Extension Factory Builder
04/09/2006 à 14:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'enquête sur la disparition du journaliste progresse. Jean-Tony Oulaï, l'un des principaux suspects, se défend comme un beau diable.

Qui a enlevé Guy-André Kieffer le 16 avril 2004 sur le parking d'un supermarché d'Abidjan ? Selon Bernard Kieffer, le frère du journaliste franco-canadien, les ravisseurs seraient les membres d'un commando dirigé par un ancien responsable des services secrets ivoiriens, le capitaine Jean-Tony Oulaï. « Mon frère aurait été conduit à la villa de Jean-Tony Oulaï, qui se trouve dans le quartier Attoban Riviera, et interrogé sur place. Le 18 avril, il aurait été amené dans une autre propriété d'Oulaï à la périphérie d'Abidjan, exécuté et inhumé sur place », a déclaré Bernard Kieffer à RFI, le 23 août dernier.
Ce jour-là, Bernard Kieffer était à Abidjan en compagnie du juge d'instruction Patrick Ramaël. Selon plusieurs sources, le magistrat français aurait identifié les cinq subordonnés du capitaine Oulaï qui auraient procédé au rapt puis à l'assassinat. Il s'agirait d'anciens combattants du FLGO (Front de libération du Grand Ouest), une milice favorable au président Gbagbo. Certains d'entre eux seraient aujourd'hui hébergés par l'armée.
Le capitaine Jean-Tony Oulaï nie catégoriquement. « D'abord, en avril 2004, cela faisait deux mois que je n'étais plus le chef de la Division des opérations nationales clandestines et secrètes. Je n'avais plus aucune fonction. Ensuite, on s'en prend à moi parce que je suis une cible beaucoup plus facile à atteindre que Patrice Bailly, le chef de la sécurité de Laurent Gbagbo. Celui-là, le juge n'a jamais pu l'interroger. » L'ancien agent secret affirme encore que Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo et dernier homme à avoir vu Guy-André Kieffer vivant, n'a pas simplement servi d'appât aux ravisseurs sur le parking du supermarché Prima. Il aurait joué, lui aussi, un rôle central dans l'enlèvement.
Alors qui croire ? Jean-Tony Oulaï n'est pas le premier venu. À 39 ans, il est déjà un officier chevronné au sein des services spéciaux ivoiriens. Il a commencé à travailler dans le renseignement sous la présidence de Henri Konan Bédié. En novembre 2002, à son retour d'un long séjour aux États-Unis, il est chargé par le ministre de la Défense, Kadet Bertin, de recruter d'urgence plusieurs centaines de miliciens de son ethnie guéré pour faire face à la rébellion dans l'ouest du pays. Comme il parle anglais, il fait aussi l'interface avec les milices du Liberia. À partir de 2003, il est l'un des hommes clés de la galaxie de services secrets que Laurent Gbagbo a mis en place avec l'aide des Israéliens. En 2005, c'est la disgrâce. Le chef d'état-major Mathias Doué, lui aussi guéré, vient d'être limogé et part en exil. En décembre 2005, Jean-Tony Oulaï s'enfuit et se réfugie en France, où résident déjà sa femme et son enfant.
Dès son arrivée en région parisienne, l'ancien agent secret ivoirien est dans le collimateur du juge Ramaël. Le 13 janvier dernier, il est mis en examen à Paris pour « enlèvement et séquestration de Guy-André Kieffer », puis incarcéré. Un mois plus tard, il est relâché et placé sous contrôle judiciaire. Puis le magistrat français se rend à deux reprises en Côte d'Ivoire, en juin et en août, en compagnie de policiers. De source proche de l'enquête, il recueille alors des témoignages précis et concordants. Selon ces indications, un véhicule - un 4x4 Pajero blanc - et au moins une villa de Jean-Tony Oulaï auraient été utilisés dans l'enlèvement et la séquestration de Guy-André Kieffer. Par ailleurs, des documents attesteraient que le capitaine Oulaï continuait de diriger et de rémunérer plusieurs dizaines d'hommes de main en avril 2004.
Le problème, c'est que les enquêteurs français manquent de preuves matérielles. Le mois dernier, ils ont fouillé en vain le sous-sol d'une villa de Jean-Tony Oulaï avec des radars géologiques. Le corps de Guy-André Kieffer reste introuvable. Le juge Ramaël dispose d'un faisceau de présomptions, mais pas de preuves formelles. C'est peut-être la raison pour laquelle il n'a pas fait incarcérer à nouveau le capitaine Oulaï.
Le travail du magistrat français n'est pas facilité par les autorités ivoiriennes. Depuis deux ans, il n'a jamais obtenu le transfert en France de Michel Legré. À Abidjan, « l'appât » présumé est toujours mis en examen par la justice ivoirienne pour « complicité d'enlèvement, de séquestration et d'assassinat », mais il a été remis en liberté. Aujourd'hui, le juge ne parvient pas à entendre les cinq ravisseurs présumés qu'il a identifiés. Plusieurs d'entre eux seraient hébergés à la troisième compagnie du premier bataillon d'infanterie, basé au camp d'Akouédo à Abidjan. Le magistrat a demandé à l'état-major ivoirien l'autorisation de les interroger. Toujours pas de réponse.
À première vue, cette inertie est logique. Le régime de Laurent Gbagbo a tout lieu de se méfier d'une enquête qui met en cause ses services secrets. Mais certains membres de l'entourage du président ivoirien constatent que cette affaire empoisonne un peu trop les relations entre Abidjan et Paris. « Comme le juge français vise beaucoup plus les hommes de main que les dignitaires, le régime a peut-être intérêt à laisser l'enquête suivre son cours », dit un observateur ivoirien.
Il reste à connaître les commanditaires de l'enlèvement et du probable meurtre du journaliste. « Pour l'instant, on n'en est pas là », explique Bernard Kieffer. « Mon frère avait mis au jour des malversations touchant les finances publiques ivoiriennes, au-delà de la filière cacao. Cette partie de l'enquête sera beaucoup plus difficile. »
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Combien étaient-ils ?

Article pr�c�dent :
Rencontre à Addis

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste, soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre [...]

Mali : le Mujao revendique le meurtre d'un employé du CICR près de Gao

Le Mujao a revendiqué lundi l'attaque dans le Nord-Mali d'un convoi du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dans laquelle un chauffeur a été tué.[...]

Présidentielle nigériane : Buhari en tête dans le Nord, suspense avant la proclamation des résultats

Les résultats complets, et toujours provisoires, ne seront annoncés, au mieux, que dans le courant de la journée. Mais d'ores et déjà, les premières annonces font état d'une avanc[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de l'affa[...]

Au Liberia, le déclin d'Ebola pourrait n'être que provisoire

Si l'épidémie d'Ebola a considérablement reculé au Liberia, la vigilance reste de mise, après la mort d'une malade samedi.[...]

Terrorisme : le sommet contre Boko Haram se tiendra à Malabo le 8 avril

Près d’un mois et demi après avoir été évoqué une première fois, le sommet extraordinaire sur la stratégie de lutte contre Boko Haram réunissant les chefs d&r[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

"The Daily Show" : l'humoriste sud-africain Trevor Noah succèdera à Jon Stewart

La chaîne câblée américaine Comedy Central a dévoilé le nom de celui qui succédera à Jon Stewart à la tête du "Daily Show" : il s'agit de l'humoriste sud[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre [...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart p[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de l’universit&eac[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/LIN03096surlasruess0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/LIN03096surlasruess0 from 172.16.0.100