Extension Factory Builder
19/12/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En se présentant contre Bouteflika, dont il fut le plus proche collaborateur, l’ex-Premier ministre algérien prend un gros risque.

Ali Benflis, 59 ans, est têtu. Sûrement à cause de ses origines chaouies. Les Berbères des Aurès, où il est né (à Batna), ont la réputation d'avoir un caractère bien trempé. Contre toute attente, il a décidé de s'opposer à Bouteflika et de briguer la présidence algérienne en avril prochain.
Ancien directeur de campagne du candidat « Boutef » en 1999, devenu son Premier ministre en août 2000, il a été son plus proche collaborateur. L'alliance entre le patron de la diplomatie algérienne sous Boumedienne et l'avocat fondateur de la Ligue algérienne des droits de l'homme symbolisait la rencontre de deux générations de militants nationalistes. Et annonçait un passage de témoin en douceur. Jusqu'au mois de mai 2003, où il a été démis de ses fonctions et remplacé par Ahmed Ouyahia. Depuis, c'est la guerre ouverte. Actuel secrétaire général d'un Front de libération nationale (FLN) miné de l'intérieur par les partisans du chef de l'État, il jure qu'il ira au bout de son combat, quoi qu'il lui en coûte. « Le projet que je défends, c'est l'avenir, la jeunesse qui représente 80 % de la population. C'est l'ouverture sur le monde, la réforme de l'école, les vraies réformes de l'économie, la démocratie et les droits de l'homme, le multipartisme et la liberté de la presse », explique-t-il.
Il prône ainsi la fin du système du zaïm (« chef omnipotent » ou « guide du peuple », en arabe), incarné, selon lui, par Bouteflika. « Son projet, poursuit-il, c'est : "Je suis tout : le président, le chef du gouvernement, le ministre, le wali, la douane, la police, le garde-champêtre. Je fais tout moi-même et tout seul, la séparation des pouvoirs n'existe pas". » L'attaque est frontale. S'opposer à Bouteflika, c'est évidemment prendre un énorme risque : celui de disparaître, en cas d'échec, de la scène politique algérienne. Comme tant d'autres avant lui. « Dans son cas, ça passe ou ça casse », estime un diplomate en poste à Alger depuis une dizaine d'années.
Benflis aurait pu choisir la facilité. Il est encore « jeune ». Lorsqu'il était le dauphin présomptif du président, nombre d'observateurs croyaient en ses chances pour... 2009. À 65 ans, comme Bouteflika lorsqu'il accéda à la magistrature suprême, en 1999. Il aurait pu rester Premier ministre, jouir des avantages de la République et de sa position de numéro deux. Il a choisi l'opposition frontale, donc la difficulté. Il a troqué son somptueux bureau du Palais du gouvernement pour celui, bien plus modeste, qu'il occupe au siège du FLN, sur les hauteurs de Hydra, quartier huppé d'Alger. Les attaques ont succédé aux éloges, les critiques aux flatteries.
2003 aura été son année. Reçu en janvier comme un chef d'État par les autorités françaises, reconduit triomphalement pour cinq ans au secrétariat général d'un FLN en pleine mutation en mars, limogé en mai et candidat déclaré à l'élection présidentielle en octobre, Benflis aura tout connu. Le zénith de sa carrière politique et, peut-être, son crépuscule. Mais il sait qu'il peut monter encore plus haut. Amateur de musique andalouse et classique, grand fan d'Oum Kalsoum, ce père de quatre enfants - deux filles (22 ans et 25 ans) et deux garçons (28 ans et 29 ans) - joue une partition délicate. La moindre fausse note pourrait lui coûter cher. Il est vrai que sa chute a été tant de fois annoncée... Le FLN était censé lui échapper sous les coups de boutoir des « redresseurs » emmenés par Abdelaziz Belkhadem, le ministre des Affaires étrangères. Ce n'est toujours pas le cas, même si l'ex-parti unique est déchiré par des luttes intestines d'un autre âge. Intimidations à coups de barres de fer et de dobermans, rumeurs sur les activités de son fils avocat et sur sa famille en général, interdiction rocambolesque de la tenue du Congrès extraordinaire au cours duquel il devait annoncer sa candidature, limogeage de ses ministres... Telles sont quelques-unes des épreuves qu'il a dû affronter. Un récent sondage de l'institut Immar (voir J.A.I. n° 2237) le place en deuxième position dans la course à la présidence, derrière Bouteflika. Mais plus de quinze points séparent les deux hommes (18,5 % pour Benflis, contre 34 % pour Bouteflika). Un écart qu'il sera difficile de combler. Mais, après tout, la véritable campagne n'a pas encore débuté. Ce devrait être pour début 2004...
Plutôt respecté par la classe politique algérienne, Ali Benflis devra se distinguer de ses pairs. Une condition sine qua non pour être élu. Parce que, aujourd'hui, les Algériens manifestent une certaine défiance envers les politiques en général, et les représentants du pouvoir en particulier. Pouvoir qu'il a incarné entre 2000 et 2003. S'ils reconnaissent dans leur majorité que la lutte contre le terrorisme et l'amélioration de l'image de leur pays constituent de réels acquis, ils attendent toujours de l'État qu'il prenne en compte leurs préoccupations quotidiennes : vivre, se loger, travailler, se soigner, étudier... Las des promesses mille fois répétées et jamais tenues, ils ne sont pas prêts à se jeter dans les bras du premier venu. C'est là que réside le principal défi de Benflis pour 2004 : convaincre qu'il incarne le renouveau, la modernité, bref, le futur. Quelles que soient ses qualités, réelles ou supposées, ce ne sera pas une mince affaire. Pour les autres candidats non plus, d'ailleurs...
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Caniche-roi

Article précédent :
Nicolae et Elena Ceausescu exécutés

AUTRES

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Football : le Camerounais Samuel Eto'o élu "Boulard d'or" 2014

C'est une distinction qui manquait encore à Samuel Eto'o. Mardi, le Camerounais a été élu "Boulard d'or" par les lecteurs du quotidien "L'Équipe", devant Zlatan Ibrahimovic [...]

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ado dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à c[...]

Comores : le juge et les putschistes présumés

Aux Comores, la justice prend son temps pour traiter les dossiers des auteurs présumés de la tentative de coup d'État du 19 avril 2013.[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de l'&Ea[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a déclar&e[...]

Soudan : Omar el-Béchir candidat à sa réélection en 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est candidat à sa réélection pour la présidentielle prévue pour avril 2015. Il a été réélu mardi chef du Parti du C[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français. [...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers