Extension Factory Builder
11/09/2006 à 15:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À la tête de l'antenne du patronat en Seine-Saint-Denis, il milite activement en faveur du recrutement des jeunes issus de l'immigration.

Yazid Chir, 41 ans, PDG de Néoclès, est un self-made man. À la tête d'une Société de services en ingénierie informatique (SSII) florissante, ce Français d'origine algérienne est également le représentant des chefs d'entreprise des treize villes de son département, la Seine-Saint-Denis (le fameux « 9-3 »), au nord de Paris. Un parcours aux allures de success-story.
Avec simplicité et sans misérabilisme, il raconte comment sa famille a quitté l'Algérie en 1963. Comment il a grandi à Saint-Ouen. Et comment son père, chauffeur de taxi, et sa mère, garde d'enfants, l'ont poussé à réussir. « Ils nous ont toujours incités à faire un moteur de ce “petit handicap” que pouvaient être nos origines. » Un conseil dont il fera son credo. Après un BTS de micromécanique en 1984 et un bref passage dans l'industrie automobile, puis dans l'enseignement, il rejoint une grande entreprise d'aéronautique en tant que directeur commercial. Passionné de technologies de l'information, il se forme tout seul à la micro-informatique. Sa carrière prend un tournant en 1989 lorsqu'il quitte l'aéronautique et devient directeur commercial dans une société de services. C'est là qu'il rencontre ses deux futurs associés, avec lesquels il créera sa propre entreprise quelques années plus tard. À l'origine, une idée de génie : « À l'époque émergeait aux États-Unis une nouvelle technologie dite Citrix, qui permettait de recentraliser les systèmes d'information, ce qui présentait plusieurs avantages, dont la mobilité et la sécurité. Nous étions persuadés de l'avenir d'une telle technologie et voulions absolument l'importer en France. Mais pour cela, il nous fallait créer notre propre boîte. »
C'est ce qu'il fera en 1998, dans sa ville, à Saint-Ouen, en créant Néoclès, une SSII spécialisée dans la mise en place d'infrastructures « Client Léger ». Des débuts modestes mais un développement fulgurant : « Nous avons commencé à trois dans 200 mètres carrés parce qu'on ne voulait pas nous louer une surface plus petite… Finalement, c'était plutôt une bonne chose puisque notre effectif est aujourd'hui de 120 personnes, et nous comptons en engager une trentaine d'autres en 2006. » Avec 16 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'année 2005 a été particulièrement bonne. C'est d'ailleurs cette même année que la société a remporté le Prix de l'innovation France Télécom dans la catégorie Performance et excellence opérationnelle. Et c'est toujours en 2005 que Yazid Chir a été nommé à la tête du Medef nord-francilien « 93-Ouest », antenne départementale du patronat français.
Dès lors, Yazid n'aura de cesse que de sensibiliser ses homologues régionaux et nationaux aux problématiques de discrimination à l'embauche auxquelles sont particulièrement exposés ceux qu'on appelle « les jeunes de banlieues ». « Moi-même, quand j'envoyais des candidatures, je prenais soin de masquer mon prénom pour passer entre les mailles du filet. Une fois l'entretien décroché, c'était à moi de jouer ! » Pour que les jeunes diplômés de son département puissent à leur tour passer entre les mailles du filet, il a mis en place l'opération « Nos quartiers ont du talent ». C'était en novembre 2005, en pleine crise des banlieues. Une coïncidence puisque l'idée avait germé quatre ans auparavant et que cela faisait près d'un an qu'il œuvrait à sa concrétisation.
Contre les quotas, mais pour la reconnaissance des compétences, Yazid Chir comptait beaucoup sur la mobilisation des uns et des autres pour assurer le succès de l'opération. Ses espoirs n'ont pas été déçus : le jour J, 200 jeunes diplômés de 2e et 3e cycles ont pu ainsi présenter leur candidature aux 80 entreprises qui avaient répondu à l'appel. Une opportunité de taille dans un département où, selon une étude, les hauts diplômés ont cinq fois moins de chance qu'ailleurs de se retrouver face à un recruteur. Selon le PDG de Néoclès, les causes sont multiples : « Habiter dans le 9-3 est un frein. Vivre dans un quartier difficile en est un deuxième. Et lorsqu'on a un nom à consonance étrangère, c'est presque fatal. » Six mois après l'opération, le premier bilan est plus que satisfaisant. Sur les 170 jeunes qui ont bien voulu rendre compte de leur expérience, 120 ont passé au moins un entretien avec l'employeur, 56 ont décroché un emploi et 50 sont toujours en phase de recrutement. Une opération qui sera reconduite en octobre prochain à plus grande échelle avec 5 000 diplômés, et qui sera reproduite par d'autres antennes du Medef partout en France.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Dieu vous le rendra

Article précédent :
Vous avez dit « légères » ?

AUTRES

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

À l'issue du premier Conseil des ministres de son gouvernement, le lieutenant-colonel Isaac Zida a promis lundi de mener de nombreuses réformes et a désigné une cible : la corruption.[...]

Égypte - France : le climat se réchauffe

L'Égypte est résolue à améliorer ses relations avec la France (Abdel Fattah al-Sissi devait se rendre les 25 et 26 novembre à Paris pour s'entretenir avec François Hollande [...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra l'[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son poi[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires frondeur[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable ic&ocir[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose questi[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut [...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers