des appels téléphoniques de ce dernier le prouve. Et aujourd'hui les magistrats enquêteurs disposent de deux éléments nouveaux. En avril dernier, le ministre Paul Bohoun Bouabré était lui-même en relation étroite avec Michel Legré. Et, à la même époque, le pouvoir ivoirien s'inquiétait beaucoup des révélations de la presse sur les transferts de fonds en Guinée-Bissau.

Au terme de son troisième séjour à Abidjan, le juge Ramaël veut être en mesure d'interroger en toute quiétude le suspect Michel Legré. Pas facile à la Maca, la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Aujourd'hui, il demande donc à la justice ivoirienne le transfert provisoire en France de Michel Legré. Laurent Gbagbo acceptera-t-il ? Les cinq personnalités ivoiriennes auditionnées par le magistrat français à Abidjan n'auraient pas accepté de subir une telle épreuve sans le feu vert de Laurent Gbagbo. Le pouvoir ivoirien entend donc collaborer avec la justice française. Jusqu'où ? La réponse est sans doute politique. Six mois après la disparition du journaliste franco- canadien, l'enquête progresse à petits pas. C'est mieux que l'enlisement.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdoulaye Singaré

Article pr�c�dent :
Un grand philosophe en crampons

AUTRES

Guinée : Conakry fête la qualification du Sily national

Guinée : Conakry fête la qualification du Sily national

Alors que le pays est frappé depuis plus d'un an par une épidémie d'Ebola meurtière, la qualification du Sily national en quart de finale de la CAN 2015, jeudi, a apporté un peu de baume au coeur[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit de Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit [...]

À Bamako, Lassana Bathily, le héros franco-malien de l'Hypercasher, se dit fier de sa double culture

Le jeune franco-malien Lassana Bathily, naturalisé français en urgence après avoir sauvé lors des attentats de Paris des otages du terroriste Amedy Coulibaly, lui-même Français d'origine ma[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes", [...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces t[...]

Bruits de vote au Burundi

Alors que l'officialisation de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat est imminente (le scrutin devrait avoir lieu au mois de juin), l'opposition fourbit ses armes.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africa[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN24104lhommportti0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN24104lhommportti0 from 172.16.0.100