Extension Factory Builder
23/06/2008 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À bientôt 80 ans, l'ex-président algérien coule une retraite paisible entre Oran et Alger. Et partage son temps entre sa famille, la lecture et la rédaction de ses mémoires.

« Chadli ? Il ne s'est jamais aussi bien porté, affirme Abdelaziz Boubakir, journaliste au quotidien El-Khabar et l'une des rares personnes à l'avoir interviewé en décembre 2007. Il coule une retraite paisible et travaille sur ses mémoires. » Depuis sa démission de la présidence le 11 janvier 1992, au lendemain du premier tour des législatives remportées par les islamistes, Chadli Bendjedid s'est fait plus que discret. À bientôt 80 ans - il est né le 14 avril 1929 -, l'ex-chef de la deuxième région militaire (Oranie) entre 1964 et 1978 partage sa vie entre Oran et Alger. Féru de plongée sous-marine, il aime se retrouver à Bousfer, à 35 km à l'ouest d'Oran, une station balnéaire où séjournèrent quelques personnalités étrangères du temps où il était aux commandes de l'État. À Alger, Chadli réside dans une villa de style mauresque que les autorités ont mise à sa disposition. Un privilège ? « Tous les anciens présidents ont droit à une résidence d'État, explique l'un de ses proches. Ancien maquisard, ex-officier supérieur, ex-président, il bénéficie de multiples pensions et retraites qui lui permettent d'être largement à l'abri du besoin. »

Ceux qui lui rendent visite dressent de lui un portrait plutôt flatteur. Quand il ne pratique pas ses sports favoris - marche, natation et tennis -, Chadli passe du temps avec ses petits-enfants, reçoit ses amis et s'adonne à la lecture. Hormis une thyroïdite et une hernie discale qui ont nécessité des soins à l'étranger, l'ex-raïs jouit d'une excellente santé. La chevelure cendrée, l'embonpoint à peine plus prononcé, il continue de s'habiller chic - il ne dédaigne pas les grandes marques, en particulier les costumes Smalto. « Il a toujours bon pied bon œil, confirme un de ses anciens ambassadeurs. Doté d'une mémoire impressionnante, il semble ne pas être affecté par l'âge et possède la lucidité intellectuelle d'un quadragénaire. »
Longtemps, les Algériens étaient convaincus que Chadli était privé de parole, voire placé en résidence surveillée. « Des balivernes, assure Habet Hannachi, directeur de l'hebdomadaire Al-Mohakik. Ceux qui pensent qu'il a passé un deal avec les généraux pour ne pas s'exprimer sur les circonstances de son départ précipité ou sur son passage à la présidence se fourvoient. » N'empêche, depuis son départ en 1992, Chadli s'est tu. Accusé de tous les maux, raillé par une partie de l'opinion - raconter des blagues sur Chadli fut l'exercice favori des Algériens -, il s'est toujours abstenu de répondre aux critiques. « Il s'est fixé une règle d'or, témoigne un ancien ministre : ne jamais répondre à ses détracteurs. C'est mal connaître Chadli que de prétendre que quelqu'un puisse lui interdire de s'exprimer. »
Après avoir boudé le président Bouteflika - ce dernier avait eu des propos peu amènes à son égard en le traitant lui et ses prédécesseurs de « présidents stagiaires » -, Chadli a finalement renoué avec le sérail. On l'a vu serrer la main de Boutef lors des cérémonies de commémoration du 1er novembre 1954, et il a même accepté une rutilante voiture blindée, cadeau de la présidence à tous les anciens chefs d'État.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

France - Afrique : acheteeez... armes !

Qui sont les meilleurs clients de l'industrie militaire française ? Sur le continent, le Maroc, engagé dans une course avec l'Algérie, se montre particulièrement dépensier.[...]

Algérie - France : toujours les moines de Tibhirine

Autorisé à se rendre en Algérie les 12 et 13 octobre pour enquêter sur l'assassinat des moines de Tibhirine en 1994, le juge français Marc Trévidic ne pourra cependant pas travailler comme[...]

Algérie - Maroc : le grand gâchis

Pour les cinq pays du Maghreb, le manque à gagner lié à l'absence d'intégration régionale est estimé à 7,5 milliards d'euros par an.[...]

Ryad Boulanouar, banquier alternatif

D'origine algérienne, Ryad Boulanouar, ingénieur de 40 ans, a créé le Compte-Nickel, pour les exclus du système bancaire.[...]

CAN 2015 : le Cameroun écrase la Côte d'Ivoire, l'Algérie s'impose sur le fil

Large victoire pour le Cameroun mercredi, à Yaoundé, contre la Côte d’Ivoire (4-1) lors des éliminatoires de la CAN 2015. De son côté, l'Algérie s'est imposé 1 à[...]

Algérie : hausse de 10% du budget militaire, à 13 milliards de dollars

Le projet de loi de finance algérien dévoilé mardi prévoit une hausse de 10% du budget de la Défense, à 13,1 milliards de dollars. Loin devant l'éducation, à 9 milliards.[...]

Le gouvernement ouvre une enquête sur les récentes défaillances d'Air Algérie

Les autorités algériennes ont annoncé dimanche soir avoir lancé une enquête exhaustive concernant la gestion et la qualité des prestations d'Air Algérie - qui compte 43 avions -[...]

Algérie - Maroc : une relation désespérément bornée

Tranchées d'un côté, clôture de l'autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, J.A. a enquêté, vingt ans après la fermeture de la[...]

Côté algérien : "Les Marocains ont le kif, nous avons le karkoubi !"

Depuis le 4 août, les douanes ont renforcé leurs contrôles. Pour le plus grand malheur des trafiquants, mais aussi des commerçants et transporteurs qui n'ont rien à se reprocher.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex