Extension Factory Builder
14/11/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les sondages le donnaient largement vainqueur. Les électeurs en ont décidé autrement.
Junichiro Koizumi, le Premier ministre japonais, qui remettait son mandat en jeu le 9 novembre, va certes conserver son poste. Avec 244 sièges, sa formation, le Parti libéral démocrate (PLD) a, il est vrai, dépassé le seuil des 240 députés à la Chambre basse du Parlement et elle pourra gouverner seule. Mais si, depuis 1955, date de sa création, le parti de Koizumi a régné sans partage sur la vie politique de l'archipel, aujourd'hui, la donne a changé. La bipolarisation de la vie politique nippone est en marche. Car l'opposition de centre gauche dirigée par Naoto Kan a réalisé une impressionnante percée : avec 177 députés, en progression de 40 sièges, elle sera demain en mesure de proposer une alternative au PLD. Auparavant émiettée entre plusieurs formations, la
gauche japonaise a enfin trouvé le chemin de l'unité.
Après presque cinq décennies de croissance ininterrompue, l'économie est entrée en crise en 1993, une crise durable et pernicieuse, dont le pays, profondément ébranlé, a mis dix ans à se remettre. Le parti conservateur, qui est apparu pendant longtemps comme une
garantie de stabilité, a perdu beaucoup de son pouvoir d'attraction, et s'est aliéné des fractions croissantes de l'électorat : les jeunes et les femmes notamment. On pouvait craindre que l'hémorragie ne continue et qu'en l'absence d'alternative crédible à gauche ce stock d'électeurs flottants et désabusés ne se réfugie dans un vote protestataire
populiste. Aujourd'hui, ce risque semble écarté. C'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Le scrutin du 9 novembre est un prélude à une transformation en profondeur de la vie politique de l'archipel. Cette transformation ne sera pas sans conséquences pour le reste du monde. L'omnipotence du PLD a pendant longtemps stérilisé le débat public. D'une pauvreté affligeante, il se réduisait à des querelles de factions et de personnes. Désormais, il pourra s'organiser autour de la confrontation des idées et des projets. En politique intérieure. Mais aussi en politique étrangère. La formation de Naoto Kan a d'ailleurs en partie axé sa campagne sur l'Irak, s'opposant à l'envoi de soldats japonais dans ce pays décidé à rebrousse-poil de l'opinion publique par Junichiro Koizumi.
Un Japon plus politisé et moins consensuel pourra plus et mieux se faire entendre dans le concert des nations. Le pays est par exemple l'un des partenaires les plus fidèles et les plus généreux de l'Afrique. Mais, handicap majeur, faute de relief dans son discours, sa contribution à la gouvernance mondiale n'est pas reconnue à sa juste valeur. Pourtant l'archipel, toujours deuxième puissance économique du monde, pourrait faire infiniment plus. Le terrain compliqué des relations internationales a longtemps été soustrait au jugement des électeurs et confisqué par les diplomates conservateurs. Demain, il en ira
peut-être autrement, et cela aussi, c'est une bonne nouvelle.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Alpha Condé à Lomé

Article précédent :
Un milliardaire en prison

AUTRES

Tunisie : tension sécuritaire à quatre jours des législatives

Tunisie : tension sécuritaire à quatre jours des législatives

À quatre jours des élections législatives, l'activité d'éléments jihadistes armés fait monter la tension sécuritaire de plusieurs crans dans le pays.[...]

Pourquoi le Niger a acheté un avion de renseignement à 10 millions d'euros

Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi avoir fait l'acquisition d'un avion de renseignement pour lutter contre les groupes armés islamistes le long de ses frontières avec le Mali et la Libye. Quelles en s[...]

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Des éléments armés assimilés aux Peuls et aux ex-Séléka ont attaqué un village de la région Balaka, centre de la Centrafrique, rapporte jeudi la Minusca, la mission de l'ONU [...]

Tunisie : un policier tué lors d'affrontements entre la police et un groupe terroriste près de Tunis

Oued Ellil, une localité à 70 km de Tunis, est le théâtre d'échanges de tirs entre les forces de l'ordre et des éléments terroristes. Un policier a été tué.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines assassiné[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de c[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas s[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique [...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

Une histoire du jihad, de Mahomet à l'État islamique (#1)

Retour sur l'histoire de la pensée du jihad, un concept loin d'être monolithique, de Mahomet à l'État islamique.[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accr[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers