Extension Factory Builder
19/07/2005 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ancien Premier ministre nigérien

« En 2008, l'Afrique de l'Ouest et centrale sera considérée comme une zone de libre-échange par l'Union européenne. En clair, la boîte de tomates italiennes pourra entrer sur le marché sénégalais ou nigérien sans droits de douane. Si nous ne mettons pas nos agricultures à niveau, c'est la catastrophe assurée ! » Ainsi parle Ibrahim Assane Mayaki, qui fut Premier ministre du Niger de novembre 1997 à janvier 2000, et qui reste un militant engagé, toujours prêt à se mettre au service d'autrui. Seule une calvitie naissante témoigne que le temps a passé. Mais ses lunettes, toujours en place, comme sa moustache d'ailleurs, lui donnent le même air un peu austère. Il est aujourd'hui à la tête de la Plate-forme pour l'appui au développement rural en Afrique de l'Ouest et centrale, une structure fondée de concert par le Fonds international de développement de l'agriculture (Fida), l'Union européenne, le ministère français des Affaires étrangères et le Fonds des Nations unies pour l'évolution de la femme (Unifem). Hier dans la politique, aujourd'hui dans le social, l'homme ne semble pas s'accrocher au pouvoir. « En 1998, en pèlerinage à La Mecque, j'ai demandé une seule chose à Dieu : "Si Tu penses que je fais bien mon travail, aide-moi à l'améliorer. Sinon, congédie-moi." »

Ibrahim Assane Mayaki n'a pas chômé depuis qu'il a quitté le gouvernement. En août 2000, il crée au Niger le CAP2, Cercle d'analyse des politiques publiques. « Une structure non partisane, précise-t-il, chargée de mener des réflexions sur les questions de santé et d'éducation et de faire des propositions. » Susciter et animer des réunions lui prend beaucoup de temps, mais il réussit à se rendre régulièrement en France pour donner des cours en relations internationales à l'université de Paris-XI. Activité qu'il met entre parenthèses en 2004, quand il est nommé directeur exécutif de la Plate-forme pour l'appui au développement rural, basée à Dakar. Car sa nouvelle fonction l'occupe à plein temps : avec l'aide d'une dizaine d'experts, il doit non seulement assurer une part d'assistance technique, mais aussi harmoniser les souhaits et demandes en provenance des gouvernements, des organisations régionales et internationales, des donateurs et des partenaires du développement, ou encore des organisations de producteurs et des centres de recherche.

Né en 1951, Ibrahim Mayaki est titulaire d'un master de l'École nationale d'administration publique (Enap) du Québec, doublé d'un doctorat en sciences administratives de l'université de Paris-I. Durant ses études en France, il épouse Marly, une Vénézuélienne, qui lui a donné deux enfants. « Je suis même grand-père depuis quatre ans », précise-t-il avec fierté. Il entre au gouvernement en janvier 1996, au lendemain du coup d'État militaire du général Ibrahim Maïnassara Baré, d'abord comme ministre délégué, chargé de la Coopération et de l'Intégration africaine, puis comme ministre des Affaires étrangères. Il y fait preuve d'une discrétion qui lui vaudra, selon des proches de la présidence nigérienne de l'époque, d'être nommé Premier ministre en novembre 1997 par le général Maïnassara Baré.
Mais c'est sous la férule de l'actuel Premier ministre du Niger, Hama Amadou, dont il fut conseiller spécial dans les années 1990, qu'Ibrahim Assane Mayaki avait fait ses premières armes en politique. Une commune passion pour les arts martiaux les rapproche alors : Hama Amadou est troisième dan de judo, et Ibrahim Assane Mayaki troisième dan en taekwondo. Leurs chemins divergent après le coup d'État de janvier 1996, Hama Amadou restant dans l'opposition, ce qui ne l'empêche pas de déclarer : « Hama est un ami. Notre amitié ne saurait être ébranlée par les vicissitudes de la vie politique. »

Aujourd'hui, Ibrahim Assane Mayaki entretient des « rapports normaux et cordiaux » avec les dirigeants de son pays. « J'ai été directeur de campagne du président Tandja », rappelle-t-il. À ceux qui lui demandent s'il compte un jour se porter candidat à la présidence du Niger, il répond sans ambages : « Nul ne peut préjuger des chemins hasardeux du destin, mais ce n'est pas ma motivation première. » Pour l'instant, sa vie à Dakar avec sa famille suffit amplement à son bonheur.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :

Article précédent :
Wade-Seck : à couteaux tirés

AUTRES

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française.[...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre "[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers