Extension Factory Builder
07/08/2006 à 14:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quand, le 19 mars 2000, Abdoulaye Wade l'emporte au second tour de la présidentielle contre le chef de l'État sortant, Abdou Diouf, cela fait plus d'un quart de siècle qu'il guerroie contre « l'État socialiste ». Tout commence en juillet 1974, au sommet de l'OUA (Organisation de l'unité africaine) à Mogadiscio, lorsque Wade rencontre le président Léopold Sédar Senghor et lui exprime son souhait de créer un parti. Le chef de l'État lui donne son accord : rien ne s'y oppose dans la Constitution. Le 31 juillet, Wade fonde le Parti démocratique sénégalais et, une semaine plus tard, le 8 août, Senghor tient parole en reconnaissant la nouvelle formation.
Avant l'indépendance, le Sénégal se distinguait par une vie politique animée et l'existence de nombreux partis politiques. Après 1960, ceux-ci disparaîtront les uns après les autres, en général absorbés par la formation au pouvoir, l'Union progressiste sénégalaise de Senghor. Ainsi, à partir de 1966, année où le dernier parti d'opposition, le PRA (Parti du regroupement africain), intègre l'UPS, le Sénégal vit dans un régime de parti unique de fait.

La situation ne satisfait pas pour autant Senghor. Faute d'opposition, les joutes politiciennes ont été transférées au sein de l'UPS. Le grand parti de réflexion idéologique dont il rêvait est miné par les luttes d'influence et les querelles de clans. Il doit sans cesse arbitrer entre l'un ou l'autre des barons. Il souhaite en outre faire entrer l'UPS au sein de l'Internationale socialiste : celle-ci exige de ses membres, s'ils sont au pouvoir, qu'ils garantissent le multipartisme.
C'est pourquoi l'initiative que prend Wade en 1974 l'arrange. D'autant que le parcours de cet avocat de 47 ans ne semble guère le prédisposer à une opposition radicale. Ancien militant du PRA, il s'était rapproché de l'UPS, espérant devenir sous ses couleurs l'homme fort de Kébémer, sa ville natale. Ce n'est qu'après avoir échoué à se faire une place au sein de la formation présidentielle qu'il s'est résolu à créer la sienne. Sur le plan idéologique, rien ne le distingue vraiment du président, qui croit alors qu'un poste ministériel devrait suffire à satisfaire ses ambitions.
Ainsi donc, à la fin de 1974 - le ministère de l'Intérieur entérina la création du PDS le 8 décembre -, le parti de Senghor n'est plus le seul sur l'échiquier. Pour l'heure, on ne parle que d'ouverture démocratique. Il faudra attendre 1976 pour voir se mettre en œuvre ce qu'on appelle alors le « multipartisme limité ». Le 19 mars, une révision constitutionnelle instaure le tripartisme. Les formations autorisées devront inscrire leur action dans l'un des trois courants de pensée définis par la loi : libéral, socialiste, marxiste-léniniste. L'UPS s'étant transformé en Parti socialiste, Wade, qui est tout sauf marxiste, est obligé d'adopter l'étiquette libérale.

Alors que tout le monde attendait la reconnaissance officielle du Rassemblement national démocratique (RND) de l'historien Cheikh Anta Diop, figure majeure de la gauche sénégalaise, c'est le Parti africain de l'indépendance (PAI) de Mahjemout Diop, pharmacien de profession, qui est autorisé à voir le jour sous le label de marxiste-léniniste.
En 1978, Senghor, estimant nécessaire que le courant conservateur qu'il a cru identifier au sein de l'opinion puisse lui aussi s'exprimer, une nouvelle révision constitutionnelle ouvre la voie à la création d'un quatrième parti : ce sera le Mouvement républicain sénégalais de l'avocat Boubacar Guèye.
Même s'il faudra attendre l'accession à la tête de l'État d'Abdou Diouf, à la suite de la démission de Senghor, en décembre 1980, pour que le Sénégal se convertisse au « multipartisme total » - par le biais de la loi constitutionnelle du 6 mai 1981 -, la vie politique retrouve toute sa vigueur dès 1978. Les élections générales se déroulent dans un climat passionné. Avec 17,74 % des suffrages aux législatives, le PDS conquiert 18 sièges (l'UPS en conserve 82) à l'Assemblée nationale. À la présidentielle, Abdoulaye Wade obtient 16,32 % des voix, contre 83,68 % au président Senghor. La bataille pour le sopi (« changement » en wolof) ne fait que commencer. Elle sera longue et semée d'embûches - Wade connaîtra la prison à plusieurs reprises. Mais, comme dans les contes africains, « Ndiombor » (« le lièvre »), ainsi que l'avait surnommé Senghor, aura le dernier mot de l'histoire.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Au bon temps de l'URSS

Article pr�c�dent :
Vers une force régionale de maintien de la paix

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Ligne de partage ...

La mondialisation aurait dû la faire disparaître, mais elle semble, au contraire, l’avoir creusée et approfondie. Elle sépare le sud du nord de la planète, empêche ou tente d’emp[...]

Burundi : reprise du dialogue politique sous l'égide de l'ONU et de l'Union africaine

De timides négociations entre les protagonistes de la crise burundaise ont repris jeudi sous le parrainage de la communauté internationale. L’Union européenne annonce de son côté la suspensi[...]

Nigeria : Muhammadu Buhari officiellement investi président

Le processus de passation de pouvoirs entre le président sortant du Nigeria, Goodluck Jonathan,  et son successeur, Muhammadu Buhari, a débuté jeudi avec la transmission de notes entre les deux hommes. La[...]

France : Annick Girardin ou la difficulté d'exister

"Qui est ministre de la Coopération aujourd'hui ?" La vacherie vient de l'ancien ambassadeur de France à Dakar, Jean-Christophe Rufin, qui dénonçait, le 26 avril, l'absence de politique f[...]

Ramzi Boukhiam, un Marocain en quête de grand surf

Ce Marocain de 22 ans est l'un des très rares surfeurs africains à se signaler au niveau international. Son objectif, parvenir à se hisser parmi les meilleurs riders de la planète.[...]

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Modibo Keïta, premier président de la République du Mali, aurait été centenaire le 4 juin 2015. Retour sur la vie de ce leader panafricain qui a marqué l'histoire de son pays et du continent[...]

RDC : tout savoir sur le nouveau dialogue entre Kabila et l'opposition

Moins de deux ans après les "concertations nationales", le président congolais, Joseph Kabila, se dit ouvert à un nouveau dialogue avec l'opposition. Testez notre application pour faire le point sur [...]

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois Micha[...]

Libye : Mahmoudi torturé ?

Le jugement dans l'affaire Baghdadi Mahmoudi a été mis en délibéré jusqu'au 28 juillet.[...]

Burundi : Bob Rugurika, "comeback kid"

À chaque fois que cet enquêteur aguerri met en cause la responsabilité du pouvoir burundais dans de troubles affaires, il est menacé et contraint à l'exil. Et à chaque fois il revie[...]

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

La Confédération africaine de football (CAF) a maintenu jeudi son soutien à Sepp Blatter, qui brigue un cinquième mandat à la présidence de la Fifa. Mais de nombreuses personnalités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers