Extension Factory Builder
21/04/2008 à 12:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Comment transformer un cercle vicieux en un cercle vertueux ? Sept ans après son arrivée au pouvoir, un an et demi après son élection, Joseph Kabila en est encore à se poser cette question. Après un quart de siècle de dépérissement continu, la mise en place d'un cadre politique et institutionnel qui permette au Congo de tirer parti de ses atouts économiques exceptionnels - seules la Russie et peut-être l'Afrique du Sud peuvent comparer leur patrimoine géologique au sien - est enfin prête. Mais il y manque toujours l'essentiel : une révolution des mentalités. Pour les 60 millions de bana ya Congo, classe politique comprise, la culture de l'État est encore une culture de la débrouille, le civisme se confond désespérément avec le sentiment que l'on peut toujours tricher avec les règles - et la corruption, démocratisée jusqu'au bas de l'échelle des fonctionnaires, est souvent un moyen de survie. Sous Mobutu, on bradait l'usufruit. Sous Kabila père, les actifs. Désormais, si la voracité manducatoire des prédateurs ne trouve plus à ronger les proies goûteuses d'autrefois, leur appétit demeure intact. Ne dit-on pas, à Kinshasa, que la vie ça ne se gagne pas, ça se vole ?
Ce constat peut paraître dur, voire caricatural, mais il explique en grande partie pourquoi ce président de 37 ans et son gouvernement semblent peiner à amorcer la spirale du développement. Si Joseph Kabila, projeté au pouvoir un jour de janvier 2001 sans expérience, sans hommes à lui et sans parti, est longtemps demeuré prudent de par la précarité de sa position, il l'est toujours aujourd'hui pour une autre (bonne) raison : le Congo, que Frantz Fanon qualifiait de « gâchette » du continent, est d'autant plus fragile, voire explosif, que le nationalisme des Congolais est avant tout d'ordre onirique. Ils rêvent de ce qu'ils pourraient et devraient être - individuellement et collectivement riches - tout en ressentant comme une fatalité leur impuissance à prendre en mains leur propre destin. Autant ils se montrent impatients face à la lenteur des résultats escomptés, autant ils ne font rien ou presque pour aider ceux de leurs compatriotes qui commencent à progresser - toute réussite, même socialement utile, étant perçue comme suspecte, menaçante pour les droits des autres, intolérable au regard de l'obligation d'être égaux, y compris dans la douleur.
Aux cinq grands chantiers prioritaires qu'il s'est promis de mettre en œoeuvre avant la prochaine élection présidentielle, en 2011, Joseph Kabila est donc contraint d'en ajouter un sixième, fondamental, dont dépendra l'éveil (ou la rechute) du géant. Transmettre à ses concitoyens la seule maladie contagieuse contre laquelle ils ne doivent surtout pas être vaccinés : la fierté d'être congolais.

* Enfants du Congo (en lingala).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdelwahid Bouabdallah

Article pr�c�dent :
Zapatero et ses femmes

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers