Extension Factory Builder
23/06/2008 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À bientôt 80 ans, l'ex-président algérien coule une retraite paisible entre Oran et Alger. Et partage son temps entre sa famille, la lecture et la rédaction de ses mémoires.

« Chadli ? Il ne s'est jamais aussi bien porté, affirme Abdelaziz Boubakir, journaliste au quotidien El-Khabar et l'une des rares personnes à l'avoir interviewé en décembre 2007. Il coule une retraite paisible et travaille sur ses mémoires. » Depuis sa démission de la présidence le 11 janvier 1992, au lendemain du premier tour des législatives remportées par les islamistes, Chadli Bendjedid s'est fait plus que discret. À bientôt 80 ans - il est né le 14 avril 1929 -, l'ex-chef de la deuxième région militaire (Oranie) entre 1964 et 1978 partage sa vie entre Oran et Alger. Féru de plongée sous-marine, il aime se retrouver à Bousfer, à 35 km à l'ouest d'Oran, une station balnéaire où séjournèrent quelques personnalités étrangères du temps où il était aux commandes de l'État. À Alger, Chadli réside dans une villa de style mauresque que les autorités ont mise à sa disposition. Un privilège ? « Tous les anciens présidents ont droit à une résidence d'État, explique l'un de ses proches. Ancien maquisard, ex-officier supérieur, ex-président, il bénéficie de multiples pensions et retraites qui lui permettent d'être largement à l'abri du besoin. »

Ceux qui lui rendent visite dressent de lui un portrait plutôt flatteur. Quand il ne pratique pas ses sports favoris - marche, natation et tennis -, Chadli passe du temps avec ses petits-enfants, reçoit ses amis et s'adonne à la lecture. Hormis une thyroïdite et une hernie discale qui ont nécessité des soins à l'étranger, l'ex-raïs jouit d'une excellente santé. La chevelure cendrée, l'embonpoint à peine plus prononcé, il continue de s'habiller chic - il ne dédaigne pas les grandes marques, en particulier les costumes Smalto. « Il a toujours bon pied bon œil, confirme un de ses anciens ambassadeurs. Doté d'une mémoire impressionnante, il semble ne pas être affecté par l'âge et possède la lucidité intellectuelle d'un quadragénaire. »
Longtemps, les Algériens étaient convaincus que Chadli était privé de parole, voire placé en résidence surveillée. « Des balivernes, assure Habet Hannachi, directeur de l'hebdomadaire Al-Mohakik. Ceux qui pensent qu'il a passé un deal avec les généraux pour ne pas s'exprimer sur les circonstances de son départ précipité ou sur son passage à la présidence se fourvoient. » N'empêche, depuis son départ en 1992, Chadli s'est tu. Accusé de tous les maux, raillé par une partie de l'opinion - raconter des blagues sur Chadli fut l'exercice favori des Algériens -, il s'est toujours abstenu de répondre aux critiques. « Il s'est fixé une règle d'or, témoigne un ancien ministre : ne jamais répondre à ses détracteurs. C'est mal connaître Chadli que de prétendre que quelqu'un puisse lui interdire de s'exprimer. »
Après avoir boudé le président Bouteflika - ce dernier avait eu des propos peu amènes à son égard en le traitant lui et ses prédécesseurs de « présidents stagiaires » -, Chadli a finalement renoué avec le sérail. On l'a vu serrer la main de Boutef lors des cérémonies de commémoration du 1er novembre 1954, et il a même accepté une rutilante voiture blindée, cadeau de la présidence à tous les anciens chefs d'État.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers