Extension Factory Builder
23/07/2007 à 13:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Me Max Ahouéké, un avocat béninois inscrit au barreau de Paris et conseil de la famille Déby Itno, a affirmé lors d'une conférence de presse, le 17 juillet, que le vol était le principal mobile du meurtre de Brahim Déby (27 ans). On sait que, le 2 juillet, le fils aîné du président tchadien a été retrouvé mort dans le parking de sa résidence de Courbevoie, dans la banlieue parisienne.

Le passé de la victime, ses frasques nocturnes, ses fréquentations douteuses et son statut de fils de président d'un pays pétrolier miné par des rébellions à répétition pouvaient laisser croire à un crime minutieusement préparé et exécuté par des professionnels. À Paris, la Brigade criminelle n'exclut évidemment aucune piste, mais, selon Me Ahouéké, les circonstances de l'agression la conduisent à privilégier la thèse de l'acte crapuleux. Tous les séjours parisiens de Brahim Déby donnaient lieu à une véritable frénésie de dépenses. Selon Me Joseph Cohen-Sabban, l'associé de Me Ahouéké, « lors de la soirée fatidique du 1er juillet, le défunt a dû dépenser entre 3 000 et 4 000 euros ». Un tel train de vie devait nécessairement susciter des convoitises.

Arrivé à Paris une dizaine de jours auparavant, Brahim Déby a débuté sa soirée dans une boîte de nuit chic où il avait ses habitudes - et comptait quelques amis. L'un d'eux lui a présenté une jeune Maghrébine qui ne l'a plus quitté de la soirée. Selon divers témoignages recueillis par Me Ahouéké, « rien de particulier n'a entravé le déroulement de la soirée, mais, vers 3 heures, Brahim a reçu un coup de téléphone. Il s'est isolé et, quand il est revenu vers son groupe d'amis, son visage s'était assombri. Il semblait contrarié. Cet appel a-t-il un lien avec la suite des événements ? On l'ignore, à ce stade, mais l'enquête continue. »

Quoi qu'il en soit, Brahim et sa compagne quittent la boîte de nuit pour un restaurant africain, d'où ils ressortent (avec un doggy bag) vers 5 h 45. Direction : Courbevoie. À peine a-t-il garé sa Mercedes (immatriculée en Allemagne) dans son parking que cinq hommes cagoulés font irruption en hurlant « police ! » L'un d'eux plaque la jeune fille au sol et lui intime l'ordre de ne plus bouger. Brahim se débat, puis reçoit une violente décharge électrique émise par un pistolet Taser. Complètement groggy, il s'entend réclamer les clefs de son appartement. Il résiste et reçoit un coup à la tempe. Ses agresseurs se saisissent alors d'un extincteur et l'aspergent de neige carbonique. Selon la jeune fille, les faux policiers étaient « européens », parlaient français sans accent, mais ne s'exprimaient qu'en chuchotant.

Ayant récupéré les clefs, trois d'entre eux gagnent l'appartement, qu'ils fouillent de fond en comble, démontant le tablier de la baignoire et les armoires contenant les tuyauteries. Ont-ils trouvé ce qu'ils cherchaient ? Selon une source proche de l'enquête, « les meurtriers ont laissé sur place beaucoup de matériel », ce qui devrait faciliter leur identification.

Et la jeune fille ? L'homme qui l'a plaquée au sol lui a aboyé un ordre : « Tu restes face contre terre, tu comptes jusqu'à cent et tu te casses sans te retourner ! » Après avoir quitté le parking, elle a envoyé un SMS à l'ami qui lui avait présenté le fils du président tchadien : « Brahim s'est fait embarquer par les flics ! » Il était 6 h 45 et ledit Brahim, asphyxié par la neige carbonique, avait déjà cessé de respirer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Au-delà de l'actualité

Article précédent :
William Ward

AUTRES

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française.[...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre "[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers