Extension Factory Builder
14/11/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les sondages le donnaient largement vainqueur. Les électeurs en ont décidé autrement.
Junichiro Koizumi, le Premier ministre japonais, qui remettait son mandat en jeu le 9 novembre, va certes conserver son poste. Avec 244 sièges, sa formation, le Parti libéral démocrate (PLD) a, il est vrai, dépassé le seuil des 240 députés à la Chambre basse du Parlement et elle pourra gouverner seule. Mais si, depuis 1955, date de sa création, le parti de Koizumi a régné sans partage sur la vie politique de l'archipel, aujourd'hui, la donne a changé. La bipolarisation de la vie politique nippone est en marche. Car l'opposition de centre gauche dirigée par Naoto Kan a réalisé une impressionnante percée : avec 177 députés, en progression de 40 sièges, elle sera demain en mesure de proposer une alternative au PLD. Auparavant émiettée entre plusieurs formations, la
gauche japonaise a enfin trouvé le chemin de l'unité.
Après presque cinq décennies de croissance ininterrompue, l'économie est entrée en crise en 1993, une crise durable et pernicieuse, dont le pays, profondément ébranlé, a mis dix ans à se remettre. Le parti conservateur, qui est apparu pendant longtemps comme une
garantie de stabilité, a perdu beaucoup de son pouvoir d'attraction, et s'est aliéné des fractions croissantes de l'électorat : les jeunes et les femmes notamment. On pouvait craindre que l'hémorragie ne continue et qu'en l'absence d'alternative crédible à gauche ce stock d'électeurs flottants et désabusés ne se réfugie dans un vote protestataire
populiste. Aujourd'hui, ce risque semble écarté. C'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Le scrutin du 9 novembre est un prélude à une transformation en profondeur de la vie politique de l'archipel. Cette transformation ne sera pas sans conséquences pour le reste du monde. L'omnipotence du PLD a pendant longtemps stérilisé le débat public. D'une pauvreté affligeante, il se réduisait à des querelles de factions et de personnes. Désormais, il pourra s'organiser autour de la confrontation des idées et des projets. En politique intérieure. Mais aussi en politique étrangère. La formation de Naoto Kan a d'ailleurs en partie axé sa campagne sur l'Irak, s'opposant à l'envoi de soldats japonais dans ce pays décidé à rebrousse-poil de l'opinion publique par Junichiro Koizumi.
Un Japon plus politisé et moins consensuel pourra plus et mieux se faire entendre dans le concert des nations. Le pays est par exemple l'un des partenaires les plus fidèles et les plus généreux de l'Afrique. Mais, handicap majeur, faute de relief dans son discours, sa contribution à la gouvernance mondiale n'est pas reconnue à sa juste valeur. Pourtant l'archipel, toujours deuxième puissance économique du monde, pourrait faire infiniment plus. Le terrain compliqué des relations internationales a longtemps été soustrait au jugement des électeurs et confisqué par les diplomates conservateurs. Demain, il en ira
peut-être autrement, et cela aussi, c'est une bonne nouvelle.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Alpha Condé à Lomé

Article précédent :
Un milliardaire en prison

AUTRES

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces