Extension Factory Builder
21/05/2007 à 15:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'assaut mené contre l'armée malienne, dans le nord-est du pays, annonce-t-il l'émergence d'un mouvement touareg transnational dans la région ?

Le 11 mai, à Tin Zawaten, théâtre fréquent des rébellions de l'Azawad situé à 300 kilomètres de Kidal (nord-est), près de la frontière nigérienne, un groupe d'assaillants a attaqué un poste avancé de l'armée malienne. Cette position militaire avait été installée à titre provisoire pour sécuriser les opérations de vote (présidentielle du 29 avril et législatives des 1er et 15 juillet). L'assaut, qui a fait deux morts parmi les forces gouvernementales et huit chez les insurgés, intervient un an après les attaques menées, le 23 mai 2006, contre deux camps militaires à Kidal et à Ménaka. L'offensive revendiquée par l'Alliance démocratique pour le changement (ADC) avait alors donné le coup d'envoi à la troisième rébellion touarègue au Mali (après celle de 1963 et celle de 1990). Le 4 juillet 2006, grâce notamment à la médiation algérienne, l'ADC et le gouvernement malien signent un accord de paix. Le 8 mars 2007, plus de 2 000 rebelles et anciens déserteurs de l'armée déposent leurs armes et sont cantonnés à Kidal. Quinze jours plus tard, l'ADC, le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga et les bailleurs de fonds décident, à la suite d'un forum organisé à Kidal, l'adoption d'un programme de développement de près de 500 milliards de F CFA (760 millions d'euros) sur dix ans. Si l'attaque de Tin Zawaten a quelque peu menacé le processus de paix engagé, il est totalement exclu aujourd'hui qu'elle puisse entraîner de nouvelles négociations. Explications.

Qui a dirigé l'attaque ?
C'est Ibrahim Ag Bahanga qui a mené l'assaut de Tin Zawaten. L'homme est un récidiviste. Cet ancien membre du Mouvement des forces unifiées de l'Azawad (MFUA), branche armée de la rébellion touarègue des années 1990, n'a jamais réellement accepté le pacte national scellant la paix signé en avril 1992. « À l'époque, il a dû intégrer l'armée malienne au grade de caporal-chef, témoigne un ancien cadre de MFUA. Il a vécu cela comme une véritable frustration. » Mais Bahanga ne se contente pas de bouder. En décembre 2001, il organise la prise d'otages d'une dizaine de militaires, dont un officier, et demande que son village soit élevé au statut de commune. L'ambassadeur d'Algérie, Abdelkrim Gheraïeb, joue le médiateur. Alpha Oumar Konaré, alors chef de l'État, satisfait la requête du rebelle, mais refuse sa réintégration dans les rangs de l'armée. Devenu élu local, Ibrahim Ag Bahanga cesse de faire parler de lui… jusqu'au 23 mai 2006. C'est lui qui planifie les attaques de Kidal et de Ménaka.
Avec Ahmed Ag Beiba, Iyad Ag Ghali, figure historique du mouvement touareg, et le lieutenant-colonel déserteur Hassan Fagaga, Bahanga fait partie du petit groupe dirigeant l'ADC. À ce titre, il fut donc engagé dans le processus de paix parrainé par l'Algérie. L'attaque du 11 mai à Tin Zawaten l'en a définitivement exclu.

L'ADC est-elle impliquée ?
Ses éléments les plus fidèles étant cantonnés à Kidal, Bahanga a dû faire appel à des Touaregs nigériens pour réussir son coup. Le 4 juillet 2006, le rebelle avait pourtant pris l'engagement devant le médiateur algérien de ne jamais prendre attache avec une quelconque organisation politico-militaire œuvrant hors du territoire malien. Bahanga a aujourd'hui perdu tout crédit aux yeux d'Abdelkrim Gheraïeb et toute considération auprès de ses partenaires de l'ADC. Lesquels n'ont pas hésité à fustiger, quelques heures après l'attaque de Tin Zawaten, « l'acte isolé » d'Ibrahim Ag Bahanga. Pis : les dirigeants de l'ADC ont même fait savoir qu'ils étaient prêts à aider l'armée malienne dans la traque des assaillants. L'irresponsabilité d'Ibrahim Ag Bahanga pourrait, en tout cas, déclencher un conflit fratricide dans l'Adrar Ifogha. Mais pas seulement. Le pire est envisagé. D'aucuns craignent que l'attaque du 11 mai n'entraîne une rébellion transnationale, impliquant tous les pays de la sous-région. Les appels réitérés du « Guide » libyen, Mouammar Kaddafi, pour l'instauration d'un État touareg « du Sénégal à l'Euphrate » ne sont pas, eux non plus, étrangers au réveil de l'irrédentisme touareg.

Quel a été le rôle des Touaregs nigériens ?
Propriétaire d'une prospère agence touristique d'Agadez, dans le Nord-Niger, Ag Ali Alambo est devenu célèbre, le 13 mars 2007, en prenant la tête du Mouvement nigérien pour la justice (MNJ). Un mois plus tôt, cette organisation avait attaqué, à Iférouane, dans le Kawar (Nord-Est), le cortège du général Moumouni Boureima, chef d'état-major de l'armée nigérienne. Depuis, le MNJ a multiplié ses actions, s'en prenant notamment à un site minier de la compagnie française Areva ou en terrorisant les cadres et travailleurs étrangers engagés dans la prospection pétrolière. Selon Mohamed Ben Omar, ministre nigérien de la Communication, « le MNJ n'est pas une rébellion, mais une bande de bandits qui tentent de contrôler la route de tous les trafics : cigarettes, cannabis marocain à destination du Moyen-Orient et réseau d'immigration clandestine ». Tout le monde ne partage pas cet avis. Dans une déclaration faite le 20 avril, les élus de la région d'Agadez avaient exhorté le gouvernement à entamer un dialogue avec les rebelles. « Pas question de négocier avec des bandits ! » avait sèchement répliqué le président nigérien Mamadou Tandja. La participation des hommes d'Ag Ali Alambo dans l'opération de Tin Zawaten, qui n'a toujours pas été confirmée, démentirait en tout cas la version des autorités de Niamey, donnerait une envergure régionale au MNJ et accorderait plus de crédit à la cause identitaire commune des Touaregs des deux pays voisins.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Shaha Riza, le retour

AUTRES

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone 'Wattao' dans le viseur de l'ONU

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

La justice sud-africaine enquête sur des cadeaux présumés de l'ANC aux électeurs

La médiatrice de la République sud-africaine a ouvert mardi des investigations préliminaires après différentes plaintes dénonçant des cadeaux de l'ANC, le parti au pouvoir, pour s[...]

Zimbabwe : Mugabe assure avoir réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars (environ 2 800 euros) en raison de la crise économique qui touche son pays.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À l'or[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les lé[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne &agra[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces