Extension Factory Builder
11/09/2006 à 15:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À la tête de l'antenne du patronat en Seine-Saint-Denis, il milite activement en faveur du recrutement des jeunes issus de l'immigration.

Yazid Chir, 41 ans, PDG de Néoclès, est un self-made man. À la tête d'une Société de services en ingénierie informatique (SSII) florissante, ce Français d'origine algérienne est également le représentant des chefs d'entreprise des treize villes de son département, la Seine-Saint-Denis (le fameux « 9-3 »), au nord de Paris. Un parcours aux allures de success-story.
Avec simplicité et sans misérabilisme, il raconte comment sa famille a quitté l'Algérie en 1963. Comment il a grandi à Saint-Ouen. Et comment son père, chauffeur de taxi, et sa mère, garde d'enfants, l'ont poussé à réussir. « Ils nous ont toujours incités à faire un moteur de ce “petit handicap” que pouvaient être nos origines. » Un conseil dont il fera son credo. Après un BTS de micromécanique en 1984 et un bref passage dans l'industrie automobile, puis dans l'enseignement, il rejoint une grande entreprise d'aéronautique en tant que directeur commercial. Passionné de technologies de l'information, il se forme tout seul à la micro-informatique. Sa carrière prend un tournant en 1989 lorsqu'il quitte l'aéronautique et devient directeur commercial dans une société de services. C'est là qu'il rencontre ses deux futurs associés, avec lesquels il créera sa propre entreprise quelques années plus tard. À l'origine, une idée de génie : « À l'époque émergeait aux États-Unis une nouvelle technologie dite Citrix, qui permettait de recentraliser les systèmes d'information, ce qui présentait plusieurs avantages, dont la mobilité et la sécurité. Nous étions persuadés de l'avenir d'une telle technologie et voulions absolument l'importer en France. Mais pour cela, il nous fallait créer notre propre boîte. »
C'est ce qu'il fera en 1998, dans sa ville, à Saint-Ouen, en créant Néoclès, une SSII spécialisée dans la mise en place d'infrastructures « Client Léger ». Des débuts modestes mais un développement fulgurant : « Nous avons commencé à trois dans 200 mètres carrés parce qu'on ne voulait pas nous louer une surface plus petite… Finalement, c'était plutôt une bonne chose puisque notre effectif est aujourd'hui de 120 personnes, et nous comptons en engager une trentaine d'autres en 2006. » Avec 16 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'année 2005 a été particulièrement bonne. C'est d'ailleurs cette même année que la société a remporté le Prix de l'innovation France Télécom dans la catégorie Performance et excellence opérationnelle. Et c'est toujours en 2005 que Yazid Chir a été nommé à la tête du Medef nord-francilien « 93-Ouest », antenne départementale du patronat français.
Dès lors, Yazid n'aura de cesse que de sensibiliser ses homologues régionaux et nationaux aux problématiques de discrimination à l'embauche auxquelles sont particulièrement exposés ceux qu'on appelle « les jeunes de banlieues ». « Moi-même, quand j'envoyais des candidatures, je prenais soin de masquer mon prénom pour passer entre les mailles du filet. Une fois l'entretien décroché, c'était à moi de jouer ! » Pour que les jeunes diplômés de son département puissent à leur tour passer entre les mailles du filet, il a mis en place l'opération « Nos quartiers ont du talent ». C'était en novembre 2005, en pleine crise des banlieues. Une coïncidence puisque l'idée avait germé quatre ans auparavant et que cela faisait près d'un an qu'il œuvrait à sa concrétisation.
Contre les quotas, mais pour la reconnaissance des compétences, Yazid Chir comptait beaucoup sur la mobilisation des uns et des autres pour assurer le succès de l'opération. Ses espoirs n'ont pas été déçus : le jour J, 200 jeunes diplômés de 2e et 3e cycles ont pu ainsi présenter leur candidature aux 80 entreprises qui avaient répondu à l'appel. Une opportunité de taille dans un département où, selon une étude, les hauts diplômés ont cinq fois moins de chance qu'ailleurs de se retrouver face à un recruteur. Selon le PDG de Néoclès, les causes sont multiples : « Habiter dans le 9-3 est un frein. Vivre dans un quartier difficile en est un deuxième. Et lorsqu'on a un nom à consonance étrangère, c'est presque fatal. » Six mois après l'opération, le premier bilan est plus que satisfaisant. Sur les 170 jeunes qui ont bien voulu rendre compte de leur expérience, 120 ont passé au moins un entretien avec l'employeur, 56 ont décroché un emploi et 50 sont toujours en phase de recrutement. Une opération qui sera reconduite en octobre prochain à plus grande échelle avec 5 000 diplômés, et qui sera reproduite par d'autres antennes du Medef partout en France.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Dieu vous le rendra

Article pr�c�dent :
Vous avez dit « légères » ?

AUTRES

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu[...]

Israël : Bibi-sitter et le hipster

À l'approche des législatives, les candidats rivaux multiplient les clips de campagne. Et, pour séduire les électeurs, ils sont prêts à tout ![...]

RDC : l'opposition exige un nouveau calendrier électoral

Des élus de l'opposition congolaise ont déposé mardi à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de la République démocratique du Congo une proposition de calend[...]

RDC - Rwanda : "Rumeurs du lac", ou quand les eaux du Kivu se racontent

Dans un documentaire de 52 minutes dont la diffusion en avant-première est prévue le 10 mars en Belgique, la journaliste congolaise Wendy Bashi interroge le lac Kivu, témoin séculaire de la situation s&[...]

Algérie : Bouteflika et les femmes

Célibataire endurci, le chef de l'État fait presque figure d'exception en Afrique et dans le monde arabe. De quoi alimenter depuis toujours rumeurs et fantasmes. Cette enquête est parue dans Jeune Afriq[...]

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine Forbes a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en 2014), dont[...]

Hommage : Éric Rouleau, témoin engagé

Décédé le 25 février, Éric Rouleau, journaliste spécialiste du Proche-Orient, collabora au "Monde" et à "Jeune Afrique". Il fut aussi ambassadeur de Fra[...]

Centrafrique : Sant'Egidio s'implique dans la résolution de la crise

Quatre anciens Premiers ministres et plusieurs futurs candidats à l'élection présidentielle en Centrafrique ont lancé vendredi à Rome un appel au peuple centrafricain et à la communaut&e[...]

Jean-Louis Borloo présente un plan de 200 milliards d'euros pour l'électrification de l'Afrique

 L'ancien ministre français Jean-Louis Borloo a présenté ce mardi en présence du président François Hollande son plan pour l'électrification de l'Afrique, qui nécessiter[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

"My Fairy Tales" : Nneka, à foi haute

Habitée, la chanteuse nigériane Nneka sort un cinquième album aux accents mystiques qui entend servir de caisse de résonance aux souffrances de la diaspora africaine.[...]

Côte d'Ivoire : 10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Le parquet général a requis mardi une peine de 10 ans de prison contre l'ancienne Première dame ivoirienne Simone Gbagbo.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN10096yazidudsnor0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN10096yazidudsnor0 from 172.16.0.100