Extension Factory Builder
19/12/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En se présentant contre Bouteflika, dont il fut le plus proche collaborateur, l’ex-Premier ministre algérien prend un gros risque.

Ali Benflis, 59 ans, est têtu. Sûrement à cause de ses origines chaouies. Les Berbères des Aurès, où il est né (à Batna), ont la réputation d'avoir un caractère bien trempé. Contre toute attente, il a décidé de s'opposer à Bouteflika et de briguer la présidence algérienne en avril prochain.
Ancien directeur de campagne du candidat « Boutef » en 1999, devenu son Premier ministre en août 2000, il a été son plus proche collaborateur. L'alliance entre le patron de la diplomatie algérienne sous Boumedienne et l'avocat fondateur de la Ligue algérienne des droits de l'homme symbolisait la rencontre de deux générations de militants nationalistes. Et annonçait un passage de témoin en douceur. Jusqu'au mois de mai 2003, où il a été démis de ses fonctions et remplacé par Ahmed Ouyahia. Depuis, c'est la guerre ouverte. Actuel secrétaire général d'un Front de libération nationale (FLN) miné de l'intérieur par les partisans du chef de l'État, il jure qu'il ira au bout de son combat, quoi qu'il lui en coûte. « Le projet que je défends, c'est l'avenir, la jeunesse qui représente 80 % de la population. C'est l'ouverture sur le monde, la réforme de l'école, les vraies réformes de l'économie, la démocratie et les droits de l'homme, le multipartisme et la liberté de la presse », explique-t-il.
Il prône ainsi la fin du système du zaïm (« chef omnipotent » ou « guide du peuple », en arabe), incarné, selon lui, par Bouteflika. « Son projet, poursuit-il, c'est : "Je suis tout : le président, le chef du gouvernement, le ministre, le wali, la douane, la police, le garde-champêtre. Je fais tout moi-même et tout seul, la séparation des pouvoirs n'existe pas". » L'attaque est frontale. S'opposer à Bouteflika, c'est évidemment prendre un énorme risque : celui de disparaître, en cas d'échec, de la scène politique algérienne. Comme tant d'autres avant lui. « Dans son cas, ça passe ou ça casse », estime un diplomate en poste à Alger depuis une dizaine d'années.
Benflis aurait pu choisir la facilité. Il est encore « jeune ». Lorsqu'il était le dauphin présomptif du président, nombre d'observateurs croyaient en ses chances pour... 2009. À 65 ans, comme Bouteflika lorsqu'il accéda à la magistrature suprême, en 1999. Il aurait pu rester Premier ministre, jouir des avantages de la République et de sa position de numéro deux. Il a choisi l'opposition frontale, donc la difficulté. Il a troqué son somptueux bureau du Palais du gouvernement pour celui, bien plus modeste, qu'il occupe au siège du FLN, sur les hauteurs de Hydra, quartier huppé d'Alger. Les attaques ont succédé aux éloges, les critiques aux flatteries.
2003 aura été son année. Reçu en janvier comme un chef d'État par les autorités françaises, reconduit triomphalement pour cinq ans au secrétariat général d'un FLN en pleine mutation en mars, limogé en mai et candidat déclaré à l'élection présidentielle en octobre, Benflis aura tout connu. Le zénith de sa carrière politique et, peut-être, son crépuscule. Mais il sait qu'il peut monter encore plus haut. Amateur de musique andalouse et classique, grand fan d'Oum Kalsoum, ce père de quatre enfants - deux filles (22 ans et 25 ans) et deux garçons (28 ans et 29 ans) - joue une partition délicate. La moindre fausse note pourrait lui coûter cher. Il est vrai que sa chute a été tant de fois annoncée... Le FLN était censé lui échapper sous les coups de boutoir des « redresseurs » emmenés par Abdelaziz Belkhadem, le ministre des Affaires étrangères. Ce n'est toujours pas le cas, même si l'ex-parti unique est déchiré par des luttes intestines d'un autre âge. Intimidations à coups de barres de fer et de dobermans, rumeurs sur les activités de son fils avocat et sur sa famille en général, interdiction rocambolesque de la tenue du Congrès extraordinaire au cours duquel il devait annoncer sa candidature, limogeage de ses ministres... Telles sont quelques-unes des épreuves qu'il a dû affronter. Un récent sondage de l'institut Immar (voir J.A.I. n° 2237) le place en deuxième position dans la course à la présidence, derrière Bouteflika. Mais plus de quinze points séparent les deux hommes (18,5 % pour Benflis, contre 34 % pour Bouteflika). Un écart qu'il sera difficile de combler. Mais, après tout, la véritable campagne n'a pas encore débuté. Ce devrait être pour début 2004...
Plutôt respecté par la classe politique algérienne, Ali Benflis devra se distinguer de ses pairs. Une condition sine qua non pour être élu. Parce que, aujourd'hui, les Algériens manifestent une certaine défiance envers les politiques en général, et les représentants du pouvoir en particulier. Pouvoir qu'il a incarné entre 2000 et 2003. S'ils reconnaissent dans leur majorité que la lutte contre le terrorisme et l'amélioration de l'image de leur pays constituent de réels acquis, ils attendent toujours de l'État qu'il prenne en compte leurs préoccupations quotidiennes : vivre, se loger, travailler, se soigner, étudier... Las des promesses mille fois répétées et jamais tenues, ils ne sont pas prêts à se jeter dans les bras du premier venu. C'est là que réside le principal défi de Benflis pour 2004 : convaincre qu'il incarne le renouveau, la modernité, bref, le futur. Quelles que soient ses qualités, réelles ou supposées, ce ne sera pas une mince affaire. Pour les autres candidats non plus, d'ailleurs...
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Caniche-roi

Article pr�c�dent :
Nicolae et Elena Ceausescu exécutés

AUTRES

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands [...]

Gabon : pourquoi le pouvoir et l'opposition ne s'entendront pas

Entre l'opposition et le pouvoir gabonais, depuis les violences de 2009, la situation n'avait jamais été aussi tendue. Alors qu'une manifestation a dégénéré samedi à Libreville, fai[...]

Minusma : Mongi Hamdi, bienvenue au Mali !

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace Bert Koenders à la tête de la Minusma. À Bamako, on est plutôt satisfait.[...]

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

Les services de renseignement burundais ont annoncé lundi avoir arrêté à Bujumbura le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo, le français d'origine burundaise abattu samedi en Fr[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population rest[...]

Centrafrique : à Bambari, ex-rebelles de la Séléka et anti-balaka s'affrontent

De nouveaux affrontements entre anti-balaka et ex-rebelles de la Séléka, vendredi et samedi, ont fait au moins 20 morts.[...]

Burkina Faso : l'arbre généalogique de la famille Sankara

Ils s'appellent Mariam, Philippe, Auguste, Florence, Pascal, Valentin ou Odile... Tous font partie des proches de Thomas Sankara, assassiné en 1987 et dont on vient de fêter l'anniversaire de la naissance, le 21 d&eac[...]

Nigeria : Boko Haram frappe une gare routière dans le Nord-Est

Le bilan provisoire de l'explosion d'une bombe dans une gare routière de la ville de Gombe, dans le nord-est du Nigeria, fait état d'au moins 20 morts.[...]

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Selon des résultats partiels officiels, Béji Caïd Essebsi remporte l'élection présidentielle tunisienne. Il devance le président sortant Moncef Marzouki avec 55,68 % des suffrages.[...]

Zimbabwe : Mugabe limoge sept membres du gouvernement proches de Joice Mujuru

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a annoncé par un communiqué dimanche qu'il se séparait de deux ministres et de cinq vice-ministres, poursuivant une purge entamée au début du m[...]

Présidentielle en Tunisie : un grand pas pour une démocratie en herbe

Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédés toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les résu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers