Extension Factory Builder
15/07/2008 à 12:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alors que la libération d'Ingrid Bétancourt vient de révéler combien les Farc sont affaiblies, le leader bolivarien tente d'accélérer un rapprochement avec le président colombien.

En froid depuis toujours, mais plus encore depuis que le président colombien a mis fin, en novembre dernier, à la médiation avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) qu'il avait confiée à son homologue vénézuélien en vue d'obtenir la libération des otages détenus par la guérilla, Álvaro Uribe et Hugo Chávez devaient reprendre contact le 11 juillet, lors d'une visite du premier à Caracas. Si les deux dirigeants expliquent ce rapprochement par la nécessité de renouer le dialogue sur les questions de sécurité frontalière et d'énergie, tout porte à croire aussi que la prise de distance de Chávez vis-à-vis des Farc y a largement contribué.
Début juin, lors de la 312e édition de son émission dominicale Aló Presidente, le leader bolivarien s'était en effet adressé à Alfonso Cano, le successeur de Manuel Marulanda à la tête de la guérilla, en ces termes : « C'en est assez de toute cette guerre, il est l'heure de s'asseoir pour parler de paix. Telle est notre volonté à nous, Vénézuéliens. […] C'est mon message pour toi, Cano : va, laisse tous ces gens partir. Il y a des vieux, des femmes, des malades. Je crois que cela suffit ! La guérilla, c'est de l'histoire ancienne. Aujourd'hui, un mouvement de ce type n'a plus de sens en Amérique latine. Et vous, les Farc, devez savoir que votre combat sert d'excuse à l'empire [américain] pour nous menacer tous… »
Quelques semaines plus tard, le 7 juillet, Chávez va encore plus loin : il annonce à Patrick Duddy, l'ambassadeur américain à Caracas, que son gouvernement souhaite reprendre au plus vite sa coopération avec Washington en matière de lutte contre le trafic de drogue dans la région… alors qu'il l'avait lui-même interrompue en 2006.
En clair, le chef de l'État vénézuélien demande non seulement à la guérilla de se saborder en tant que mouvement armé, mais tente aussi se dédouaner de toute compromission avec elle auprès des Occidentaux. Un tel virage est d'autant plus étonnant que, le 11 janvier, Hugo Chávez déclarait encore à la tribune de l'Assemblée nationale vénézuélienne que les Farc ainsi que l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) étaient « des forces insurgées ayant un projet politique bolivarien respecté au Venezuela » et que la communauté internationale devait les supprimer de sa liste des organisations terroristes…
Plusieurs explications sont possibles à cette volte-face. Pour Jacques Thomet, ancien directeur de l'Agence France-Presse (AFP) à Bogotá et observateur attentif de la réalité colombienne, « si le président vénézuélien a opéré cette étonnante mutation, c'est parce que les 1 700 fichiers saisis dans l'ordinateur de Raúl Reyes, l'ancien numéro deux de la guérilla éliminé le 1er mars, prouvent sa complicité active avec les Farc, via des aides en argent et en armes. […] En cherchant à leur tordre le bras pour qu'elles se rendent, […] Chávez veut montrer au monde qu'il a cessé de les appuyer, au cas où ses chefs seraient traduits un jour devant le Tribunal pénal international. »

Éviter une bérézina électorale
Tout porte à croire en outre que Chávez cherche à préparer plus sereinement les importantes élections régionales et municipales qui se profilent au Venezuela au mois de novembre. Selon plusieurs experts, en effet, sa première défaite électorale, lors du référendum constitutionnel de décembre dernier, serait liée, en partie au moins, à son soutien affiché à la guérilla, largement incompris dans son pays. En agissant ainsi, il voudrait donc éviter une nouvelle bérézina, ayant par ailleurs remarqué que son voisin Álvaro Uribe, seul président de droite dans une Amérique du Sud dirigée par des leaders de gauche, continue de bénéficier d'une cote de popularité au beau fixe grâce au rejet populaire de la violence des Farc, qu'il a toujours promis de combattre…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Faites vos Jeux

Article précédent :
Vivement les vacances !

International

Chine : bébés en boîte

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces