Extension Factory Builder
18/02/2003 à 10:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Par-delà l'exploitation qu'en font les États-Unis, le message attribué au chef d'el-Qaïda suscite bien des interrogations.

Les Irakiens ont été les premiers surpris par la réapparition, fort inopportune (pour eux), d'Oussama Ben Laden dans un message audio d'une durée de seize minutes, où il exhorte les musulmans à combattre aux côtés des « socialistes apostats » du parti Baas au pouvoir à Bagdad. Cette solidarité tardive, Saddam et les siens s'en seraient bien passés au moment où Washington cherchait à prouver leurs liens avec le réseau d'el-Qaïda.
Pour les Américains, qui ont été les premiers à révéler l'existence de ce message, cette réapparition de leur ennemi public n°1 était, au contraire, fort opportune. Et pour cause : elle a eu lieu une semaine après la prestation peu convaincante du secrétaire d'État américain Colin Powell devant le Conseil de sécurité et, surtout, trois jours avant la présentation du rapport de Hans Blix, chef des inspecteurs du désarmement de l'Irak, devant la même instance. Ils l'ont donc exploitée à fond dans leur guerre, pour l'instant encore seulement médiatique, contre l'Irak.
Le message sonore d'OBL, que les experts du Pentagone ont authentifié avec une rapidité inhabituelle, continue de susciter les commentaires les plus contradictoires. Pour tous ceux qui sont habitués à la rhétorique théologico-historique du chef d'el-Qaïda, son contenu n'a rien d'exceptionnel. Ce sont les circonstances de sa révélation et l'exploitation (politique) qui en a été faite par les responsables américains qui continuent de nourrir les doutes quant à son authenticité, et pas seulement dans le monde arabo-musulman. Histoire d'un « scoop » qui tombe à pic.
Mardi 11 février, lors d'une audition devant la commission du budget du Sénat, Colin Powell ne se contente pas de présenter le budget de son département pour 2004. L'audition étant retransmise en direct par les chaînes câblées, il profite de l'occasion pour annoncer à ses compatriotes (et au reste du monde) que la télévision par satellite Al-Jazira est en possession d'une nouvelle bande sonore d'OBL où ce dernier reconnaît ses liens avec l'Irak.
Une heure auparavant, George Tenet, directeur de la CIA, qui parlait devant la commission du renseignement du Sénat, a porté la même accusation, en citant le nom de Moussab el-Zarkaoui, un Jordanien d'origine palestinienne, chef d'un réseau terroriste proche de l'Irak, qui serait l'instigateur des complots d'empoisonnement en Europe et de l'assassinat d'un employé du département d'État en Jordanie. Il a ajouté que ses services ont intercepté des communications entre des dirigeants terroristes attestant l'existence d'une menace sérieuse visant les États-Unis et les pays de la péninsule Arabique, c'est-à-dire l'Arabie saoudite - après le pèlerinage à La Mecque, qui s'est achevé le 13 février -, le Yémen, Oman, les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn et Qatar, soit tous les pays arabes voisins de l'Irak et qui collaborent avec Washington.
Robert Mueller, directeur du FBI (service chargé de la sécurité intérieure), qui a succédé à son collègue à la tribune de la même commission, a confirmé, pour sa part, l'existence de cellules dormantes qui s'apprêtent à lancer des attentats terroristes sur le sol des États-Unis. Ces cellules, « formées de plusieurs centaines d'extrémistes islamiques liés à el-Qaïda » constituent, selon ses termes, « la menace la plus urgente pour les intérêts américains ».
Alors que de nombreux experts du terrorisme, et même certains agents de la CIA, restent sceptiques sur l'existence de liens entre el-Qaïda et l'Irak, ces « révélations », ajoutées au message d'OBL, sont censées justifier, au regard des responsables américains, le renforcement du niveau d'alerte dans le pays, qui est passé d'« élevé » à « très élevé », le second dans l'échelle établie en mars dernier par Washington.
Il n'en fallait pas tant pour que les mesures de sécurité soient renforcées. Les appels à la vigilance lancés par les médias, la distribution de masques à gaz et de kits de survie à la population, le déploiement des unités antiterroristes sur l'ensemble du territoire n'ont pas tardé à raviver la psychose terroriste qui s'était emparée des Américains au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. L'objectif de Washington est, à l'évidence, de venir à bout de toutes les résistances à la guerre et de préparer psychologiquement les Américains à cet événement déjà programmé.
Par-delà l'« exploitation » qu'en ont faite les Américains, le document sonore attribué à Ben Laden pose un certain nombre de problèmes que nous pourrions résumer dans une série d'interrogations. Pourquoi sont-ce les Américains qui, les premiers, en ont annoncé l'existence ? Y a-t-il un accord secret entre Doha et Washington en vertu duquel la chaîne Al-Jazira s'engage à soumettre les messages d'OBL qui lui parviennent aux responsables américains avant de les diffuser (ou pour être autorisée à le faire) ? Pourquoi la chaîne qatarie a-t-elle démenti, quatre heures durant, l'existence du document avant de se rétracter et de le diffuser dans la soirée du 11 février ? Le document diffusé semble avoir fait l'objet d'un montage. Cela a été confirmé par plusieurs experts européens. Qui a donc procédé à cette opération et dans quelle mesure le contenu du message n'a pas été, d'une certaine façon, altéré ou détourné ?
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Amateurisme diplomatique

Article pr�c�dent :
Tête-à-tête au château

AUTRES

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a m[...]

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

Niger : libération d'otages, Akotey raccroche

Après avoir accompli une vingtaine de missions dans le désert, le Nigérien Mohamed Akotey souhaite mettre un terme à ses activités de libérateur d'otages.[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo… Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été no[...]

Nigeria : Boko Haram enlève près de 200 personnes dans le Nord-Est

Les islamistes de Boko Haram ont attaqué dimanche un village dans le nord-est du Nigeria. Lors de l'assaut, 32 personnes ont été tuées et au moins autres 185 enlevées. Parmi elles figurent des fe[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre Issac Zida et le président Michel Kafando, mènent progressivement une opé[...]

Cameroun : l'armée riposte à Boko Haram et tue 116 de ses combattants

Les soldats camerounais positionnés à Amchidé, à la frontière avec le Nigeria, ont "riposté" à une attaque de Boko Haram mercredi, tuant "116 islamistes", a d&[...]

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Les jours du camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko sont-ils comptés ? Du côté de la Minusca ou du gouvernement centrafricain, l'installation dérange et les acteurs humanitaires son[...]

Centrafrique : toujours 182 986 déplacés internes et 420 000 réfugiés dans les pays voisins

182 986 déplacés internes. 420 000 réfugiés dans les pays voisins. Le point sur la situation humanitaire en Centrafrique, mi-décembre 2014, un peu plus d'un an après l'entrée en vig[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers