Extension Factory Builder
13/05/2008 à 12:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Des Rolling Stones à Bob Dylan et, aujourd'hui, à Papa Wendo, jamais autant de films n'avaient été consacrés à des chanteurs ou à des groupes.

C'est à un véritable raz-de-marée de films sur des musiciens qu'on assiste ces derniers temps. Certes, musique et cinéma ont toujours fait bon ménage ; déjà, à l'époque du muet, pour accompagner des histoires ou inspirer des scénarios. Mais jamais autant de films n'avaient été consacrés à des chanteurs, des groupes ou des instrumentistes, qu'il s'agisse de raconter leur vie ou de célébrer leur art.
Certes, pour en rester aux dernières décennies, on se souvient des excellents longs métrages consacrés à des vedettes du rock'n'roll (à commencer par le fondateur du genre, Bill Haley, révélé par la musique composée pour Graine de violence de Richard Brooks), des musiciens de jazz (d'excellents films sur Thelonious Monk, Chet Baker, Charlie Parker ou Billie Holiday) et des chanteurs ou compositeurs (Cole Porter, les Beatles, etc.). Mais, depuis quelques années, le flot est continu. Nous ne citerons donc que quelques exemples.

Après Godard, Scorsese
Le dernier apparu sur les écrans, Shine a Light, réalisé avec virtuosité par Martin Scorsese, restitue, à l'aide de quatorze caméras - excusez du peu - un concert des Rolling Stones en 2006 à New York. Entrecoupé de petites séquences construites avec des images d'archives, ce film annonce un autre projet documentaire plus complet, cette fois sur le parcours du groupe de Mick Jagger et Keith Richards, prévu pour l'été 2009. Il succède, un quart de siècle plus tard, à un autre enregistrement d'un concert des Stones par Jean-Luc Godard, Sympathy for the Devil (1968).
Dans le style mise en images d'un concert, le plasticien et cinéaste Julian Schnabel proposait aussi, il y a peu, un superbe Berlin, du nom d'une oeuvre « maudite » de Lou Reed sortie il y a trente ans, qu'il a fait rejouer et chanter avec une énergie incroyable par l'ex-membre vedette du Velvet Underground, le groupe lancé dans les années 1970 par Andy Warhol.

Façon hollywoodienne
La plupart des films sortis récemment sont cependant à vocation biographique. Nul n'ignore le succès planétaire de La Môme, qui a valu cette année un oscar à l'actrice française Marion Cotillard pour son interprétation de Piaf. L'année précédente, c'était Ray Charles, dont la carrière avait été reconstituée à l'écran de façon très hollywoodienne dans Ray, qui avait triomphé.
L'immense Bob Dylan, pour sa part, a eu droit à un traitement nettement plus original avec le I'm not there de Todd Haynes. Tout comme Patti Smith, tout récemment, avec Dream of Life, plus centré sur la personnalité et les talents multiples de la chanteuse que sur sa carrière proprement dite. Quant aux deux films sur les écrans depuis quelques semaines avec pour tête d'affiche John Lennon, ils font passer carrément au second plan l'ex-Beatles au profit de l'activiste politique (Les USA contre John Lennon) ou du « martyr » (Chapitre 27 raconte les derniers jours du compagnon de Yoko Ono avant son assassinat en décembre 1980).
Les musiciens africains ont profité eux aussi de cet engouement. Parmi d'autres, les Maliens Ali Farka Touré - le guitariste-cultivateur prodige décédé en mars 2006 - et Boubacar Traoré - le célèbre bluesman des temps de l'indépendance, alors connu sous le nom de « Karkar » - ont eu droit tous deux à leur biopic (« film biographique ») il y a trois ou quatre ans. Tout comme, peu auparavant, le groupe malgache des Mahaleo. Youssou N'Dour (voir J.A. n° 2464-2465) était pour sa part la vedette de Retour à Gorée le mois dernier.
Aujourd'hui, c'est au tour du créateur de la rumba zaïroise Antoine Kolosoy, dit Papa Wendo, d'occuper le centre de l'écran. Un peu à la manière du Buena Vista Social Club de Wim Wenders pour la musique cubaine et ses papys, On the Rumba River (sortie à Paris le 14 mai) raconte l'existence extraordinaire de ce véritable monument de la musique zaïroise, ancien ami intime de Lumumba aujourd'hui âgé de 80 ans, ainsi que celle de ses musiciens à l'occasion d'un dernier come-back enregistré par la caméra du réalisateur. Un long métrage poignant et passionnant, qui dessine autant le portrait du musicien et de sa formation, à l'œuvre depuis 1948, que celui, tragique, du Congo de l'avant et de l'après-indépendance.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces