Extension Factory Builder
19/03/2007 à 14:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mue par une volonté de fer, la jeune porte-parole de Ségolène Royal assume à la fois sa filiation marocaine et son intégration à la société française.

« On ne se rend pas compte d'où on est partis… » Dans son cagibi du QG de campagne, boulevard Saint-Germain, où les câbles d'ordinateurs s'enchevêtrent sous des tréteaux et où les téléphones ne cessent de sonner, la toute nouvelle porte-parole de Ségolène Royal pour la présidentielle française évoquait le chemin parcouru par la candidate socialiste. Soudain, elle s'interrompt dans un sourire. Sans doute consciente que cette phrase s'applique bien évidemment avant tout à elle, à ses origines et aux vingt-neuf années du parcours fulgurant dont elle a franchi les obstacles à la volée.
De Beni Chiker, le village du Rif marocain, proche de Nador, où elle est née et où elle a passé les cinq premières années de sa vie, Najat n'a conservé qu'une poignée d'images « déchirantes » : celles du départ en exil de sa famille, « regroupée » en 1982 dans le nord de la France autour de son père, un immigré économique devenu ouvrier dans le bâtiment. Dans la fratrie des Belkacem - ils seront bientôt sept frères et sœurs -, il s'agit d'abord, tout simplement, d'apprendre le français. La sœur aînée de Najat, aujourd'hui avocate, montre le chemin. C'est elle qui, la première, fera en famille la promotion de l'« école républicaine » comme le meilleur moyen de progresser dans ce quartier populaire de la banlieue d'Amiens dont Najat se contente de dire qu'il était « sans grande mixité sociale ».
Les enfants Belkacem comprennent vite la leçon : lycée pour les plus jeunes, classes préparatoires aux grandes écoles, écoles de journalisme, de commerce ou de théâtre pour les autres. Les parents n'imposent rien. Ils respectent les exigences de leurs enfants et les aident à grimper dans le seul « ascenseur social » dont ils disposent : cette école laïque et républicaine à laquelle Najat a conservé toute sa reconnaissance. Elle décroche sa licence en droit « sans perspectives professionnelles particulières », apprend, sur le tard, l'existence de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris et se présente, à tout hasard, au concours d'entrée. Jackpot ! Les portes de la vénérable maison de la rue Saint-Guillaume s'ouvrent à la petite « Beurette ».
Serait-ce le signe que le poids culturel des origines et du conditionnement social ne pèse que sur des cancres ? Najat le conteste. Toute brillante élève qu'elle fût, elle n'en a pas moins ressenti elle aussi ce « complexe de l'imposteur » qui lui faisait douter d'être à sa place parmi les rejetons des élites nationales préparés en famille, depuis leur plus jeune âge, à leur futur statut de dirigeant. Deux fois admissible à l'écrit de l'ENA, elle échoue deux fois à l'oral, non parce que, dit-elle, les examinateurs avaient manifesté quelque ostracisme que ce soit à l'égard de son minois manifestement méditerranéen, mais parce qu'elle-même s'était mal préparée aux épreuves, se sentant trop « neuve » dans sa société d'accueil et empêchée d'« y croire » par la certitude qu'il lui manquait encore un « je-ne-sais-quoi » pour prétendre à une place dans la fonction publique française. D'où, peut-être, la force de conviction qui est la sienne, dix ans plus tard, quand elle déclare partager avec Ségolène Royal la volonté de « proposer un projet de société cohérent qui s'adresse à tous les Français, mais dont les jeunes des quartiers seront les premiers bénéficiaires virtuels ».
Contrairement à ce qui lui est souvent reproché dans la presse ou dans les blogs, très bavards à son sujet, Najat est tout sauf une « Marocaine honteuse » ou une « immigrée d'occasion » qui ferait clignoter une identité à éclipses au gré de ses ambitions. Elle assume, sans chichis, et sa filiation marocaine et son intégration dans la société française. Elle se réjouit des progrès réalisés par son pays d'origine - avec, par exemple, le nouveau statut de la femme accordé par le roi. Elle ne jette pas non plus le voile sur son appartenance à l'islam. Najat se dit croyante, affirme participer, en famille, aux principales fêtes religieuses, et n'être, « à titre personnel, choquée ni par le port du foulard ni par la création d'écoles confessionnelles ».
