Extension Factory Builder
10/12/2007 à 11:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Me voici à Alger, étonnante capitale en pente, à l'occasion de la visite de Nicolas Sarkozy. Un voyage au Sud, toujours fort, émouvant, « bousculant ».
Il y a d'abord le pays lui-même, l'Algérie. Rude, comme rocailleuse, l'âme à vif. Blessée de tant de guerres. L'Algérie, fière, excessive, nationaliste, sans complexe, enthousiasmante et déprimante à la fois. L'Algérie, paradoxale, avec cet État devenu si riche et cette nation demeurée si pauvre.
Il y a, au-delà d'Alger, cette visite à Constantine, ville belle et triste à la fois. Il y a l'université de Mentouri, comme un reflet de l'algérianité d'aujourd'hui, orgueilleusement posée sur son rocher, conçue par le célèbre architecte Oscar Niemeyer (en 1971), aujourd'hui délabrée, fissurée, vieillie, et tout de même extraordinairement vivante avec ses 70 000 étudiants. On croise ces jeunes femmes nombreuses, souriantes mais dont l'immense majorité porte le voile. On toise ces garçons un brin provocateurs, visiblement tenaillés par les questions d'identité et de foi, railleurs de cette France à leurs yeux si méprisante. Et pourtant, beaucoup rêvent du visa, du voyage qui les éloignerait de diplômes inutiles, ou presque. Il y a cette marche dans Constantine et cette absence stupéfiante de commerces, de publicités, de boutiques, de supérettes, d'entreprises, d'une vie économique privée, et cette sensation, que, du coup, tout est possible, tout est à faire, que les meilleures années sont devant soi.
Il y a cette Algérie que l'on sent lentement émergente, le regard tourné vers demain, et cette Algérie en colère, tenaillée par son passé, obsédée par ses fantômes. Au Sud, le colonialisme, l'asservissement, l'exploitation sont restés comme des blessures à l'âme qui transcendent le temps, se transmettent des grands-pères aux pères et aux petits-fils. Un traumatisme collectif profond qui définit l'identité commune. La France et les « Blancs » d'une manière générale ne comprennent pas ou font semblant de ne pas comprendre. Pour eux, l'empire colonial, c'est de l'histoire lointaine. Consternant alors, que cette exigence algérienne se brouille par l'inacceptable violence des commentaires de certains, par les attaques personnelles et l'antisémitisme écœurant d'autres.
Au-dessus de ce volcan à peine endormi, il y a Abdelaziz Bouteflika, président que l'on dit vieux, silhouette fragile au regard bleu, et qui pourtant semble contrôler de sa main toute la démesure et la violence possible de sa nation.
Il y a Nicolas Sarkozy, enfin. Un personnage, vraiment, en le regardant de près. Énergique, nerveux, « à fond », sûr de ses certitudes, décomplexé, ambitieux, colérique ou chaleureux, agressif ou séducteur, ou tout en même temps. Entouré d'une cohorte de conseillers dévoués corps et âme, et de ministres silencieux. Les Algériens ne l'aiment pas. Mais voilà un président qui, dans son genre, en aura dit plus sur la culpabilité du système colonial que tous ses prédécesseurs réunis. Et qui aura fait beaucoup plus que les autres pour relancer la relation franco-algérienne. Et dont l'idée d'une Union méditerranéenne, bien que fortement improbable, porte la marque d'une certaine audace.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
En baisse

Article pr�c�dent :
Vers la fin du tout-pétrole ?

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Guinée : l'opposition exclut un dialogue sans modification du calendrier électoral

L'opposition guinéenne manifestera jusqu'à ce que le président Alpha Condé accepte une modification du calendrier électoral et l'organisation des scrutins locaux avant la présidentielle,[...]

Libye : au moins 21 morts dans des combats près de Tripoli

Au moins 21 personnes ont été tuées dans des combats près de Tripoli vendredi, ont indiqué des sources militaires, tandis que les délégations des deux parlements rivaux libyens n[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Les pays touchés par Ebola demandent un "Plan Marshall" de 8 milliards de dollars

Les trois pays les plus touchés par le virus Ebola (Guinée, Liberia et Sierra Leone) ont demandé vendredi depuis Washington un "Plan Marshall" s'élevant à huit milliards de dollars p[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

RDC : l'affaire Muyambo, arnaque ou manipulation politique ?

L'ex-bâtonnier du barreau de Lubumbashi Jean-Claude Muyambo est détenu depuis le 20 janvier à Kinshasa. La justice congolaise l'accuse d'avoir vendu un immeuble qui ne lui appartenait pas. L'intéress&e[...]

Burundi : 8 000 civils ont fui le pays en deux semaines, selon le HCR

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a révélé vendredi d’importants mouvements de populations du Burundi vers les pays voisins, notamment le Rwanda et la RDC. Pr&egra[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Burundi : ceux qui bougent à Buja

Qu'ils jouent avec le tissu ou les notes, ils ont la réussite au bout des doigts. Zoom sur deux jeunes créateurs de Bujumbura.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN09127scnessennei0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN09127scnessennei0 from 172.16.0.100