Extension Factory Builder
19/12/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En se présentant contre Bouteflika, dont il fut le plus proche collaborateur, l’ex-Premier ministre algérien prend un gros risque.

Ali Benflis, 59 ans, est têtu. Sûrement à cause de ses origines chaouies. Les Berbères des Aurès, où il est né (à Batna), ont la réputation d'avoir un caractère bien trempé. Contre toute attente, il a décidé de s'opposer à Bouteflika et de briguer la présidence algérienne en avril prochain.
Ancien directeur de campagne du candidat « Boutef » en 1999, devenu son Premier ministre en août 2000, il a été son plus proche collaborateur. L'alliance entre le patron de la diplomatie algérienne sous Boumedienne et l'avocat fondateur de la Ligue algérienne des droits de l'homme symbolisait la rencontre de deux générations de militants nationalistes. Et annonçait un passage de témoin en douceur. Jusqu'au mois de mai 2003, où il a été démis de ses fonctions et remplacé par Ahmed Ouyahia. Depuis, c'est la guerre ouverte. Actuel secrétaire général d'un Front de libération nationale (FLN) miné de l'intérieur par les partisans du chef de l'État, il jure qu'il ira au bout de son combat, quoi qu'il lui en coûte. « Le projet que je défends, c'est l'avenir, la jeunesse qui représente 80 % de la population. C'est l'ouverture sur le monde, la réforme de l'école, les vraies réformes de l'économie, la démocratie et les droits de l'homme, le multipartisme et la liberté de la presse », explique-t-il.
Il prône ainsi la fin du système du zaïm (« chef omnipotent » ou « guide du peuple », en arabe), incarné, selon lui, par Bouteflika. « Son projet, poursuit-il, c'est : "Je suis tout : le président, le chef du gouvernement, le ministre, le wali, la douane, la police, le garde-champêtre. Je fais tout moi-même et tout seul, la séparation des pouvoirs n'existe pas". » L'attaque est frontale. S'opposer à Bouteflika, c'est évidemment prendre un énorme risque : celui de disparaître, en cas d'échec, de la scène politique algérienne. Comme tant d'autres avant lui. « Dans son cas, ça passe ou ça casse », estime un diplomate en poste à Alger depuis une dizaine d'années.
Benflis aurait pu choisir la facilité. Il est encore « jeune ». Lorsqu'il était le dauphin présomptif du président, nombre d'observateurs croyaient en ses chances pour... 2009. À 65 ans, comme Bouteflika lorsqu'il accéda à la magistrature suprême, en 1999. Il aurait pu rester Premier ministre, jouir des avantages de la République et de sa position de numéro deux. Il a choisi l'opposition frontale, donc la difficulté. Il a troqué son somptueux bureau du Palais du gouvernement pour celui, bien plus modeste, qu'il occupe au siège du FLN, sur les hauteurs de Hydra, quartier huppé d'Alger. Les attaques ont succédé aux éloges, les critiques aux flatteries.
2003 aura été son année. Reçu en janvier comme un chef d'État par les autorités françaises, reconduit triomphalement pour cinq ans au secrétariat général d'un FLN en pleine mutation en mars, limogé en mai et candidat déclaré à l'élection présidentielle en octobre, Benflis aura tout connu. Le zénith de sa carrière politique et, peut-être, son crépuscule. Mais il sait qu'il peut monter encore plus haut. Amateur de musique andalouse et classique, grand fan d'Oum Kalsoum, ce père de quatre enfants - deux filles (22 ans et 25 ans) et deux garçons (28 ans et 29 ans) - joue une partition délicate. La moindre fausse note pourrait lui coûter cher. Il est vrai que sa chute a été tant de fois annoncée... Le FLN était censé lui échapper sous les coups de boutoir des « redresseurs » emmenés par Abdelaziz Belkhadem, le ministre des Affaires étrangères. Ce n'est toujours pas le cas, même si l'ex-parti unique est déchiré par des luttes intestines d'un autre âge. Intimidations à coups de barres de fer et de dobermans, rumeurs sur les activités de son fils avocat et sur sa famille en général, interdiction rocambolesque de la tenue du Congrès extraordinaire au cours duquel il devait annoncer sa candidature, limogeage de ses ministres... Telles sont quelques-unes des épreuves qu'il a dû affronter. Un récent sondage de l'institut Immar (voir J.A.I. n° 2237) le place en deuxième position dans la course à la présidence, derrière Bouteflika. Mais plus de quinze points séparent les deux hommes (18,5 % pour Benflis, contre 34 % pour Bouteflika). Un écart qu'il sera difficile de combler. Mais, après tout, la véritable campagne n'a pas encore débuté. Ce devrait être pour début 2004...
Plutôt respecté par la classe politique algérienne, Ali Benflis devra se distinguer de ses pairs. Une condition sine qua non pour être élu. Parce que, aujourd'hui, les Algériens manifestent une certaine défiance envers les politiques en général, et les représentants du pouvoir en particulier. Pouvoir qu'il a incarné entre 2000 et 2003. S'ils reconnaissent dans leur majorité que la lutte contre le terrorisme et l'amélioration de l'image de leur pays constituent de réels acquis, ils attendent toujours de l'État qu'il prenne en compte leurs préoccupations quotidiennes : vivre, se loger, travailler, se soigner, étudier... Las des promesses mille fois répétées et jamais tenues, ils ne sont pas prêts à se jeter dans les bras du premier venu. C'est là que réside le principal défi de Benflis pour 2004 : convaincre qu'il incarne le renouveau, la modernité, bref, le futur. Quelles que soient ses qualités, réelles ou supposées, ce ne sera pas une mince affaire. Pour les autres candidats non plus, d'ailleurs...
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Caniche-roi

Article précédent :
Nicolae et Elena Ceausescu exécutés

AUTRES

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce[...]

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers