Extension Factory Builder
18/02/2003 à 10:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Par-delà l'exploitation qu'en font les États-Unis, le message attribué au chef d'el-Qaïda suscite bien des interrogations.

Les Irakiens ont été les premiers surpris par la réapparition, fort inopportune (pour eux), d'Oussama Ben Laden dans un message audio d'une durée de seize minutes, où il exhorte les musulmans à combattre aux côtés des « socialistes apostats » du parti Baas au pouvoir à Bagdad. Cette solidarité tardive, Saddam et les siens s'en seraient bien passés au moment où Washington cherchait à prouver leurs liens avec le réseau d'el-Qaïda.
Pour les Américains, qui ont été les premiers à révéler l'existence de ce message, cette réapparition de leur ennemi public n°1 était, au contraire, fort opportune. Et pour cause : elle a eu lieu une semaine après la prestation peu convaincante du secrétaire d'État américain Colin Powell devant le Conseil de sécurité et, surtout, trois jours avant la présentation du rapport de Hans Blix, chef des inspecteurs du désarmement de l'Irak, devant la même instance. Ils l'ont donc exploitée à fond dans leur guerre, pour l'instant encore seulement médiatique, contre l'Irak.
Le message sonore d'OBL, que les experts du Pentagone ont authentifié avec une rapidité inhabituelle, continue de susciter les commentaires les plus contradictoires. Pour tous ceux qui sont habitués à la rhétorique théologico-historique du chef d'el-Qaïda, son contenu n'a rien d'exceptionnel. Ce sont les circonstances de sa révélation et l'exploitation (politique) qui en a été faite par les responsables américains qui continuent de nourrir les doutes quant à son authenticité, et pas seulement dans le monde arabo-musulman. Histoire d'un « scoop » qui tombe à pic.
Mardi 11 février, lors d'une audition devant la commission du budget du Sénat, Colin Powell ne se contente pas de présenter le budget de son département pour 2004. L'audition étant retransmise en direct par les chaînes câblées, il profite de l'occasion pour annoncer à ses compatriotes (et au reste du monde) que la télévision par satellite Al-Jazira est en possession d'une nouvelle bande sonore d'OBL où ce dernier reconnaît ses liens avec l'Irak.
Une heure auparavant, George Tenet, directeur de la CIA, qui parlait devant la commission du renseignement du Sénat, a porté la même accusation, en citant le nom de Moussab el-Zarkaoui, un Jordanien d'origine palestinienne, chef d'un réseau terroriste proche de l'Irak, qui serait l'instigateur des complots d'empoisonnement en Europe et de l'assassinat d'un employé du département d'État en Jordanie. Il a ajouté que ses services ont intercepté des communications entre des dirigeants terroristes attestant l'existence d'une menace sérieuse visant les États-Unis et les pays de la péninsule Arabique, c'est-à-dire l'Arabie saoudite - après le pèlerinage à La Mecque, qui s'est achevé le 13 février -, le Yémen, Oman, les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn et Qatar, soit tous les pays arabes voisins de l'Irak et qui collaborent avec Washington.
Robert Mueller, directeur du FBI (service chargé de la sécurité intérieure), qui a succédé à son collègue à la tribune de la même commission, a confirmé, pour sa part, l'existence de cellules dormantes qui s'apprêtent à lancer des attentats terroristes sur le sol des États-Unis. Ces cellules, « formées de plusieurs centaines d'extrémistes islamiques liés à el-Qaïda » constituent, selon ses termes, « la menace la plus urgente pour les intérêts américains ».
Alors que de nombreux experts du terrorisme, et même certains agents de la CIA, restent sceptiques sur l'existence de liens entre el-Qaïda et l'Irak, ces « révélations », ajoutées au message d'OBL, sont censées justifier, au regard des responsables américains, le renforcement du niveau d'alerte dans le pays, qui est passé d'« élevé » à « très élevé », le second dans l'échelle établie en mars dernier par Washington.
Il n'en fallait pas tant pour que les mesures de sécurité soient renforcées. Les appels à la vigilance lancés par les médias, la distribution de masques à gaz et de kits de survie à la population, le déploiement des unités antiterroristes sur l'ensemble du territoire n'ont pas tardé à raviver la psychose terroriste qui s'était emparée des Américains au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. L'objectif de Washington est, à l'évidence, de venir à bout de toutes les résistances à la guerre et de préparer psychologiquement les Américains à cet événement déjà programmé.
Par-delà l'« exploitation » qu'en ont faite les Américains, le document sonore attribué à Ben Laden pose un certain nombre de problèmes que nous pourrions résumer dans une série d'interrogations. Pourquoi sont-ce les Américains qui, les premiers, en ont annoncé l'existence ? Y a-t-il un accord secret entre Doha et Washington en vertu duquel la chaîne Al-Jazira s'engage à soumettre les messages d'OBL qui lui parviennent aux responsables américains avant de les diffuser (ou pour être autorisée à le faire) ? Pourquoi la chaîne qatarie a-t-elle démenti, quatre heures durant, l'existence du document avant de se rétracter et de le diffuser dans la soirée du 11 février ? Le document diffusé semble avoir fait l'objet d'un montage. Cela a été confirmé par plusieurs experts européens. Qui a donc procédé à cette opération et dans quelle mesure le contenu du message n'a pas été, d'une certaine façon, altéré ou détourné ?
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Amateurisme diplomatique

Article précédent :
Tête-à-tête au château

AUTRES

Najat Vallaud-Belkacem : Bulldozer de charme

Najat Vallaud-Belkacem : Bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Le fabuleux destin du confetti mauricien

Tout un symbole ! Fin juin, la première conférence Maurice-Afrique a pris ses quartiers à Port Louis. Sous les ors de l'hôtel Maritim, l'événement a attiré les repr&eacu[...]

Côte d'Ivoire : les Guignols de l'info

Imitant les chefs d'État africains, les trublions ivoiriens de la quotidienne L'Afterwork sur Radio Nostalgie passent en revue l'actualité du continent. Rendez-vous le 15 septembre pour la troisiè[...]

Algérie - France : toujours les moines de Tibhirine

Autorisé à se rendre en Algérie les 12 et 13 octobre pour enquêter sur l'assassinat des moines de Tibhirine en 1994, le juge français Marc Trévidic ne pourra cependant pas travailler comme [...]

Francophonie - Patrick Suinen : "Voir émerger de nouvelles idées grâce au français"

Philippe Suinen, l'actuel Commissaire général du Forum mondial de la langue française, organisé par l'Organisation Internationale de la Francophonie, a répondu aux questions de "Jeune Afriqu[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Côte d'Ivoire : Amara Essy, le recours du PDCI pour la présidentielle ?

Plusieurs dirigeants du PDCI cherchent un candidat de consensus dans leurs rangs pour éviter une candidature unique avec le RDR à la présidentielle de 2015. Leur choix s'est porté sur Amara Essy.[...]

Côte d'Ivoire : le japonais Mitsubishi investit dans un champ pétrolier offshore

La maison de commerce japonaise Mitsubishi Corporation a racheté plus d'un tiers (20 % du total) des parts détenues par l'américain Anadarko dans le champ pétrolifère offshore CI-103 au large des[...]

RDC : Kengo wa Dondo met en garde contre une modification de la Constitution

Léon Kengo wa Dondo, le président du sénat de la RDC, a mis en garde lundi contre un "changement de Constitution" qui pourrait, selon lui, "menacer" la paix et la cohésion national[...]

Racisme : un homme politique mexicain compare Ronaldinho à un singe

À peine arrivé au Querétaro FC, un club mexicain, l'emblématique joueur brésilien Ronaldinho a reçu un accueil bien singulier de la part d'un membre du "Partido Acción Nacion[...]

Cinéma : my name is Bond, Denzel Bond

Un James Bond noir ? Pourquoi pas ? D'ailleurs, l'acteur américain Denzel Washington se verrait bien dans le rôle.[...]

Ebola : Barack Obama souhaite lancer un plan d'action estimé à 88 millions de dollars

Le président Barack Obama va demander au Congrès américain une enveloppe de 88 millions de dollars pour lutter contre le virus Ebola en Afrique de l'ouest, a rapporté lundi le Wall Street Journal.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex