Extension Factory Builder
04/02/2008 à 11:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Comme dans beaucoup d'autres pays africains, l'explosion de violence au Kenya peut avoir un lien avec une explosion démographique qui a échappé aux médias locaux et internationaux.
En seulement quatre-vingts ans, la population kényane a bondi de 2,9 millions d'habitants à 37 millions. Si l'Amérique avait connu une telle croissance démographique depuis 1928, où la population était de 120 millions d'habitants, elle en compterait aujourd'hui 1,56 milliard.
Le Kenya appartient à un groupe d'une quarantaine de pays qui ont eu une croissance démographique exceptionnellement élevée. Dans ces pays, pour 1 000 adultes masculins âgés de 40 à 44 ans, on trouve au moins 2 500 garçons âgés de 0 à 4 ans. Au Kenya, on en trouve 4 190.
Entre 1950 et 1985, l'indice de fécondité kényan a tourné autour de 8 enfants par femme. En 2007, chaque Kényane a donné naissance à une moyenne de 5 enfants (contre 2 par femme aux États-Unis et 1,6 en Grande-Bretagne), et il y avait 40 naissances pour 10 décès. Les chiffres correspondants aux États-Unis ont été de 14 naissances pour 8 décès et en Grande-Bretagne de 10 naissances pour 10 décès.

Conséquence, les Kényans de sexe masculin ont un âge moyen de 18 ans, contre 35 ans aux États-Unis et 39 ans en Grande-Bretagne. Et 42 % des Kényans de sexe masculin ont moins de 15 ans, contre 20 % aux États-Unis et 17 % en Grande-Bretagne. Et du fait de l'amélioration des conditions de vie, ces jeunes Kényans ont plus de dynamisme et d'ambition que leurs aînés.
Le Kenya est ainsi un cas de violence intérieure inspirée par ce que j'appellerais une « poussée de jeunesse » - une période de rapide croissance démographique avec 30 % à 40 % d'adolescents et d'adultes de sexe masculin âgés de 15 à 29 ans.
Avec autant d'hommes jeunes frustrés, mieux nourris et mieux instruits qu'ils ne l'ont jamais été, mais qui n'ont que peu de perspectives de trouver un bon emploi, les pays où cette poussée de jeunesse a eu lieu sont exposés à une forte agitation sociale. Dans ceux où des taux de natalité élevés s'accompagnent d'une grande misère et d'une alimentation pauvre, les jeunes sombrent le plus souvent dans la léthargie. Mais dans d'autres comme le Kenya, les jeunes qui ne se voient pas d'avenir n'hésiteront pas devant la violence plutôt que de se résigner à l'échec. Ces chiffres étant ce qu'ils sont, le plus surprenant au Kenya n'est pas la violence, mais les longues périodes de calme relatif. Ce calme est dû en partie au fait qu'il existe de la terre disponible pour les jeunes qui arrivent à l'âge adulte.
Mais il serait encore plus surprenant que le Kenya retrouve rapidement une harmonie interne. Dans les quinze prochaines années, environ 8,1 millions de Kényans de sexe masculin arriveront à « l'âge de la bagarre » - de 15 à 29 ans - contre 5,7 millions aujourd'hui. Les terres cultivables non utilisées s'épuisent. Le Kenya risque de connaître une vague de violence comparable à celle de ses voisins.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Webmagazine 100 % black

AUTRES

Cevital autorisé à reprendre le français FagorBrandt

Cevital autorisé à reprendre le français FagorBrandt

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé la reprise de FagorBrandt par Cevital. Le groupe algérien reprend notamment deux sites industriels, et 1 200 salariés.[...]

Algérie : les accusations de fraude se multiplient avant la présidentielle

À quarante-huit heures du scrutin présidentiel prévu le 17 avril en Algérie, les voix s'élèvent déjà pour dénoncer la fraude en faveur d'Abdelaziz Bouteflika, le pr&ea[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal, n'arrangent rien.[...]

Côte d'Ivoire : Yaya Touré sera présent au Mondial

Blessé dimanche, l'international ivoirien Yaya Touré ne sera indisponible qu'environ deux grosses semaines, à en croire le manager de son club. Une bonne nouvelle pour la Côte d'Ivoire qui pourra compter[...]

Nigeria : des écolières enlevées par Boko Haram à Borno

Les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué lundi soir une école au nord-est du Nigeria. Une attaque au cours de laquelle de nombreuses jeunes filles ont été kidnappées. Les sold[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda tir[...]

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du nom[...]

Football : Séwé Sport de San Pedro, le club ivoirien qui monte

Champion de Côte d’Ivoire en 2012 et 2013 et sans gros moyens, le club de la ville portuaire commence de San-Pedro à se faire une petite réputation en Afrique. Au point de faire de l’ombre à[...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de l'&a[...]

Soudan du Sud : Djouba, la prochaine "cible" des hommes de Riek Machar

Riek Machar, chef des rebelles au Soudan du Sud, a annoncé lundi soir son intention de s'emparer de Djouba pour chasser du pouvoir le président Salva Kiir. Pour lui, la fin de la guerre ne passe que par le dép[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers