Extension Factory Builder
03/02/2006 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
« Il sait des choses, il sait ce qu'est devenu Guy-André. » Pour Osange Silou-Kieffer, l'Ivoirien Jean-Tony Oulaï est une prise de choix. Cet ancien agent des services ivoiriens pourrait avoir participé à l'enlèvement de son mari, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, le 16 avril 2004, à Abidjan. Le 11 janvier, Jean-Tony Oulaï a été arrêté près de Paris. Deux jours plus tard, il a été mis en examen pour « enlèvement et séquestration » et incarcéré à la prison de la Santé à Paris.
Il faut dire qu'il n'est pas facile de démêler le vrai du faux dans le passé de cet Ivoirien de 40 ans qui inonde les autorités et la presse ivoiriennes de lettres ouvertes. Fils d'un officier légionnaire de l'armée coloniale française, Jean-Tony Oulaï affirme être titulaire d'un brevet de pilotage acquis aux États-Unis. Le 14 septembre 2001, trois jours après les attentats du World Trade Center, il est arrêté dans un aéroport américain. Avait-il sur lui des manuels de pilotage ? Il n'est libéré qu'en février 2002. Aucune charge n'est retenue contre lui. Il rentre en Côte d'Ivoire et, selon ses dires, devient, en mai 2003, le chef du département des opérations clandestines à Abidjan. Seize mois plus tard, c'est la disgrâce. Puis la peur. Le 9 novembre 2005, il échappe de peu à la liquidation physique. Du moins le pense-t-il. Il s'enfuit en France. Il écrit. Sans cesse. À Laurent Gbagbo. À Charles Konan Banny. À la presse. Il accuse Bertin Kadet, le très puissant conseiller du président ivoirien pour les affaires de sécurité, d'être à l'origine de ses malheurs. Le conseiller réplique : « Je ne connais pas cet individu. Cet homme-là est visiblement un faussaire qui a voulu intégrer notre armée en 2004 » (L'Intelligent d'Abidjan, 13 décembre 2005).
Mythomane ou vrai barbouze ? En tout cas, le 12 mai 2004, à peine un mois après l'enlèvement de Guy-André Kieffer, Jean-Tony Oulaï est gravement mis en cause par deux militaires ivoiriens, Germain Bahagbe Daye et Sylvain Kouya Kane. Ceux-ci l'accusent d'avoir dirigé le commando qui a enlevé et tué le journaliste. Selon leurs déclarations, Guy-André Kieffer serait mort au domicile de Jean-Tony Oulaï, dans le quartier Riviera d'Abidjan, après plus de vingt-quatre heures de séquestration et de sévices. Les deux militaires avouent à la police ivoirienne qu'ils ont participé à l'opération. Ils sont arrêtés. Puis ils se rétractent. Arrivent les émeutes de novembre 2004 et l'ouverture des portes de la Maca, la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Aujourd'hui, les deux hommes sont dans la nature.
Face à ces accusations, Jean-Tony Oulaï nie farouchement. « Si j'étais coupable, pourquoi me serais-je jeté dans la gueule du loup ? » dit-il en substance. Le problème, c'est qu'il ne dit pas toujours la vérité. Le 11 janvier dernier, lors de son premier interrogatoire à Paris, il a d'abord affirmé qu'il n'était pas à Abidjan le jour de l'enlèvement de Guy-André Kieffer. Puis, quand les enquêteurs français lui ont montré les relevés de son téléphone portable à la date du 16 avril 2004, il a changé d'avis. « C'est plus qu'un témoin, mais on n'est pas sûr qu'il soit impliqué », dit une source proche de l'enquête. Ce mois-ci, le juge d'instruction français Patrick Ramaël doit se rendre une cinquième fois à Abidjan. Jusqu'à présent, il avait focalisé son enquête sur l'ancien ministre de l'Économie et des finances, Paul Antoine Bohoun Bouabré, et son entourage. Confrontations, recoupements… Après Michel Legré, l'homme qui avait servi d'appât le jour du rapt, Jean-Tony Oulaï pourrait bien devenir le nouveau « moteur de recherches » du juge Ramaël.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article pr�c�dent :
Sois belle et casse-toi !

AUTRES

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

La loi électorale à l'origine de violences meurtrières en République démocratique du Congo devait être adoptée dimanche par le Parlement, où le camp du président[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours ap[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième a[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4è anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdelfatah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais [...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar Asharia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus tô[...]

Edgar Lungu, candidat du pouvoir, remporte la présidentielle en Zambie

Le candidat du pouvoir en Zambie, le ministre de la Défense Edgar Lungu, a remporté l'élection présidentielle, a annoncé samedi la commission électorale.[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la derni&[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de m[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Nigeria : Boko Haram tue 15 villageois dans le nord-est

Des combattants du groupe islamiste armé Boko Haram ont abattu vendredi 15 personnes dans un village proche de leur fief historique de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris samedi auprès d'un t&eac[...]

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN05026jeantniomtn0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN05026jeantniomtn0 from 172.16.0.100