Extension Factory Builder
07/08/2006 à 14:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quand, le 19 mars 2000, Abdoulaye Wade l'emporte au second tour de la présidentielle contre le chef de l'État sortant, Abdou Diouf, cela fait plus d'un quart de siècle qu'il guerroie contre « l'État socialiste ». Tout commence en juillet 1974, au sommet de l'OUA (Organisation de l'unité africaine) à Mogadiscio, lorsque Wade rencontre le président Léopold Sédar Senghor et lui exprime son souhait de créer un parti. Le chef de l'État lui donne son accord : rien ne s'y oppose dans la Constitution. Le 31 juillet, Wade fonde le Parti démocratique sénégalais et, une semaine plus tard, le 8 août, Senghor tient parole en reconnaissant la nouvelle formation.
Avant l'indépendance, le Sénégal se distinguait par une vie politique animée et l'existence de nombreux partis politiques. Après 1960, ceux-ci disparaîtront les uns après les autres, en général absorbés par la formation au pouvoir, l'Union progressiste sénégalaise de Senghor. Ainsi, à partir de 1966, année où le dernier parti d'opposition, le PRA (Parti du regroupement africain), intègre l'UPS, le Sénégal vit dans un régime de parti unique de fait.

La situation ne satisfait pas pour autant Senghor. Faute d'opposition, les joutes politiciennes ont été transférées au sein de l'UPS. Le grand parti de réflexion idéologique dont il rêvait est miné par les luttes d'influence et les querelles de clans. Il doit sans cesse arbitrer entre l'un ou l'autre des barons. Il souhaite en outre faire entrer l'UPS au sein de l'Internationale socialiste : celle-ci exige de ses membres, s'ils sont au pouvoir, qu'ils garantissent le multipartisme.
C'est pourquoi l'initiative que prend Wade en 1974 l'arrange. D'autant que le parcours de cet avocat de 47 ans ne semble guère le prédisposer à une opposition radicale. Ancien militant du PRA, il s'était rapproché de l'UPS, espérant devenir sous ses couleurs l'homme fort de Kébémer, sa ville natale. Ce n'est qu'après avoir échoué à se faire une place au sein de la formation présidentielle qu'il s'est résolu à créer la sienne. Sur le plan idéologique, rien ne le distingue vraiment du président, qui croit alors qu'un poste ministériel devrait suffire à satisfaire ses ambitions.
Ainsi donc, à la fin de 1974 - le ministère de l'Intérieur entérina la création du PDS le 8 décembre -, le parti de Senghor n'est plus le seul sur l'échiquier. Pour l'heure, on ne parle que d'ouverture démocratique. Il faudra attendre 1976 pour voir se mettre en œuvre ce qu'on appelle alors le « multipartisme limité ». Le 19 mars, une révision constitutionnelle instaure le tripartisme. Les formations autorisées devront inscrire leur action dans l'un des trois courants de pensée définis par la loi : libéral, socialiste, marxiste-léniniste. L'UPS s'étant transformé en Parti socialiste, Wade, qui est tout sauf marxiste, est obligé d'adopter l'étiquette libérale.

Alors que tout le monde attendait la reconnaissance officielle du Rassemblement national démocratique (RND) de l'historien Cheikh Anta Diop, figure majeure de la gauche sénégalaise, c'est le Parti africain de l'indépendance (PAI) de Mahjemout Diop, pharmacien de profession, qui est autorisé à voir le jour sous le label de marxiste-léniniste.
En 1978, Senghor, estimant nécessaire que le courant conservateur qu'il a cru identifier au sein de l'opinion puisse lui aussi s'exprimer, une nouvelle révision constitutionnelle ouvre la voie à la création d'un quatrième parti : ce sera le Mouvement républicain sénégalais de l'avocat Boubacar Guèye.
Même s'il faudra attendre l'accession à la tête de l'État d'Abdou Diouf, à la suite de la démission de Senghor, en décembre 1980, pour que le Sénégal se convertisse au « multipartisme total » - par le biais de la loi constitutionnelle du 6 mai 1981 -, la vie politique retrouve toute sa vigueur dès 1978. Les élections générales se déroulent dans un climat passionné. Avec 17,74 % des suffrages aux législatives, le PDS conquiert 18 sièges (l'UPS en conserve 82) à l'Assemblée nationale. À la présidentielle, Abdoulaye Wade obtient 16,32 % des voix, contre 83,68 % au président Senghor. La bataille pour le sopi (« changement » en wolof) ne fait que commencer. Elle sera longue et semée d'embûches - Wade connaîtra la prison à plusieurs reprises. Mais, comme dans les contes africains, « Ndiombor » (« le lièvre »), ainsi que l'avait surnommé Senghor, aura le dernier mot de l'histoire.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Au bon temps de l'URSS

Article pr�c�dent :
Vers une force régionale de maintien de la paix

AUTRES

Rwanda - France : Kagamé, en visite éclair à Paris, s'entretient avec Sarkozy

Rwanda - France : Kagamé, en visite éclair à Paris, s'entretient avec Sarkozy

Paul Kagamé a effectué une visite au siège parisien de l’Unesco, le vendredi 27 février. Aucune rencontre avec des responsables du gouvernement français n’était au programme,[...]

Côte d'Ivoire - KKB : "Il y a dorénavant un PDCI-RDA et un PDCI-RDR"

Les tensions au sein du PDCI au sujet de la présidentielle de 2015 s'aggravent de jour en jour. Interview de Kouadio Konan Bertin (KKB), un des quatre frondeurs qui rejettent "l'Appel de Daoukro" de Henri Konan B&[...]

Retour en 5 dates sur la vie d'Earl Lloyd, légende du basket et premier joueur noir de NBA

Earl Lloyd, surnommé "The Big Cat", est décédé le 24 février à l'âge de 86 ans. Retour en cinq dates sur la carrière d'une des légendes du basket amér[...]

Rwanda : dix ans de prison pour Kizito Mihigo, jugé coupable de conspiration contre le gouvernement

Le chanteur Kizito Mihigo a été condamné vendredi à dix ans de prison à Kigali. Il a été reconnu coupable de conspiration contre le gouvernement rwandais.[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines &agr[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été confirm&ea[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Léopards de RDC : Ibenge va convoquer Batshuayi et Mulumba

Actuellement en France, Florent Ibenge, le sélectionneur des Léopards, va convoquer Michy Batshuayi pour les matches amicaux face à l’Irak fin mars. L’attaquant de l’Olympique de Marseille,[...]

Lesotho : élections législatives anticipées sous haute tension

Les habitants du Lesotho sont appelés aux urnes samedi pour des législatives anticipées censées rebattre les cartes après une tentative de coup d'État militaire en août 2014.[...]

RDC : 30 ans de réclusion requis contre le principal accusé du meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à 2[...]

Côte d'Ivoire - CAN 2015 : les Éléphants passent à la caisse !

Le ministre des Sports, Alain Lobognon, a reçu de la présidence la somme correspondant aux primes accordées par Alassane Ouattara aux Éléphants victorieux de la CAN 2015. À lui déso[...]

Congo : la fausse une de J.A. qui affole le web

Une fausse une de "Jeune Afrique" circule depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Une manipulation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN06086senghedawed0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN06086senghedawed0 from 172.16.0.100