Extension Factory Builder
10/12/2007 à 11:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Me voici à Alger, étonnante capitale en pente, à l'occasion de la visite de Nicolas Sarkozy. Un voyage au Sud, toujours fort, émouvant, « bousculant ».
Il y a d'abord le pays lui-même, l'Algérie. Rude, comme rocailleuse, l'âme à vif. Blessée de tant de guerres. L'Algérie, fière, excessive, nationaliste, sans complexe, enthousiasmante et déprimante à la fois. L'Algérie, paradoxale, avec cet État devenu si riche et cette nation demeurée si pauvre.
Il y a, au-delà d'Alger, cette visite à Constantine, ville belle et triste à la fois. Il y a l'université de Mentouri, comme un reflet de l'algérianité d'aujourd'hui, orgueilleusement posée sur son rocher, conçue par le célèbre architecte Oscar Niemeyer (en 1971), aujourd'hui délabrée, fissurée, vieillie, et tout de même extraordinairement vivante avec ses 70 000 étudiants. On croise ces jeunes femmes nombreuses, souriantes mais dont l'immense majorité porte le voile. On toise ces garçons un brin provocateurs, visiblement tenaillés par les questions d'identité et de foi, railleurs de cette France à leurs yeux si méprisante. Et pourtant, beaucoup rêvent du visa, du voyage qui les éloignerait de diplômes inutiles, ou presque. Il y a cette marche dans Constantine et cette absence stupéfiante de commerces, de publicités, de boutiques, de supérettes, d'entreprises, d'une vie économique privée, et cette sensation, que, du coup, tout est possible, tout est à faire, que les meilleures années sont devant soi.
Il y a cette Algérie que l'on sent lentement émergente, le regard tourné vers demain, et cette Algérie en colère, tenaillée par son passé, obsédée par ses fantômes. Au Sud, le colonialisme, l'asservissement, l'exploitation sont restés comme des blessures à l'âme qui transcendent le temps, se transmettent des grands-pères aux pères et aux petits-fils. Un traumatisme collectif profond qui définit l'identité commune. La France et les « Blancs » d'une manière générale ne comprennent pas ou font semblant de ne pas comprendre. Pour eux, l'empire colonial, c'est de l'histoire lointaine. Consternant alors, que cette exigence algérienne se brouille par l'inacceptable violence des commentaires de certains, par les attaques personnelles et l'antisémitisme écœurant d'autres.
Au-dessus de ce volcan à peine endormi, il y a Abdelaziz Bouteflika, président que l'on dit vieux, silhouette fragile au regard bleu, et qui pourtant semble contrôler de sa main toute la démesure et la violence possible de sa nation.
Il y a Nicolas Sarkozy, enfin. Un personnage, vraiment, en le regardant de près. Énergique, nerveux, « à fond », sûr de ses certitudes, décomplexé, ambitieux, colérique ou chaleureux, agressif ou séducteur, ou tout en même temps. Entouré d'une cohorte de conseillers dévoués corps et âme, et de ministres silencieux. Les Algériens ne l'aiment pas. Mais voilà un président qui, dans son genre, en aura dit plus sur la culpabilité du système colonial que tous ses prédécesseurs réunis. Et qui aura fait beaucoup plus que les autres pour relancer la relation franco-algérienne. Et dont l'idée d'une Union méditerranéenne, bien que fortement improbable, porte la marque d'une certaine audace.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
En baisse

Article pr�c�dent :
Vers la fin du tout-pétrole ?

AUTRES

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar Asharia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus tô[...]

Edgar Lungu, candidat du pouvoir, remporte la présidentielle en Zambie

Le candidat du pouvoir en Zambie, le ministre de la Défense Edgar Lungu, a remporté l'élection présidentielle, a annoncé samedi la commission électorale.[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la derni&[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de m[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Nigeria : Boko Haram tue 15 villageois dans le nord-est

Des combattants du groupe islamiste armé Boko Haram ont abattu vendredi 15 personnes dans un village proche de leur fief historique de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris samedi auprès d'un t&eac[...]

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Ebola : plus que cinq cas confirmés au Liberia

Le Liberia a annoncé samedi qu'il ne restait que cinq cas confirmés d'Ebola dans le pays, où des milliers de personnes ont péri de l'épidémie de fièvre hémorragique qui sem[...]

France : presque autant d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier que pour toute l'année 2014

Avec 128 faits recensés en deux semaines, les actes antimusulmans sont presque aussi nombreux depuis l'attentat contre Charlie Hebdo que pour toute l'année 2014.[...]

Présidentielle en Zambie : le candidat du pouvoir légèrement en tête

Le candidat du pouvoir à la présidentielle en Zambie, Edgar Lungu, mène d'une courte tête après le dépouillement des bulletins dans 80% des circonscriptions du pays, mais son principal op[...]

Répression en RDC : le président de l'Assemblée reconnaît un "dérapage"

Le président de l'Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC) a reconnu samedi sur Twitter un "dérapage" lorsque la police a tiré à "balles r&eacu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN09127scnessennei0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN09127scnessennei0 from 172.16.0.100