Extension Factory Builder
19/12/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Célestin Gaombalet n'est pas une célébrité. Tout juste peut-on retracer le plan de carrière de ce banquier sexagénaire, originaire de la région de Bambari, dans le centre-est du pays. À l'instar d'Abel Goumba, auquel il a succédé le 12 décembre à la tête du gouvernement, le nouveau Premier ministre est un fils de la Ouaka. Mais c'est l'un de leurs seuls points communs. Car, contrairement à son bouillonnant prédécesseur, Gaombalet est un technocrate plutôt lisse.

Totalement inconnu sur la scène politique centrafricaine, il n'a jamais été ministre, ni même député. En fait, le nouveau chef du gouvernement a passé une bonne partie de sa vie active à l'extérieur du pays. Après avoir fait ses classes dans la fonction publique, il est affecté dans les années 1970 à l'Union douanière des États d'Afrique centrale, ancêtre de l'actuelle CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale). Devenu directeur général de l'Union bancaire en Afrique centrale (UBAC), principal établissement financier de Bangui avant sa privatisation, il est limogé de son poste par le général André Kolingba peu après l'accession de celui-ci à la tête de l'État, en 1981. Le président de la République lui trouve cependant une autre affectation, au siège de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC), à Brazzaville. De retour au pays au début des années 1990, il dirige la Banque populaire maroco-centrafricaine (BPMC), avant de faire valoir ses droits à la retraite.
François Bozizé l'en a tiré en raison, entre autres, de son expérience de gestionnaire, censée séduire les bailleurs de fonds internationaux, notamment l'Union européenne et les institutions de Bretton Woods. Mais compte tenu de la délicate transition que connaît le pays depuis le changement de régime survenu le 15 mars dernier, certains s'interrogent sur la marge de manoeuvre du chef du gouvernement. Il est vrai qu'elle paraît plutôt étroite. Gaombalet va d'abord devoir gagner la confiance des différents partis politiques associés au gouvernement d'union nationale, des partenaires extérieurs et de la population centrafricaine dans un laps de temps particulièrement court : sa mission ne se prolongera certainement pas au-delà de la période de transition, celle-ci devant s'achever au premier trimestre 2005, date à laquelle des élections locales, législatives et présidentielle doivent être organisées.

La composition de son équipe incite également à la prudence. Dépourvu de réseaux, placé à la tête d'un gouvernement pour le moins hétérogène, Gaombalet pourra-t-il imposer son autorité aux personnalités disparates qui le composent ? D'autant que nombre d'entre eux ont pris l'habitude de travailler directement avec François Bozizé. En outre, certains des ministres choisis l'ont été au nom de la sacro-sainte « unité nationale ». Ainsi, le lieutenant-colonel Guy Kolingba, fils de l'ancien président, hérite du portefeuille de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture, alors que Bruno Dacko, lui aussi fils d'un ex-chef d'État, est reconduit au ministère du Tourisme et de l'Artisanat. Représentants d'une région, d'une ethnie ou d'un parti politique, tous les nouveaux promus disposent-ils des compétences requises pour remplir la mission qui leur est assignée ?
Difficile d'évaluer les chances de réussite du nouveau Premier ministre et de son équipe de technocrates. Pour faire face aux multiples tensions de trésorerie que connaît le pays, Gaombalet sera notamment épaulé par Jean-Pierre Lebouder, fonctionnaire à la Banque mondiale, nommé numéro deux du gouvernement chargé du portefeuille de l'Économie et des Finances, et par l'économiste Daniel N'ditiféï-Boysémbé, ministre délégué au Plan et à la Coopération internationale. Leur objectif prioritaire sera d'obtenir de l'Union européenne la reprise de sa coopération. Depuis le mois de juin, Bangui négocie avec Bruxelles un accord portant sur une subvention de 70 milliards F CFA (un peu plus de 1 million d'euros).

Le Premier ministre va donc devoir définir très rapidement un calendrier électoral précis et convaincre les partenaires de sa bonne volonté. Dans le même temps, il aura la tâche délicate de boucler les fins de mois avec les moyens du bord. Déjà, le gouvernement d'Abel Goumba éprouvait bien des difficultés à réunir les quelque 2,5 milliards de F CFA (3,8 millions d'euros) mensuels nécessaires pour payer ses 19 000 fonctionnaires, pour un budget global de fonctionnement estimé à plus de 4 milliards de F CFA. Pour l'heure, les recettes propres du pays atteignent péniblement 2 milliards par mois. Autant dire que la mission qui est confiée au nouveau Premier ministre n'a rien d'une sinécure.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Caniche-roi

Article précédent :
Nicolae et Elena Ceausescu exécutés

AUTRES

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé  un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet[...]

Côte d'Ivoire : sale temps pour le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara

Le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara alias "Wattao", figure emblématique des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), vient d'être démis de deux de ses fonctions au sein d[...]

Terrorisme : une "force armée multinationale" pour lutter contre Boko Haram

Quatre États riverains du lac Tchad vont mettre sur pied "une force armée multinationale" pour lutter contre la menace du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.[...]

Togo : en attendant la présidentielle

À Lomé, la question taraude tous les esprits : dans quelles conditions se déroulera la prochaine élection présidentielle, prévue début 2015 ? À moins d'un an de l'&ea[...]

Arts : Jimi Hope et la note bleue

Bluesman et grand admirateur de Jimi Hendrix, le musicien Jimi Hope sculpte et peint aussi. Rencontre avec un ovni de l'art.[...]

Nigeria : deux explosions font au moins 42 morts à Kaduna

Deux explosions ont eu lieu mercredi à Kaduna, dans le nord du Nigeria, et fait au moins 42 morts. Le premier attentat visait le convoi d'un dignitaire musulman très critique vis-à-vis de Boko Haram.[...]

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du doss[...]

Dans les archives de JA : la mort de Hassan II, roi du Maroc

Il y a quinze ans, le 23 juillet 1999, le Roi du Maroc Hassan II succombait à une longue maladie, deux semaines après avoir fêté ses 70 ans. Jeune Afrique réédite plusieurs articles consac[...]

Conflit israélo-palestinien : le médiateur égyptien marche sur des oeufs

Le Caire considère le Hamas à la fois comme une organisation terroriste et comme un rempart contre les jihadistes. Une position qui rend la médiation égyptienne difficile dans le conflit isra&e[...]

Togo : en attendant la présidentielle, le gouvernement persévère

À moins d'un an de la présidentielle togolaise, le climat politique est relativement serein. L'occasion pour le pouvoir de poursuivre les réformes et d'améliorer le quotidien des Togolais.[...]

Togo : comme Nubukpo, ils ont répondu "présents, président !"

Ces quadras issus de grandes écoles ont tous fait une belle carrière à l'étranger. Le chef de l'État les a convaincus de mettre leurs compétences au service du pays.[...]

Le Nigeria restreint les importations, Peugeot relance l'assemblage local

PSA Peugeot Citroën va redémarrer l'assemblage de voitures au Nigeria, une activité interrompue depuis plusieurs années. Cette annonce intervient alors qu'Abuja a mis en place depuis début juillet [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers