Extension Factory Builder
21/07/2008 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alors que l'ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba attend d'être présenté à ses juges de la Cour internationale de justice (CIJ) pour des faits remontant à l'intervention de ses hommes en Centrafrique, un autre militaire congolais a été installé le 12 juillet à la tête de la Mission de consolidation de la paix (Micopax) à Bangui.
Nommé en remplacement du général gabonais Roger Bibaye Itanda, le vice-amiral Hilaire Mokoko tient l'occasion de faire oublier aux populations locales le souvenir douloureux laissé par les rebelles du Mouvement de libération du Congo (MLC). Restaurer l'image de la RD Congo pourrait être le seul sujet de satisfaction de l'officier supérieur à l'issue de son mandat. Tant il lui sera difficile, à l'instar de ses prédécesseurs, de justifier l'existence de la Micopax, anciennement appelée Force multinationale en Centrafrique (Fomuc).
Créée en 2002 par les chefs d'État de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac) dans le but de protéger leur homologue Ange-Félix Patassé, menacé par les rebelles, cette « usine à gaz » qui emploie 500 personnes n'a pas empêché François Bozizé de prendre le pouvoir le 15 mars 2003. Du maintien de la paix, elle s'est alors reconvertie dans la lutte contre le grand banditisme et les coupeurs de routes avec un succès relatif. Alors que certains acteurs de la crise centrafricaine ont signé un accord global de paix le 21 juin à Libreville, le pays s'apprête à engager un dialogue « inclusif » censé exorciser les démons de la guerre civile. Certes, la paix demeure fragile. Mais l'utilité de cette mission, subventionnée par l'Union européenne - et tombée dans le giron de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) -, n'en reste pas moins à démontrer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdelwahab Ben Ayed

Article pr�c�dent :
Sarko, Wade, Zuma et les autres

Centrafrique

Élections en Centrafrique : au moins 17 millions de dollars manquent à l'appel

Élections en Centrafrique : au moins 17 millions de dollars manquent à l'appel

À l'ouverture d'une conférence sur l'aide à la Centrafrique à Bruxelles, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a exhorté mardi la communauté internat[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris[...]

Centrafrique : un neveu de François Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Ange Ouefio Goningai, un neveu de l'ex-président de la République centrafricaine François Bozizé, a porté plainte contre le ministre français des Finances, à qui il reproche le gel[...]

Centrafrique : plus de 350 enfants-soldats relâchés par des groupes armés

Plus de 350 enfants-soldats, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été libérés jeudi par des groupes armés centrafricains, à la suite d'un accord signé avec[...]

Centrafrique : ce qu'il faut retenir du forum de Bangui

Le forum de Bangui s'est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l'Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays[...]

Centrafrique : CSP, son ministre et les "grandes oreilles"

Après l'affaire du prêt angolais dont les modalités et la répartition ont beaucoup fait jaser à Bangui, le gouvernement de transition que préside Catherine Samba-Panza (CSP)[...]

Centrafrique : la justice française va enquêter sur l'affaire des viols sur mineurs

Le procureur de la République de Paris a annoncé jeudi que des juges français vont enquêter sur les accusations de viols commis par des militaires de l’opération Sangaris sur des mineurs[...]

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Centrafrique : à quoi sert le forum de Bangui ?

Après plusieurs reports, le forum de Bangui s'est finalement ouvert lundi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. Ces assises de la réconciliation, qui se dérouleront toute la semaine, constituent[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers