Extension Factory Builder
04/02/2008 à 11:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Comme dans beaucoup d'autres pays africains, l'explosion de violence au Kenya peut avoir un lien avec une explosion démographique qui a échappé aux médias locaux et internationaux.
En seulement quatre-vingts ans, la population kényane a bondi de 2,9 millions d'habitants à 37 millions. Si l'Amérique avait connu une telle croissance démographique depuis 1928, où la population était de 120 millions d'habitants, elle en compterait aujourd'hui 1,56 milliard.
Le Kenya appartient à un groupe d'une quarantaine de pays qui ont eu une croissance démographique exceptionnellement élevée. Dans ces pays, pour 1 000 adultes masculins âgés de 40 à 44 ans, on trouve au moins 2 500 garçons âgés de 0 à 4 ans. Au Kenya, on en trouve 4 190.
Entre 1950 et 1985, l'indice de fécondité kényan a tourné autour de 8 enfants par femme. En 2007, chaque Kényane a donné naissance à une moyenne de 5 enfants (contre 2 par femme aux États-Unis et 1,6 en Grande-Bretagne), et il y avait 40 naissances pour 10 décès. Les chiffres correspondants aux États-Unis ont été de 14 naissances pour 8 décès et en Grande-Bretagne de 10 naissances pour 10 décès.

Conséquence, les Kényans de sexe masculin ont un âge moyen de 18 ans, contre 35 ans aux États-Unis et 39 ans en Grande-Bretagne. Et 42 % des Kényans de sexe masculin ont moins de 15 ans, contre 20 % aux États-Unis et 17 % en Grande-Bretagne. Et du fait de l'amélioration des conditions de vie, ces jeunes Kényans ont plus de dynamisme et d'ambition que leurs aînés.
Le Kenya est ainsi un cas de violence intérieure inspirée par ce que j'appellerais une « poussée de jeunesse » - une période de rapide croissance démographique avec 30 % à 40 % d'adolescents et d'adultes de sexe masculin âgés de 15 à 29 ans.
Avec autant d'hommes jeunes frustrés, mieux nourris et mieux instruits qu'ils ne l'ont jamais été, mais qui n'ont que peu de perspectives de trouver un bon emploi, les pays où cette poussée de jeunesse a eu lieu sont exposés à une forte agitation sociale. Dans ceux où des taux de natalité élevés s'accompagnent d'une grande misère et d'une alimentation pauvre, les jeunes sombrent le plus souvent dans la léthargie. Mais dans d'autres comme le Kenya, les jeunes qui ne se voient pas d'avenir n'hésiteront pas devant la violence plutôt que de se résigner à l'échec. Ces chiffres étant ce qu'ils sont, le plus surprenant au Kenya n'est pas la violence, mais les longues périodes de calme relatif. Ce calme est dû en partie au fait qu'il existe de la terre disponible pour les jeunes qui arrivent à l'âge adulte.
Mais il serait encore plus surprenant que le Kenya retrouve rapidement une harmonie interne. Dans les quinze prochaines années, environ 8,1 millions de Kényans de sexe masculin arriveront à « l'âge de la bagarre » - de 15 à 29 ans - contre 5,7 millions aujourd'hui. Les terres cultivables non utilisées s'épuisent. Le Kenya risque de connaître une vague de violence comparable à celle de ses voisins.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Agenda

Article précédent :
Webmagazine 100 % black

AUTRES

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

France : Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l'histoire de l'immigration

L'historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora a été nommé vendredi par le Premier ministre français Manuel Valls à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigrat[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers