Extension Factory Builder
15/07/2008 à 12:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alors que la libération d'Ingrid Bétancourt vient de révéler combien les Farc sont affaiblies, le leader bolivarien tente d'accélérer un rapprochement avec le président colombien.

En froid depuis toujours, mais plus encore depuis que le président colombien a mis fin, en novembre dernier, à la médiation avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) qu'il avait confiée à son homologue vénézuélien en vue d'obtenir la libération des otages détenus par la guérilla, Álvaro Uribe et Hugo Chávez devaient reprendre contact le 11 juillet, lors d'une visite du premier à Caracas. Si les deux dirigeants expliquent ce rapprochement par la nécessité de renouer le dialogue sur les questions de sécurité frontalière et d'énergie, tout porte à croire aussi que la prise de distance de Chávez vis-à-vis des Farc y a largement contribué.
Début juin, lors de la 312e édition de son émission dominicale Aló Presidente, le leader bolivarien s'était en effet adressé à Alfonso Cano, le successeur de Manuel Marulanda à la tête de la guérilla, en ces termes : « C'en est assez de toute cette guerre, il est l'heure de s'asseoir pour parler de paix. Telle est notre volonté à nous, Vénézuéliens. […] C'est mon message pour toi, Cano : va, laisse tous ces gens partir. Il y a des vieux, des femmes, des malades. Je crois que cela suffit ! La guérilla, c'est de l'histoire ancienne. Aujourd'hui, un mouvement de ce type n'a plus de sens en Amérique latine. Et vous, les Farc, devez savoir que votre combat sert d'excuse à l'empire [américain] pour nous menacer tous… »
Quelques semaines plus tard, le 7 juillet, Chávez va encore plus loin : il annonce à Patrick Duddy, l'ambassadeur américain à Caracas, que son gouvernement souhaite reprendre au plus vite sa coopération avec Washington en matière de lutte contre le trafic de drogue dans la région… alors qu'il l'avait lui-même interrompue en 2006.
En clair, le chef de l'État vénézuélien demande non seulement à la guérilla de se saborder en tant que mouvement armé, mais tente aussi se dédouaner de toute compromission avec elle auprès des Occidentaux. Un tel virage est d'autant plus étonnant que, le 11 janvier, Hugo Chávez déclarait encore à la tribune de l'Assemblée nationale vénézuélienne que les Farc ainsi que l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) étaient « des forces insurgées ayant un projet politique bolivarien respecté au Venezuela » et que la communauté internationale devait les supprimer de sa liste des organisations terroristes…
Plusieurs explications sont possibles à cette volte-face. Pour Jacques Thomet, ancien directeur de l'Agence France-Presse (AFP) à Bogotá et observateur attentif de la réalité colombienne, « si le président vénézuélien a opéré cette étonnante mutation, c'est parce que les 1 700 fichiers saisis dans l'ordinateur de Raúl Reyes, l'ancien numéro deux de la guérilla éliminé le 1er mars, prouvent sa complicité active avec les Farc, via des aides en argent et en armes. […] En cherchant à leur tordre le bras pour qu'elles se rendent, […] Chávez veut montrer au monde qu'il a cessé de les appuyer, au cas où ses chefs seraient traduits un jour devant le Tribunal pénal international. »

Éviter une bérézina électorale
Tout porte à croire en outre que Chávez cherche à préparer plus sereinement les importantes élections régionales et municipales qui se profilent au Venezuela au mois de novembre. Selon plusieurs experts, en effet, sa première défaite électorale, lors du référendum constitutionnel de décembre dernier, serait liée, en partie au moins, à son soutien affiché à la guérilla, largement incompris dans son pays. En agissant ainsi, il voudrait donc éviter une nouvelle bérézina, ayant par ailleurs remarqué que son voisin Álvaro Uribe, seul président de droite dans une Amérique du Sud dirigée par des leaders de gauche, continue de bénéficier d'une cote de popularité au beau fixe grâce au rejet populaire de la violence des Farc, qu'il a toujours promis de combattre…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Faites vos Jeux

Article précédent :
Vivement les vacances !

International

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire ![...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Présentation[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces