Extension Factory Builder
14/11/2003 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Maire de Brazzaville

C'est un solide gaillard de 1,91 m qui a pris place dans notre salle de réunion pour assister à la grand-messe quotidienne de la rédaction. Hughes Ngouelondélé est maire de Brazzaville depuis le mois de février. Des vingt et un édiles qui se sont succédé à la tête de la municipalité, il est, tient-il à préciser, le troisième (après Fulbert Youlou et Bernard Kolélas) à avoir été élu. Et, à 42 ans, de loin le plus jeune.
Rien de surprenant pour quelqu'un qui a grandi au coeur du pouvoir congolais. Le nouveau maire est en effet le fils du général Emmanuel Ngouelondélé, un fidèle parmi les fidèles du président Denis Sassou Nguesso : il dirigea notamment les renseignements généraux de 1979 à 1992. À l'arrivée de Pascal Lissouba à la tête du pays, il devint son chef d'état-major particulier, avec rang de secrétaire d'État, avant de quitter ses fonctions un an plus tard. Hughes Ngouelondélé est en outre marié à Ninelle Nguesso, troisième fille du président congolais. Et Michèle, sa soeur cadette, a épousé Edgar Nguesso, l'un des neveux de Sassou. « Être le gendre d'un chef d'État n'est pas une tare. Cela n'empêche pas d'avoir reçu une bonne formation et d'être capable de faire du bon travail », souligne-t-il.

Le premier magistrat de la capitale est diplômé de droit de l'université Marien-Ngouabi de Brazzaville (1983), mais aussi des Écoles des douanes de Koléa (Algérie, 1986) et de La Rochelle (France, 1988). Après avoir travaillé pendant quelques années dans son pays, il suit les cours de l'École des douanes de Bruxelles, où il décroche un certificat en 1992. De retour au Congo, il a du mal à réintégrer son poste et devra attendre le retour aux affaires de Sassou, en 1997, pour être nommé inspecteur de brigade au Beach (débarcadère sur le fleuve Congo) de Brazzaville. Pas pour longtemps. Dès mars 1999, il représente le Congo auprès de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), à Bruxelles. Il est rappelé à Brazza en avril 2001, et, dans l'attente d'une nouvelle affectation, décide d'entrer en politique. Avec, bien sûr, la bénédiction de son président de beau-père.
Candidat aux législatives de mai 2002, il est élu député de la deuxième circonscription de Moungali, une commune de la capitale. Aux élections locales du mois suivant, il se présente dans la même circonscription à la tête d'une liste indépendante opposée notamment à celle du Parti congolais du travail (PCT), la formation au pouvoir. Élu conseiller municipal, il brigue le poste de maire. Le chef de l'État le soutient, il est désigné.

Dès sa prise de fonctions, il entreprend de faire disparaître les séquelles des guerres de 1993, de 1997 et de 1998 : réfection des routes, réparation des feux de signalisation, réhabilitation de l'immobilier urbain, remise en état et extension de l'éclairage public... À plus long terme, Hughes Ngouelondélé fourmille de projets pour sa ville, qu'il a bien l'intention de « gérer autrement », de manière plus « moderne ».
Dans les locaux de J.A.I., il s'est longuement arrêté devant les citations encadrées qui ornent les murs des couloirs et des bureaux. Apparemment, il songe à s'en inspirer pour la mairie de Brazzaville, où il veut faire placarder ces trois pensées : « Expliquez-moi comment on va faire, et pas pourquoi on ne peut pas le faire » (Béchir Ben Yahmed) ; « Celui qui est mis sur un piédestal ne peut que tomber » (proverbe chinois) ; « Mon premier principe est de ne pas craindre de faire des erreurs, mon second est de les corriger dès qu'elles apparaissent » (Deng Xiaoping).
Après deux heures en notre compagnie, monsieur le Maire nous quitte : il a rendez-vous avec Bertrand Delanoë, son alter ego parisien. Au moment de prendre congé, il lance à Béchir Ben Yahmed : « Avec Jeune Afrique, vous avez réalisé une oeuvre durable. Comme vous, j'ambitionne de bâtir à la mairie de Brazzaville des choses qui résistent à l'usure du temps. »
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Alpha Condé à Lomé

Article précédent :
Un milliardaire en prison

AUTRES

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces