Extension Factory Builder
14/11/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Maire de Brazzaville

C'est un solide gaillard de 1,91 m qui a pris place dans notre salle de réunion pour assister à la grand-messe quotidienne de la rédaction. Hughes Ngouelondélé est maire de Brazzaville depuis le mois de février. Des vingt et un édiles qui se sont succédé à la tête de la municipalité, il est, tient-il à préciser, le troisième (après Fulbert Youlou et Bernard Kolélas) à avoir été élu. Et, à 42 ans, de loin le plus jeune.
Rien de surprenant pour quelqu'un qui a grandi au coeur du pouvoir congolais. Le nouveau maire est en effet le fils du général Emmanuel Ngouelondélé, un fidèle parmi les fidèles du président Denis Sassou Nguesso : il dirigea notamment les renseignements généraux de 1979 à 1992. À l'arrivée de Pascal Lissouba à la tête du pays, il devint son chef d'état-major particulier, avec rang de secrétaire d'État, avant de quitter ses fonctions un an plus tard. Hughes Ngouelondélé est en outre marié à Ninelle Nguesso, troisième fille du président congolais. Et Michèle, sa soeur cadette, a épousé Edgar Nguesso, l'un des neveux de Sassou. « Être le gendre d'un chef d'État n'est pas une tare. Cela n'empêche pas d'avoir reçu une bonne formation et d'être capable de faire du bon travail », souligne-t-il.

Le premier magistrat de la capitale est diplômé de droit de l'université Marien-Ngouabi de Brazzaville (1983), mais aussi des Écoles des douanes de Koléa (Algérie, 1986) et de La Rochelle (France, 1988). Après avoir travaillé pendant quelques années dans son pays, il suit les cours de l'École des douanes de Bruxelles, où il décroche un certificat en 1992. De retour au Congo, il a du mal à réintégrer son poste et devra attendre le retour aux affaires de Sassou, en 1997, pour être nommé inspecteur de brigade au Beach (débarcadère sur le fleuve Congo) de Brazzaville. Pas pour longtemps. Dès mars 1999, il représente le Congo auprès de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), à Bruxelles. Il est rappelé à Brazza en avril 2001, et, dans l'attente d'une nouvelle affectation, décide d'entrer en politique. Avec, bien sûr, la bénédiction de son président de beau-père.
Candidat aux législatives de mai 2002, il est élu député de la deuxième circonscription de Moungali, une commune de la capitale. Aux élections locales du mois suivant, il se présente dans la même circonscription à la tête d'une liste indépendante opposée notamment à celle du Parti congolais du travail (PCT), la formation au pouvoir. Élu conseiller municipal, il brigue le poste de maire. Le chef de l'État le soutient, il est désigné.

Dès sa prise de fonctions, il entreprend de faire disparaître les séquelles des guerres de 1993, de 1997 et de 1998 : réfection des routes, réparation des feux de signalisation, réhabilitation de l'immobilier urbain, remise en état et extension de l'éclairage public... À plus long terme, Hughes Ngouelondélé fourmille de projets pour sa ville, qu'il a bien l'intention de « gérer autrement », de manière plus « moderne ».
Dans les locaux de J.A.I., il s'est longuement arrêté devant les citations encadrées qui ornent les murs des couloirs et des bureaux. Apparemment, il songe à s'en inspirer pour la mairie de Brazzaville, où il veut faire placarder ces trois pensées : « Expliquez-moi comment on va faire, et pas pourquoi on ne peut pas le faire » (Béchir Ben Yahmed) ; « Celui qui est mis sur un piédestal ne peut que tomber » (proverbe chinois) ; « Mon premier principe est de ne pas craindre de faire des erreurs, mon second est de les corriger dès qu'elles apparaissent » (Deng Xiaoping).
Après deux heures en notre compagnie, monsieur le Maire nous quitte : il a rendez-vous avec Bertrand Delanoë, son alter ego parisien. Au moment de prendre congé, il lance à Béchir Ben Yahmed : « Avec Jeune Afrique, vous avez réalisé une oeuvre durable. Comme vous, j'ambitionne de bâtir à la mairie de Brazzaville des choses qui résistent à l'usure du temps. »
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Alpha Condé à Lomé

Article précédent :
Un milliardaire en prison

AUTRES

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Ebola : le nombre de cas pourrait grimper à 20 000, selon l'OMS

Avec plus de 1 500 morts, le bilan de l'épidémie d'Ebola continue de progresser de "manière alarmante" en Afrique de l'Ouest.[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un soup&ccedi[...]

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Pendant cinq mois, le procès d'Oscar Pistorius a fait la une des journaux. Accusé d'avoir tué sa petite-amie Reeva Steenkamp le soir de la Saint-Valentin 2013, le champion paralympique sera fixé sur son[...]

Gaza - ONU : Schabas, juge et partisan ?

Le choix du Canadien William Schabas pour prendre la tête de la Commission d'enquête sur les violations du droit international à Gaza lors du dernier conflit suscite une levée de boucliers à Te[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa sécurité.[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de moyens[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre fac[...]

Zambie : interrogations autour de l'état de santé du président Michael Sata

Le président zambien Michael Sata, âgé de 77 ans, est-il malade, voire mourant ? Officiellement, non. Pourtant, son absence prolongée de la scène politique alimente depuis deux mois les rumeurs [...]

Ebola : les ministres ouest-africains de la Santé se réunissent à Accra

Pour tenter de mettre un terme à la progression de l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest, les ministres de la Santé des pays de la Commun[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter con[...]

Irak : la politique de la terre brûlée selon l'État islamique

Des jihadistes ont mis le feu jeudi à un champ pétrolier qu'ils contrôlaient dans le nord de l'Irak, avant de battre en retraite alors que les forces kurdes les attaquaient dans le même secteur.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex