Extension Factory Builder
25/02/2008 à 11:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis plus d'un demi-siècle, ce Sénégalais, ancien député-maire de Rufisque, fait de la politique comme il respire. Et il ne compte pas en rester là...

Stature imposante, démarche droite, port élégant… C'est un Mbaye-Jacques Diop égal à lui-même qui est venu rendre visite à Jeune Afrique à la mi-février. « Je suis très honoré d'avoir été invité dans les locaux de J.A., que je lis depuis plus de quarante ans. Pour les gens de ma génération, votre hebdomadaire est plus qu'un journal. C'est un outil de combat qui, dès les premières indépendances, en 1960, a accompagné notre continent jusqu'à sa décolonisation totale. »
Avec son physique qui résiste aux outrages du temps, Mbaye-Jacques Diop, 72 ans, est l'acteur politique sénégalais, toujours en activité, qui affiche l'une des plus longues carrières. C'est en 1954 qu'il adhère au mouvement des jeunes du Bloc démocratique sénégalais (BDS, futur Parti socialiste), la formation de Léopold Sédar Senghor, qui a assuré la transition de l'ère coloniale à l'indépendance. De fait, l'histoire personnelle de Mbaye-Jacques Diop se confond avec celle du Sénégal contemporain. Il a toujours été là, sous tous les régimes, de Senghor à Abdoulaye Wade, en passant par Abdou Diouf… Baron du Parti socialiste (PS), au pouvoir de 1960 à 2000, il a été député sans discontinuer de 1981 à 2004. Mais également maire, pendant dix-sept ans, de Rufisque, une agglomération située à 30 km de Dakar.

En 2000, entre les deux tours de la présidentielle qui a mis fin à quarante ans de règne socialiste, il tourne le dos à Abdou Diouf pour s'allier avec Abdoulaye Wade. Avant d'être réélu député en 2001 à la tête d'une liste du Parti pour le progrès et la citoyenneté (PPC), créé après son départ du PS. En guise de récompense, Wade le nomme, en août 2004, président du Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales (Craes), version « wadienne » du Conseil économique et social.
En octobre 2007, le chef de l'État lui lance presque comminatoire : « J'ai besoin du poste que je vous avais confié. J'aimerais que vous démissionniez. » Mbaye-Jacques Diop refuse. Le président Wade dissout le Craes. Puis ressuscite le Conseil économique et social. « Je n'ai fait de tort à personne. Pourquoi devrais-je rendre le tablier ? » commente-t-il aujourd'hui. Devenu président de l'Union des conseils économiques et sociaux de la Francophonie et vice-président de l'Union des conseils économiques et sociaux d'Afrique, il n'exclut pas de se lancer dans la bataille des municipales de mai prochain pour récupérer le fauteuil de maire de Rufisque qu'il a longtemps occupé. En prélude à la résurrection du PPC dissout dans le parti de Wade le 20 mai 2002 ?
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Ahmed El-Midaoui

Article précédent :
Une radioscopie des migrants

AUTRES

Vol AH 5017 : une 'chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes'

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Guinée : une bousculade fait au moins 24 morts lors d'un concert à Conakry

La bousculade a eu lieu lors d'un concert organisé sur la plage Rogbané, à Taouyah, près de Conakry. Au moins 24 personnes sont mortes.[...]

Libye : des islamistes s'emparent de la principale base militaire de Benghazi

Une alliance de groupes islamistes et jihadistes, dont fait partie Ansar Asharia, s'est emparée mardi du quartier général des forces spéciales libyennes à Benghazi, principale base militaire de[...]

Ebola : viande de brousse, le goût du risque

Vecteur potentiel du redoutable virus Ebola, la viande de brousse a été interdite dans les pays touchés par l'épidémie. Une mesure qui ne décourage pas certains consommateurs.[...]

Gaza : une école de l'ONU abritant des réfugiés visée, au moins 16 morts

Le bombardement d'une école de l'ONU dans la bande de Gaza a fait au moins 16 morts mercredi matin.[...]

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et l'Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de Kinshas[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

L'incendie qui ravage un important site de stockage de carburant près de l'aéroport de Tripoli était toujours hors de contrôle, mardi. Le gouvernement libyen a fait appel à l'aide étrang&[...]

Togo : 2030 à l'horizon

Kako Nubukpo est ministre togolais de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques.[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi : inn[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le 31 juillet[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers