Extension Factory Builder
05/02/2007 à 17:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Samedi 8 février 1958. Dans le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef, à la frontière algérienne, c'est jour de marché. Il est midi et la foule se presse autour des étals. Soudain, un vacarme assourdissant, des explosions... Une vingtaine de bombardiers et de chasseurs français viennent de passer à l'action. Le bourg abrite en effet un cantonnement des rebelles algériens de l'ALN, l'Armée de libération nationale. Le bilan est lourd : plus de 70 tués, en majorité des civils, et 130 blessés. Choqué, le président Habib Bourguiba exige le retrait des troupes françaises de son pays. Après l'indépendance, en 1956, la France y avait en effet conservé quelques bases : à Bizerte, bien sûr, mais aussi dans les confins sahariens... Le lendemain, il organise une visite pour les journalistes de la presse étrangère. Il s'agit de prendre l'opinion internationale à témoin.

Décidée par les militaires français d'Algérie, aux prises depuis la Toussaint 1954 avec la guérilla du FLN, l'attaque est présentée comme une opération de représailles. Le matin même, un de leurs avions a été touché par un tir de la DCA de l'ALN et a réussi à se poser en catastrophe à Tébessa. Le 30 janvier, un de leurs T6 avait eu moins de chance et avait été abattu. Les tirs venaient des environs de Sakiet. Surtout, le 11 janvier, un grave incident avait opposé les hommes du 23e régiment d'infanterie du capitaine Allard à des « fellaghas ». Ces derniers s'étaient repliés en territoire tunisien après avoir abattu quatorze militaires français et fait quatre prisonniers. Excédée, l'armée voulait infliger une leçon à la Tunisie, qui servait de base arrière. Mis devant le fait accompli, le gouvernement de Félix Gaillard avait endossé la responsabilité d'une opération qu'il n'avait pas ordonnée.
Critiqué sur sa gauche par Nasser et par Salah Ben Youssef, son ancien bras droit (réfugié au Caire), régulièrement accusé de « connivence avec la France », Bourguiba se trouve, lui aussi, dans une position inconfortable. Solidaire du combat de ses frères algériens, il n'a eu d'autre choix que de leur offrir des facilités logistiques et opérationnelles. Pourtant, sa priorité reste la consolidation de l'indépendance de son pays : il n'a aucune envie de se laisser entraîner dans la guerre. Le « Combattant suprême » rêve secrètement d'une normalisation avec l'ancienne métropole, mais la myopie des dirigeants de la IVe République, qui lui reprochent son « double jeu », l'irrite.
Le bombardement de Sakiet est une provocation et un outrage. Bourguiba saisit le Conseil de sécurité de l'ONU. Amis de la Tunisie, Américains et Britanniques proposent leurs bons offices en échange du retrait de la plainte tunisienne. Les Français acceptent, espérant que la mission conduite par le diplomate américain Robert Murphy va permettre de dénouer la crise bilatérale et aboutir à la levée du blocus des bases françaises, décidée en représailles par Tunis. Bourguiba, lui, veut « internationaliser » le conflit algérien. Les discussions s'enlisent autour du contrôle international de la frontière. Au Palais-Bourbon, les députés critiquent le faible Félix Gaillard, qu'ils soupçonnent de vouloir céder aux pressions américaines. Lâché par ses alliés, celui-ci est renversé en avril. La IVe agonise, tandis que l'ALN reprend son offensive.

Le 29 avril, le FLN fusille trois des quatre prisonniers français qu'il détenait. À Alger, l'armée française s'indigne. Ses officiers tempêtent contre l'impuissance des politiques, qu'ils accusent de vouloir brader l'Algérie, après avoir abandonné l'Indochine. À Paris, la France est toujours sans gouvernement. Le 13 mai, Alger se couvre de barricades. C'est la crise. Elle se dénoue avec le retour aux affaires du général de Gaulle. Les événements de Sakiet Sidi Youssef n'ont donc pas été étrangers à la création de la Ve République. Mais ce bouleversement institutionnel ne suffira pas à vider le contentieux franco-tunisien. Trois ans plus tard, en juillet 1961, les deux pays allaient s'affronter, stupidement, pour Bizerte, alors que le principe de l'évacuation de la base était acquis...
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Afrique : 5,4 % de croissance en 2007 ?

Article pr�c�dent :
Visa obligatoire pour tout le monde !

AUTRES

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire : les Éléphants n'auront pas de prime de participation pour la CAN 2015

À quelques jours des phases finales de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2015), le budget que l’État ivoirien mettra à la disposition de la Fédération ivoirienne de f[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président burkinab[...]

Sexe, amour et Ebola : ce que les Africains ont recherché en 2014 sur Google

L'année 2014 touchant à son terme, le moteur de recherche Google a publié ses statistiques concernant les requêtes des utilisateurs durant les douze derniers mois. L'occasion de dresser le portrait type [...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes r&eacu[...]

Hery tente de réconcilier quatre ex-présidents malgaches à Ivato

C’est une rencontre très attendue qui se tient ce vendredi à Ivato, en périphérie d’Antananarivo, entre tous les anciens chefs d’État malgaches encore en vie autour de l’a[...]

Les sons de la semaine #24 : le retour (en grâce) de D'Angelo, les vingt meilleurs titres de 2014

Bienvenu dans notre dernière sélection musicale de l'année. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle se termine en beauté ![...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de mainti[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers