Extension Factory Builder
16/06/2008 à 11:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Premier ministre de la République centrafricaine

Jusqu'au mois de janvier, Faustin-Archange Touadéra (51 ans) était recteur de l'université de Bangui : un parfait inconnu hors du monde universitaire. Contre toute attente, c'est pourtant à cet homme sans appartenance politique ni passé militant que le président François Bozizé a fait appel pour prendre la tête du gouvernement. « Je ne m'y attendais pas du tout, confie-t-il, mais je considère cette nomination comme une mission : apporter ma contribution au développement de mon pays. » Le Premier ministre centrafricain nous a rendu visite le 12 juin. Calme, élégant et discret, il nous a confié tout le bien qu'il pense de Jeune Afrique, « un journal qui rend d'énormes services au continent grâce à la qualité de ses informations ».

S'il rechigne à parler de lui en termes ethniques, Touadéra concède qu'il est issu d'une famille banguissoise originaire de Damara, à 75 km au nord de la capitale. Fils d'un chauffeur et d'une cultivatrice, il manifeste très tôt un don pour les mathématiques. Au terme d'un parcours qui le conduit de l'université de Bangui à celles d'Abidjan, Lille et Yaoundé, il obtient un doctorat d'État en mathématiques pures. Membre de l'Association nationale des étudiants centrafricains, il se souvient avoir contribué, parmi beaucoup d'autres, bien sûr, à la chute de Bokassa Ier. Dès 1987, il entame une carrière d'enseignant à l'université de Bangui.
Son pays étant en proie à des flambées de violence récurrentes, Touadéra sait que de redoutables épreuves l'attendent. Il ne s'en effraie pas : « C'est une question de conviction, explique-t-il. En tant que mathématicien, ma vocation est de résoudre les problèmes. » Sa mission à la tête du gouvernement ? « Une traduction en actes de la politique et des orientations du chef de l'État. » En tandem.
A-t-il pour autant les mains libres ? « Dans le cas contraire, je n'aurais pas accepté », jure-t-il. Parmi les défis qu'il va devoir relever figurent de nombreux dossiers hérités des précédents gouvernements. Les arriérés de salaires, par exemple, qui courent sur plusieurs années. Pour apaiser le climat social, le Premier ministre privilégie le dialogue et s'efforce de convaincre les fonctionnaires des difficultés, bien réelles, du gouvernement. Mais son chantier le plus important reste la lutte contre la fraude, dont les conséquences sur le Trésor public sont à l'évidence désastreuses. Il ne croit pas que la corruption soit liée à l'extrême pauvreté des Centrafricains. « Le problème est ailleurs, dit-il. Il y a des pauvres pleins de dignité. » Sur l'arrestation du Congolais Jean-Pierre Bemba, Touadéra reste discret. Ses compatriotes ont accueilli la nouvelle comme « un besoin de justice », se borne-t-il à commenter.
Depuis qu'il est à la tête du gouvernement, ce père de famille dont l'épouse travaille dans un cabinet comptable se lève tôt et se couche tard. Mais il n'a pas encore touché le moindre salaire. Comme son prédécesseur, il continue de rouler dans une modeste Nissan Sunny japonaise.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Yar'Adua contre-attaque

Centrafrique

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre polonai[...]

Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages

Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Centrafrique : pourquoi les experts de l'ONU veulent sanctionner Michel Djotodia

Les experts des Nations unies sur la Centrafrique ont demandé au Conseil de sécurité de sanctionner une dizaine de personnalités dont l'ancien président Michel Djotodia. Tous verraient alors[...]

Centrafrique : François Toussaint, un mercenaire belge sans foi ni loi

Son nom ne vous dira rien. Né au Congo, François Toussaint est un mercenaire belge qui a fini par refaire surface à Bangui. Un parcours improbable qui lui a valu d'être épinglé par[...]

Centrafrique : une transition en panne, qui va à vau-l'eau

Didier Niewiadowski a été conseiller de coopération et d'action culturelle à l'Ambassade de France à Bangui (2008-2012). Depuis les Accords de Libreville du 11 janvier 2013, trois chefs de[...]

Centrafrique : rapporteurs sous pression

Nommée en janvier, la commission d'enquête des Nations unies sur les violations des droits de l'homme en République centrafricaine doit remettre son rapport final à la fin de ce mois ou au[...]

Centrafrique : Bozizé et les méchants

Le président centrafricain déchu François Bozizé s'estime toujours indispensable à la résolution de la crise dans son pays.[...]

Pacôme Pabandji remporte le prix Rory Peck des JRI pour sa couverture de la crise en Centrafrique

Pacôme Pabandji, journaliste centrafricain de 23 ans, a remporté mercredi  le prestigieux prix Rory Peck, une distinction reconnue dans le monde entier qui récompense chaque année les meilleurs[...]

Biens mal acquis : la Centrafrique dépose plainte à Paris contre Bozizé

La Centrafrique a porté plainte cette semaine à Paris contre François Bozizé, pour obtenir une enquête sur les biens qui auraient été acquis par l'ex-président et son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces