Extension Factory Builder
03/02/2006 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
« Il sait des choses, il sait ce qu'est devenu Guy-André. » Pour Osange Silou-Kieffer, l'Ivoirien Jean-Tony Oulaï est une prise de choix. Cet ancien agent des services ivoiriens pourrait avoir participé à l'enlèvement de son mari, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, le 16 avril 2004, à Abidjan. Le 11 janvier, Jean-Tony Oulaï a été arrêté près de Paris. Deux jours plus tard, il a été mis en examen pour « enlèvement et séquestration » et incarcéré à la prison de la Santé à Paris.
Il faut dire qu'il n'est pas facile de démêler le vrai du faux dans le passé de cet Ivoirien de 40 ans qui inonde les autorités et la presse ivoiriennes de lettres ouvertes. Fils d'un officier légionnaire de l'armée coloniale française, Jean-Tony Oulaï affirme être titulaire d'un brevet de pilotage acquis aux États-Unis. Le 14 septembre 2001, trois jours après les attentats du World Trade Center, il est arrêté dans un aéroport américain. Avait-il sur lui des manuels de pilotage ? Il n'est libéré qu'en février 2002. Aucune charge n'est retenue contre lui. Il rentre en Côte d'Ivoire et, selon ses dires, devient, en mai 2003, le chef du département des opérations clandestines à Abidjan. Seize mois plus tard, c'est la disgrâce. Puis la peur. Le 9 novembre 2005, il échappe de peu à la liquidation physique. Du moins le pense-t-il. Il s'enfuit en France. Il écrit. Sans cesse. À Laurent Gbagbo. À Charles Konan Banny. À la presse. Il accuse Bertin Kadet, le très puissant conseiller du président ivoirien pour les affaires de sécurité, d'être à l'origine de ses malheurs. Le conseiller réplique : « Je ne connais pas cet individu. Cet homme-là est visiblement un faussaire qui a voulu intégrer notre armée en 2004 » (L'Intelligent d'Abidjan, 13 décembre 2005).
Mythomane ou vrai barbouze ? En tout cas, le 12 mai 2004, à peine un mois après l'enlèvement de Guy-André Kieffer, Jean-Tony Oulaï est gravement mis en cause par deux militaires ivoiriens, Germain Bahagbe Daye et Sylvain Kouya Kane. Ceux-ci l'accusent d'avoir dirigé le commando qui a enlevé et tué le journaliste. Selon leurs déclarations, Guy-André Kieffer serait mort au domicile de Jean-Tony Oulaï, dans le quartier Riviera d'Abidjan, après plus de vingt-quatre heures de séquestration et de sévices. Les deux militaires avouent à la police ivoirienne qu'ils ont participé à l'opération. Ils sont arrêtés. Puis ils se rétractent. Arrivent les émeutes de novembre 2004 et l'ouverture des portes de la Maca, la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Aujourd'hui, les deux hommes sont dans la nature.
Face à ces accusations, Jean-Tony Oulaï nie farouchement. « Si j'étais coupable, pourquoi me serais-je jeté dans la gueule du loup ? » dit-il en substance. Le problème, c'est qu'il ne dit pas toujours la vérité. Le 11 janvier dernier, lors de son premier interrogatoire à Paris, il a d'abord affirmé qu'il n'était pas à Abidjan le jour de l'enlèvement de Guy-André Kieffer. Puis, quand les enquêteurs français lui ont montré les relevés de son téléphone portable à la date du 16 avril 2004, il a changé d'avis. « C'est plus qu'un témoin, mais on n'est pas sûr qu'il soit impliqué », dit une source proche de l'enquête. Ce mois-ci, le juge d'instruction français Patrick Ramaël doit se rendre une cinquième fois à Abidjan. Jusqu'à présent, il avait focalisé son enquête sur l'ancien ministre de l'Économie et des finances, Paul Antoine Bohoun Bouabré, et son entourage. Confrontations, recoupements… Après Michel Legré, l'homme qui avait servi d'appât le jour du rapt, Jean-Tony Oulaï pourrait bien devenir le nouveau « moteur de recherches » du juge Ramaël.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Sois belle et casse-toi !

AUTRES

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce[...]

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers