Extension Factory Builder
19/12/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Célestin Gaombalet n'est pas une célébrité. Tout juste peut-on retracer le plan de carrière de ce banquier sexagénaire, originaire de la région de Bambari, dans le centre-est du pays. À l'instar d'Abel Goumba, auquel il a succédé le 12 décembre à la tête du gouvernement, le nouveau Premier ministre est un fils de la Ouaka. Mais c'est l'un de leurs seuls points communs. Car, contrairement à son bouillonnant prédécesseur, Gaombalet est un technocrate plutôt lisse.

Totalement inconnu sur la scène politique centrafricaine, il n'a jamais été ministre, ni même député. En fait, le nouveau chef du gouvernement a passé une bonne partie de sa vie active à l'extérieur du pays. Après avoir fait ses classes dans la fonction publique, il est affecté dans les années 1970 à l'Union douanière des États d'Afrique centrale, ancêtre de l'actuelle CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale). Devenu directeur général de l'Union bancaire en Afrique centrale (UBAC), principal établissement financier de Bangui avant sa privatisation, il est limogé de son poste par le général André Kolingba peu après l'accession de celui-ci à la tête de l'État, en 1981. Le président de la République lui trouve cependant une autre affectation, au siège de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC), à Brazzaville. De retour au pays au début des années 1990, il dirige la Banque populaire maroco-centrafricaine (BPMC), avant de faire valoir ses droits à la retraite.
François Bozizé l'en a tiré en raison, entre autres, de son expérience de gestionnaire, censée séduire les bailleurs de fonds internationaux, notamment l'Union européenne et les institutions de Bretton Woods. Mais compte tenu de la délicate transition que connaît le pays depuis le changement de régime survenu le 15 mars dernier, certains s'interrogent sur la marge de manoeuvre du chef du gouvernement. Il est vrai qu'elle paraît plutôt étroite. Gaombalet va d'abord devoir gagner la confiance des différents partis politiques associés au gouvernement d'union nationale, des partenaires extérieurs et de la population centrafricaine dans un laps de temps particulièrement court : sa mission ne se prolongera certainement pas au-delà de la période de transition, celle-ci devant s'achever au premier trimestre 2005, date à laquelle des élections locales, législatives et présidentielle doivent être organisées.

La composition de son équipe incite également à la prudence. Dépourvu de réseaux, placé à la tête d'un gouvernement pour le moins hétérogène, Gaombalet pourra-t-il imposer son autorité aux personnalités disparates qui le composent ? D'autant que nombre d'entre eux ont pris l'habitude de travailler directement avec François Bozizé. En outre, certains des ministres choisis l'ont été au nom de la sacro-sainte « unité nationale ». Ainsi, le lieutenant-colonel Guy Kolingba, fils de l'ancien président, hérite du portefeuille de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture, alors que Bruno Dacko, lui aussi fils d'un ex-chef d'État, est reconduit au ministère du Tourisme et de l'Artisanat. Représentants d'une région, d'une ethnie ou d'un parti politique, tous les nouveaux promus disposent-ils des compétences requises pour remplir la mission qui leur est assignée ?
Difficile d'évaluer les chances de réussite du nouveau Premier ministre et de son équipe de technocrates. Pour faire face aux multiples tensions de trésorerie que connaît le pays, Gaombalet sera notamment épaulé par Jean-Pierre Lebouder, fonctionnaire à la Banque mondiale, nommé numéro deux du gouvernement chargé du portefeuille de l'Économie et des Finances, et par l'économiste Daniel N'ditiféï-Boysémbé, ministre délégué au Plan et à la Coopération internationale. Leur objectif prioritaire sera d'obtenir de l'Union européenne la reprise de sa coopération. Depuis le mois de juin, Bangui négocie avec Bruxelles un accord portant sur une subvention de 70 milliards F CFA (un peu plus de 1 million d'euros).

Le Premier ministre va donc devoir définir très rapidement un calendrier électoral précis et convaincre les partenaires de sa bonne volonté. Dans le même temps, il aura la tâche délicate de boucler les fins de mois avec les moyens du bord. Déjà, le gouvernement d'Abel Goumba éprouvait bien des difficultés à réunir les quelque 2,5 milliards de F CFA (3,8 millions d'euros) mensuels nécessaires pour payer ses 19 000 fonctionnaires, pour un budget global de fonctionnement estimé à plus de 4 milliards de F CFA. Pour l'heure, les recettes propres du pays atteignent péniblement 2 milliards par mois. Autant dire que la mission qui est confiée au nouveau Premier ministre n'a rien d'une sinécure.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Caniche-roi

Article précédent :
Nicolae et Elena Ceausescu exécutés

AUTRES

Nigeria : Boko Haram diffuse une vidéo de Shekau pour prouver qu'il est en vie

Nigeria : Boko Haram diffuse une vidéo de Shekau pour prouver qu'il est en vie

Annoncé mort par l'armée nigerianne, le chef de la secte islamique Boko Haram, Abubakar Shekau, est apparu dans un nouvel enregistrement vidéo. Il déclare notamment diriger un califat établi sur[...]

Les sons de la semaine #16 : MR Bongo, The Afrorockerz, Faada Freddy, Cheb Hasni...

Bienvenu dans notre d'horizon hebdomadaire des musiques noires ![...]

Carte interactive : l'Afrique, un continent aux millions d'apatrides ?

Ils pourraient être plusieurs millions en Afrique. Sans nationalité, ils vivent dans des pays sans réellement en faire partie. Focus sur les apatrides du continent.[...]

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Ebola au Texas : plusieurs personnes infectées par le patient libérien ?

Aux États-Unis, deux jours après l'identification d'un patient infecté par le virus Ebola, les autorités texanes recherchent toutes les personnes qui auraient pu être contaminées à s[...]

RDC : qui est responsable de la mort de Mamadou Ndala ?

Près de neuf mois jour pour jour après les faits, le procès des accusés du meurtre du colonel congolais Mamadou Ndala s'est ouvert mercredi devant la cour opérationnelle militaire du Nord-Kivu.[...]

Ce mal qui sème la terreur

Ni nous ni surtout, et c'est le plus grave, nos dirigeants politiques, pourtant comptables de la santé de leurs concitoyens, n'ont écouté les hommes et les femmes d'expérience. Dès le mo[...]

Égypte : 10 à 15 ans de prison pour 68 partisans de Mohamed Morsi

La justice égyptienne a condamné mercredi 63 partisans de Mohamed Morsi à 15 ans de prison. 5 autres ont écopé d'une peine de 10 ans de détention.[...]

France - Edwy Plenel : "La banalisation de la xénophobie n'a pas d'étiquette politique"

Le journaliste et fondateur de "Médiapart", Edwy Plenel, vient de publier un manifeste intitulé "Pour les musulmans". Nous l'avons rencontré.[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Tourisme gay : l'Ouganda à voile et à vapeur

Les homosexuels révulsent une frange des autorités ougandaises, mais le secteur du tourisme ne dédaigne pas le contenu de leurs portefeuilles. Schizophrénie politique ?[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers