Extension Factory Builder
21/04/2008 à 12:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Comment transformer un cercle vicieux en un cercle vertueux ? Sept ans après son arrivée au pouvoir, un an et demi après son élection, Joseph Kabila en est encore à se poser cette question. Après un quart de siècle de dépérissement continu, la mise en place d'un cadre politique et institutionnel qui permette au Congo de tirer parti de ses atouts économiques exceptionnels - seules la Russie et peut-être l'Afrique du Sud peuvent comparer leur patrimoine géologique au sien - est enfin prête. Mais il y manque toujours l'essentiel : une révolution des mentalités. Pour les 60 millions de bana ya Congo, classe politique comprise, la culture de l'État est encore une culture de la débrouille, le civisme se confond désespérément avec le sentiment que l'on peut toujours tricher avec les règles - et la corruption, démocratisée jusqu'au bas de l'échelle des fonctionnaires, est souvent un moyen de survie. Sous Mobutu, on bradait l'usufruit. Sous Kabila père, les actifs. Désormais, si la voracité manducatoire des prédateurs ne trouve plus à ronger les proies goûteuses d'autrefois, leur appétit demeure intact. Ne dit-on pas, à Kinshasa, que la vie ça ne se gagne pas, ça se vole ?
Ce constat peut paraître dur, voire caricatural, mais il explique en grande partie pourquoi ce président de 37 ans et son gouvernement semblent peiner à amorcer la spirale du développement. Si Joseph Kabila, projeté au pouvoir un jour de janvier 2001 sans expérience, sans hommes à lui et sans parti, est longtemps demeuré prudent de par la précarité de sa position, il l'est toujours aujourd'hui pour une autre (bonne) raison : le Congo, que Frantz Fanon qualifiait de « gâchette » du continent, est d'autant plus fragile, voire explosif, que le nationalisme des Congolais est avant tout d'ordre onirique. Ils rêvent de ce qu'ils pourraient et devraient être - individuellement et collectivement riches - tout en ressentant comme une fatalité leur impuissance à prendre en mains leur propre destin. Autant ils se montrent impatients face à la lenteur des résultats escomptés, autant ils ne font rien ou presque pour aider ceux de leurs compatriotes qui commencent à progresser - toute réussite, même socialement utile, étant perçue comme suspecte, menaçante pour les droits des autres, intolérable au regard de l'obligation d'être égaux, y compris dans la douleur.
Aux cinq grands chantiers prioritaires qu'il s'est promis de mettre en œoeuvre avant la prochaine élection présidentielle, en 2011, Joseph Kabila est donc contraint d'en ajouter un sixième, fondamental, dont dépendra l'éveil (ou la rechute) du géant. Transmettre à ses concitoyens la seule maladie contagieuse contre laquelle ils ne doivent surtout pas être vaccinés : la fierté d'être congolais.

* Enfants du Congo (en lingala).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Abdelwahid Bouabdallah

Article pr�c�dent :
Zapatero et ses femmes

RD Congo

CAN 2015 : Ibenge et Le Roy se renvoient la balle avant le quart de finale RDC - Congo

CAN 2015 : Ibenge et Le Roy se renvoient la balle avant le quart de finale RDC - Congo

"Le favori, c'est l'autre ! ". Florent Ibenge et Claude Le Roy évoquent pour "Jeune Afrique" le derby qui opposera, samedi 31 janvier à Bata, la RDC et le Congo lors d'un quart de finale de CAN a[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

L'armée congolaise lance la traque des FDLR dans l'est de la RDC

L'état-major de l'armée congolaise a annoncé jeudi le début des opérations militaires contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Une traque qui[...]

RDC : et maintenant, le recensement ?

Compter les habitants du pays avant de les appeler aux urnes ? Le projet, titanesque, menaçait le respect du calendrier électoral. Les autorités ont fait machine arrière, mais un recensement demeure[...]

RDC : Katumbi le frondeur

Rien ne va plus entre le président et le gouverneur du Katanga. Après avoir mis en garde Joseph Kabila contre la tentation d'un troisième mandat, Moïse Katumbi se prépare à des[...]

CAN 2015 : "Les gens ont fêté la qualification à Kinshasa mais l'ambiance est encore tendue"

La qualification de la RDC en quarts de finale de la CAN 2015 a apporté un peu de joie aux Congolais après les heurts violents des derniers jours à Kinshasa. Témoignages. [...]

RDC : l'opposition exige la publication d'un calendrier global des prochaines élections

La loi électorale n'est pas encore promulguée, et n'est donc pas encore en vigueur, mais l'opposition a d'ores et déjà exigé mardi la publication d'un calendrier global des scrutins à[...]

RDC - Manifestants tués à Kinshasa : le général Kanyama, responsable ou irréprochable ?

À Kinshasa, des heurts meurtriers avaient éclaté entre policiers et manifestants lors de récentes protestations contre le projet de loi électorale. Le général Célestin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN20048banayognoca0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN20048banayognoca0 from 172.16.0.100