Extension Factory Builder
07/08/2006 à 14:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quand, le 19 mars 2000, Abdoulaye Wade l'emporte au second tour de la présidentielle contre le chef de l'État sortant, Abdou Diouf, cela fait plus d'un quart de siècle qu'il guerroie contre « l'État socialiste ». Tout commence en juillet 1974, au sommet de l'OUA (Organisation de l'unité africaine) à Mogadiscio, lorsque Wade rencontre le président Léopold Sédar Senghor et lui exprime son souhait de créer un parti. Le chef de l'État lui donne son accord : rien ne s'y oppose dans la Constitution. Le 31 juillet, Wade fonde le Parti démocratique sénégalais et, une semaine plus tard, le 8 août, Senghor tient parole en reconnaissant la nouvelle formation.
Avant l'indépendance, le Sénégal se distinguait par une vie politique animée et l'existence de nombreux partis politiques. Après 1960, ceux-ci disparaîtront les uns après les autres, en général absorbés par la formation au pouvoir, l'Union progressiste sénégalaise de Senghor. Ainsi, à partir de 1966, année où le dernier parti d'opposition, le PRA (Parti du regroupement africain), intègre l'UPS, le Sénégal vit dans un régime de parti unique de fait.

La situation ne satisfait pas pour autant Senghor. Faute d'opposition, les joutes politiciennes ont été transférées au sein de l'UPS. Le grand parti de réflexion idéologique dont il rêvait est miné par les luttes d'influence et les querelles de clans. Il doit sans cesse arbitrer entre l'un ou l'autre des barons. Il souhaite en outre faire entrer l'UPS au sein de l'Internationale socialiste : celle-ci exige de ses membres, s'ils sont au pouvoir, qu'ils garantissent le multipartisme.
C'est pourquoi l'initiative que prend Wade en 1974 l'arrange. D'autant que le parcours de cet avocat de 47 ans ne semble guère le prédisposer à une opposition radicale. Ancien militant du PRA, il s'était rapproché de l'UPS, espérant devenir sous ses couleurs l'homme fort de Kébémer, sa ville natale. Ce n'est qu'après avoir échoué à se faire une place au sein de la formation présidentielle qu'il s'est résolu à créer la sienne. Sur le plan idéologique, rien ne le distingue vraiment du président, qui croit alors qu'un poste ministériel devrait suffire à satisfaire ses ambitions.
Ainsi donc, à la fin de 1974 - le ministère de l'Intérieur entérina la création du PDS le 8 décembre -, le parti de Senghor n'est plus le seul sur l'échiquier. Pour l'heure, on ne parle que d'ouverture démocratique. Il faudra attendre 1976 pour voir se mettre en œuvre ce qu'on appelle alors le « multipartisme limité ». Le 19 mars, une révision constitutionnelle instaure le tripartisme. Les formations autorisées devront inscrire leur action dans l'un des trois courants de pensée définis par la loi : libéral, socialiste, marxiste-léniniste. L'UPS s'étant transformé en Parti socialiste, Wade, qui est tout sauf marxiste, est obligé d'adopter l'étiquette libérale.

Alors que tout le monde attendait la reconnaissance officielle du Rassemblement national démocratique (RND) de l'historien Cheikh Anta Diop, figure majeure de la gauche sénégalaise, c'est le Parti africain de l'indépendance (PAI) de Mahjemout Diop, pharmacien de profession, qui est autorisé à voir le jour sous le label de marxiste-léniniste.
En 1978, Senghor, estimant nécessaire que le courant conservateur qu'il a cru identifier au sein de l'opinion puisse lui aussi s'exprimer, une nouvelle révision constitutionnelle ouvre la voie à la création d'un quatrième parti : ce sera le Mouvement républicain sénégalais de l'avocat Boubacar Guèye.
Même s'il faudra attendre l'accession à la tête de l'État d'Abdou Diouf, à la suite de la démission de Senghor, en décembre 1980, pour que le Sénégal se convertisse au « multipartisme total » - par le biais de la loi constitutionnelle du 6 mai 1981 -, la vie politique retrouve toute sa vigueur dès 1978. Les élections générales se déroulent dans un climat passionné. Avec 17,74 % des suffrages aux législatives, le PDS conquiert 18 sièges (l'UPS en conserve 82) à l'Assemblée nationale. À la présidentielle, Abdoulaye Wade obtient 16,32 % des voix, contre 83,68 % au président Senghor. La bataille pour le sopi (« changement » en wolof) ne fait que commencer. Elle sera longue et semée d'embûches - Wade connaîtra la prison à plusieurs reprises. Mais, comme dans les contes africains, « Ndiombor » (« le lièvre »), ainsi que l'avait surnommé Senghor, aura le dernier mot de l'histoire.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Au bon temps de l'URSS

Article pr�c�dent :
Vers une force régionale de maintien de la paix

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Burundi - Pacifique Nininahazwe : "On ne peut négocier que le renoncement de Nkurunziza"

L'un des leaders de la campagne anti-troisième mandat de Pierre Nkurunziza, Pacifique Nininahazwe, président du Forum pour la conscience et le développement*, a confié mercredi à "Jeune Afri[...]

Côte d'Ivoire : l'État va régler aux Éléphants les primes disparues de la CAN 2015

Alors que le ministre des Sports, Alain Lobognon, continue de réclamer une confrontation des protagonistes de l'affaire de la disparition des primes de la CAN 2015 (plusieurs centaines de millions de F CFA), Alassane Ouatta[...]

Huit ans de prison requis contre Gilles Le Guen, le Français qui avait rejoint Aqmi au Mali

Le Français de 60 ans est poursuivi pour avoir rejoint les rangs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali en 2012 et 2013. Le tribunal rendra sa décision le 15 mai.[...]

Côte d'Ivoire : trois cadres du parti de Laurent Gbagbo placés en détention

Appréhendés lundi, trois cadres du FPI ont été placés en détention mardi. Ils sont poursuivis pour atteinte à l'ordre public et complicité d'assassinat, entre autres. [...]

Borloo court après Kaberuka

L'ancien ministre français Jean-Louis Borloo est la recherche d'une personnalité africaine de premier plan pour diriger l'agence chargée de piloter son projet d'électrification du continent. En tê[...]

Guinée : l'opposition appelle de nouveau à manifester contre le calendrier électoral

Le bras-de-fer se poursuit en Guinée. L'opposition a appelé mardi soir à de nouvelles manifestations dans tout le pays contre le calendrier électoral, qu'elle souhaite modifier.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important v[...]

RDC : deux Casques bleus tués dans une embuscade de l'ADF près de Beni

Deux soldats de la Monusco ont été tués mardi dans une embuscade près de Beni. Treize autres ont été blessés tandis que quatre sont portés disparus.[...]

Au Mali, de nouveaux affrontements avec les rebelles font onze morts à Ténenkou

Un soldat malien et dix rebelles ont été tués mardi dans des combats à Ténenkou, dans la région de Mopti.[...]

Israël : les réfugiés africains tu n'accueilleras point

Un rapport accuse les autorités de se débarrasser des clandestins subsahariens sans s'assurer que leurs droits seront garantis. Au mépris de toutes les conventions internationales[...]

Polémique : à Béziers, Robert Ménard fiche les "élèves de confession musulmane" selon leurs prénoms

Le maire de Béziers, Robert Ménard (extrême droite), a de nouveau fait parler de lui. Lundi, il a assuré avoir fiché les élèves de sa commune selon leur "confession" - en r[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN06086senghedawed0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN06086senghedawed0 from 172.16.0.100