Mais, de tout cela, elle fait « une affaire privée » qui ne télescope aucunement ses engagements politiques socialistes et républicains. Rien ne l'irrite donc davantage que l'existence dans les médias de ce « rayon beur » qui lui vaut de voir son image systématiquement accolée à celle de son homologue de droite Rachida Dati, dont tant de choix la séparent. Najat revendique sa propre personnalité, et, comme principale réussite, d'avoir su réaliser un équilibre entre son appartenance, ses valeurs et son action. Pourquoi se laisserait-elle emprisonner par le conformisme des autres ? « Bien des choses me définissent davantage que mes origines, comme, par exemple, mon parcours et la manière dont j'ai mené ma vie. Entre l'inné et l'acquis, j'ai toujours privilégié le second. »
Sciences-Po est pour Najat le lieu des rencontres. Celle de son futur mari, aujourd'hui jeune sous-préfet dans le Sud-Ouest. Celle de la vie politique : militante associative, elle décroche le « job étudiant » dont elle a besoin en devenant l'assistante parlementaire de la députée socialiste Béatrice Marre. « Avec elle, j'ai découvert le fonctionnement de l'Assemblée nationale, mais aussi les vicissitudes du métier d'élu, noyé dans les sollicitations, souvent discrédité, bref, pas vraiment enviable… » Comme on peut le comprendre d'un coup d'œil, les « quinquagénaires blancs » qui tiennent le haut du pavé en politique ne marchandent pas leurs compliments à Najat. Résultat : celle-ci ne cessera plus désormais de dénoncer « la faible présence des femmes à leur rôle » et le machisme ambiant. « Y compris au sein du Parti socialiste [PS] ? » Les cils battent timidement, mais la réponse est claire : « Oui. »
Rencontre, enfin, avec la femme de Gérard Collomb. Celle-ci la « branche » sur son mari, sénateur socialiste, qui remportera en 2001 les élections à la mairie de Lyon. Najat, qui commençait à se languir quelque peu dans un « travail monacal » au sein d'un cabinet d'avocats internationaux, saute sur cette nouvelle opportunité : en janvier 2003, sa carte du PS en poche (la fausse alerte lepéniste à la présidentielle de 2002 l'avait décidée à la prendre), elle se fait embaucher par le maire pour travailler sur les questions de démocratie participative. Lyon est réputé pour son chauvinisme séculaire, sa bourgeoisie hautaine, son sectarisme : pour Najat, qui la voit s'illuminer sous la neige le jour de son arrivée, la deuxième ville de France est tout simplement… « féerique ! »
À partir de là, le mouvement s'accélère, dans un tempo dont on ne sait s'il doit son rythme à la chance ou à l'extraordinaire capacité de Najat à se saisir de la moindre aspérité pour poursuivre son ascension : en 2004, elle est candidate au dix-huitième rang sur la liste de Jean-Jacques Queyranne aux élections régionales. « Normalement, je n'aurais pas dû passer… » Mais portée par la vague rose d'alors, elle est élue, et aussitôt présidente de la commission culture du conseil régional. En 2005, la voilà nommée par François Hollande conseillère nationale au PS. Jusqu'à ce défi, qu'on pouvait croire perdu d'avance, quand Najat se présente aux législatives de 2007 dans la 4e circonscription du Rhône, considérée comme « ingagnable » par la gauche. Encore une surprise : le député sortant UMP Christian Philip refuse le « parachutage » du ministre Dominique Perben qui briguait une victoire facile. Il se maintient et, du coup, la droite se divise, les espoirs de la gauche renaissent et Najat se retrouve sous les projecteurs, entre Saône et Rhône.
C'est là que « Ségolène Royal apparaît dans le paysage. Après mûre réflexion, je constate qu'elle incarne ce en quoi je crois et je m'efforce de le lui faire savoir. » Le 22 février dernier « au soir », l'affaire est faite : aux côtés d'Arnaud Montebourg et du député européen Vincent Peillon, la « petite Najat » intègre l'équipe de campagne socialiste comme porte-parole de la candidate.
Vous avez dit « Beurette de service » ? Najat répond, d'une voix égale : « Les médias restent marqués par les images du passé, avec un temps de retard sur la société civile. Moi, comme des millions d'autres, je suis en manque de débats de fond ! »
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A armes égales

Article précédent :
Vos lettres et courriels sélectionnés

AUTRES

Quand les Algériens noirs frappent à la porte

Quand les Algériens noirs frappent à la porte

Peu présents dans les instances du pouvoir algérien, les habitants du Grand Sud se distinguent dans le sport, la musique... et les études.[...]

Burkina Faso : le paludisme a encore tué plus de 7600 personnes en 2013

Le paludisme a moins tué au Burkina l'an dernier que l'année précédente mais y a encore fait quelque 7 600 morts sur près de sept millions de cas enregistrés, a indiqué jeudi le Pro[...]

RDC : bilan toujours incertain dans l'accident de train au Katanga

Selon le bilan définitif officiel publié jeudi soir par le gouvernement congolais, 48 personnes ont été tuées et 160 autres blessées dans l'accident de train qui s'est produit en dé[...]

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces