Extension Factory Builder
11/09/2006 à 15:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À la tête de l'antenne du patronat en Seine-Saint-Denis, il milite activement en faveur du recrutement des jeunes issus de l'immigration.

Yazid Chir, 41 ans, PDG de Néoclès, est un self-made man. À la tête d'une Société de services en ingénierie informatique (SSII) florissante, ce Français d'origine algérienne est également le représentant des chefs d'entreprise des treize villes de son département, la Seine-Saint-Denis (le fameux « 9-3 »), au nord de Paris. Un parcours aux allures de success-story.
Avec simplicité et sans misérabilisme, il raconte comment sa famille a quitté l'Algérie en 1963. Comment il a grandi à Saint-Ouen. Et comment son père, chauffeur de taxi, et sa mère, garde d'enfants, l'ont poussé à réussir. « Ils nous ont toujours incités à faire un moteur de ce “petit handicap” que pouvaient être nos origines. » Un conseil dont il fera son credo. Après un BTS de micromécanique en 1984 et un bref passage dans l'industrie automobile, puis dans l'enseignement, il rejoint une grande entreprise d'aéronautique en tant que directeur commercial. Passionné de technologies de l'information, il se forme tout seul à la micro-informatique. Sa carrière prend un tournant en 1989 lorsqu'il quitte l'aéronautique et devient directeur commercial dans une société de services. C'est là qu'il rencontre ses deux futurs associés, avec lesquels il créera sa propre entreprise quelques années plus tard. À l'origine, une idée de génie : « À l'époque émergeait aux États-Unis une nouvelle technologie dite Citrix, qui permettait de recentraliser les systèmes d'information, ce qui présentait plusieurs avantages, dont la mobilité et la sécurité. Nous étions persuadés de l'avenir d'une telle technologie et voulions absolument l'importer en France. Mais pour cela, il nous fallait créer notre propre boîte. »
C'est ce qu'il fera en 1998, dans sa ville, à Saint-Ouen, en créant Néoclès, une SSII spécialisée dans la mise en place d'infrastructures « Client Léger ». Des débuts modestes mais un développement fulgurant : « Nous avons commencé à trois dans 200 mètres carrés parce qu'on ne voulait pas nous louer une surface plus petite… Finalement, c'était plutôt une bonne chose puisque notre effectif est aujourd'hui de 120 personnes, et nous comptons en engager une trentaine d'autres en 2006. » Avec 16 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'année 2005 a été particulièrement bonne. C'est d'ailleurs cette même année que la société a remporté le Prix de l'innovation France Télécom dans la catégorie Performance et excellence opérationnelle. Et c'est toujours en 2005 que Yazid Chir a été nommé à la tête du Medef nord-francilien « 93-Ouest », antenne départementale du patronat français.
Dès lors, Yazid n'aura de cesse que de sensibiliser ses homologues régionaux et nationaux aux problématiques de discrimination à l'embauche auxquelles sont particulièrement exposés ceux qu'on appelle « les jeunes de banlieues ». « Moi-même, quand j'envoyais des candidatures, je prenais soin de masquer mon prénom pour passer entre les mailles du filet. Une fois l'entretien décroché, c'était à moi de jouer ! » Pour que les jeunes diplômés de son département puissent à leur tour passer entre les mailles du filet, il a mis en place l'opération « Nos quartiers ont du talent ». C'était en novembre 2005, en pleine crise des banlieues. Une coïncidence puisque l'idée avait germé quatre ans auparavant et que cela faisait près d'un an qu'il œuvrait à sa concrétisation.
Contre les quotas, mais pour la reconnaissance des compétences, Yazid Chir comptait beaucoup sur la mobilisation des uns et des autres pour assurer le succès de l'opération. Ses espoirs n'ont pas été déçus : le jour J, 200 jeunes diplômés de 2e et 3e cycles ont pu ainsi présenter leur candidature aux 80 entreprises qui avaient répondu à l'appel. Une opportunité de taille dans un département où, selon une étude, les hauts diplômés ont cinq fois moins de chance qu'ailleurs de se retrouver face à un recruteur. Selon le PDG de Néoclès, les causes sont multiples : « Habiter dans le 9-3 est un frein. Vivre dans un quartier difficile en est un deuxième. Et lorsqu'on a un nom à consonance étrangère, c'est presque fatal. » Six mois après l'opération, le premier bilan est plus que satisfaisant. Sur les 170 jeunes qui ont bien voulu rendre compte de leur expérience, 120 ont passé au moins un entretien avec l'employeur, 56 ont décroché un emploi et 50 sont toujours en phase de recrutement. Une opération qui sera reconduite en octobre prochain à plus grande échelle avec 5 000 diplômés, et qui sera reproduite par d'autres antennes du Medef partout en France.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Dieu vous le rendra

Article pr�c�dent :
Vous avez dit « légères » ?

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Burundi : au moins deux personnes tuées à Bujumbura à la suite d'une explosion de grenades

Les manifestations se sont poursuivies vendredi à Bujumbura. C'est l'un des rassemblements les plus importants depuis le début, le 26 avril, de la contestation populaire au Burundi. Et en début de soiré[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de Ménak[...]

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

Côte d'Ivoire : Pascal Affi N'Guessan désigné candidat du FPI à la présidentielle

Le 4e congrès extraordinaire du Front populaire ivoirien (FPI) a entériné vendredi la candidature de Pascal Affi N'Guessan à la présidentielle d'octobre.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

Burkina : l'exhumation du corps supposé de Thomas Sankara débutera le 25 mai à Ouagadougou

Promises par les autorités de transition, les opérations d'exhumation des corps supposés de Thomas Sankara et de ses douze camarades assassinés le 15 octobre 1987 débuteront le lundi 25 mai au ci[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au p&eacut[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers