Extension Factory Builder
13/12/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le continent compte pas moins de deux mille langues. Un ouvrage signé par les meilleurs spécialistes fait un tour complet de la question.

On dénombre environ 7 000 langues dans le monde. L'Asie en compte plus de 2 100, mais sa population est de 3,6 milliards d'habitants. L'Afrique, avec près de 2 000 langues pour moins de 800 millions d'habitants, connaît la plus grande diversité en la matière : affichant une population voisine, les Amériques ne totalisent que 1 000 langues, tandis que l'Europe (730 millions d'habitants) n'en a que 225.
C'est dire l'étendue du champ de recherche offert aux spécialistes des langues africaines. On peut s'en faire une idée en parcourant la somme récemment parue aux éditions Karthala. Dans cet ouvrage débordant d'érudition, dont la version originale en anglais a été publiée par Cambridge University Press, le lecteur non initié découvrira les concepts de base et la terminologie spécifique. Il aura du mal à suivre les développements relatifs à la linguistique théorique (phonologie, morphologie, syntaxe), mais pourra se rattraper avec les chapitres traitant des relations entre langue, histoire et société.
Traditionnellement, pour distinguer une langue d'un dialecte, on définit la première par la combinaison de plusieurs traits : elle doit avoir un statut national ; être écrite ; constituer la forme standardisée d'un certain nombre de parlers ; ne pas être intelligible par les locuteurs d'autres « langues » ; avoir un assez grand nombre de locuteurs natifs. En Afrique, la plupart du temps, une telle définition n'est pas opérationnelle. Dans bien des cas, ce que l'on considère comme des langues, voire comme des variétés d'une même langue, ne sont pas mutuellement compréhensibles au sein d'une famille linguistique. En général, on trouve une chaîne de variétés similaires dans laquelle les locuteurs de la variété A comprennent ceux de la variété B voisine, qui à leur tour comprennent ceux de la variété C, etc.
Quoi qu'il en soit, les linguistes sont tous d'accord pour répartir les 2 000 langues africaines en quatre superfamilles (ou phylums) : Niger-Congo, qui en regroupe 1 436 (y compris les 500 de la famille bantoue), Afroasiatique (371), Nilo-Saharienne (196) et Khoisan, au sud du continent (35).
Tandis que certains pays, notamment en Afrique du Nord, où l'arabe domine largement, abritent un nombre restreint de langues, d'autres sont le foyer d'un nombre étonnant de communautés linguistiques. C'est le cas en particulier du Nigeria, qui en regroupe quelque 500, et du Cameroun (300). Mais la situation de ces deux pays présente une différence de taille. L'émiettement linguistique au Cameroun a favorisé l'essor de langues étrangères, le français ainsi que, dans une moindre mesure, l'anglais, introduites par les anciens colonisateurs. Le Nigeria utilise largement l'anglais, mais il possède aussi les deux langues subsahariennes comptant le plus grand nombre de locuteurs : le haoussa, parlé par près de 25 millions de personnes (y compris une bonne partie des habitants du Niger), et le yorouba, par 20 millions.
La très grande majorité des 2 000 langues recensées n'est parlée qu'à l'intérieur d'un même groupe. Certaines, cependant, se sont dégagées du lot pour servir à la communication inter-groupes. Parmi les plus connues de ces langues « véhiculaires (ou lingae francae), l'amharique en Éthiopie, le swahili en Afrique de l'Est, le sango en Afrique centrale, le haoussa, le manding, le moré, le songhaï dans de vastes régions de l'Ouest africain. Pour ajouter à la complexité du tableau, il faut mentionner les pidgins et les créoles issus des langues européennes.
On le disait : les spécialistes de la linguistique africaine ont de quoi s'occuper...

Les Langues africaines, sous la direction de Bernd Heine et Derek Nurse (édition française sous la dir. d'Henry Tourneux et Jeanne Zerner), Karthala, 468 pp., 29 euros.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Burkina Faso : le paludisme a encore tué plus de 7600 personnes en 2013

Burkina Faso : le paludisme a encore tué plus de 7600 personnes en 2013

Le paludisme a moins tué au Burkina l'an dernier que l'année précédente mais y a encore fait quelque 7 600 morts sur près de sept millions de cas enregistrés, a indiqué jeudi le[...]

RDC : bilan toujours incertain dans l'accident de train au Katanga

Selon le bilan définitif officiel publié jeudi soir par le gouvernement congolais, 48 personnes ont été tuées et 160 autres blessées dans l'accident de train qui s'est produit en dé[...]

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces